RSS
RSS


 

Partagez | .
 

 {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Lun 11 Jan - 12:53





Sheena Fujibayashi

Ninja from Mizuho






    C'était la première fois que la petite Sheena Fujibayashi venait à Meltokio et c'était d'ailleurs la première fois qu'elle venait dans une grande ville. Elle n'avait jusque-là connu que Mizuho et divers terrains d’entraînement sauvages comme la forêt ou les monts. Elle avait déjà voyagé loin, très loin, mais sans jamais approcher les grandes villes. Elle aimait son village et la nature, mais elle enviait toujours son grand père lorsqu'il partait pour Meltokio ou Sybak, surtout qu'il n'en disait presque rien. L'inconnu la séduisait beaucoup à cette époque et elle n'avait qu'une hâte : grandir pour pouvoir elle aussi voyager où elle veut librement et accomplir des missions importantes auprès du roi. Cela arriverait un jour, ce n'était pas qu'un rêve, elle y était simplement destinée en tant que petite fille du chef du village, mais avant ça, elle aurait de nombreuses épreuves à passer pour prouver sa valeur. Elle était simplement impatiente.

Aujourd'hui était donc un grand jour, c'était le premier pas vers son destin. Depuis sa plus tendre enfance, on la destinait à participer un jour au périple de la régénération aux côtés de l'élu, bien que personne ne soit certain que cela soit nécessaire de leur vivant, c'était ce qui arriverait si jamais cela le devenait. C'était un grand honneur pour elle et elle en était d'autant plus fière qu'elle ne savait pas vraiment ce qu'impliquait ce périple. C'est avec ce sentiment positif que la petite Sheena avait foulé les premiers pavés de la capitale royale et son regard se perdit aussitôt loin en hauteur, vers le château. C'était immense, c'était … superbe. Si son éducation n'avait pas été ce qu'elle était, la petite ninja en herbe se serait sans doute mise à courir partout, mais elle restera sagement aux côtés de son grand-père, se contentant d'observer tout ce qu'elle pouvait croiser avec de grands yeux ronds. On lui avait confié un présent qu'elle devrait remettre à l'élu : un stylet de grande qualité forgé dans l'art ancien de son village. Il était enveloppé dans une étoffe brodée aux motifs typiques de la culture Mizuhoiste et elle le tenait fermement contre elle.

A son grand regret, ils n'eurent pas le temps de flâner dans les rues et il se dirigèrent directement vers l'église. Ils y entrèrent dans un silence respectueux alors qu'un jeune garçon se tenait devant l'autel. Elle ne pouvait donc le voir que de dos, mais à en juger par ses vêtements bourgeois et sa chevelure flamboyante, il ne pouvait s'agir que de lui … l'élu. Elle assista alors une cérémonie plutôt pompeuse, mais qui, comme toute chose nouvelle, lui semblait incroyable.

Lorsque la cérémonie prit fin, le grand-père de Sheena posa doucement sa main sur son épaule pour l'inciter à avancer avec un signe de tête entendu. La petite semblait un peu impressionnée, mais elle se dirigea finalement vers l'élu qui remontait l'allée de l'église et se posta devant lui. Il était facile de deviner d'où elle venait, car elle portait un de ces kimono typique de Mizuho. Elle le fixa un instant avec de grand yeux ronds, car pour l'avoir vu de dos tout le long, elle découvrait seulement son visage … et il était plutôt beau. Se rendant compte que ses pensées étaient inconvenantes, elle baissa les yeux et s'inclina respectueusement en lui tendant son présent.

— Elu, je suis Sheena Fujibayashi, je vous remet ce présent au nom de Mizuho. Énonça-t-elle alors studieusement, récitant la formule qu'on lui avait appris.

Elle resta inclinée, les mains tendu vers lui pour lui offrir le cadeau en attendant qu'il le prenne.
 



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Mer 13 Jan - 11:51


L'insoucience de la Jeunesse

Feat Sheena

 To be the Chosen One is my duty, not my choice...

Zélos était tout sauf impatient. Cela faisait des jours qu'on lui rabâchait de ne surtout pas oublier la cérémonie de cet après-midi à l'Eglise de Martel, mais lui avait justement bien envie de l'oublier.

Zélos était devenu, suite à la mort de son père il y a quelques années, le nouvel Elu de Tesséha'lla. Ce titre très honorifique et important lui procurait certains avantages en ville (comme avoir des bonbons gratuitement), mais en ce moment, c'était plutôt une source d'ennui. Il enchaînait depuis plusieurs semaines des cérémonies diverses et variées, comme les préceptes du Pontife François X l'avait établi il y a un bon millénaire de cela.
Ces cérémonies religieuses avaient pour but d'apprendre à l'Elu les rituels et prières à adresser sur les autels disséminés à Tesséha'lla, en vