RSS
RSS


 

Partagez | .
 

 Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Sam 23 Nov - 22:02

Elle finit par accepter de le laisser voir sa plaie. Aeron s'en voulait de lui infliger ça mais il ne pouvait pas la laisser comme ça. Elle cachait comme elle pouvait ses formes tout en montrant sa plaie. Aeron rougit mais se concentra sur sa tâche.

-La plaie semble propre. Je vais nettoyer un peu ça au cas où et remettre un bandage correct. Je vais bien le serrer pour plus de sûreté. Ton visage devrait se remettre assez vite, mais la gorge mettra un peu plus de temps.

Il se pencha et entoura Seles de ses bras un instant pour faire passer le bandage. Il recommença encore et encore jusqu'à ce que le bandage soit bien fixé. Faire des allers-retour avec les formes de Seles sous les yeux lui faisait de l'effet, mais cela ne se voyait pas pour elle, heureusement, et il s'arrangerait pour qu'elle ne le remarque pas du tout. Une fois que tout fut terminé, il se retourna et rangea les affaires en prenant le temps de se calmer.

-Vu ton état, il n'y aura pas besoin de recommencer. Tu pourras enlever le bandage demain matin au moment de te laver, je pense. Je ne suis pas médecin, mais à priori, ça devrait aller.

Il avait terminé de ranger les bandages, le désinfectant et tout ce qui allait avec. Il s'était calmé mais n'osait pas se retourner. Il avait peur d'affronter le regard de celle envers qui il avait agi de manière incorrecte. Il ne savait pas quoi dire, maintenant. Il fut soulagé quand Seles proposa une partie de cartes. C'était une idée grandiose aux yeux du blondinet. Il se retourna et constata que la rouquine gardait la tête baissée. Elle était aussi gênée que lui, apparemment. Toujours torse nu, s’asseyant en tailleur, face à elle, il lui prit doucement le paquet de cartes et lui demanda ce qu'elle préférait comme jeu. Elle adorait le blackjack, alors ce serait du blackjack. Donnant une carte à chacun des deux et en posant une autre carte à côté, il reprit ensuite la parole.

-Je ferai la banque et un joueur en même temps. Et... Seles... Je suis vraiment désolé de t'avoir imposé ça comme je l'ai fait. Je n'aurais peut-être pas du. Je souffrais trop de ne pas savoir dans quel état tu étais. Je n'arrive déjà pas à combler tes peines, ton coeur, alors je voulais au moins soigner ton corps. Excuse-moi.

Il se retenait de pleurer. Aucune larme de coula mais, en reniflant, il secoua la tête.

-Jouons. Carte.

Il se donna une carte, puis leva la tête vers Seles qui demanda également une carte. Aucun des deux n'avait atteint vingt-et-un. Elle n'avait pas répondu à ses excuses. Lui en voulait-elle à ce point ? Lui tiendrait-elle rancune pour toujours ? Il tira une carte pour la banque qu'il tira face cachée. Il décida de ne pas prendre d'autre carte, Seles de même. Aeron s'occupa alors de la banque qui obtint 19. Aeron avait 18 et Seles 20. Elle gagnait donc cette manche. Toujours tiraillé par ses doutes, Aeron n'osait pas la regarder. Il resta là, interdit, ses pensées tournant encore et encore pendant qu'il reprenait les cartes posées entre eux.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Dim 24 Nov - 15:07




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    C'était assez dur de voir que son propre état de détresse rendait malade son seul pilier. Ce qu'il s'était passé, elle devrait vivre avec toute sa vie, sans pouvoir jamais réparer les plaies béantes que cela avait creusé en elle. A l'instant même, la détresse d'Aeron lui rappela cette épreuve si difficile qu'elle avait du endurer, et surtout, ces images qui lui donnait envie de vomir. Immédiatement, son sentiment de dégoût si prenant l'envahit de nouveau, venant chambouler son estomac. Elle baissa tristement les yeux lorsqu'Aeorn avoua qu'il lui était insupportable de la voir ainsi, avec les marques de son agression. Elle se sentait coupable et dépourvue. Comment pouvait-elle être assez égoïste pour se permettre de se reposer totalement sur lui ? Elle allait le détruire, si cela continuait. D'autant plus qu'à cause d'elle, il avait déjà été obligé de tuer son propre frère, sans doute souffrait-il autant qu'elle … En tout cas, c'est ce qu'elle se disait. Même si ça lui était difficile d'imaginer un état pire que le sien, voir Aeron au bord des larmes à chaque seconde, à chaque fois qu'il posait les yeux sur elle lui confirmait que ce devait être le cas. Elle tenta d'estimer ce que cela devait être alors … Parce que … Elle, elle avait déjà envie de vomir et de mourir. De détruire ce corps souillé, de l'écorché vif afin que toutes ces impuretés s’échappent. Lorsqu'elle n'avait pas envie de se frapper le crâne jusqu'à en faire de la bouillie pour ne plus se souvenir, c'est sa peau qui la démangeait, elle pourrait se gratter jusqu'à l'os tant elle se sentait infectée au plus profond d'elle-même.

    Si telles étaient ses impressions … Alors que devait-il vivre, lui ? Elle n'osait l'imaginer, mais elle savait ce qu'il fallait faire pour tenter de l’apaiser. Elle n'était plus une enfant à présent, elle qui avait toujours voulu grandir plus vite pour devenir forte … C'était bien le moment. Elle devait être forte et ne jamais craquer. Enfouir tout cela en elle, bien profondément. Peu importe si ce poids en son cœur restait constant et lancinant, peu importe si son envie de vomir ne passait jamais et allait en empirant, comme si son organisme luttait de lui-même pour qu'elle dégage ce flot d'émotions, peu importe si elle avait l'impression d'imploser chaque minute … Elle avait déjà trop pleuré, trop fait de caprices, et surtout … Il n'y avait pas de place pour elle et ses malheurs, car ceux d'Aeron était déjà bien trop importants. C'était simplement cela, pas de place pour ses problèmes, alors il fallait faire la queue, les ranger dans un coin et les oublier là, même si leurs méfaits auraient toujours une emprise considérable pour elle et son corps. C'était un sentiment assez étrange, que de réprimer ainsi tout son flot de détresse. Elle pouvait presque sentir en elle une tumeur qui menaçait d'exploser à tout moment. Mais elle avait au moins le sentiment de faire ce qu'il fallait.

    Elle avait bien conscience qu'Aeron se sentait responsable. Il est vrai que s'il n'était pas parti en la laissant seule, cela ne se serait jamais produit … Mais s'il était parti, c'est bien parce qu'elle l'y avait poussé, à cause de sa mauvaise foi et de sa jalousie. Très bien, plus de mauvaise foi, plus de jalousie. A présent, tout ça, oui, tout, absolument tout, elle le réprimerait. Une de ses tutrices lui avait dit un jour ''si ça ne va pas, tu peux m'en parler, tu dois m'en parler, sinon ça sera pire'', mais à quoi bon ? Sélès avait la preuve aujourd'hui qu'elle avait tort. Manifester ses sentiments, et surtout les négatifs tels que la jalousies, la colère et la tristesse ne faisait qu'aggraver les choses. Car dans un premier temps, cela concrétise un sentiment nébuleux en quelque chose de parfaitement réel, de concret et presque tangible. Ensuite, cela inquiète votre entourage qui ne cessera alors de vous rappeler ces maux don vous vouliez tant vous débarrasser. Cette inquiétude chez vos amis se transformera alors en maux dans leur cœur, et le retour de flamme sera comme une grande gifle que vous n'aviez pas vu venir. Tout comme celle qu'avait reçu Sélès. Elle s'était laissée allée à l'expression de sa jalousie, et voilà ce qu'il s'était passé. Aujourd'hui, elle avait laissé sa détresse prendre complètement possession d'elle, et voilà que cela commençait déjà à dégénérer, Aeron, à ses yeux, semblait en pire état qu'elle, mais ça, c'était parce qu'elle refusait de se regarder dans un miroir … Et oui, au sens propre comme au figuré. Alors c'en était trop. Stop. En une minute de réflexion, elle avait compris tout cela et décidé d'y mettre un terme. Si elle voulait être aussi forte que son frère, le vouloir n'était pas suffisant, elle ne le deviendrait pas par magie. Elle devait agir. Et le temps qu'Aeron exprime sa souffrance, chose qu'elle n'avait jamais dit elle-même avec des mots tangibles de peur de les concrétiser, avant qu'il n'annonce le jeu, elle avait décidé.

    Alors qu'ils commençaient à jouer pour oublier, cette décision eut sur elle un effet bien étrange. La responsabilité qu'elle s'incombait lui donnait une raison de plus de se battre contre le fléau de ces souvenirs terribles. Il restait là, au fond d'elle, libérant en son corps plus de douleur somatique que de coutume, mais son esprit, lui, son esprit conscient lui semblait plus clair. Ce qu'elle ne savait pas encore, c'est que ce mensonge à elle-même était en train de la ronger doucement mais sûrement, et qu'un jour, elle en paierait le prix. Tout ce que l'esprit ne peut évacuer pour se soulager, il le renvoie dans le corps tel un poison qui vous dévore lentement …

    *Je dois être forte pour Aeron.* Se répétait-elle sans cesse.

    Et cette idée d'être forte pour lui et non pour elle lui retira un instant de son conscient ce qui faisait son malheur à elle. Et les maux d'un autre sont toujours plus supportables mais prenant que les vôtres, étrangement. Elle comme elle voulait être forte pour lui, elle puisa en elle la force nécessaire pour sourire lorsqu'elle remporta la partie. C'était juste un sourire, mais au fond, elle avait l'impression que cela lui coûtait autant que le plus puissant de ses sorts. Peu importe, l'impression de le rendre un peu mieux lui suffisait à avoir l'impression de recharger ses batteries.

    Faute de jetons pour miser, ils comptèrent les points à chaque partie remportée. Sélès était plutôt en veine, mais cela l'encouragea à prendre plus de risques, ce qui permit à Aeron de finir presque à égalité avec elle. Comme ils étaient maintenant échauffés, ils tentèrent le poker et la bataille, sans vraiment se prendre au sérieux, cela eut le mérite de leur changer les idées. Le soir arriva bien vite et Sélès accepta d'avaler un demi-bol de soupe. Elle prit beaucoup sur elle pour parvenir à avaler ça, car elle voulait rassurer Aeron, mais ça ne passait vraiment pas, alors elle ne put se permettre plus.

    -Est-ce qu'il y a un terrain ici qui serait adapté à l’entraînement ? J'aimerais bien commencer demain.

    Elle semblait plutôt motivée, elle avait surtout hâte de pouvoir se défouler.           



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Dim 24 Nov - 16:42

Seles lui avait souri, mais ce sourire était forcé. Aeron en souffrit. Il l'obligeait par ses excuses à cela. Il ne voulait pas de sourire forcé, non, il voulait un vrai sourire. Il valait mieux qu'elle pleure et évacue une partie de sa peine plutôt de se forcer à garder ça. Aeron le savait mieux que personne. Il se retint de le dire. Il n'avait pas le courage d'interrompre ce moment agréable. Il perdit la partie de cartes de peu. Seles demanda après où ils pourraient s'entraîner.

-Je crois qu'il y a ce qu'il faut pas loin d'une armurerie. Certains considèrent l'escrime comme un sport. On pourra se trouver une salle pour quelques heures dans la journée de demain. En revanche, si tu veux te dépenser un peu, on peut commencer des exercices ici dès ce soir.

Seles leva la tête vers lui et il eut le droit de voir l'esquisse d'un sourire. C'était léger, discret, mais on voyait que cette nouvelle lui faisait plaisir malgré ses tourments intérieurs. Il est vrai que se dépenser physiquement pouvait toujours aider à moins penser à ses soucis. Le blondinet alla chercher son épée. Il était toujours torse nu mais il n'allait pas se rhabiller alors qu'il était sur le point de fournir un effort physique. Seles sortit sa propre épée.

-Selon toi, pour un combat, vaut-il mieux améliorer sa force ou son endurance ?

Comme prévu, la jeune file privilégia la force. Tous les apprentis, et Aeron lui-même, avaient fait cette erreur un jour. Seles avait envie d'être forte et cela lui donnait une raison de plus de faire cette erreur.

-Tout le monde répond cela, mais c'est faux. Haha ce regard que tu me lances, je l'aime bien. Oui, tu as du caractère, tu te lèves, tu exprimes ton désaccord. C'est comme ça que tu es et que je t'apprécie. Cependant, sur ce point, j'ai raison. Si tu as plus de force que ton adversaire, mais qu'il arrive à parer tes coups comme il faut, il suffit qu'il soit endurant pour te fatiguer. De plus, avec ta santé, l'endurance est quelque chose qui te fait défaut. Si tu as l'endurance au combat, la force viendra d'elle-même petit à petit.

La rouquine prit son air boudeur, pas convaincue. C'était normal.

-Il y a deux manière de développer ses muscles, le cœur compris. Tu peux augmenter leur volume avec des efforts éprouvants et rapides. Tu gagneras alors en force. On peut également, par des exercices d'endurance, durcir les muscles. C'est comme ça qu'on augmente notre endurance, justement. Ce soir, on fera un exercice d'endurance, d'accord ? Je le ferai en même temps que toi.

Aeron enleva son exsphère et la posa sur la table. Il n'essaya pas de le cacher à Seles. Elle savait qu'ils avaient une différence de force physique. Il était un homme qui s'entraînait régulièrement tandis qu'elle était une jeune fille qui avait vécu une grande partie de sa vie à l'abbaye et qui souffrait d'une santé fragile. Essayer de cacher cela serait une insulte à l'intelligence de la rouquine. Il profita du fait que le plafond était haut. Il leva son épée au-dessus de la tête, comme s'il allait donner un grand coup vertical, puis il l'abaissa, l'arrêtant devant lui, la pointe de la lame au niveau de ses yeux, les mains à la hauteur du bas de son ventre.

-L'exercice consiste à faire ce geste encore et encore. Il faut en faire le plus possible. Généralement, j'essaie d'en faire une centaine, mais je ne l'ai pas fait depuis longtemps, ce n'est pas dit que je tienne si longtemps.

Après un moment d'hésitation, Seles fit comme lui. Pendant un moment, le seul son qu'on entendit dans la salle fut leurs souffles et le sifflement des lames qui fendaient l'air.

-Ne mets pas trop d'énergie dans le coup. L'important est l'endurance, pas la force mise. Une fois que tu auras l'endurance, tu pourras taper fort autant de fois que tu veux. Si un coup n'est pas assez fort, tu pourras frapper encore et surtout parer le prochain coup de ton adversaire.

Seles ne répondait pas, elle devait être concentrée sur son souffle. Malgré l'exsphère, elle n'était pas aussi forte physiquement que quelqu'un d' entraîné. Aeron tint longtemps mais il sentait qu'il se fatiguait. Il tint cependant à parler. Il fallait que ça sorte.

-Seles, je sais ce que c'est que de garder quelque chose en soi, de n'en parler à personne. Tu as déjà vu l'effet que ça faisait avec notre discussion avant qu'on monte sur le navire. J'ai mes propres soucis, mes traumatismes, je sais ce que c'est. Pleure si tu veux, hurle si tu veux, mais ne te force pas à sourire. Un sourire forcé est comme un mensonge. Je tiens à toi, vraiment, alors laisse-moi t'aider, ne me mens pas s'il te plait.

Il avait dit ça sur un ton calme, sans aucune animosité, aucune colère. Elle ne le décevait pas, non, ce n'était pas de sa faute. Elle n'était pas celle qui avait causé ce traumatisme, elle était une victime. Elle ne répondait toujours pas mais c'était normal. Peu après, elle posa son épée, à bout de force. Aeron ne tint pas beaucoup plus longtemps. Le souffle court, il se posa sur le lit et demanda à Seles si elle voulait la salle de bain avant lui ou pas. Ils avaient tous les deux besoin d'une bonne douche.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Lun 25 Nov - 12:39




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Aeron lui proposa donc un petit pré-entraînement, comme un échauffement mais la veille … Sélès trouva ça bien étrange, mais ne voulant pas le contrarier, elle s'exécuta sans broncher. Elle s'était dit que ça la défoulerait quand même un peu, alors elle prit son épée et commença les mouvements à répétition. Son épée était déjà lourde, mais elle le sembla plus encore lorsqu'elle frappait ainsi le vide. Quand sa lame heurtait quelque chose, cela lui permettait de reprendre de l'élan pour enchaîner, la, elle devait continuellement forcer sur ses petits bras de guimauve pour ne pas exploser la moquette. C'était n'était pas vraiment un exercice très agréable, pas autant qu'elle l'aurait cru. Tout d'abord, elle s'était contentée de se concentrer sur ses mouvements et son souffle, n'écoutant le blond que d'une oreille. Puis très vite, la sensation de taper dans le vide commença à lui chauffer les nerfs. Elle fronça les sourcils, ce qui passa pour être plus de concentration encore ou pour une expression crispée due à l'effort. Mais il n'en était rien, non. Cela l'énervait. Elle tapait dans le vide et cela la renvoyait à sa propre inutilité dans ce monde perfide, à sa faiblesse et à son inefficacité écrasante face à cette pourriture ! Ses doigts se crispèrent sur le manche de l'épée, comme si cela avait été autour de son cou, et elle frappa plus fort malgré les conseils d'Aeron. Ce qu'elle voulait, elle, c'était trancher, détruire quelque chose. N'importe quoi. Elle voulait que ça lame heurte un obstacle pour qu'elle puisse s'y acharner, frapper et s'acharner encore et encore dessus, jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus, jusqu'à ce que tout en elle n'explose et qu'elle tombe inerte.

    A bout de force, elle finit par lâcher son épée et se laissa tomber par terre pour s’asseoir. Elle tournait le dos à Aeron alors qu'elle était en train de reprendre son souffle. Heureusement, car son visage était ravagé par la contrariété, ses petits poings serrés, elle en plantait presque ses ongles dans ses paumes. Une envie de hurler resta coincée au fond de sa gorge, jusqu'à descendre à son estomac pour alimenter son ulcère. Elle se sentit trembler légèrement, alors que les mots qu'Aeron atteignaient enfin sa conscience. Quoi ? Que voulait-il qu'elle fasse au juste ? Qu'elle lui dise que son seul souhait était de détruire son propre corps pour se laver de toutes ces choses impures ? Et que cela le fasse souffrir, l'inquiète, et que cela la fasse souffrir plus encore ? Non. Pas question. C'est là qu'on stoppait les frais, il ne la fera pas changer d'avis, elle savait ce qu'elle faisait. Cela demandera juste un temps d'adaptation, savoir tout engloutir sans jamais craquer, jamais devant les autres. Avoir toujours l'air assez neutre pour paraître naturellement ainsi, gaie et un peu crispée. Prononcer des mensonges à chaque fois qu'elle parlerait de la beauté de ce monde et de la vie. Oui, ça viendra vite. C'était son nouveau elle, bientôt, tout sera normal. Tout sera ainsi.

    Elle parvint à retrouver l'illusion de la paix après une profonde inspiration en fermant les yeux. Elle, arme en main, elle se releva et chassa toute contrariété de son visage. Sans un regard vers son chevalier, presque comme s'il n'existait pas, elle alla ranger son arme de son petit sac. Il ne pouvait pas pleurer et dire qu'il souffrait de la voir ainsi et lui demander ensuite de se laisser aller. A quoi il jouait ? Peu importe, sa décision était irrévocable, et elle ferait ce qu'il faut pour s'y tenir, pour elle forte et inébranlable, au moins aux yeux des autres, quitte à devenir un roc à la carapace solide, et au fond complètement démoli.

    -Il ne mérite pas que je pleure. Affirma-t-elle avec fermeté, mais sans hostilité. Je n'ai pas envie de lui faire ce plaisir, je n'en ai pas le besoin non plus.

    Elle ne pensa pas à sourire ni à ajouter un petit mot doux pour le rassurer. Ce n'était pas encore très bien encré dans ses réflexes, ça méritera d'être encore un peu travaillé. Sans un mot de plus et comme pour couper court, elle prit quelques affaires et alla s'enfermer à clef dans la salle de bain. Cette fois, la solitude serait la bienvenue. Elle savait qu'elle ne devait pas trop le mettre à l'écart, car ça le rassurait qu'elle lui montre qu'elle comptait sur lui, mais tout était une question de dosage. Pour prendre un peu plus d'assurance, peut-être qu'elle aurait besoin d'un léger temps d'adaptation, comme pour apprendre à marcher seul, il fallait bien se résigner à lâcher tout support.

    Elle fit couler un peu d'eau pour la faire chauffer le temps qu'elle se débarrasse de ses vêtements. Elle allait devoir faire attention à ses bandages, finalement, une vraie douche n'était peut-être pas appropriée. S’appuyant contre le bord de la baignoire, elle réfléchit un instant. Elle n'avait pas vraiment l'intention de penser à quelque chose en particulier en fait, c'est comme si son esprit s'était mis en veille de lui-même. Elle fronça alors doucement les sourcils et ses doigts se crispèrent contre le rebord de son appui. Elle se mit alors à trembler et tomba finalement à genou, reposant son front contre la baignoire. Serra les dents, elle lâcha quelques larmes silencieuses, le peu de reniflement ou de gémissements qui lui échappèrent furent habilement avalés par le bruit de l'eau qui coule. Elle eut la soudaine envie de se fracasser le crâne comme ça, mais la seule chose qui la retint fut le fait que cela serait trop bruyant, et que le sang aurait été difficile à nettoyer. Elle voulait s'écorcher le visage, ce visage si laid et disgracieux qu'elle ne pouvait plus supporter, mais si Aeron le voyait, il en souffrirait. Et pourtant, elle avait toujours cette envie viscérale de crier, de hurler jusqu'à faire exploser ses cordes vocales. C'est sa colère et son dégoût qui devait s'extirper de son corps à tout prix, et elle ressentait à tout prix le besoin de destruction. Alors elle porta une main à son bandage et appuya sur sa plaie. Au début, elle n'osa pas aller très fort car la douleur l'intimida. Mais elle eut ensuite le besoin d'en ressentir plus, plus pour oublier, plus pour se décharger de tout ce flot de souffrir. Souffrir plus pour aller mieux … Cela lui semblait être un si bon calcul. Alors elle appuya, plus et plus encore. Elle serra les dents alors que son bandage se tâchait doucement de sang. Elle s'en débarrassa et pri un peu de désinfectant. La plaie était saine, mais elle voulait juste ressentir ce picotement qui n'eut bientôt plus d'effet, comme si ses chairs étaient à présent dépourvues de nerfs.

    Elle nettoya les bandages de leur sang et se débrouilla pour les sécher et ses remettre en place après s'être lavée. Se sentait-elle mieux ? A vrai dire, elle avait à présent tellement la tête ailleurs à cause de ça qu'elle ne se posa même pas la question, en ayant presque oublié pourquoi elle avait entrepris de se faire tant de mal. Tout ce qu'elle savait, c'est que ces douleurs qui la hantaient depuis cet événement l'avaient quittée un instant.

    En chemise de nuit, elle ressortit de la salle de bain comme si rien n'était. Elle esquissa un sourire sans pour autant adresser un seul regard à Aeron, ses yeux seraient sans doute encore trop difficile à supporter, et pas seulement à cause de sa décision et de tout ce qu'elle avait décidé de garder en elle, de toute façon, elle refusait son regard depuis ce matin. Elle alla jusqu'au lit où elle s'installa dans les couvertures.

    -Ça fait du bien de prendre une douche. J'ai hâte de prendre l’entraînement demain.

    Ho oui, elle avait hâte de démolir quelque chose.            



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Lun 25 Nov - 14:28

Aeron le constata de lui-même. L'entraînement ne semblait pas avoir fait plaisir à Seles. C'était la partie fastidieuse de l'entraînement, il fallait développer ses muscles, son endurance pour mieux s'entraîner ensuite. Sa remarque pour dire qu'il ne méritait pas qu'elle pleure lui fit de la peine. Elle avait beau parler de Jirall, Aeron prenait ça pour lui. Elle ne voulait pas pleurer devant lui, n'avait pas assez confiance en lui pour ça. Après tout ce qu'il avait fait pour elle et les sentiments qu'il nourrissait pour elle, il vivait cette remarque comme un coup de poignard. Que pouvait-il faire pour elle ? Il était prêt à tout pour qu'elle lui fasse confiance, pour qu'elle aille mieux. Il pouvait risquer sa vie s'il le fallait. Il vit la rouquine se diriger vers la salle de bain. Tout dans son attitude sonnait faux. Elle lui cachait sa peine, elle lui cachait ses pensées, tout. La confiance n'était plus là. Aeron avait l'impression d'avoir perdu son statut d'ami, il n'était plus que son protecteur, tel un mercenaire. Etait-ce ainsi que cela devait continuer ? Devait-il cesser de s'occuper d'elle ? Devait-il rester dans son coin et ne rien dire ? Soit, il ne la toucherait plus, ne lui ferait plus ces bisous qu'elle disait apprécier -était-ce un mensonge, d'ailleurs ?-, il ne serait plus que le protecteur. Il l'entraînerait, puisqu'elle le voulait, mais c'est tout. Il entendait l'eau couler, mais ses larmes à lui coulaient aussi. Il se sentait trahi. Il allait devoir mettre ses sentiments au placard, ne plus jamais chercher à montrer une forme d'affection. Comment allait-il faire ? Comment allait-il tenir ? Il avait envie de taper dans le mur avec ses poings jusqu'à ne plus être en état de bouger les mains, de se heurter le crâne jusqu'à s'assommer.

L'empathie dont faisait preuve Aeron était plus forte qu'il ne le croyait. Il ne savait que Seles était dans le même état que lui. Il s'en doutait mais ne le réalisait pas. Non. Il ne voulait pas le réaliser. Il souffrait déjà assez de la voir se mettre dans cet état et se refermer telle une huître. Il s'était écroulé au sol contre le mur sans même s'en rendre compte mais il se laissait là. Il n'avait pas le courage de se lever. A quoi bon après tout ? Il devrait attendre que Seles sorte de la salle de bain pour y aller à son tour. Là tout de suite, il n'avait qu'une envie, sortir. Il voulait sortir, sentir la brise, marcher, courir, faire quelque chose. Il restait enfermé pour Seles mais alors que celle-ci semblait ne pas vouloir lui faire confiance, pourquoi restait-il réellement ? Il pourrait sortir, oui. Après tout, rien ne l'obligeait à rester là. S'il fermait la porte, rien n'arriverait à Seles. Alors qu'il pensait cela, s'était levé et hésitait encore, Seles sortit de la salle de bain, en chemise de nuit. Aeron se glissa à sa place dans la salle de bain sans un mot. Il entendit à peine les mots de Seles sur l'entraînement, les premiers mots prononcés sur la douche sonnaient faux également. Il était persuadé qu'elle avait pleuré. S'il savait la vérité...

La douche ne lui fit aucun bien. Il ressassait ses idées encore et encore. Il ne pouvait rien faire maintenant. Il pourrait partir, abandonner celle qui le faisait souffrir par son manque de confiance en lui, mais il n'aurait jamais le cœur à ça. Comment pourrait-il se regarder dans un miroir s'il l'abandonnait ? Il ne pourrait jamais. Sa conscience lui interdisait cette lâcheté. Sortant de la douche comme un zombie, il gardait cette envie de sortir. Non, Seles s'inquiéterait. S'inquiéterait-elle vraiment en fait ? Et si oui, pour lui ou pour elle ? N'était-il qu'un protecteur à ses yeux ? Cette question revenait encore et encore. Il entra dans la chambre et vit que la jeune fille avait les yeux fermés. Elle semblait dormir ou au moins somnoler. Le jeune homme s'agenouilla devant le lit et observa le visage de l'ange qui avait bouleversé sa vie les derniers jours. Elle était si belle même avec les marques laissées sur son visage. Encore une fois, la culpabilité le submergea. S'il était arrivé plus tôt, s'il n'avait pas eu un frère comme ça, si... s'il était un vrai héros, un qui serait vraiment capable de sauver Seles, un mur immuable qui la protégerait pour de bon, ils n'auraient pas eu autant de soucis. Maintenant voilà que Seles avaient ces marques qui n'étaient cependant rien comparé à sa douleur intérieure. Il voyait l'expression du visage de la rouquine. Elle souffrait encore et encore, mais ne s'ouvrait pas à lui. Non, il ne le méritait pas. Il était un protecteur qui faisait mal son travail, rien d'autre. N'y tenant plus, il se dirigea vers la porte, l'ouvrit sans bruit. Il voyait le couloir éclairé par la lune. Il ne s'était pas rendu compte que le soleil s'était déjà couché. Il avait passé plus de temps qu'il avait cru dans la douche. Peut-être avait-il eu une absence pendant qu'il réfléchissait à tout ça. Il sortit dans le couloir et ferma la porte avec un peu de bruit sans le vouloir, puis inséra la clé et la verrouilla.

Il était dehors, seul. Il n'avait pas eu l'occasion de se retrouver seul depuis longtemps. Il n'avait croisé qu'une femme de ménage dans le hall. Les autres employés devaient dormir. L'air frais caressait la peau du blondinet qui sentait ses cheveux bouger. Cela lui faisait du bien, être dehors, marcher, courir... oui, courir. Il se mit à courir. Il n'avait aucune destination, aucun but, juste courir, se défouler, oublier un instant ses problèmes. Une fois essoufflé, il s'arrêta et s'assit au bord de l'eau, les pieds frôlant la surface calme. Ses soucis revenaient à nouveau et il était en colère. En colère contre lui-même pour ne pas avoir su protéger Seles, encore contre lui pour ne pas avoir su l'aider ensuite, encore et toujours contre lui-même pour être aussi stupide et être sorti. Et si elle se réveillait ? Et enfin il fut également en colère contre elle. Il l'avait aidée, il avait risqué sa vie pour elle, et voilà comment on le remerciait. On refusait de lui faire confiance, on le reléguait à la place d'un protecteur, tel un mercenaire qu'on ne protégerait pas. Il était à son service mais pour quelle raison ? Pour un amour qui n'était qu'à sens unique et le resterait pour aussi longtemps qu'il éprouverait ces sentiments. C'était ridicule ! Malgré tout, il ne voulait pas la laisser tomber. Il se leva et commença à marcher vers l'hôtel quand on l'interpella. Il se retourna et vit trois jeunes nobles apparemment un peu ivres. Il était difficile de comprendre ce qu'ils disaient, mais apparemment, ils voulaient qu'Aeron leur donne de l'argent pour éviter d'avoir à retourner jusqu'à leur chambre d'hôtel avant de retourner boire.

Le blondinet leur demanda froidement de le laisser tranquille mais à peine avait-il fait quelques pas qu'une main se posa sur son épaule. Ce type osait le toucher directement, comme ça. Il se croyait tout permis. La colère déjà présente s'intensifia et tout en se retournant, Aeron décrocha la mâchoire du premier ivrogne d'un coup de poing. Décidément, pour se dépenser, rien ne valait une bonne bagarre, même lui devait le reconnaître. Il enchaîna d'un coup de genou dans le ventre de sa victime encore surprise. Il se dirigea vers les deux autres et continua. Il frappa, encore, encore et encore. Il les défigura mais ce n'était pas suffisant. Il continuait à frapper même après qu'ils aient perdu connaissance. Il faisait preuve d'une violence qui aurait choqué même des guerriers expérimentés. Une fois debout derrière des hommes presque morts, il contempla son propre travail. Il se précipita alors vers le bord de l'eau pour vider sa bile dans la mer. Il se dégoûtait lui-même. Comment avait-il pu faire cela ? Si Seles l'avait vu. Non, on s'en fichait. Elle était la responsable de son état. Non, il était aussi responsable de cela. Sa colère était de nouveau là, mais cette fois de manière beaucoup plus froide et détachée. Il regarda ses mains couvertes de sang. Était-ce uniquement celui des nobles ou le sien était-il aussi mêlé à cela ? Il l'ignorait et s'en fichait. Il ne sentait plus rien, tellement il avait frappé. Il revint vers l'hôtel. Le hall était parfaitement vide, chose rare. Le blondinet plongea ses mains dans l'eau pour enlever le gros du sang, puis se dirigea vers l'ascenseur.

Que devait-il faire ? Seles serait-elle réveillée ? Il avait eu envie de sortir, il était sorti, c'était aussi simple que cela. Il n'arrivait pas à se détendre. Au fond de lui, il se sentait coupable d'être sorti, d'avoir laissé Seles seule. S'il lui était arrivé quelque chose, il ne se le pardonnerait jamais, mais cette culpabilité faisait qu'il était encore plus énervé contre lui-même. Il traversa le couloir, vide lui aussi, inséra la clé et ouvrit la porte. Il découvrit que Seles était éveillée sur le lit. Elle lui tournait le dos. Aeron referma la porte et ne la regarda pas. Il entendit son inspiration alors qu'elle allait lui parler et répondit avant la question. Cette fois, cependant, ce n'était pas pour faire plaisir, non. Il était trop énervé.

-J'avais besoin de sortir un instant.

Il s'engouffra dans la salle de bain avant que Seles n'ait eu le temps de réagir et s'y enferma pour nettoyer ses mains convenablement. Il s'était légèrement ouvert la peau mais rien de grave. Qu'allait-il faire maintenant ? Il n'en avait aucune idée.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Lun 25 Nov - 16:20




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Rester éveillée et pleinement connectée à cette réalité qui lui était si difficile à accepter était épuisant et écœurant. En s'allongeant sans recevoir de réponse de la part d'Aeron qui alla d’enfermer dans la salle de bain, elle posa doucement sa main contre sa plaie, et appuya jusqu'à ce qu'elle sente une légère douleur étrangement réconfortante, pas suffisante pour aggraver l'état de la blessure. Finalement, cela lui permettrait simplement de se débarrasser du sang souillé, elle était sûre de ne pas subir d'infection, n'était-ce pas une bonne nouvelle ? Elle se laissa bercer par le bruit de l'eau qui coulait dans la salle de bain. Elle avait l'impression qu'Aeron la détestait … C'était parce qu'elle n'était plus pure ? Ou parce que tous ses caprices et son cinéma les avaient menés à cette tragédie ? Oui c'était de sa faute, et elle ne put s'empêcher de penser qu'Aeron devait se dire qu'elle l'avait bien cherché. C'était plutôt horrible de dire ça d'une fille qui avait vécu de pareilles horreur … Non, personne ne mériterait cela, personne. Mais il avait tué son frère à cause d'elle, alors, même s'il s'était montré attentionné, peut-être que la rancœur finissait par resurgir. Cela la confortant dans l'idée qu'elle s'était bien trop laissée aller. Il souffrait et avait commis un fratricide pour elle, et elle, elle n'avait su qu'engendrer plus de peine encore en s'accablant de son sort. Elle devait être plus forte que ça et être son pilier. Oui, elle n'avait jamais pu être cela … Un pilier. Elle voulait être celui d'Aeron. Si elle y pensait assez fort, elle parviendrait à s'en convaincre elle-même, alors ce sera plus simple d'en faire de même avec les autres.

    C'est en se concentrant sur sa douleur de son flanc qu'elle parvint à trouver le courage de se laisser aller à un sommeil de plomb. Elle espérait juste ne pas rêver. Cependant alors qu'elle allait plongeait dans une soupe de sentiments désagréables, elle entendit une porte se refermer doucement. Elle sursauta mais ne se réveilla pas tout de suite, se demandant si ce bruit était réel ou non. Même lorsqu'elle ouvrit les yeux et se rendit compte qu'elle était seule, elle ignorait si ce qu'elle entendu était le fruit de son imagination. Seule … Pourquoi était-elle donc seule ? En cherchant autour d'elle, sa petite voix retenti comme le miaulement d'un chaton abandonné. Elle appela Aeron deux fois et se leva pour vérifier la salle de bain. Rien. Il était parti ? Elle se dirigeant vers la porte, elle tenta d'ouvrir la porte. Fermée à clef. Elle était piégée ? Sans soupçonner Aeron de quoi que ce soit, c'était tout de même son sentiment. Il est vrai qu'il décidait toujours ou presque du programme, même lorsqu'elle désirait faire quelque chose, c'est lui qui prenait tout en main. Elle ne se sentait pas si libre que ça finalement. Elle savait l'écouter sagement, mais c'était pesant. Surtout dans des circonstances pareilles, où, sa seule envie était de fuir en courant et de hurler jusqu'à en mourir d'épuisement mais qu'elle devait s'abstenir pour ne pas l'inquiéter, et que, tout simplement, il ne la laisserait jamais sortir, jamais seule. Elle n'en avait pas eu envie aujourd'hui de toute façon, mais si elle, elle sortait comme ça sans prévenir, elle se ferait sérieusement sermonner. Elle n'en avait tout simplement pas le droit. Peut-être que malgré tout ce qu'il s'était passé et tout ce qui les avaient rapprochés … Elle était toujours prisonnière et lui était son geôlier. C'était ça la liberté ? Elle en doutait. Cependant, elle doutait de tout à présent. D'absolument tout.

    Elle avait l'impression d'être un animal de compagnie, une poupée bien obéissante qu'il se plaisait à gâter pour son propre plaisir, juste pour l'arborer de jolies façons. Mais quand vient le soir, la petite poupée retourne dans sa boite, l'animal retrouve sa cage. Elle n'était que cela … C'était ainsi qu'elle se sentait. Et elle avait l'impression que ce serait toujours ainsi tant qu'elle serait affublée de ce corps souillé qu'elle ne supportait plus. Alors ses idées noires revinrent au galop et elle appuya sur sa plaie. Elle avait l'impression qu'elle serait bien dépourvue sans elle, comment tiendra-t-elle lorsqu'elle aura disparu ? Elle avait encore le temps, surtout si elle l'entretenait ainsi. Elle oublia alors tout ce qu'elle chérissait pour ne penser qu'à sa souffrance et sa tristesse. Elle retourna s'asseoir dans le lit et attendit longtemps, regardant dans le vide. Ses yeux parcouraient la pièce et elle observa un instant une ceinture sur la chaise. Elle ne put s'empêcher de l'imaginer autour de son cou, maintenant son corps au dessus du vide. Elle savait déjà bien ce que cela faisait d'être étouffée par une telle pression, et elle savait qu'au bout d'un moment, le sommeil vous emporte simplement, en douceur. Puis elle prit son sac et fouilla sans réelle but, jusqu'à tomber sur un canif. Elle effleura la lame des doigts, ressentant le besoin de faire couler son sang, tout son sang …

    C'est à ce moment que la porte s'ouvrit. Elle rangea le couteau à la hâte et laissa son sac tomber par terre, prenant une inspiration en se tourna vers le petit fugueur. Elle allait lui demander ce qu'il se passait et si tout allait bien, mais il la coupa d'une voix particulièrement sèche. Elle le regarda simplement retourner à la salle de bain, en silence. Elle resta un instant interdite, puis, la tristesse serrant son cœur, elle se leva jusqu'à la porte fenêtre qu'elle ouvra. Elle s'installa tranquillement sur le balcon en s’asseyant sur la rambarde, balançant ses pieds dans le vide. Elle regard longuement le sol, tout en bas, et à nouveau, l'image morbide du résultat d'une chute lui vint à l'esprit. Ça ne lui ressemblait pas de penser ainsi, mais tout ce qu'elle voyait, chaque objet qu'elle jugeait du regard, elle voyait une façon de s'en servir contre elle. Elle voulait être détruite, détruire n'importe quoi, se détruire elle-même.

    Puis, portant son regard vers l'horizon, elle voyait le grand large épouser le firmament étoilé. Elle sortit le cristal de l'élu et, le tenant entre l'index et le pouce, le tendit devant elle pour le faire miroiter. Elle voulait être libre, ici et maintenant, elle voulait sauter de ce balcon et simplement prendre son envole. Oublier tous ses maux, que plus rien ne puisse jamais l'atteindre. Qu'elle puisse aller où elle voulait, quand elle voulait, faire ce qu'elle voulait.

    *Je veux être un ange.*

    Mais où voulait-elle aller ? Que voulait-elle faire ? Retrouver son frère, peut-être … Peut-être ? Elle n'en était même plus certaine. Elle voulait le revoir et le serrer dans ses bras, mais au fond … il l'avait abandonnée, lui. Voilà trois ans qu'il n'était pas venu la voir, préférant de loin courir les filles ! Oui, après ce qu'elle avait vu malgré elle, elle supportait encore moins le fait que son frère adoré puisse s'adonner à ce genre de pratique. Elle trouvait ça tout bonnement répugnant.

    Sa main se referma sur le cristal et elle le rangea avec précaution alors qu'elle entendant Aeron sortir de la salle de bain. Elle avait vraiment envie de s'envoler, mais elle n'avait pas d'ailes et elle le savait. Sans doute ne pourrait-elle jamais en avoir à présent qu'elle était impure. Elle inspira un grand bol d'air frais, profitant de l'air qui était en train de geler son corps pour la faire doucement grelotter. Il ne faisait pas si chaud ici la nuit.

    *Peu importe s'il me déteste, je dois me montrer forte. C'est à cause de moi, alors je dois assumer et garder la tête haute.*

    Elle descendit de son perchoir avec précaution et retourna à l'intérieur. Elle semblait très inquiète en jugeant Aeron d'un regard doux triste, alors que lui-même l'évitait avec soin.

    -Tout va bien ?            



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Lun 25 Nov - 17:59

Voilà qu'il culpabilisait à nouveau. Pourquoi était-il sorti ? Il avait besoin d'air ? Quelle blague ! La seule chose dont il avait besoin était la présence de Seles. Malgré tout, il avait du mal à rester avec elle. Elle lui interdisait de l'aider en refusant de lui faire confiance et il se sentait inutile. Il ne pouvait que la regarder, impuissant. Il était en colère contre lui-même surtout. Il n'arrivait pas à la comprendre, il n'arrivait pas à la soulager ne serait-ce qu'une partie de son fardeau. Il voulait la soutenir, il voulait apaiser sa douleur et il en était incapable. Il n'était vraiment bon à rien. Après avoir lavé tout le sang et bandé rapidement les endroits où la peau était éclatée. Il refusait de demander à Seles de le soigner. Il assumait le fait que sortir et se battre faisait partie de ses erreurs. De toute manière, ce n'est pas cela qui allait l'empêcher de la protéger et elle n'avait besoin de lui que pour ça. Il sortit de la salle de bain, hagard. Où était passé Seles ? Il l'entendit qui rentrait. Elle avait été sur le balcon, apparemment. Le jeune homme la regarda. Ce qu'elle était belle. A la question de la rouquine cependant, il eut du mal à répondre.

-Ca ne va pas vraiment, non. Je... je n'aurais pas du sortir. J'ai fait...

Il n'osait pas parler. Comment avait-il pu l'abandonner, elle ? Non, il avait vraiment fait une grosse erreur, et ce qu'il avait fait. Il sentait encore les os du visage craquer sous ses coups. Le bruits du nez de chacun d'eux quand il les avait cassés.

-Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

-Je... je les ai...

Il repensait à ce qu'il restait de leurs visages. Ils étaient peut-être des ivrognes mais ils n'avaient pas mérité cela. Et s'il s'énerver un jour de la même manière contre Seles.  Non, plutôt mourir que de faire ça. La bile remonta à nouveau. Il se précipita à la salle de bain et, penché sur les toilettes, il régurgita le peu que son estomac avait pu produire en si peu de temps. Quelle piètre vision il devait donner. Sa gorge le brûlait mais il n'en avait cure. Il se redressa après avoir terminé et nettoya rapidement devant une Seles qui semblait ne pas oser parler. Il se tourna vers elle. Elle demanda à nouveau si ça allait. Il craqua.

-Non ça ne va pas. Je viens de tabasser à mort des jeunes qui n'avaient fait que m'importuner et n'avaient pas du tout mérité ce que je leur ai fait. Ma plus grande peur maintenant est que je suis un monstre et qui sait si tu ne seras pas la prochaine que je frapperai sous la colère. Avant, nous étions amis, nous nous faisions confiance, tandis qu'aujourd'hui, tu te fermes, tu refuses de me laisser t'aider, je suis inutile. Personne au monde ne m'est plus cher que toi, mais je suis quoi pour toi ? Juste un garde du corps ? Rien d'autre ? Très bien si c'est ce que tu veux, je ne serai qu'un garde du corps.

Les larmes coulaient. La vanne avait été ouverte une fois de plus. Aeron se trouvait particulièrement instable, ces derniers temps. C'était ça, d'être amoureux ? C'était de souffrir de la main ou par les mots de celle qu'on aime ?

-Tu n'as rien à craindre de moi. Je ne te toucherai plus, je ne te parlerai plus si c'est ce que tu souhaite. Je suis ton serviteur, juste ton protecteur, et on continuera comme ça jusqu'à avoir retrouvé ton frère. Après tout, il est la seule personne en qui tu aies confiance, non ? Je ne peux pas prétendre être proche de toi dans ces conditions. Bonne nuit !

Il avait sorti toute cette tirade sans même réfléchir. Il passa devant la rouquine en se mettant en tête qu'il allait devoir se refaire son lit. Cette fois, il le ferait loin de celui de Seles, contre le mur. Ainsi, il était sûr de ne pas la déranger. Elle fera ce qu'elle voudra dans son coin.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Lun 25 Nov - 21:05




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Sa question était stupide, elle s'en était rendue compte au moment même où elle l'avait prononcé. Cependant, elle ne voyait rien d'autre à demander pour l'encourager à se confier sans qu'il ne se sente obligé. Elle qui n'aimait pas qu'on lui force la main, elle savait bien ce que c'était que de toujours être contrainte à tout. Finalement, elle n'avait jamais été indépendante, normal me direz-vous, étant donné son âge ? Peut-être que toutes les jeunes filles de quinze ans, quelque soit leur famille, sont encore guidées et suivies, mais Sélès, c'était un autre niveau. On lui avait toujours dit quoi faire, quand et comment. Comme si elle n'était qu'une marionnette. Elle avait parfois l'impression ne ne même pas avoir de conscience propre. Même depuis qu'elle était sortit de l'abbaye … Elle était juste passée d'un marionnettiste à un autre. Lui en voulait-elle pour cela ? Elle ne savait pas trop, elle ne s'était pas vraiment posée la question. Dans un sens, elle était en colère qu'on ne la laisse pas voler par ses propres ailes, mais d'un autre … Elle serait perdue, sans personne pour la guider. C'était à double tranchant, mais un jour, elle ferait le choix de la liberté. Mais là n'était pas encore la question …

    Elle s'approcha doucement de son chevalier alors que ce dernier semblait complètement chamboulé, pire que s'il avait vu un fantôme. Il était livide et son regard était vide, comme absent. Elle le chercha alors des yeux mais il se détourna farouchement, et comme elle le sentait nerveux, très nerveux, elle resta à quelques pas de lui. Elle pouvait le voir trembler nerveusement et pouvait presque sentir chacun de ses muscles se crisper. Les flux de son mana traduisaient un état pire encore que ce qui était visible à l’œil nu, et en apercevant les écorchures sur ses mains, elle s'enquit aussitôt de ce qu'il s'était passé dehors. Le fait qu'il ait tant mal à répondre l'inquiéta plus encore, et ses grands yeux bleus de traduisaient plus qu'une grande inquiétude. Elle aurait voulu le tenir doucement dans ses bras pour tenter de le rassurer, mais la tension était si palpable et brûlante qu'elle n'osa pas. Elle renouvela sa question pour tenter de le faire parler plus vite, et il déballa alors son sac d'une voix dure et ferme. Plus il parlait, plus il semblait s’énerver et il haussa légèrement le ton. C'était si progressif que l'on ne s'en rendait pas vraiment compte, mais elle sentait de plus en plus d'agressivité.

    Elle le regarda sans comprendre. Un instant, elle eut même le réflexe de regarder derrière elle, pour s'assurer qu'il n'y avait pas quelqu'un à d'autre à qui il pouvait s'adresser. Elle ne comprenait rien, absolument rien … Qu'avait-elle fait de mal ? Avait-elle eu une parole blessante ? Elle avait simplement cessé de pleurer en fin de journée, pour l'avoir fait toute la matinée dans ses bras, était-ce un crime ? Non vraiment là, elle ne comprenait pas, absolument pas, mais vraiment rien de rien. Il se conduisait en victime, comme si elle l'avait manipulé pour obtenir ce qu'elle voulait pour ensuite le prendre de haut. Mais elle n'avait jamais rien demandé, elle, si ce n'est des glaces qu'elle avait payé, le reste, Aeron s'était mis en tête de lui offrir de son propre chef. A quoi s'attendait-il ? Il lui semblait pourtant avoir été assez reconnaissante là-dessus. S'attendait-il à plus ? A quoi s'attendait-il, au juste ? Puis, un instant, elle repensa à ce qu'il avait raconté sur Jirall et sa petite amie demi-elfe. Il la gâtait, la couvrait de cadeau juste pour avoir son corps au final. C'était ça, lui aussi, qu'il voulait en échange ? Non, Aeron n'était pas comme ça, définitivement pas … Elle lui faisait confiance, elle l'avait prouvée à maintes reprise … Mais si … Si c'était quand même ce qu'il attendait ? C'était troublant, comme ce qu'il pouvait lui dire ressemblait aux propos qu'il avait rapporté de la dispute entre son frère et sa petite amie de l'époque. Mais sans cela, les mots en eux-même étaient profondément vexant. Elle avait l'impression d'être un monstre, d'avoir abusé de lui sans même y avoir pensé une seule fois. Mais qu'avait-elle fait de si mal, si ce n'est se montrer forte ?

    Elle resta plantée là un moment, clignant des yeux comme pour se sortir d'un rêve sans queue ni tête. Elle ne comprenait pas, alors elle le regarda faire un instant. Sans vraiment savoir ce que ça voulait dire, elle avait comme l'impression … Oui c'était ça, elle avait la nette impression de s'être fait larguée. Par une astuce très ingénieuse, en lui rejetant la faute dessus alors qu'elle avait fait de son mieux pour l'épargner, ce qu'elle estimait être le mieux pour elle comme pour lui. Où était-ce là une marque de manque de confiance ? Non mais dans quel monde il vivait celui là ? Les garçons, elle ne comprendrait jamais, c'était certain. Jamais. Cependant, l'état d'Aeron lui avait fait une étrange impression. Elle avait ressentit un étrange frisson lui parcourir l'échine et redescendre le long de sa colonne vertébrale, et elle savait que ce n'était pas de la peur ... Non, peut-être qu'il faisait peur ainsi, c'est sûr, ce n'était pas rassurant, mais elle, elle n'avait pas peur, non c'était autre chose ... De l'adrénaline ... Une sorte d'excitation ... De l'excitation, pourquoi ? Elle ne savait pas encore traduire ce genre de sentiment, mais quelqu'un qui saurait aurait simplement dit ... Qu'Aeron était juste tout bonnement sexy dans ses excès de colère virile. Voilà.

    Réagissant enfin, elle se précipita vers le lit alors qu'il venait de prendre quelques couvertures et à peine eut-il le dos tournée qu'elle lui envoya un oreiller en plein tête. HEAD SHOT !

    -Pourquoi ''avant'' ?! S'exclama-t-elle. Puis, comme lui avoir jeté ce coussin lui avait procuré un étrange sentiment plutôt agréable, elle recommença. En quel honneur de sommes-nous plus amis ?! Elle jeta le traversin. Et quand on pose une question aussi importante à une personne, la moindre des choses c'est de la laisser répondre avant de décider pour elle !! Comme il n'y avait plus de coussin, elle attrapa la couverture et lui jeta après s'être un peu emmêlée dedans. Qu'est-ce que j'ai fait de si mal, hein ?! Tu as quoi dans la tête pour réagir comme ça, alors que j'ai simplement décidé d'arrêter de pleurer et de m’apitoyer !! Je veux passer à autre chose, maintenant ! C'est tout ! Tu es le seul qui soit là pour moi, depuis qu'on s'est rencontrés, tu ne m'as jamais fait faux-bond ! Tu as toujours été là contrairement à mon frère que je n'ai pas vu depuis trois ans ! Parce que lui, il préfère s'amuser dans son coin ! Mais alors, tu fais quoi, toi, ici, avec moi, si je suis si terrible que ça ?! Je ne comprend rien, tu es bête, tu dis n'importe quoi, t'es une tête de mule, voilà ! Mais tu n'as pas le droit de prendre une décision comme ça en prétendant que c'est la mienne alors que t'es juste en train de te défiler ! Si tu ne peux plus me supporter, alors dis-le simplement, je pourrais comprendre ! Mais ne va pas dire que c'était MON choix ! Mais où, dis-moi où est-ce que tu as été cherché ça ?! Qu'est-ce que j'ai fait, qu'est-ce que j'ai dit de si odieux pour que tu réagisses comme ça, pour que tout à coup, tu m'accuses d'avoir mis un terme à notre amitié ?! Moi je compte sur toi et je veux que tu puisses compter sur moi. Je n'ai plus envie d'être un fardeau, celle qu'on aide, tu comprends ?! Je veux juste être forte, je veux aider pour une fois ! C'est ça qui est si mal à tes yeux ? Tu trouves ça si mal qu'une fille soit forte et essaie d'aider son meilleur ami ?! C'est ça ?!?

Comme elle parlait et montait le ton de plus en plus et qu'elle s'énervait encore, elle avait attrapé une autre couverture pour la lui jeter mais s’emmêla complètement devant et tomba en avant lorsqu'elle tenta de la jeter.            



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Lun 25 Nov - 22:02

Il se prit un oreiller. D'abord interloqué, il commença à se retourner et se prit autre chose cette fois dans le visage. Ce qu'il reçut ensuite, ce fut une longue tirade. Seles Wilder se dressait contre lui et par ses mots, faisait mouche. Oui il était toujours son ami à ses yeux à elle. Oui elle tenait à lui. Oui elle était contente qu'il ait été là pour elle, plus présent que Zelos Wilder. Lui ? En train de se défiler ? Peut-être y avait-il de ça, sans qu'il s'en rende compte. Oui, il pouvait affronter des dizaines d'ennemis, mais pas Seles et ses souffrances intérieures. Non il ne trouvait pas mal qu'une fille soit fort pour... attendez, elle a dit son meilleur ami ? Elle l'estimait à ce point ? Ces réflexions se bousculaient toutes quand la rouquine se mit à tomber en avant. Aeron ne s'y attendait pas et la réceptionna en catastrophe, tombant avec elle. Il se retrouva par terre sur le dos, la rouquine sur lui. La chemise ouverte du jeune homme faisait qu'elle avait la tête et les mains contre son torse. La situation pouvait être gênante, mais il s'en fichait. Il n'était pas si mal là, il n'y avait pas à bouger. De toute manière, il y avait plus urgent que cela, et elle pourrait se relever quand elle le voudrait.

-Je... Je suis désolé, Seles. J'ai agi comme un idiot. J'ai peur. J'ai peur chaque jour mais aujourd'hui plus que jamais. La peur que j'ai le plus est que tu puisses ne plus vouloir de moi. Alors après que tu te sois cachée toute la journée, m'interdisant de te voir, je pensais que ma peur se réalisais. Quand tu te forces à sourire en pensant que je ne remarquerai pas ton malaise, je me suis senti mal. J'avais l'impression que j'étais devenu un inconnu pour toi. Je comprends que tu te forces à sourire en publique, mais ici, où nous sommes tous les deux, ce sourire forcé et ton silence sur tes problèmes m'ont donné l'impression que tu ne me faisais plus confiance. A un moment, je me suis dit qu'après tout, je n'étais qu'un Valerius, tu ne voudrais pas revoir quiconque de ma famille. Mais tu n'as pas de raison de faire semblant devant moi. Tu es la personne qui m'est la plus chère au monde, je suis prêt à tout pour toi. Je vois bien que quelque chose te ronge et le fait que tu refuses d'en parler me blesse. Je suis désolé d'être si égoïste, mais quand tu te fais souffrir, non, n'essaie pas de me contredire, il y a un peu de sang sur ta robe de nuit. Quand je vois que tu te fais du mal, je réalise à quel point ce que tu as en toi te ronge, mais je veux savoir. Je veux être là pour toi, je veux partager ton fardeau. Tu veux m'être utile mais tu l'es déjà. Ce que je t'ai raconté sur moi, à propos de ma famille, d'Elena, mes inquiétudes... Je n'en ai jamais parlé à qui que ce soit avant. Tu es la seule personne en qui j'ai réellement confiance en dehors d'Elena et même à elle, je ne fais pas autant confiance. Ce qui me rend triste, ce ne sont pas tes marques, mais l'importance que tu sembles t'y attacher. Tu veux les cacher. Les cacher au monde, je ne dis pas, mais pourquoi me les cacher à moi. Tu arrives à faire l'exploit de rester belle malgré ces marques. A mes yeux, tu resteras toujours un véritable joyau. Tu resteras bien plus jolie que cette demi-elfe blonde, que cette fille qu'on a rencontré dans l'ascenseur, ou même d'autres qu'on a pu croiser à la plage. Ce que j'ai toujours admiré chez toi, en plus, c'est le fait que tu étais naturelle. Et ce naturel, tu l'as chassé, tu l'as caché comme si c'était une honte pour me montrer un sourire factice. Tu peux me dire que j'ai été stupide, mais je me suis senti trahi, comme si tu ne voulais plus de moi. Moi qui tiens à toi, qui aimerai t'avoir à mes côtés le plus longtemps possible, je me suis fais souffrir en croyant cela. Tu veux être forte, tu l'es déjà, il faut juste que tu te reconstruise. Tu veux m'aider ? Tu le fais déjà bien plus que je n'ai pu t'aider. Tu as sauvé mon âme, en quelque sorte. Sans toi, je serais un homme sans espoir, sans personne sur qui compter, sans but... sans vie. Aujourd'hui je pourrais donner ma vie pour toi s'il le fallait. Je suis désolé d'être aussi stupide.

Le jeune homme s'arrêta. Il avait tout dit sauf une chose qui depuis le début lui brûlait les lèvres. Il voulait le dire mais ne pouvait pas, pas maintenant. C'est quelques mots qui exprimaient la vraie nature de ce qu'étaient devenus ces sentiments. Il avait la sensation que ces mots la feraient fuir. Elle avait vécu trop d'épreuves, avait trop souffert. Il ne pouvait pas faire cela. Ce qu'il put faire en revanche, ce fut de caresser la joue de la rouquine et lui déposer un bisou sur le haut du crâne. Oui il l'aimait. Oui, il pensait chaque mot qu'il avait dit. Il était prêt à tout pour elle, alors pourquoi avait-il tenté de fuir ainsi ? Peut-être était-il plus lâche qu'il ne le pensait. Il se sentait stupide et coupable.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Mar 26 Nov - 12:23




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Par un jeu de circonstances et de mouvements indéfinissables qu'elle n'aurait su comprendre, elle chuta finalement en emportant son chevalier avec elle, atterrissant saine et sauve sur le lui, le visage contre son torse. Elle n'avait pas vraiment la tête à penser à cela, mais elle rougit tout de même légèrement, autant gênée de l'avoir fait tomber ainsi que de s'être ridiculisée en plein milieu d'une conversation sérieuse. Elle se sentait vraiment honteuse, et peut-être que le torse nu du jeune homme juste sous son nez y était en partie pour quelque chose. Elle n'osa donc pas se redresser tout de suite, et garda son front collé contre le torse de son protecteur, maudissant sa maladresse. Le blond ne sembla pas s'en formaliser plus que cela, et préféra répondre tout aussi sérieusement à l’incompréhension de la rouquine, expliquant clairement sa réaction. Ce n'est qu'au cours de sa tirade que la petite demoiselle releva le nez pour voir son visage, ne lui cachant pas sa confusion mêlée d'une certaine contrariété. Alors qu'il parlait, la culpabilité monta en effet et elle baissa légèrement les yeux lorsqu'il parla de son visage. Ses pommettes s’enflammèrent lorsqu'il assura aimer son visage … Il la trouvait belle, lui ? Ce n'était pas la première fois qu'il le disait. Elle le trouvait en plus bête. Oui, c'était le mot, elle le trouvait simplement stupide d'avoir conclu tant de chose pour si peu, alors qu'elle avait juste fait cela parce qu'elle était gênée et honteuse. Ce n'est pas qu'elle ne voulait pas le regarder, c'est juste qu'elle ne voulait pas qu'il la voie et pas par manque de confiance, mais simplement par honte. Elle avait simplement honte de son visage et de son corps. Honte de tout ce qui faisait d'elle ce qu'elle est. Ça n'était jamais arrivé avant, qu'elle ressente une telle honte …

    Elle paniqua presque lorsqu'il lui avoua avoir réalisé pour sa plaie. C'est vrai, un peu de sang avait maculé sa robe de chambre blanche, elle n'avait pas fait attention. Alors elle eut plus honte encore, car elle réalisait à quel point elle était tombée bas pour en arriver à de telles pratiques. Elle voulu le contredire, lui dire qu'elle n'avait rien fait, mais même elle savait que cette fois, elle ne pourrait tromper personne en le prétendant. Elle avait juste envie de courir, de fuir très loin et de se cacher en enterrant sa honte avec elle sous une épaisse couche de bitume. Il remettait en question chacune de ses décisions, chaque chose qu'elle avait choisi de faire pour leur bien à tous les deux, ce qu'elle avait voulu faire pour l'aider et le soutenir, ce qu'elle avait fait pour se soulager, juste un peu, juste un instant de tous les maux qui la hantait et la prenait au tripe. Il accusait tout cela sans reprendre son souffle, et ces accusations lui donnèrent plus encore l'impression d'être prisonnière. Oui, se faire du mal avait eu le mérite de lui faire oublier un instant pourquoi elle le faisait, mais aussi, cela lui donnait une incroyable impression de liberté et de maîtrise. Car elle maîtrisait sa douleur, elle seule, dans ces cas-là, décidait de se faire mal ou de se soulager. Elle seule contrôlait sa souffrance, oui, ça, c'était tellement facile à contrôler ! En faisant cela, elle se sentait forte, tout simplement, mais aussi libre. Et ça, elle savait en un regard qu'il ne le comprendrait pas. Et rien à voir avec la confiance, une fois encore. Elle remettrait sa vie entre ses mains sans hésiter, c'est déjà ce qu'elle faisait. Elle le suivrait en enfer et se jetterait volontiers du haut d'une montagne s'il le lui conseillait. Parce qu'elle savait que quoi qu'il dise, quoi qu'il fasse, c'était pour son bien. Mais là, il ne savait tout simplement pas de quoi il parlait, il ne comprenait pas, il ne pouvait pas comprendre. C'était son seul moyen d'être libre, son seul moyen de se sentir forte jusqu'à ce qu'elle le devienne.

    Refermant ses points avec fermeté et serrant les dents à s'en briser la mâchoire, elle ne se sentit toujours pas la force de se lever. Alors, avec sa petite force de chaton épuisé, elle lui donna un petit coup bien inoffensif sur le torse. Elle avait les larmes aux yeux, elle semblait à la fois triste et en colère, mais aussi honteuse et terrorisée.

    -Tu n'es qu'un idiot ! S'exclama-t-elle, ne trouvant pas plus d'argument dans un premier temps. Je n'avais simplement pas la force de sentir un regard sur moi, surtout le tiens. Parce que … parce qu’il ne reflétait que ma propre détresse. Je pouvais voir mon reflet dans les larmes de tes yeux, dans tu me regardais, je voyais ta détresse, la détresse que je te renvoyais. Je ne voulais pas le voir et je ne voulais pas que tu …

    Elle chercha un instant ses mots, repensant à ceux de Jirall. Alors, elle se leva et s'assied sur le lit, le visage bas. Elle ne cherchait pas à se cacher, elle évitait simplement le regard d'Aeron, accablée par la honte.

    -Il a dit … Que j'étais laide. Toi, tu m'as toujours fait sentir le contraire mais … Je ne voulais simplement rien savoir. Je ne suis pas une poupée, je ne suis pas objet, je ne veux pas juste servir à décorer. Jirall a voulu me briser parce que j'étais laide, c'est ce que l'on fait aux poupées laides, et toi, tu me gâtes parce que je suis jolie, c'est ce qu'on fait aux poupées également. Puis comme elle le sentait s'offusquer, elle braqua son regard sur lui et le coupa d'une voix ferme. Je sais, que tu ne me considère pas comme un objet de décoration. Tu veux me faire plaisir pour me voir sourire, et moi, je veux simplement te faire plaisir en souriant. Mais tu veux également me protéger, pour te sentir fort et utile. Tu n'as pas besoin de moi pour être fort. Je me moque bien des autres, si je fais des efforts pour sourire, c'est parce que je veux te faire plaisir, je ne me force pas, je le veux, je veux te sourire à toi, même quand je suis triste, j'ai toujours envie de te sourire. Je n'ai aucune envie de pleurer ou de me lamenter, et tu n'es vraiment qu'un sombre crétin si tu crois que c'est parce que je n'ai pas confiance en toi. Toi, tu n'as qu'à me faire confiance, comme tu le dis, mais la confiance ne se résume pas à pouvoir pleurer devant quelqu'un, la confiance c'est aussi le respect des choix de l'autre. Pourquoi est-ce si difficile d'accepter que je puisse vouloir te faire plaisir ? A mon sens, c'est ce qui m'aidera le plus ! Je ne compte pas rester là à me transformer en déchet. Je ne deviendrai pas un déchet. Non, je vais devenir forte, et tu vas devoir accepter le fait que ce qui m'aide vraiment, c'est de te sourire à toi spécifiquement et de garder ces marques qui sont la preuve de ma faiblesse. Ce sont elles qui me rappellent à quel point je dois travailler dur pour devenir forte. Je veux juste oublier, tu comprends ? Oublier. Alors je veux que tout soit comme avant. Quand tu me regardes, maintenant, je me sens juste faible. Et quand tu me demandes de pleurer, j'ai l'impression que c'est toi, qui a besoin de me voir pleurer. Aeron, ce dont j'ai vraiment besoin, c'est d'un ami qui ne me rappellera pas toujours ça … J'ai besoin que tu sois comme avant. Je ne veux pas que tout change.

    Elle posa doucement sa main contre sa plaie qui avait un peu saigné et ferma les yeux alors que les larmes lui montait. Elle voulait être forte, mais les larmes coulaient sans qu'elle ne puisse rien n'y faire.

    -Je veux juste oublier, je ne veux plus avoir ces images dans la tête …. Je t'en prie … Murmura-t-elle dans ses sanglots.

    Impossible de savoir qui elle suppliait vraiment : Aeron, Martel, Jirall, elle-même ? Elle voulait juste oublier, et là, les images étaient tenaces.             



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Mar 26 Nov - 13:13

Les mots de Seles l'atteignaient encore une fois. Il vit ses propres erreurs mais aussi celles de la jeune fille. Oui, ils s'étaient mal compris. Il se releva et s'agenouilla face à Seles, prenant une de ses mains dans les siennes.

-Je comprends que tu veuilles me faire plaisir, éviter que je ressente ta détresse, mais te cacher est ce qui m'attriste le plus. Tu n'est pas n'importe qui, tu es Seles Wilder. Tu as un caractère très fort et te cacher derrière des sourires ou derrière ta frange font que je ne reconnais pas ton caractère. C'est ça que j'ai du mal à supporter. On n'a tous nos mauvais moments, tu peux en avoir un. Ce soir, alors que tu viens de sortir tout ce que tu avais sur le cœur, je reconnais celle que...

Il allait dire "celle que j'aime" mais il ne pouvait pas. Il ne voulait pas tout gâcher.

-Oui, je reconnais celle que j'admire. Tu ne t'en rends pas compte mais tu es bien plus forte que moi. Tu penses être faible, mais je suis au moins aussi dépendant de toi que tu l'es de moi, c'est juste que tu le vois moins. Si je te perdais là, si tu partais de ton côté, je ne sais pas comment je réagirais. Tu dis que je te gâte parce que tu es jolie mais c'est faux. Que tu sois jolie ou non n'est pas l'important. Je te gâte parce que je tiens à toi et que je veux te remercier pour tout le bonheur que tu me donnes. Tu es une jeune femme uniquement en ton genre.

Seles releva un peu la tête et Aeron en profita pour déposer un bisou sur le front. Oui, elle était unique, vraiment unique. Il voulait tout faire pour elle.

-Tu ne veux pas voir ta détresse dans mes yeux ? Ce que je vais te dire va te semble rude, mais si c'est le cas, alors lève la tête. Dresse-toi comme tu viens de le faire à l'instant, montre au monde et à moi-même qui tu es vraiment. Tu es forte, plus forte que tu ne le crois. Tu n'es pas n'importe qui ! Montre nous à tous qui est Seles Wilder !

Il avait apparemment fait mouche car cette fois, elle redressa la tête et le regarda avec un air déterminé. Oui, il avait réussi à la remotiver pour le moment. Il avait un peu peur d'éveiller la bête, mais il fallait ce qu'il fallait. C'est en s'asseyant à côté d'elle qu'il lui prit une envie folle. Il lui déposé un bisou sur la joue, puis la serra contre lui.

-Ensemble, nous affronterons toutes les épreuves. La prochaine sera un entraînement intensif dans des locaux adaptés. Je te préviens, je ne prendrai pas de gants avec toi.

Elle semblait à l'aise contre lui. Aeron hésita à bouger, mais il fallait bien se coucher. Il ramassa les oreillers, puis, par surprise, avec un sourire espiègle, en jeta un au visage de Seles. Elle bascula sur le lit avant de se redresser avec l'oreiller à la main.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Mar 26 Nov - 21:27




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Elle ne voyait pas bien quoi ajouter aux conclusions de son chevalier, qui finalement venait de lui donner raison. Ne pas se laisser abattre et garder la tête haute, c'est bien ce qu'elle avait l'intention de faire juste au moment où monsieur s'était mis à bouder. Bon, pour la tête haute, c'est vrai que c'était pas vraiment ça dans la journée, mais après qu'il ait soigné ses plaies au visage, c'était à ce moment qu'elle avait décidé de se reprendre en main. Elle n'aimait toujours pas être regardée, qu'importe si c'était pour lui dire qu'elle était laide et jolie, elle aurait juste voulu être invisible. Elle aimait se déplacer dans la foule sans se faire remarquer, hélas, Aeron la dévorait constamment des yeux et de toute façon, avec ses cheveux flamboyants, elle attirait facilement les regards curieux. Tant pis, elle allait devoir s'y faire. Si elle voulait que tout soit vraiment comme avant, elle allait devoir prendre sur elle pour cela aussi, car ça ne l'avait encore jamais dérangée jusque-là d'être regardée. Aujourd'hui, le moindre regard l’oppressait.

    Elle devait encore tenir un peu, demain, elle pourrait se défouler. Sélès se découvrait elle-même plus que jamais avec cette histoire, et constata qu'elle n'était pas de ceux qui mettaient facilement des mots sur ce genre d'expérience et de sentiment. Non, elle, telle la jolie petite Brutus qu'elle était, elle avait besoin de faire sortir tout ça par la force de ses petits poings dignes de pattes de chaton. Mais mais pour le moment, c'est un bisou sur la joue et un gentil câlin qu'elle reçut. Elle fut légèrement surprise et sa joue s'empourpra discrètement, comme les lèvres d'Aeron l'avait touchée. Elle profita tout de même de l'étreinte, lui lança un petit regard espiègle.

    -C'est peut-être moi qui vais devoir en prendre avec toi. Prétendit-elle pour le taquiner.

    Son cœur n'était pas vraiment à la rigolade encore, mais elle savait qu'elle devait le forcer un peu pour le remettre dans l'ambiance. Elle ne voulait plus se morfondre, une journée c'était déjà trop. Il n'aimait peut-être pas les sourires forcés, mais elle n'avait aucune envie de pleurer non plus. Elle partait du principe qu'un sourire engendrait un sourire, et que donc, au bout d'un moment, elle parviendrait bien à en retrouver un vrai. Cependant, si elle forçait un peu pour son propre bien, elle ne le faisait pas à contrecœur. Ce n'était donc pas la même chose …

    Il se décrocha finalement d'elle sans doute dans l'intention d'aller se coucher. C'est vrai qu'il devait se faire tard maintenant, c'est que le temps passe sans attendre. Mais à peine fut-il éloigné qu'elle reçut un oreiller en plein visage, elle ne bougea pas et le regarda simplement retomber, levant ses grands yeux vers lui, comme si elle ne comprenait pas. Puis, elle esquissa un petit sourire amusé avant de lui renvoyer l'arme au visage. Ils chahutèrent un instant, ayant trouvé ce moyen idéal pour décompresser dans la bonne humeur. Pendant ce temps, Sélès ne pensait pas à ce qui la hantait et elle ne souffrait d'aucune façon. Elle put même rire pendant cette bataille de polochon épique. Elle se retrouva assise sur le lit, en tailleur, toute essoufflée mais le sourire aux lèvres. Elle abattit une dernière fois son coussin sur la tête d'Aeron qui était assis par terre, juste à côté du lit. Oui, parce qu'elle aimait avoir le dernier mot. Juste après, elle se laissa tomber en arrière pour s'allonger sur le dos et faire l'étoile de mer, puis elle roula jusqu'au bord du lit pour voir son chevalier elle lui tendit la main pour lui faire comprendre qu'il pouvait dormir près du lit, de façon à ce qu'elle puisse le toucher.

    -Merci d'être là Aeron. Si tu me fais aussi confiance que tu le dis alors … N'hésite pas à me parler la prochaine fois, plutôt que de sortir sans rien dire. Je suis désolée de t'avoir inquiété.         



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Mar 26 Nov - 22:59

Ce moment à chahuter avec Seles était salvateur. Finie l'ambiance plombée, fini les tracas et les soucis. On n'y pensait plus. C'est qu'elle se défendait bien en bataille d'oreillers pour une petite rouquine ! Il se retrouvèrent chacun assis sur son territoire -à savoir le lit et le sol- à se regarder avec un grand sourire, essoufflés l'un comme l'autre. Seles lui envoya un dernier oreiller alors qu'il ne s'y attendait plus. Le blondinet rit de plus belle. Il se releva pour installer son lit mais Seles tendit la main. Ce soir, il allait dormir près du lit. Il installa les couvertures en tant que matelas tellement proches que le seul moyen d'être plus proche de Seles aurait été de dormir dans le lit. A cette pensée, le jeune homme rougit un peu. Les dernières paroles prononcées par sa compagne de chambre lui fit plaisir. Oui, il resterait là pour elle et il s'en voulait de l'avoir inquiétée elle. Il avait encore l'oreiller à la main. Seles avait fermé les yeux. Il hésita et après une grande inspiration, se prépara à lancer un oreiller pour avoir le dernier mot, mais Seles s'y attendait et ce fut son oreille qui arriva dans le visage rond d'Aeron. Une fois remis de sa surprise, il rit encore :

-Haha, très bien, j'admets ma défaite, grande princesse guerrière !

Le sourire que lui adressa la gagnante semblait sincère. Oui, là tout de suite, leurs soucis étaient envolés. Il n'y avait plus qu'à espérer que cela continuerait ainsi et qu'ils ne cauchemarderaient pas. Aeron se coucha pour de bon après avoir rendu l'oreiller de Seles. Il s'allongea ensuite, enlevant sa chemise pour dormir avec un short pour unique vêtement. Il n'avait pas souhaité une bonne nuit à la rouquine et leva donc la main. La jeune fille s'en saisit avec la sienne. Tira la main jusqu'à ses lèvre, il y déposa un bisou avant de la relâcher et lui souhaiter bonne nuit.  Le sommeil emporta le blondinet rapidement. Il espérait faire une nuit sans rêve mais ses soucis revinrent le hanter.

/!\ Contenu Explicite /!\:
 

Aeron hurla alors un "non", puis un autre. Il hurla ce mot encore et encore jusqu'à le crier en réalité. Il se réveilla en se redressant, son cri continuant alors que son esprit émergea brutalement. Il était dans la chambre, il n'était pas en train d'abuser de Seles. Il sentit la main de celle-ci se poser sur son épaule et l'entendit parler.

-Aeron, ça va ?

Il eut un cri de surprise et recula à quatre pattes pour s'éloigner de Seles.

-Ne me touche pas ! Je suis un monstre ! Je... je...

Les yeux exorbités par l'horreur qu'il avait vécue dans son rêve, il regarda autour de lui. La blonde n'était pas là, Seles était indemne. Elle semblait cependant très surprise, et même vexée. Oui, il venait de la repousser alors qu'elle voulait l'aider. Elle devait bien comprendre qu'il était déboussolé, mais ça n'avait pas du lui faire plaisir. Il se rapprocha du lit, toujours à quatre pattes, les yeux hagards. Il garda la tête baissée en s'excusée.

-Je suis vraiment désolé, j'ai fait un cauchemar assez horrible et je... c'était horrible, pardon.

Seles ne pouvait pas comprendre pourquoi il s'excusait. Jamais il ne pourrait lui dire, et il redoutait qu'elle lui demande de raconter ce fameux cauchemar. Il finit par relever la tête. Cette fois, c'était Seles qui cherchait son regard. Il la regarda et s'apaisa un peu. Non, il ne pourrait jamais faire du mal à Seles. Il l'aimait vraiment et faire preuve d'abstinence jusqu'à la fin de ses jours serait un maigre prix à payer pour avoir la chance de l'aimer et d'être aimé en retour. Cependant, il n'espérait même plus être aimé. Non, cela ne pourrait pas arriver.

-Ce n'est rien, j'ai également fait un cauchemar. Je me suis réveillée quelques secondes avant que tu te mettes à crier, à croire que nous nous influencions mutuellement.

Oui, ils étaient au fond sur les nerfs. Ils traversaient une période difficile. Aeron espérait que le cauchemar de Seles n'avait aucun rapport avec le sien. Il prit une main de Seles dans les siennes et posa son front dessus. C'était peut-être stupide, mais cela le rassurait beaucoup. Il donna un bisou à cette main si douce et y reposa sa tête. Ça allait mieux, il était avec Seles, la vraie, et jamais il ne ferait quoi que ce soit qui pourrait lui nuire, jamais, au grand jamais. Malgré tout, la voix de la créature de son cauchemar raisonnait encore dans sa tête.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Mer 27 Nov - 15:42




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Une bataille d'oreiller, c'était un peu comme de l’entraînement aussi, et elle s'y donnait à fond. Elle avait même finit par développer une stratégie qui lui collait bien, un gros coussin pour se protéger, et le traversin pour frapper. Elle était fière de parvenir à anticiper les mouvements de son adversaire et de son environne, chose qui lui avait toujours fait défaut. Elle espérait qu'elle pourrait réutiliser ça en combat réelle le moment venu. Oui, elle avait vraiment hâte d'être à demain, si bien qu'en se couchant, elle ne redouta pas tout de suite ses songes et les cauchemars qu'ils pourraient lui apporter. Confortablement installé dans ses couvertures, elle vit la main d'Aeron se lever, alors elle la saison doucement, rougissant légèrement de sentir ses lèvres se déposer sur sa main. Dire qu'il était bourré d'attentions serait un doux euphémisme, et chacun de ses petits gestes de tendresse lui allait droit au cœur, même si elle ne savait pas vraiment le montrer, autre que par un petit sourire timide et des joues qui rougissent. Elle espérait qu'il le savait, au fond de lui, à quel point elle l'estimé et à quel point chacun de ses mots, de ses cadeaux, de ses attentions envers elle était précieux. Elle l'avait déjà remercié pour tout ce qu'il faisait, mais était-ce bien suffisant ? Elle avait l'impression de ne pas réussir à lui transmettre le fond de ses pensées et de ses sentiments. Finalement, elle ne savait pas vraiment comment s'y prendre, peut-être que certains de ses gestes, certaines de ses réactions seraient mal interprétées ? Si c'était le cas, elle ne tarderait pas trop à le savoir, car son chevalier avec l'avantage de toujours finir par dire le fond de sa pensée, même si ce fut de façon un peu maladroite.

    Avant de trouver le sommeil, ou plutôt, juste avant qu'il ne la trouve, elle prit le temps de s'interroger pour la première fois sur un sujet important, qui devait être un objet de préoccupation pour toutes les jeunes fille de son âge. Elle aimait beaucoup Aeron, et elle n'était pas indifférente à sa tendresse. Jusqu'à quel point ? Elle n'aurait trop sût le dire, elle n'y connaissait pas grand chose en ces choses de l'amour, après tout. Elle ne pensa pas vraiment à cela, en réalité, pas tout de suite. Non, pour le moment, elle voyait un peu en Aeron une sorte de ''Zelos parfait''. Elle aimait son frère, plus qu'elle ne saurait l'expliquer, il était doux, aimant et si attentionné avec elle … Cependant, elle n'oubliait pas qu'il l'avait un peu abandonné ces derniers temps. Elle lui en voulait un peu, mais il était déjà pardonné, et si elle ne manquerait pas de le sermonner, elle n'aurait pas la rancune bien tenace, pas avec lui. Aeron la voyait-il comme une petite sœur ? Il n'avait eut de chance avec la sienne, alors c'était bien probable, un grand frère est toujours près à tout pour protéger sa petite sœur pas vrai ? Et pourtant, l'affection qu'elle avait à l'égard du blondinet était de nature différente. Quoi que. Elle ne savait pas trop. Peut-être que c'était simplement le fait de savoir qu'ils n'avaient pas le même sang qui la faisait penser différemment. Elle avait déjà du mal à déterminer la nature de son affection pour Zelos, tant elle était possessive et attachée à lui … Elle sentait cependant quelque chose de différent avec Aeron. Différent en quoi ? Elle ne savait pas du tout en quoi, car elle savait qu'elle serait d'autant plus possessive avec lui à partir de maintenant. Comment et pourquoi ? Elle s'endormit avant de connaître la réponse.

    Et les limbes l'engloutirent, la portant dans les profondeurs onirique de son subconscient. Et cette nuit, pas d’aventure fantastique à travers le cosmos, pas de licorne, pas de dragon … Non, cette nuit, elle était revenue à l'abbaye. Elle avait l'impression de s'être réveillée, et que tout ce qu'elle avait vécu depuis le jour de son évasion n'était qu'un rêve, un long rêve troublant, mais rien de plus que cela. Elle était dans sa chambre, assise devant la fenêtre, elle regardait l'horizon. Mais son regard n'était pas porté vers la mer, avide d'aventure, non. Son regard fixait inlassablement le sentier, d'où provenaient toujours les visiteurs. Elle attendit longuement, le cœur lourd d'espoir, quand, au loin, apparut une silhouette familière, avec sa longues crinière rousse, flamboyant au soleil. Elle sentit son cœur s'envoler et Zelos apparut un instant après sur le pas de la porte de sa chambre. Le sourire aux lèvres, elle sautant dans ses bras et il l'étreignit avec tendresse. Il lui annonça alors que le Pontife était mort et que plus personne ne pourrait les séparer à présent, et qu'il tuerait ceux et celles qui le tenteront. Se décollant légèrement, juste assez pour la regarder, il lui sourit et lui caressa doucement la joue, le regard plein d'une tendresse nouvelle. Une tendresse plus langoureuse que fraternelle, comme si ses yeux voyaient au plus profond d'elle.

    -Comme tu as grandit. Dit-il en laissant glisser ses mains sur ses hanches. Comme tu es belle …

    Elle lui sourit timidement en rougissant, détournant légèrement la tête d'un air gênée. Il lui prit alors délicatement le menton pour la regarder plus attentivement. Elle avait vraiment l'impression d'être littéralement transpercé par son regard, ce qui ne lui parut pas si désagréable. Elle se surprit même à apprécier qu'il la regarde comme ça. Et comment la regardait-il ? Et bien, en réalité, il semblait la voir comme une femme à présent, et non comme une petite sœur. Il lui dit alors qu'elle était plus belle encore que toutes les femmes qu'il n'ait jamais vu, et que c'était pour cela qu'il n'en avait jamais touché. Oui, il lui avoua que ces histoires de coureur de jupons n'était que des rumeurs, des mensonges infondés colporté par le Pontife, lui assurant qu'il ne saurait souiller son âme avec de telle pratique, puis, il approcha doucement son visage du sien pour murmurer à son oreiller.

    -Tout ça, je ne le donnerais qu'à toi.

Contenu explicite:
 


    Elle fut secouée d'un sursaut immonde et se réveilla toute en sueur, le cœur tambourinant furieusement contre les barreau de sa cage de côtes. Son palpitant était incroyablement lourd et douloureux, comme soulevé de nausées. Elle resta tétanisé au font de son lit le temps de reprendre son souffle, elle regardait le plafond, les images de son rêves était encore très clair dans son esprit. Ce n'était qu'un rêve, oui, seulement un rêve … Bon sang. A ce degré d'épouvante et d'étrangeté, ce n'était plus un rêve, c'était un cauchemar. Elle fut prise d'une crainte terrible, mêlée de dégoût. Bon sang ! Ce genre d'idée était vraiment d'elle ? C'était dans sa tête, ça ? Est-ce que ça foulait dire qu'elle refoulait ce genre de désir ? Non, impossible, non. Pas ça, pas avec son frère, pas avec Zelos. Nan … Nan ! Pas possible, il n'y avait pas moyen. Elle l'aimait, elle l'aimait beaucoup mais pas comme ça. Se serait possible ? Non. Définitivement non. Impossible. Même si c'était le cas, elle n'en ferait rien. Bah, ce n'était pas le cas de toute façon, pas moyen ! Non, vraiment, non. C'était …

    -Non !!!!
    -Hiiii !!!!!

    Deuxième sursaut intense de la matinée, et elle crut frôler la crise cardiaque cette fois. Bon sang, qui avait hurlé comme ça ? C'était Aeron, juste à côté, il se débattait. Elle se souvint alors de la fin de son rêve, enfin de son cauchemar. Le simple fait de repenser à ce regard la pétrifiait, et en même temps, cela la faisait frissonné d'une façon bien énigmatique. Cependant, pas d’ambiguïté sur ce qu'elle avait ressentit en voyant la tête de Zelos se faire trancher ainsi. Brou. Autant ne pas y repenser.

    -Aeron, ça va ?

    Elle lui toucha doucement l'épaule pour tenter de le rassurer mais obtint tout le contraire. Il reculant vivement en hurlant, lui intimant de ne pas la toucher. Cette réaction vive et inattendue la fit de nouveau tressaillir, et elle se froissa l'espace d'un instant, le comprenant pourquoi il ne voulait plus qu'elle le touche tout à coup. Mais elle comprit très vite qu'il avait fait un cauchemar lui aussi, et il s'excusa presque aussitôt de sa réaction, reprenant ses esprits aussi vite qu'il le pouvait. Bah, vu qu'il s'insultait de montre et refusait d'être touché, elle se mit à espérer qu'il n'avait pas fait le même rêve qu'elle … Il ne manquerait plus que ça ! Se serait terriblement gênant. Enfin, elle préférait ne pas savoir ce qui l'avait mit dans cet état – bon en fait si elle était assez curieuse – mais en tout cas, elle ne raconterait pas le sien, c'était beaucoup trop … Mal saint.

    -Ce n'est rien, j'ai également fait un cauchemar. Je me suis réveillée quelques secondes avant que tu te mettes à crier, à croire que nous nous influencions mutuellement.

    Il lui prit doucement la main pour y blottir son visage, encore tout retourné. Elle passa alors ses doigts libres dans sa tignasse doré lui ébouriffer doucement, avant d'enrouler ses bras autour de son cou, comme si sa tête était un doudou, elle l'étreignit. Elle ne se rendait pas vraiment compte d'où elle avait mit son visage dans le geste … Je suppose qu'on a tous comprit, nous, par contre. Mais elle ne resta pas longtemps dans cette position le relâchant bien vite, il semblait tout rouge et cacha sa tête sous ses cheveu en baissant le nez. He, ça, c'était copyright Sélès Wilder ! S'allongeant sur le ventre pour pouvoir être à a hauteur, elle vint chercher son visage du regard et sourit.

    -He, c'est toi qui te cache maintenant ? Tu n'as pas le droit de me piquer mes trucs.

    Elle eut envie de lui demander ce qui avait bien put le mettre dans cet état, mais si c'était aussi étrange et gênant que son rêve  elle, elle ne préférait pas demander. Elle lui tapota doucement le sommet du crane pour tenter de le rassurer.

    -On devrait remplir la chambre d’attrape-rêve. Affirma-t-elle, puis, devant le regard interrogateur du jeune homme, elle précisa. C'est mon frère qui m'en a parlé. C'est des trucs d'Elfes qui permettait d'éloigner les cauchemars, il les manges je crois, quelque chose comme ça. Du coup, il ne reste que les jolies rêves. On en aurait besoin je crois.          



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Mer 27 Nov - 18:28

Elle lui avait pris sa tête pour le serrer contre elle. Il avait les formes de la jeune fille en gros plan et avait du mal à penser à autre chose. Ils avaient une forme tellement parfaite pour leur taille. Le blondinet avait l'impression de regarder une oeuvre d'art. Cela ne dura qu'un instant, mais pour Aeron, il avait l'impression que cela avait duré très longtemps. Son nez touchait l'un d'eux. Il l'effleurait à peine mais cela lui suffisait pour deviner à quel point ils étaient doux et moelleux. Lorsqu'elle l'éloigna de ce spectacle, il fut gêné comme jamais et baissa la tête en rougissant. Lui qui était déjà un peu dressé au réveil, de manière incontrôlable, c'est biologique, il était maintenant dressé pour d'autres raisons. Oui, Seles était magnifique de la tête au pied. Le blondinet essayait de ne pas repenser à son rêve. Avait-il envie de faire cela ? Oui, mais seulement avec l'approbation de Seles, et celle-ci ne viendrait jamais. Il fallait qu'il arrête d'y penser. Seles s'allongea sur la ventre et Aeron leva lentement la tête alors que la rouquine le taquinait sur sa gêne. Elle était tellement adorable ! Elle lui parla de ces attrapes-rêves qu'utilisent apparemment les elfes. Le jeune homme réfléchit quelques secondes et en déduit que cela devait être une forme de plante aux vertus apaisantes. Il releva les yeux et put à nouveau, dans la pénombre, contempler les magnifiques yeux azurs de Seles. Il s'y perdait alors qu'elle finit par se retourner pour faire le constat qu'il était encore très tôt.

-Oui, il faudrait essayer de dormir encore un peu. Une rude journée d'entraînement nous attend, après tout.

La rouquine se tourna à nouveau vers Aeron. Les cauchemars étaient d'un coup oubliés et le blondinet pouvait presque distinguer des étoiles dans les yeux qu'il admirait. Décidément, elle le faisait craquer. Après quelques instants, ils se recouchèrent à nouveau. Aeron avait du mal à trouver le repos et ce fut quand il crut entendre un son venant du lit qu'il se redressa. Seles dormait, mais elle semblait faire un rêve peu agréable. Après un instant à la regarder, le jeune homme se décida à s'allonger à côté d'elle. Il était gêné de se mettre dans le même lit qu'elle, mais il voulait juste la rassurer dans son sommeil, il ne tenterait rien. Pour que cela ne fasse pas louche, il se mit à l'extérieur de la couverture dans laquelle Seles était enroulée et prit la tête de celle-ci pour la serrer contre lui. Il n'eut que le temps de poser sa main dans la chevelure rousse et de faire un bisou sur le front avant qu'elle ne s'accroche littéralement à lui. Elle était toujours endormie, pourtant . L'expression tendue avait disparu du visage et elle semblait maintenant sereine. Cela suffisait au jeune homme qui l'entoura de ses bras, et refit d'autres bisous. Dans un murmure à peine audible, pour être sûr de ne pas la réveiller, il lui dit :

-Laisse-moi être ton attrape-rêves.

Il s'endormit rapidement dans un sommeil sans rêve. Malgré l'absence de rêve, il se sentait bien dans cette inconscience avec l'ange qu'il tenait dans ses bras.

Le réveil fut doux. Il sentait les cheveux de Seles contre son menton. Elle semblait toujours endormi, alors il lui fit d'autres bisous. Il n'osait pas bouger plus que cela, de peur de la réveiller. Il attendit donc pendant que la lumière inondait petit à petit la chambre. Il attendit patiemment mais n'avait aucun mérite dans cette patience. Il était juste heureux d'être avec elle. Elle le rendait heureux par sa simple présence et il aurait pu rester encore de nombreuses heures là à la tenir que cela ne l'aurait pas dérangé. La Belle au Bois Dormant finit par ouvrir les yeux, difficilement. Elle sembla surprise d'avoir le visage ainsi lové dans le torse d'Aeron. C'était elle-même qui s'était collée contre, mais elle ne s'en souvenait pas, vu qu'elle dormait. Elle leva les yeux et le blondinet lui dit bonjour. D'un ton très timide, elle lui répondit à son bonjour tout en rougissant.

-Tu semblais cauchemarder à nouveau, donc je suis venu essayer de t'apaiser, mais vu que tu t'es accrochée à moi, je n'ai pas eu le cœur à te faire lâcher, j'espère que cela ne te dérange pas trop.

La rouquine rougit de plus belle, puis secoua timidement la tête. Apparemment, elle était gênée mais c'était tout. Aeron se décolla d'elle et elle le laissa partir. Le blondinet avait cru sentir les doigts s'accrocher un peu mais il se demanda s'il n'avait pas imaginé cela. Se dirigeant vers son sac, il prit de quoi s'habiller et se dirigea vers la salle de bain. Il s'y enferma juste le temps de se changer, puis ressortit. Seles semblait se réveiller assez bien. Elle se dirigea à son tour à la salle de bain.

-Ne prends pas la peine de prendre une douche tout de suite, on va au terrain d'entraînement dès que tu seras prête ! Il n'est pas loin du tout, on ira à pieds.

La jeune fille s'arrêta un instant, puis un sourire éclaira son visage avant qu'elle se précipite pour s'habiller. Son entrain mettait du baume au cœur d'Aeron. Oui, décidément, il était prêt à tout pour elle, pour la rendre heureuse. Si c'était pour voir ces sourires, ces marques véritables de son bonheur, il pourrait vraiment tout faire. Rien ne l'empêcherait de faire tout ce qui était en son pouvoir pour que les seules larmes qui coulent de ces yeux azurs soient des larmes de joie.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Jeu 28 Nov - 10:56




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Il était très tôt, au final, elle s'en rendit compte lorsqu'elle remarqua qu'aucune lueur ne filtrait encore par la fenêtre. En se tournant un instant pour regarder l’horloge juste derrière, elle eut confirmation que l'aube pointait à peine. Le notant à voix haute, Aeron lui conseilla de se recoucher pour se reposer encore un peu. Se rendormir après un rêve pareil ne faisait pas très envie, elle avait peur de le revivre ou de voir pire encore. Qui sait ce qu'il se cachait dans son esprit malade … Oui, elle se dit qu'elle devait forcément être malade, étrange et malsaine, pour faire de tels rêves d'inceste au dénouement si sanglant. Surtout après un traumatisme comme fut le sien, une petite psychanalyse ne lui ferait sans doute pas de mal. Elle découvrait alors ce qu'était la peur de soi-même, la peur de son propre corps, et de son propre flux de pensées. Craindre telle ou telle idée, et en être dégoûtée, voilà quelque chose de neuf pour elle, et d'autant plus virulent qu'elle s'était toujours estimée comme quelqu'un de parfaitement sain et 'moral'. Si elle faisait des rêves pareil, elle ne l'était peut-être pas tant que ça … De toute façon, elle ne se considérait plus vraiment comme une jeune fille pure, après tout 'ça'.

    Mais en reposant les yeux sur Aeron, ses doutes s'envolèrent. Ce cauchemar étrange était oublié, et elle était à nouveau conquise d'un tendre sentiment de sûreté. Après un petit sourire, elle se réinstalla confortablement au fond du lit et ferma les yeux pour retrouver le sommeil. Heureusement, il n'était pas parti bien loin, et toute la fatigue cumulée de ses derniers jours aida bien à la faire replonger. Seulement, une fois dans les limbes du pays des onirismes, elle n'était plus tranquille. Aeron n'était pas là. Elle était perdue, elle ne savait trop où. Vraiment, elle ne savait pas où elle était, mais elle était chargé de peur et de détresse. Elle appela à l'aide, Zelos, puis Aeron. Mais rien ne vint. Elle avait l'impression d'être épiée, et qu'un danger était sur le point de s'abattre sur elle, mais elle ignorait d'où, elle ignorait comment ou même quoi. Elle avait juste peur. Ce genre de rêve subjectif était plus désagréable encore qu'un champ très clair de têtes coupées. Car la suggestion n'attisait que plus encore de sentiments vifs et intenses. Elle voulait fuir, se réveiller vite et se cacher. Quand soudain, quelque chose de chaud l'enroba de tendresse et de douceur. Sentant cette présence contre elle, elle s'y blottit et s'y accrocha fermement, comme si c'était sa seule bouée de secours. Enfin la paix. Là, elle était bien, elle avait chaud, elle avait un doudou dans ses bras, elle n'était que guimauve, chocolat et paillettes. Elle ne rêva toujours pas de licorne, elle ne rêva de rien de spécial, juste qu'elle était bien, tellement bien … Si bien qu'elle crut qu'elle ne se réveillerait jamais. Comme si elle avait finalement trouvé le paradis, le vrai.

    Puis, tout en douceur, elle quitta finalement ce monde de douceur, ses songes décidant de la porter lentement vers l'éveil. Elle prit alors conscience que, ce sentiment de bien-être qu'elle avait imaginé étreinte dans son sommeil était toujours là. Elle l’étreignait et il l'enveloppait … Et elle était trop bien. Elle savourait ce moment de paix parfaite, de détente extrême. Oh oui, son corps n'était plus qu'un petit tas de guimauve rose et moelleuse. Elle serra même ce nounours qui semblait toujours être dans ses bras, et se dit un instant qu'elle avait dû dormir vraiment profondément pour en avoir oublié l’existence réelle de ce ''doudou''. Mais en ouvrant les yeux, elle réalisa qu'elle n'avait jamais eu de nounours. Il y avait bien eu ce lapin en peluche, mais elle ne l'avait pas emmené dans son voyage, et il y a bien longtemps qu'il ne servait plus qu'à décorer une étagère. Elle découvrit alors que ce doudou là était fait de chair et de sang et qu'il était tout chaud. Elle réalisa une longue seconde plus tard, cela lui parut long d'ailleurs, puis ses cils papillonnèrent comme pour se convaincre que c'était réel. Elle reconnut finalement Aeron et leva son regard jusqu'à lui, timidement, elle rougit légèrement lorsqu'il lui dit bonjour.

    -Bonjour … Répondit-elle d'une petite voix endormie et gênée.

    Devant le flot d'incompréhension qui inondait le regard de la jeune fille, le chevalier servant estima qu'il était utile de lui expliquer la situation. Elle ne douta pas une seule seconde de l'honnêteté de ses mots, elle ne voyait pas bien pourquoi il mentirait de toute façon, et elle ne doutait pas que les intentions d'Aeron étaient toujours honorable. Et comme, sans se souvenir précisément de ses rêves, elle savait qu'elle avait songé à quelque chose d'effrayant, elle n'était pas surprise de s'être accrochée au premier support rassurant qui lui passait sous la main. Elle était un peu gênée, cela dit, de s'être ainsi emparée du pauvre garçon. Ça n'avait pas eu l'air de le déranger le moins du monde, mais c'était bien la première fois qu'elle se permettait – sans le vouloir – ce genre de familiarité. Alors ses joues s’enflammèrent de plus belle et elle secoua doucement la tête pour lui signifier que ça ne la dérangeait pas. Ah, si seulement elle pouvait avoir un doudou comme ça toutes les nuits ! Ça serait tellement cool … Oui, Aeron faisait un chouette doudou, avec sa tignasse toute blonde et toute douce. Elle avait presque envie de se prélasser là encore un moment, elle qui, quelques heures plus tôt, avait si hâte de se lever pour bouger sa bidoche – quelle bidoche ? Bon d'accord, elle n'en a pas un gramme, autant pour moi – toujours est-il que maintenant que son corps était parfaitement détendu, elle avait juste envie de profiter de ses couvertures douillette ainsi que de son doudou tout doux tout douillet.

    Mais monsieur tout doux s'éloigna d'elle, et ses petites doigts eurent bien de la peine à le laisser s'échapper. Il alla s'enfermer dans la salle de bain instant, pendant lequel elle avait pris le temps de s'étirer de tout son long avant de se lever et de s'étirer encore. Ho que c'était dur ce matin ! Elle réunit quelques affaires alors que son chevalier sortait de la salle de bain, et elle s'y dirigeait à son tour lorsqu'il lui indiqua qu'ils partaient directement pour la salle d’entraînement. Comme si son cerveau avait besoin d'un certain temps pour assimiler l'information – démarrage du système en cours – elle s'arrêta un instant en levant les yeux vers le blond, puis, comme un chat venant d'apercevoir une mouche, elle se précipita dans la salle de bain pour se changer en vitesse. Taper, taper, taper ! Oui ! Ça, ça allait bien la défouler !

    Elle ressortit peut de temps après une petit toilette et un coup de brosse à cheveux, allant vite chercher son sac à main pour presser le blond de sortir. Le chemin qu'il y avait à parcourir pour aller jusqu'à la salle d’entraînement désigné par le chevalier ne l'emballait pas vraiment, mais elle prit sur elle pour n'en rien signifier. Elle avait juste l'air impatiente de partir mais tout aussi impatiente d'arriver, surtout. Au début, elle voulut marcher seule et vite, mais lorsqu'elle rencontra un premier groupe de personnes dans le couloir, elle se débina sans demander son rester pour attraper le bras d'Aeron. Elle ressemblait vraiment à un petit chaton excité et indécis. Elle ne ralentit cependant pas le pas, et oui, avec ses petites jambes, elle parvint à trouver le moyen de forcer Aeron à aller plus vite. Bon, lorsqu'il décida d'accélérer, c'est elle qui se retrouva presque traînée, mais bon, au moins, ils allaient vite. Elle n'était pas très fière d’agir ainsi, de fuir autant les gens comme elle le faisait, mais c'était parfaitement instinctif. Dans ces moments là, elle ne pensait pas une seule seconde au pourquoi du comment, elle agissait simplement, elle fuyait.

    Traversant quelques petites rues peu fréquentées – surtout à cette heure, comme il était encore assez tôt, il arrivèrent bientôt à destination. C'était une sorte de grand dojo, pas très fréquenté lui non plus, étant donné que c'était un lieu de vacances, peu de gens prenaient la peine de venir sacrifier quelques heures de soleil pour s’entraîner. Après être passé par le guichet pour avoir accès à une grande salle et au matériel proposé, ils débouchèrent sur une grande pièce, dont un coin était recouvert de tatamis. Il y avait toute sorte de gadgets à disposition, y compris des mannequins – certains étant mouvants – et des cibles, et bien d'autres chose. Gardant son petit sac au poignet, Sélès sortit son épée, toute impatiente de commencer.

    -Par quoi on commence ? Tu crois que je vais pouvoir m’entraîner pour la magie aussi ici ?          



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Jeu 28 Nov - 16:16

Seles était rapidement sortie de la salle de bain. Son entrain était agréable aux yeux d'Aeron. Il l'accompagnait mais c'est elle qui partait devant. Enfin, elle partait devant jusqu'au moment où il croisèrent un groupe. Là elle revint vers lui pour lui agripper le bras. Elle restait toujours intimidée mais elle partit devant à nouveau. La différence, cette fois, est qu'elle le traînait avec elle. Le blondinet se laissa emmener de bonne grâce avant d'accélérer un peu et de la traîner à l'aide de ses grandes jambes lui permettant de plus grandes enjambées que celles de la rouquine. Elle semblait avoir du mal à suivre, mais cela l'amusait. En fait, ça les amusait tous les deux. Ils furent bien vite arrivés sur place. Ils se retrouvèrent seuls dans une vaste salle. Des mannequins attendaient de subir tous les sévices possibles dans un coin tandis que des armes d'entraînement se trouvaient non loin.

-Je ne saurai pas t'entraîner à la magie, je n'y connais pas grand chose, et je ne pense pas que les mannequins ici soient prévus pour subir des boules de feu ou autres magies destructrices. Bon, on va commencer par quelque chose qui va te plaire. Va prendre une des épées en bois, là, et déchaînes-toi sur ce mannequin. Je veux voir ce que tu peux faire.

La jeune fille eut un air sceptique, mais elle prit une épée en bois. Elle fut apparemment étonnée de la légèreté de l'arme. Elle frappa sur le mannequin, d'abord sans trop de conviction, puis un peu plus fort. Aeron lui fit la remarque qu'il fallait qu'elle l'imagine en tant qu'ennemi. Elle ne pouvait pas simplement frapper de haut en bas encore et encore. Il fallait qu'elle bouge. Il fallait qu'elle se conduise comme en conditions réelles. La rouquine mit plus d'entrain, elle semblait se dépenser, mais on sentait qu'elle se retenait. Oui, avoir un adversaire immobile n'était pas le plus motivant, Aeron devait l'admettre. Il sortit donc son épée qu'il avait enveloppé d'une étoffe pour la transporter.

-Puisque le mannequin ne semble pas t'inspirer plus que cela, reprend tes armes habituelles. Essaies de me toucher avec.

La rouquine sortit ses armes avec un sourire, puis, une fois devant Aeron, hésita. Elle donna quelques coups d'épée, mais Aeron aurait pu tous les esquiver sans effort, juste en faisant un ou deux pas de côté. La jeune fille ne se donnait pas à fond, c'est le moins qu'on puisse dire. Ses coups étaient lents, dénués de toute conviction. Un entraînement dans ces conditions était inutile. Cela ne donnerait rien. Aeron s'arrêta.

-Non, ça ne sert à rien si on fait comme ça. Que se passe-t-il, Seles ? Pourquoi ce manque d'entrain d'un coup.

Elle lui expliqua qu'elle avait peur de le blesser. Alors ça venait de là. Aeron eut la confirmation qu'elle songeait encore parfois à ce qui lui était arrivé quand elle mentionna le fait qu'elle n'aurait aucun mal contre Jirall, mais qu'elle ne voulait pas faire de mal à son doudou. Non, elle n'avait pas dit le mot "doudou" mais on sait tous qu'elle le pensait parfaitement. Le doudou eut donc une idée. Il mit un masque d'entraînement qui lui cachait le visage.

-On va faire quelque chose pour t'aider, Seles. Ferme d'abord les yeux.  Quand tu les rouvriras, concentre-toi sur l'épée qui sera face à toi, au corps qui la manie. Imagine que c'est Jirall. Tu dois t'en convaincre toi-même. Tu le combats, tu veux lui faire payer.

La rouquine  eut une moue dubitative mais hocha la tête. Après de longues secondes, elle finit par ouvrir les yeux et donna des coups. Aeron les parait avec aisance, mais il sentait déjà plus de conviction. Petit à petit, Seles tapait de plus en plus fort. Encore et encore, jusqu'à pousser des cris en frappant. Aeron commençait à avoir du mal à bloquer parfaitement les coups. Il n'aurait pas du mettre son exsphère dans sa poche. Les coups qu'il parait maintenant lui donnaient l'impression que tous ses os vibraient avec son épée à chaque choc. Un coup horizontal encore plus fort que les autres ne fut pas paré assez efficacement et le sang perla sur son bras. Il avait eu plusieurs fois l'occasion de contre-attaquer mais Seles n'aurait pas paré le coup et il ne voulait pas la blesser. Seles était prise d'une véritable furie meurtrière. Voilà donc dans quel état elle était en pensant à Jirall. Aeron ne la comprenait que trop bien. Il avait été dans le même état lorsqu'il avait débarqué dans le chambre de ce monstre. Parant un autre coup, il donna un coup de pied dans la main tenant l'épée, l'écartant assez longtemps pour saisir l'autre bras, la faire se tourner et se positionner derrière elle. Il lâcha son arme et lui saisit les bras. Il l'avait immobilisée mais elle était encore aveuglée par sa fureur.

Après quelques secondes à se débattre, la rouquine ouvrit grand la bouche et mordit dans le bras. Elle planta ses dents tellement fort, refermant sa mâchoire le plus possible, que la peau d'Aeron fut en contact avec les gencives de chaque côté. Le blondinet poussa un cri de douleur, mais ne lâcha pas. Il ne voulait pas non plus lui faire de mal.

-Seles, du calme, c'est moi.

Il lui déposa un bisou sur le sommet du crâne. Cela agit alors comme un déclencheur et Seles sembla comme se réveiller d'un rêve. Elle relâcha son étreinte, ne comprenant pas pourquoi elle avait mordu son chevalier. Elle se confondit en excuses alors qu'Aeron la lâchait. Il l'arrêta dans sa tirade en posant un doigt sur les lèvres de la jeune fille. Sa main dériva sur la joue qu'il caressa avec tendresse et il déposa ses lèvres sur le front avec un grand sourire. Sa blessure lui faisait un mal de chien mais le fait qu'elle s'inquiète pour lui suffisait à lui faire oublier cela.

-Bon, pour la suite de l'entraînement, je prendrai mon exsphère. Tu vois, sans, j'ai bloqué tes coups, donc avec, je ne crains rien. Il ne faudra pas avoir peur de taper aussi fort que tu le voudras, d'accord ?

La rouquine ne semblait pas convaincue. Elle s'essuyait le sang qu'elle avait sur les lèvres avec un air de dégoût tout en fixant le bras blessé. Aeron plaisanta alors :

-Eh, j'ai si mauvais goût que ça ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Jeu 28 Nov - 19:02




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Une épée en bois et un mannequin ? Hm, il y a bien plus palpitant, c'est sûr ! De plus, elle n'avait vraiment pas l'habitude de manipuler une arme aussi légère, et oui, figurez-vous qu'elle arriverait à s'en plaindre. Son glaive habituel avait une lame très large, et même si les matériaux avaient été choisis pour alléger le poids total sans nuire à la solidité, elle restait tout de même très lourde. Elle s'en était accommodé, et à vrai dire, elle aimait beaucoup le fait de devoir porter un tel poids pour combattre, ça l'aidait à se concentrer, mais aussi à se sentir plus forte. Pourtant, cela représentait un gros handicap, ce qui expliquait également la présence du bouclier, comme elle ne pouvait pas combattre avec toute la fluidité que pourrait lui offrir une rapière, il fallait bien qu'elle compense, quitte à alourdir un peu plus sa charge, et être bien protégée. Et puis, les armes trop petites ou légère, elle n'aimait pas ça. Elle avait l'impression que ce n'était que des jouets, et ça, elle avait assez du s'en contenter au début, elle ne le supportait plus. Alors oui, ça lui fit tout drôle de prendre une épée en bois, qui, bien que faite pour avoir à peu près le même poids qu'une épée normale à une main, restait plus légère que la sienne.

    Sans plus de conviction que cela, elle manipula un instant l'épée d’entraînement pour se familiariser avec son poids et son ergonomie. Hm, non, elle ne l'aimait pas. Mais elle allait faire avec pour le moment, il n'y avait pas vraiment de monstre à portée, et de toute façon, ce dont elle avait le plus besoin était de taper quelque chose, n'importe quoi, du moment qu'elle pouvait sentir de la résistance sous ses coups, qu'elle puisse réduire l'objet à un tas de cendre à force d'acharnement. Elle tapa donc mollement une première fois le mannequin. Elle reprit ses mauvais réflexes, restant parfaitement statique, ne bougeant que les bras de haut en bas pour brandir son arme puis l'abattre. Pour le coup, le mannequin n'était pas vraiment la cause de son manque de mouvement, c'était simplement son manque d'expérience sur le terrain qui parlait. Elle le savait bien pourtant, qu'elle ne bougeait pas assez et surtout, qu'elle ne faisait pas assez attention à son environnement, restant obnubilé par sa cible. Aeron lui rappela ce détail et elle tenta de bouger un peu en piétinant de gauche à droite, mais elle ne se sentait pas à l'aise. Contre ce vieux mannequin inerte, elle se sentait un peu ridicule de se donner à fond et se voyait mal de sauter partout pour si peu. Peut-être manquait-elle d'imagination, c'était sûrement ça … En attendant, impossible de se concentrer.

    Elle n'avait pas vraiment envie de se donner à fond pour amocher ce mannequin, et taper simplement pour détruire quelque chose ne lui fit pas autant de bien qu'elle l'aurait imaginé la veille. Elle s'était un peu calmée entre temps, il faut dire, sa rage et son dégoût s'étaient profondément amoindris grâce à Aeron qui lui avait retiré ces images terribles de la tête. Cela fit du bien sur le coup, mais il n'avait fait que les voler, car les images et leur impact étaient toujours là, tapis dans l'ombre de ses songes, prêtes à surgirent pour l'anéantir. Aujourd'hui, elle avait besoin de s'en rappeler pour les exorciser pour de bon. Aeron l'arrêta finalement quand il constata qu'elle n'irait pas très loin comme ça, puis il l'invita à reprendre son épée, ce qu'elle fit avec grand plaisir. Elle renoua donc avec son arme adorée. Cependant, elle n'était pas tranquille à l'idée de combattre Aeron. Elle lui asséna bien quelques coups, mais sans la moindre intention de le toucher.

    – Non, ça ne sert à rien si on fait comme ça. Que se passe-t-il, Seles ? Pourquoi ce manque d'entrain d'un coup.
    -J'ai peur de te blesser, je ne peux pas vraiment essayer. Je n'aurais aucun mal contre quelqu'un d'autre, mais ce n'est pas à toi que je veux faire du mal …

    Elle répugnait à prononcer ce nom qu'elle avait pourtant eu tant de mal à assimiler au début. Maintenant, elle le connaissait parfaitement, mais il ne lui inspirait que le plus profond des dégoûts, comme si le simple fait de le prononcer la rendait plus sale encore qu'elle ne se sentait déjà depuis qu'il l'avait souillée indirectement. Cependant, ce nom, Aeron le prononça, et elle ressentit comme un désagréable coup de jus dans tout son corps lorsqu'il le fit. Les images qu'elle était parvenu à occulter toute la matinée l'assaillirent de nouveau, apportant avec elles toutes ces douleurs somatiques ainsi que ce sentiment de dégoût qui soulevait son cœur et ses tripes. Elle resserra un peu plus sa prise sur le manche de son arme, n'entendant presque pas ce qu'avait dit Aeron après ce nom qu'elle haïssait tant.

    Elle n'avait aucun idée d'imaginer qu'Aeron était ce monstre, leur lien de parenté était déjà un lien bien trop important avec lui. Elle tentait alors de chasser cette idée de sa petite tête malgré les conseils d'Aeron qui eurent pourtant une parfaite résonance sur l'esprit de la rouquine qui se remit en garde. Elle était un peu distraite au tout début, parce qu'elle se battait intérieurement pour que tout ce qui menaçait d'exploser reste bien enfoui en elle. Mais bientôt, son traumatisme eut raison de sa conscience et les image revinrent de plus belle, venant renforcer la hargne de chacun des coups qu'elle portait. Elle entra bientôt dans une sorte de transe, dans laquelle elle ne voyait absolument rien, il n'y avait qu'un petit corps déchaîné qui frappait et frappait encore, plus fort, toujours plus fort. Le premier cri qu'elle poussa sans le vouloir fut comme une première salve libératrice, c'étaient ses maux qui s'échappaient de sa gorge. Puis elle ne se rendit plus du tout compte de contre qui elle portait tous ces coups, elle se contentait de les enchaîner, avec toujours plus de violence et de détermination. Toute sa colère et sa rancœur s’abattaient sur cette silhouette nébuleuse. Elle ne contrôlait plus rien.

    La petite furie se retrouva désarmée et piégée, alors elle commença à se débattre furieusement. Elle n'avait pas encore fini, elle voulait détruire encore ! Comme gigoter comme une truite hors de l'eau, elle se transforma en petit piranha, mordant à pleines dents le bras qui tentait de la maîtriser. Sa mâchoire se referma fermement, comme si rien ne pouvait lui résister.

    -Seles, du calme, c'est moi.

    Elle reçut alors un petit bisou sur la tête qui la rappela aussitôt à l'ordre, comme si cela venait de rallumer sa petite lumière au plafond. Elle reprit alors parfaitement conscience de ses sens ainsi que de son corps, et forcément, de ce qu'elle était en train de faire. Aussitôt, elle lâcha sa proie, ne se rendant compte qu'à ce moment-là d'à quel point elle l'avait mordu fort, sentant ses dents s'extirper de la chair en profondeur. Elle releva alors ses grands yeux de chaton mouillé sur son pauvre chevalier maltraité.

    -Aeron … Je … Je suis désolée, je suis vraiment désolée je … Je ne voulais pas, je ne sais pas ce qu-

    Il lui cloua le bec en douceur, l'incitant à garder bouche close en déposant doucement son index sur ses lèvres rouges de sang. Aeron feignit l'ignorance, il jouait les gros durs, forcément … Et quand elle, elle essayait, elle se faisait gronder. Bravo. Elle se débarbouilla du sang qu'elle avait sur les joues, elle n'y était vraiment pas allée de main morte ! En plus, ce n'était pas très bon, comme venait de le demander Aeron. Sélès lui accorda un petit sourire gêné et emplis de remord.

    -Je préfère la glace, c'est sûr … Tu serais peut-être meilleur cuit avec une petit sauce au poivre.

    C'était bête dit comme ça, mais ça lui avait presque donné faim. Enfin, l’entraînement n'était pas fini ! Elle se remit en place, se préparant psychologiquement à reprendre l'affrontement, mais en gardant tous ses moyens cette fois. Pas question de perdre le contrôle d'elle-même et de se laisser aller à sa rage destructrice vengeresse. Puis, regardant le bras du blond, elle se redressa un instant en baissant son arme. Elle ne voulait pas s’entraîner juste pour frapper, même si cela l'aiderait dans tous les cas à travailler sa force et son endurance, ce n'était pas le tout, elle devait travailler toutes ses lacunes, et elle avait encore beaucoup de chemin à faire avant d'être une chevalier-mage accomplie.

    -Avant de reprendre, je voudrais que tu m'attaques, toi aussi. Et pendant que tu m'attaqueras, j’essaierai d'utiliser un sort de soin pour soigner ton bras. Mes sorts de soin ne sont pas encore assez élaborés, ils me demandent beaucoup trop de concentration et d’énergie, je dois à tout prix apprendre à les utiliser en situation de combat. Si tu pouvais faire en sorte de me déconcentrer avec des petites attaques ou des projectiles, se serait un bon entraînement. Je tiens vraiment à travailler cela.

    A quoi pouvait bien servir une chevalier-mage possédant un sort de soin si elle ne pouvait pas l'utiliser en plein combat pour soutenir ses alliés ? Depuis qu'elle avait rencontré Aeron, elle s'était rendue compte que le soin était aussi important que l'offensif sur lequel elle s'était concentrée toutes ces années, tout ça pour devenir plus forte, toujours plus forte. Aeron accepta et ils reprirent les festivités. Sélès était déjà un peu plus concentrée, elle se servait de ses souvenirs pour se donner juste assez de hargne pour augmenter la puissance de ses coups, mais parvenait parfaitement à se maîtriser pour garder une certaine stratégie, même si elle n'était pas spécialement douée.

    Elle tenta à plusieurs reprises de préparer son sort de soin après une attaque suffisamment puissante pour le déstabiliser un moment, mais elle n'avait jamais assez de temps. Ça commençait d'ailleurs à l'agacer sérieusement cette histoire, c'était pourtant elle qui avait demandait … mais il trichait forcément !

    -Maiiis ! Arrête un peu de tricher j'ai pas le temps ! S'indigna-t-elle au bout d'un moment.           



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Jeu 28 Nov - 22:54

Alors ainsi, sa viande n'était pas au goût de mademoiselle ? Très bien, il se ferait rôtir un de ces quatre pour tester, si elle voulait. La rouquine, plus motivée que jamais, se lança le défi de soigner tout en parant des attaques. Le blondinet accepta et donna des coups d'épée. Il n'avait pas remis son exsphère et y alla donc franchement. Seles parait bien les coups. Elle essayait parfois de l'écarter le temps de faire un sort, mais le jeune homme était trop rapide, trop agile pour lui laisser le temps. Après un peu de temps, elle lui cria d'arrêter de tricher. De tricher ? Elle pensait que c'était un jeu ? Elle avait décidé de s'entraîner sérieusement alors elle allait devoir faire avec.

-Ton ennemi ne te laissera pas tout le temps que tu veux, tu sais ? Et je t'avais prévenue que je ne te ferais pas de cadeau pendant l'entraînement. Il faut que cela serve.

Il continua donc face à une Seles qui s'énervait de plus en plus. Si elle s'énervait trop, elle perdrait sa concentration pour son sort et elle le savait. Aeron ne relâchait pas la pression. Il savait que c'était difficile, mais aussi que même si elle n'y arrivait pas, elle s'exerçait à se concentrer sur son sort et il viendrait donc plus vite ensuite. La séance d'entraînement traînait en longueur et il entendit le ventre de Seles gargouiller. Il décida donc de couper court à tout cela. Il allait porter une attaque, mais ne fit que bloquer la lame de Seles avec la sienne pour se glisser dans son dos, puis il la chatouilla. Deux secondes plus tard, elle était au sol en train d'essayer de se débattre, toutes armes posées au sol. Le blondinet continua à la torturer un instant avant qu'un coup de pied incontrôlé l'atteigne à la mâchoire en manquant de la décrocher.

-Aw, ok j'arrête.

Il s'assit à côté de sa protégée et éclata de rire alors que celle-ci affichait une fausse moue boudeuse. Aeron enfonça son doigt dans une joue pour la taquiner avant de se lever et lui tendre la main. La jeune fille fit mine de l'ignorer avant de sourire et d'accepter l'aide de son chevalier. Elle reçut en récompense un autre bisou sur le front. Aeron avait décidément du mal à se retenir de montrer son affection. Il espérait que cela ne posait pas problème. Ramassant son épée, il enveloppa celle-ci dans l'étoffe qu'il avait utilisé à l'aller, puis attendit que Seles range les siennes. Ils approchaient de la porte de sortie quand la douleur au bras du blondinet disparut. Il remarqua que sa blessure était guérie. Seles avait discrètement jeté le sort de soin en marchant, sans qu'il le remarque. Elle avait peut-être du mal à faire des sortilèges tout en se déplaçant, mais au moins, elle savait être discrète. Un sourire plein de fierté se forma sur les lèvres de la rouquine. Décidément, ses sourires se faisaient de moins en moins rare. Elle fut félicité par un autre bisou. Elle semblait y prendre goût à ces marques d'affection. En revanche, elle restait toujours aussi timide. Elle ne se décrocha pas du bras de son chevalier. Un moment, Aeron se demanda même si elle ne faisait pas exprès, mais il repoussa cette idée. Il devait arrêter de nourrir ces faux espoirs. Elle l'appréciait en tant qu'ami, mais elle n'était pas le genre à être amoureuse d'un homme, si ? Enfin, elle n'a pas du beaucoup s'y intéresser et ne s'y intéressera probablement jamais. Il fallait qu'il arrête de rêver. En passant dans le hall, Aeron commanda le repas pour qu'ils le mangent dans la chambre après leur douche. La météo était favorable et ils avaient une belle vue depuis le balcon de la chambre. Il allait aussi devoir mettre Seles au courant pour la suite des événements.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Ven 29 Nov - 11:45




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Pas de répit en combat réel, oui, ça elle le savait bien, évidemment ! Et c'était bien dans cette optique qu'elle avait demandé un tel exercice, cependant, c'était quand même énervant. Elle ne savait pas comment elle réagirait face à un ennemi avec un tel comportement, mais comme il s'agissait d'Aeron pour le moment, elle gardait à l'esprit que ce n'était pas si grave. De toute façon, elle se serait vexée qu'il la laisse ouvertement gagner, là, elle était agacée, mais au fond elle lui était bien reconnaissante de continuer malgré tout. Elle disait juste cela pour soulager un peu sa frustration, ça aurait pu être pire, une chance qu'elle ne soit pas vulgaire, sinon une flopée de jurons se seraient envolés de sa bouche. Elle ne réussirait pas tout de suite à utiliser son sort en plein affrontement. Peut-être qu'elle devrait commencer par quelque chose de plus léger, par exemple : s'exercer à le lancer pendant qu'on lui jette plein de projectile. Ça ne nécessitait donc pas spécialement d'esquive particulière, mais c'était assez barbant pour perturber sa concentration. Travailler ses sorts dans ces conditions lui retirerait au moins l'habitude de se couper complètement du monde pendant qu'elle chargeait son mana. Autant pour ses sorts offensifs elle parvenait à aller assez vite pour enchaîner le tout dans l'élan d'un combo, autant le soin … Oui décidément, c'était sa lacune.

    L’entraînement se déroula donc plutôt plutôt sérieusement jusqu'à ce qu'Aeron s'esquive dans son dos pour lui chatouiller les côtes. Réagissant aussitôt, elle tenta vite de se débattre comme si elle tentait de se débarrasser d'une mouche, mais comme Aeron continuait avec habileté son entreprise diabolique, elle finit par s'écrouler sous les chatouilles intenables du blond qui continua de la battre odieusement à terre. Riant nerveusement à gorge déployée, la pauvre petite ne pouvait même pas le supplier d'arrêter, mais elle gigotait dans tous les sens. Son pied vint percuter la mâchoire de son bourreau sans qu'elle ne s'en rende clairement compte, puis il s'assit à côté d'elle, sans doute un peu sonné. En croisant son regard il éclata soudainement de rire alors que le sien s'était éteint pour laisser place à une petit moue boudeuse, contrariée de s'être laissée dominer par les nerfs si sensibles de ses côtes. Elle n'était pas vraiment fâchée, mais elle faisait la lippe par principe, et parce qu'elle était un peu gênée de s'être faite si facilement avoir, tout ça parce qu'elle est chatouilleuse. Le blond finit par se relever, et lorsqu'il lui proposa son aide, elle détourna la tête dans un premier temps, pour lui signifier qu'elle boudait. Mais cela ne dura pas bien longtemps et elle lui accorda l'un de ses jolies sourires avant d'accepter son aide, recevant un bisou sur le front en récompense. Cela eut pour effet de teinter très légèrement ses joues et de dessiner un petit sourire timide sur ses lèvres. Ce genre d'attention si tendre lui faisait toujours plaisir.

    Il était l'heure de manger, elle ne s'en rendit compte que lorsque son ventre se mit à gargouiller maintenant, ne l'ayant pas remarqué avant. Elle ne ressentait pas vraiment de faim, quoi qu'un petit creux quand même, depuis le temps qu'elle n'avait pas avalé quelque chose de solide … Elle n'en sentait pas de manque tant qu'elle était concentrée sur quelque chose en fait, mais là, après un entraînement si mouvementé, la pression retombait enfin, laissant son esprit vide de tout songe encombrant. A cette instant précis, elle se sentait bien, presque comme avant. Elle attrapa le bras de son chevalier lorsqu'il décidèrent de retourner à l'hôtel pour se restaurer. Cette fois, ce n'était pas vraiment par nécessité due à sa crainte, mais juste parce qu'elle en avait envie, elle aimait bien. Pourquoi ? Elle n'aurait trop su le décrire, en fait, une fois de plus, elle ne se posait pas trop de question, elle ne cherchait que rarement à comprendre ce qui faisait d'elle ce qu'elle était, ce qu'il faisait qu'elle aimait ceci ou cela. Elle cédait simplement à ses goûts comme ils venaient. Pourquoi se compliquer la vie de toute façon ? Et puis, comme elle était accrochée à lui et qu'elle se laissait guider, cela lui permettait de concentrer un sort de soin tout en marchant, ce qu'elle n'avait jamais essayé avant. Ce fut plutôt efficace, puisqu'elle parvint à soigner la plaie complètement, et non partiellement comme avant. Lorsqu'Aeron le remarqua, elle ne répondit à sa surprise que par un petit sourire tout fier, continuant de marcher en toute simplicité, accroché à son bras.

    Ils arrivèrent bien vite à l'hôtel où ils purent s'installer sur le balcon de leur chambre, étant donné la clémence de la météo encore et toujours favorable ici. Ils se commandèrent un petit repas, et bien que Sélès se soit un peu déchargée grâce au soutien de son camarade et à l'entraînement, elle avait toujours un nœud dans l'estomac, si bien qu'elle ne demanda qu'une salade composée. Après ne s'être nourrie que de liquide, elle préférait redémarrer en douceur. Si elle n'avait pas spécialement faim et qu'elle sentait qu'elle ne pourrait pas avaler grand chose, elle avait tout de même retrouvé un peu d'appétit, c'était déjà ça.

    Les plats arrivèrent et Aeron alla réceptionner le chariot à la porte, pendant que la rouquine observait l'horizon. Un bateau arrivait au loin, et elle songea un instant que son frère pourrait y être. Mais cela faisait si longtemps … Qu'elle se demandait si, finalement, elle le reverrait un jour. Et comme elle songeait à cela, son rêve de la nuit lui revint en mémoire et elle sentit le feu lui montrer aux joues, si bien qu'elle baissa légèrement la tête avant de reporter son attention sur le blond. Elle ne devait pas repenser à ça … En espérant que ce serait oublié le jour où elle le retrouverait.

    Aeron déposa son plat devant elle et elle lui adressa un sourire en le remerciant. Ça avait l'air bon en tout cas, elle attendit donc qu'il soit installé pour commencer à déguster. Premiers constats dès la première bouchée : c'était délicieux, mais elle se sentait déjà tout juste capable de manger la moitié de son assiette. Elle ferait de son mieux tout de même, rien que pour rassurer Aeron, elle se devait de manger un maximum. Elle savoura quelques bouchées, mangeant lentement pour être sûre de pouvoir en avaler le plus possible, puis elle se désaltéra. Elle appréciait d'autant plus cet instant simple de la vie qu'il était le grand moment de réconfort après tant d'efforts. Elle posa les yeux sur son compagnon, et sans même qu'elle n'y songe une seconde, ses mauvais songes revinrent dans son esprit. Elle tenta de se concentrer sur le goût de la tomate qu'elle avait en bouche, maudissant ses images de rester perpétuellement en elle pour la hanter. Elle décida de vite engager la conversation pour penser à autre chose … Vite, elle devait penser à autre chose.

    -Je pense que c'était peut-être un peu trop dur pour le début de l'entraînement ce matin, je veux dire, pour la magie. Peut-être que je devrais commencer par essayer de le lancer dans des conditions un peu moins extrêmes, le temps de m'habituer … Est-ce qu'on va continuer de travailler ça cet après-midi ?

    Elle était motivée, car ce n'était qu'en travaillant dur ainsi qu'elle trouvait la paix. Le plaisir de se dépenser, de penser à sa survie, le plaisir du moindre petit temps de repos suivant. Le simple fait de boire une gorgée d'eau semblait être un plaisir précieux.            



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Ven 29 Nov - 14:16

Le plat arriva sur un chariot, comme d'habitude, et comme d'habitude, Aeron alla le réceptionner. Il s'inquiétait un peu que Seles n'ait pris qu'une salade, mais c'était déjà mieux que rien. Tant qu'elle mangeait, il fallait considérer cela comme une amélioration. Voir Seles manger sa salade était pour le blondinet un régal pour les yeux. Elle semblait encore préoccupée mais  on sentait une nette amélioration de son moral. Relevant la tête, elle lui demanda s'ils pouvaient encore s'entraîner l'après-midi. Aeron qui se demandait quoi faire durant ce temps-là, il ne put qu'accepter.

-Je ne vois aucune objection. De toute manière, c'est toi qui décide. Les seuls moments où je t'imposerai quelque chose, ce sera uniquement pour notre survie à tous les deux et j'espère que tu ne m'en tiendras pas rigueur.

Il n'aimait pas imposer quelque chose à Seles. il se sentait encore coupable de l'avoir fait quand il avait voulu vérifier ses blessures. Il devinait que Seles ne retouchait pas à celle au flanc qui devrait donc guérir. Les traces sur le visage commençaient déjà à disparaître, mais resteraient encore visibles quelques jours. Quant aux traces au niveau du cou, un peu plus de temps serait nécessaire. Il faudra cacher cela s'ils ne voulaient pas que les gens se posent des questions. Il avait remarqué que Seles relevait le col de son haut autant que possible. Seul un œil attentif pouvait remarquer les quelques marques qui dépassaient et en deviner l'origine. Cela n'allait pas être un soucis pour la soirée du lendemain, non. Il avait prévu une robe avec l'aide de Mavis. Seles ne s'était toujours pas donnée la peine de fouiner dans tout le tas de vêtements qui avaient été amenés la veille. A peine y pensait-il que quelqu'un toqua à la porte. Seles semblait inquiète mais Aeron lui adressa un sourire réconforta tout en allant ouvrir. On lui donna un colis qu'il accepta, toujours avec le sourire, puis, après avoir à nouveau verrouillé la porte, il posa le colis sur la table. Il poussa un soupir, prit une grande inspiration et son courage à deux mains, par la même occasion.

-Nous devrons justement aller à un bal demain soir. Nous devrons y rencontrer celui avec qui j'ai un arrangement. Il nous conduira jusqu'à notre prochaine étape sur son navire privé. Il s'agit d'un noble plus stupide que méchant. J'ai cependant réussi à négocier avec George. Le bal sera un bal masqué... et voici nos masques.

Aeron ouvrit la boîte qu'il venait de recevoir et dévoila deux masques parfaitement identiques à l'exception d'une légère différence de taille.

-Ce sont des masques de kitsune. C'est une légende qui vient du village caché de Mizuho, à la base. Ce sont des renards doués dans l'art de la tromperie et qui peuvent prendre apparence humaine et manipuler les humains. J'ai choisi ces masques pour leur don du changement d'apparence, de pouvoir se fondre dans le foule si l'envie leur en prend. C'est assez adéquat, tu ne crois pas ?

Il adressa à la rouquine un sourire rayonnant, fier de sa trouvaille. Elle avait pris le petit masque et le regardait d'un air intrigué. Oui, ces masques étaient élégants et avaient un côté mystérieux.

-Oh, et pour la robe, Mavis t'a pris ceci.

Fouinant le tas de vêtements, il sortit une robe rouge qui ressemblait un peu à un kimono, sauf qu'elle avait un col haut et des décorations dorées de renards. Cela s'accordait parfaitement aux masques. Seles s'approcha, d'un air absent, et saisit la robe pour l'admirer de plus près.

-Et... Il est courant qu'à la veille d'un bal masqué, les gens sortent avec leur tenue de soirée et leur masque, comme pour un entraînement, un coup d'essai. Je me disais donc que ce soir, nous pourrions sortir.

Seles tourna la tête vers lui d'un air presque affolé, comme un chaton à qui on demandait d'aller se tremper dans de l'eau froide. Aeron eut l'impression une seconde que son cœur allait se briser.

-Tu es la seule à pouvoir décider pour ce soir, mais il me semblait que tu aurais aimé aller au casino. Promis, si on y va, je reste à tes côtés toute la soirée.

Il espérait vraiment qu'elle accepte. Il n'aimait pas le casino plus que cela, mais il était certain que cela permettrait à Seles de se détendre, de s'amuser, de penser à autre chose qu'à ses soucis.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Mer 4 Déc - 22:20




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    S’entraîner, c'est tout ce dont elle avait envie et besoin en ce moment, rien d'autre ne la tentait, que ce soit des jeux ou des divertissements quelconques, ou même le repos, non, rien de tout cela ne lui faisait envie, ce qu'elle voulait, elle, c'était se dépenser, courir, frapper, casser, qu'on lui dise qu'elle est forte, qu'elle fasse ployer le genou de son adversaire. Elle n'avait aucune envie de se pavaner, de 'se mettre en valeur' ou qu'on lui fasse une quelconque remarque sur son physique. Non, rien de tout ça, surtout pas. Lorsque l'on frappa à la porte, elle eut de nouveau pour seul réflexe de sursauter, toute paniquée qu'elle était à chaque bruit un peu trop brusque. Elle détestait ce réflexe pourtant instinctif, et elle ne pouvait s'empêcher de se flageller d'insultes intérieurement à chaque fois qu'elle réagissait comme une poule mouillée. Elle se disait 'pauvre idiote, ce n'est rien, c'est juste quelqu'un qui frappe, arrête de frémir pour rien, tu n'es plus une gamine, bon sang'. Mais c'était plus fort qu'elle, elle n'y pouvait rien.

    Elle tenta donc de reprendre un air sérieux et soit disant imperturbable alors que le blond se dirigeait vers la porte pour aller récupérer quelque chose. S'il avait accepté de continuer l’entraînement cet après-midi, il lui annonça alors une nouvelle bien moins réjouissante. Un bal, avec des nobles, ce qui signifiait justement qu'elle devait 'se faire belle' et se montrer, et en plus, il y aurait sans doute bon nombre de ces êtres exécrables qui se figurent toujours être supérieurs à tout le monde. Elle ne voulait pas. Mais c'était leur seul moyen de partir de cet endroit de malheur, alors elle ferait un effort. Ça lui était déjà assez insupportable comme ça de devoir rester aussi longtemps, et s'il n'y avait pas une petite chance qu'elle puisse retrouver son frère grâce à cela, voilà bien longtemps qu'elle se serait carapatée, avec ou sans Aeron. Bon, non, pas vraiment sans lui, mais en tout cas, elle aurait vivement insisté pour partir au plus vite.

    Comme pour l'attirer dans un piège, Aeron tenta le tout pour le tout, se servant de jolis masques et d'une jolie robe comme appât. Si la robe, malgré sa grande beauté évidente, ne lui inspira qu'une certaine indifférence, les masques eux, attirèrent un peu plus son attention. Ça, ça allait bien marcher, comme compromis. Le masque était plutôt joli, mais même s'ils avaient été absolument immondes, cela l'aurait parfaitement contenté, car c'était le simple fait de pouvoir se cacher qui lui plaisait tant. Ainsi camouflée derrière ça, elle serait déjà un peu plus à l'aise. Elle ne manqua pas de l'essayer, le plaçant juste devant son visage en se tournant vers Aeron. Un léger sourire illumina alors son visage, satisfaite du reflet qu'elle avait aperçu derrière lui. Béni soit ces fêtes mondaine et leurs idées bizarre. Il est vrai que le renard était doublement bien choisi, étant donné la tignasse rousse qui la caractérisait. Et puis elle aimait bien ces créatures, elles étaient un peu comme des modèles pour elle. Malins et si habiles, ils étaient à la fois forts mais surtout rusés. Elle aimerait bien être pareil.

    Elle commençait donc à se faire à l'idée qu'elle devrait sortir et endurer une fête mondaine chargée d'êtres méprisants et méprisables. C'était déjà difficile de s'y faire, mais elle avait encore pas mal de temps pour se préparer. Mais lorsqu'Aeron enchérit en lui proposant de revêtir cette tenue dès ce soir pour aller au casino, c'en fut trop, assez pour l'achever. Elle parut toute paniquée, et sa première pensée fut simplement 'ils en ont des traditions stupides ces nobles !' c'est vrai, pourquoi faire durer la torture, franchement, à quoi bon ? Là il n'y avait pas à discuter, malgré tous les efforts que fit Aeron pour la rassurer, elle secoua négativement la tête, secouant frénétiquement ça crinière rousse.

    -Je n'ai pas envie d'aller au casino. Affirma-t-elle fermement.

    Elle l'avait bien réclamé avant leur arrivé, mais au casino, il n'y a que ce type de gens qu'elle méprise parfaitement : des nobles friqués mettant un point d'honneur à montrer l'étendue de leur porte-monnaie, à se pavaner comme s'ils étaient irréprochables, alors qu'ils sont les pires des crapauds venimeux. A coup sûr, elle ne passerait pas un bon moment là-bas ! Pas la peine d'insister. Enfin, malgré qu'elle se soit montrée catégorique, elle baissa doucement la tête avec un petit air timide et triste.

    -Enfin, sauf si toi tu y tiens vraiment … Mais personnellement, je préfère m’entraîner toute la journée, et ce soir je serais bien trop éreintée pour sortir dans ce genre d'endroit.  Je préfère jouer aux cartes avec toi … Après une petite moue, elle esquissa finalement un sourire malicieux. C'est plus facile de te plumer tout seul.

    Aeron était son cobaye. Peut-être que lorsqu'elle aurait l'âge, elle y reviendrait, une fois qu'elle serait bien entraînée. Cela lui laissait un peu plus de 4 ans pour s’entraîner et oublier son traumatisme lié à cette ville, bien qu'elle doute encore pouvoir passer à autre chose un jour. Elle reposa le masque dans sa joli boite et rangea la robe sur un cintre très soigneusement.

    -Et je ne voudrais pas les salir. Ça serait dommage quand même.

    Elle n'avait pas fini sa salade, mais elle engloutit une orange en guise de dessert, ce qui lui apporterait assez de force et d'énergie pour l'après-midi. Comme elle avait hâte de reprendre l'affrontement là où ils l'avaient laissé, et surtout parce qu'elle n'avait pas vraiment envie de parler d'autre chose, elle se permit de presser un peu son compagnon.

    -On retourne quand à la salle d’entraînement ?             



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Jeu 5 Déc - 14:04

Seles refusa directement la proposition d'aller au casino. Aeron ne pouvait pas lui en vouloir avec ce qu'elle avait subi. Moins elle verrait de gens, mieux elle se porterait. Le blondinet espérait que la soirée suivante se passerait bien avec le bal. Ils devaient rencontrer un autre noble qu'Aeron ne connaissait pas plus que cela. Ils allaient devoir être méfiants. Seles se ravisa plus ou moins, c'était selon les envies de son chevalier. Jamais celui-ci ne se permettrait de l'obliger à aller au casino pour cela. Ce n'est pas quelque chose qui le tentait particulièrement. Tout ce qui lui importait pour le moment était de faire plaisir à Seles. Ensuite, oui, ce serait dommage de salir les vêtements et le masque. Aeron se retint de dire qu'il avait prévu de pouvoir en recevoir de rechange en cas de besoin. Il n'était pas sûr de la réaction de Seles s'il lui avait dit. Quoiqu'il en soit, elle semblait pressée de retourner à l'entraînement. Elle était tellement adorable que le jeune homme ne pouvait pas refuser. Quoique...

-Oh, je ne sais pas, peut-être y repasserons-nous une dizaine de minutes si tu y tiens vraiment dans la soirée...

Seles eut une moue boudeuse qui le fit sourire. Décidément, il l'aimait à la folie. Sans rajouter un mot, Aeron reprit son arme dans son morceau de tissu et se dirigea vers la porte qu'il ouvrit. D'un signe de tête, il indiqua à Seles qu'ils y allaient sans tarder. Un nouveau sourire se dessina sur les lèvres de la rouquine. Décidément, ces sourires revenaient régulièrement, même s'ils étaient maintenant bien plus éphémères. Sur le chemin, Seles s'accrocha à nouveau du bras de son chevalier qui lui déposa un nouveau bisou sur la tête pour lui indiquer que cela lui allait parfaitement. Ces gestes devenaient rapidement une habitude, mais une habitude qui gardait toute sa signification. Ce n'étaient pas des gestes automatiques et toute l'affection que blondinet portait à sa protégée se faisait sentir dedans. Oui, il était heureux en sa compagnie et ne se lasserait pas d'elle. Il eut une idée.

-Ca te dirait qu'on invite Mavis à jouer aux cartes avec nous ce soir ? On aurait un troisième joueur, comme ça, et avec tous les services qu'elle nous a rendus, elle peut bien mériter une pause sur son temps de travail, tu ne crois pas ?

Mavis était peut-être la seule personne que Seles avait apprécié ici. Cela lui ferait probablement plaisir de la revoir. Quelque chose de plus sombre. Pourraient-ils faire confiance à ce duc Cypher ? Ils avaient un arrangement mais s'y tiendrait-il ? Il ferait tout pour protéger Seles mais il valait mieux lui dire pour qu'elle se tienne sur ses gardes. Une fois leur voyage terminé, ils devraient être en sécurité, même si la sécurité était devenue une notion très relative pour eux, les fugitifs.

-Seles, je dois te prévenir. Le duc qu'on verra demain... je n'ai aucune certitude. Peut-être voudra-t-il nous trahir ou peut-être sera-t-il digne de confiance. Tant qu'on ne sait pas, il faudra être sur nos gardes. En tout cas, je te promets que je ne laisserai personne nous séparer et te faire du mal.

Aeron passa son bras autour des épaules de la rouquine et la serra doucement contre lui avant de la relâcher et la laisser s'accrocher à lui à nouveau. C'était un geste instinctif qu'il avait eu. Il aurait normalement été trop gêné pour se permettre ça en publique. Oui, il la protégerait ! La première étape de cette protection était l'entraînement. Une fois arrivés dans la même salle que le matin-même, Aeron sortit son épée et jeta un regard interrogatif à la jeune fille. Voulait-elle reprendre l'entraînement là où ils s'étaient arrêtés ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Jeu 12 Déc - 17:26




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Il la taquinait, ça elle l'avait bien sentit dans le ton qu'il avait employé lorsqu'il laissa sous entendre qu'ils ne se consacreraient à l'entraînement que quelques minutes perdues dans la journée, mais elle ne manqua pas pour autant de lâcher une petite moue boudeuse et contrariée, juste pas principe, vous voyez ? La blague ne dura pas très longtemps, puisqu'il se dirigea vers la porte, arme en main, presque juste après. La demoiselle arbora donc un petit sourire enjoué, revenant s'accrocher à son bras après avoir pris ses petites affaires. Sur le chemin, le blondinet émit alors une petite idée pour agrémenter la soirée, ce qui plongea Sélès dans une certaine réflexion. Il avait envie de sortir et de voir du monde on dirait, étant donné l'insistance qu'il montrait en ce sens. Peut-être en avait-il un peu marre de toujours être avec elle, surtout qu'elle se montrait assez collante ? Mais les gestes du jeune homme entraient en contradiction avec cette théorie, étant donné qu'ils se montraient mutuellement aussi collants l'un que l'autre. Enfin, cela ne l'empêchait pas d'avoir envie de voir une autre frimousse que celle de notre petite rouquine favorite. Elle l'empêchait déjà de sortir se distraire, alors elle n'allait pas refuser Mavis, en plus, il avait raison, elle méritait bien de prendre des petites vacances ! Et puis, c'était Mavis, Sélès avait toute confiance en elle, même si elle était humaine. Elle était gentille comme tout, et même si elle n'avait pas très envie de voir du monde, elle était certaine qu'elle passerait une bonne soirée en sa compagnie … Elles pourraient s'y mettre à deux pour charrier Aeron comme ça. Oui, plus elle y pensait, plus cette idée l'enchantait et la faisait sourire. Elle accepta finalement avec beaucoup d'entrain.

    Aeron la mit ensuite en garde au sujet du Duc qu'ils rencontreraient le lendemain. Il l'avait déjà prévenue qu'il ne le connaissait pas plus que ça, et visiblement, il ne le connaissait vraiment pas assez pour savoir s'il était digne de confiance ou non. Et s'il était de mèche avec le Pontife ? Sélès et lui auraient beau vouloir se défendre, ils ne feraient pas le poids si c'était un piège … Oui, elle le sentait encore moins ce bal, tout à coup. D'autant plus qu'après ce qu'elle avait vécu, elle était bien incapable de céder le moindre soupçon de confiance à un parfait inconnu, quelle que soit sa race, mais surtout s'il s'agit d'un noble … La petite rouquine resserra un peu sa prise sur le bras du blondin pour attirer son attention, plongeant son regard dans le sien, elle lui adressa un sourire rassurant, malgré ses doutes et son inquiétude.

    – Moi non plus, je ne laisserai personne nous séparer … ou te faire du mal. Dit-elle avec sincérité.

    Elle aimait avoir Aeron à ses côtés pour se sentir plus en sécurité, mais aussi et surtout parce qu'avec lui, elle se sentait elle-même plus forte. Il était là pour la guider, la conseiller … Elle voulait devenir plus forte pour être indépendante et prouver sa valeur, ça, elle y tenait, et c'est pour cela qu'elle avait retourné les paroles d'Aeron. Mais l'union fait la force après tout, elle voulait juste qu'il puisse compter sur elle autant qu'elle pouvait compter sur lui. Ils devaient assurer mutuellement leurs arrières, et à force d’entraînement, elle ne doutait pas qu'ils deviendraient un duo invincible.

    Ils arrivèrent de nouveau à la salle d’entraînement, et la petite demoiselle s'équipa, de même que son chevalier. Elle semblait déterminée, et elle n'aurait pas pu paraître plus à l'aise ailleurs qu'entre ces murs. Ici, elle se sentait à l'abri de tout, car rien ne venait jamais les déranger. Elle pouvait se concentrer tranquillement sur les coups qu'elle portait et recevait. Et même lorsqu'elle travaillait justement sur cette concentration un peu trop localisée et fragile, elle se sentait en confiance et jamais elle n'avait l'impression de perdre le contrôle. Elle décida d’axer justement l’entraînement sur sa concentration, un peu comme tout à l'heure, sauf que cette fois-ci, ce sera un travail de défense. Des petites lances projectiles furent installées autour d'eux, et pendant qu'Aeron lançait des offensives, Sélès devait éviter ou parer de son mieux les projectiles. Elle en reçut quelques uns en pleines face, mais elle commençait petit à petit à développer sa vision panoramique du champ de bataille.

    Ils travaillèrent également quelques techniques spéciales, les combos en 'situation réelle' et la magie comme ce matin. La petite lady ne semblait pas se lasser de l’entraînement, si personne n'était là pour l'arrêter, elle y passerait sans doute la nuit ! En effet, le temps passa à une vitesse folle, et le soleil déclinait déjà à l'horizon, offrant une lumière chaude et orangée qui filtrait par les grandes baies vitrées de la salle. C'est après avoir reçu un dernier petit projectile en plein tête que la petite se laissa finalement retomber sur les fesses, reprenant seulement contact avec la réalité et le temps qui ne les avait pas attendus. Elle leva les yeux vers les fenêtres pour remarquer que le soir était arrivé plus vite qu'elle n'aurait pu le prévoir.  

    Elle poussa un petit soupir, de fatigue et de soulagement à la fois. Puis, toute souriante, elle leva les yeux vers son chevalier. Elle était bien là, elle ne pensait à rien, elle était juste là, elle vivait, elle ne se posait pas de question. Qui pourrait croire que l'entraînement était une drogue ? Et pourtant, Sélès allait bien en devenir dépendante !

    -J'ai fait des progrès aujourd'hui ! Hein !

    Mademoiselle avait besoin de son lot de félicitations, après tant d'effort, c'était bien mérité ! Elle aurait presque retrouvé l’appétit, et pourtant, elle savait qu'une fois devant une soupe ou une feuille de salade, elle serait très vite repue … Car le mal était encore là, bien ancré en elle. Et même lorsqu'elle n'y pensait pas consciemment, son corps subissait toujours les affres du traumatisme.             



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   Ven 13 Déc - 21:56

La réponse de Seles lui fit chaud au cœur. Oui, Seles était forte, très forte. Les entraînements avaient leur raison d'être. Le jeune homme fut stupidement empli de fierté. Il était vraiment amoureux d'une personne merveilleuse. Il pleuvait joie et paillettes dans l'esprit du blondinet. Il arriva comme sur un nuage dans la salle d'entraînement. Avec entrain, ils commencèrent. Ils ne virent pas le temps passer et les différentes méthodes d'entraînement montraient que Seles progressait à une vitesse folle. Aeron connaissait pas mal de maîtres d'armes qui aimeraient avoir une élève aussi douée. Elle était là, toute souriante. Ce sourire donnait des ailes au jeune homme. Lorsque la rouquine demanda l'étendue de ses progrès, Aeron ne put se retenir de répondre de manière enthousiaste :

-Tu fais des progrès remarquables. Ne me dépasse pas, d'accord ?

Il affichait un grand sourire qu'il n'arrivait pas à réprimer. Cette fille le rendait décidément très heureux. Comment pouvait-il ne pas être heureux en voyant ce sourire ? Il n'avait besoin de rien d'autre pour le moment. Après quelques exercices pour éviter les douleurs musculaires, les deux jeunes gens rangèrent la salle et repartirent vers l'hôtel. La foule était dispersée. La plupart des gens étaient partis manger ou se préparaient aux différentes soirées. L'air était frais, agréable et rien ne pourrait gâcher une telle soirée aux yeux du blondin. Les lumières de l'hôtel lui paraissait être comme des halos divins accueillant l'ange qui s'agrippait à son bras. L'ascenseur aurait presque pu mener au paradis. Ils entrèrent en même temps qu'une jeune femme en maillot de bain. Attendez, c'est vraiment un maillot ? Comment est-ce qu'on pouvait être si peu couvert ? La femme avait de longs cheveux noirs, une poitrine généreuse, des hanches bien marquées. Le maillot ne couvrait pas un quart des seins ni des fesses. Comment pouvait-elle s'habiller ainsi sans être gênée. Aeron détourna rapidement le regard. Il n'avait pas envie de se trouver dans une situation embarrassante et il semblait que Seles n'approuvait pas non plus la tenue de cette étrangère. La différence est qu'elle paraissait outrée. L'ascenseur se mit en mouvement. La brune se décala pour s'approcher d'Aeron. Qu'est-ce qu'elle faisait, celle-là ? Voilà que leurs bras se touchaient. Aeron se décala pour s'éloigner. Seles fut obligée de se décaler pour éviter de se faire pousser. Le blondinet s'efforçait d'ignorer le comportement de cette femme étrange qui le collait encore. Ce qui toucha son bras ensuite ne fut pas un bras. C'était bien plus doux. Aeron ne pouvait plus se décaler à moins d'écraser Seles contre le mur. Il sentait la peau tellement douce frotter contre son bras. Sans un mot, les bras de l'inconnue entourèrent le sien pour le serrer contre elle. Seles semblait sur le point de crier mais les portes de l'ascenseur s'ouvrirent. Sans rien dire, Aeron s'avança, extirpant son bras tel une anguille. Il ne jeta pas un seul regard en arrière.

Mais qu'est-ce que les femmes d'Altamira avaient à le coller ? Décidément, il ne pouvait pas être tranquille. Seles avait suivi le mouvement d'Aeron et les portes de l'ascenseur les avaient séparés de cette étrange inconnue. La rouquine était aussi rouge que ses cheveux tellement la colère était palpable. Aeron tenta de trouver quelque chose à dire, mais c'était difficile. La situation ne l'avait pas mis dans tous ses états, donc ce n'était pas visible, mais il était malgré tout gêné, surtout face à celle qu'il aimait.

-Désolé pour cette situation. Je ne comprends pas. J'aurais peut-être dû réagir autrement.

Il n'osa pas affronter le regard azur. La jeune fille devait l'accuser d'être un faible ou un pervers, dans sa tête. Aeron imaginait d'ici toutes les insultes dont elle avait envie de l'abreuver. En entrant dans la chambre, Aeron resta penaud un moment avant de se retourner vers la porte.

-Je vais demander à Mavis de venir avec un repas pour nous deux et pour elle-même. Tu veux manger quoi ?

Le blondinet espérait que la réponse ne serait pas trop acide. Au fond de lui, les insultes seraient un moindre mal. Ce qui le faisait le plus souffrir est de se dire qu'il aurait dû réagir mais n'en avait pas été capable. Pourquoi n'avait-il pas pu s'offusquer plus que cela ? Il avait l'impression de décevoir la rouquine. Devait-il tous les jours perdre et reconquérir la confiance de la femme qu'il aime ? Non il en faisait un peu trop, là. Elle devrait toujours avoir confiance en lui, non ? La confiance n'est pas quelque chose de si fragile, si ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Arrivée du déserteur et sa rouquine [PV Seles]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» Arrivée de Houille
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Visite d'une rouquine
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Chapitre ll : L'Installation (suite de l'arrivée de C.) [PV: Siparti]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Symphonia - Another Fate - :: Tesseha'lla :: Les Villes :: Altamira :: Archives - Altamira-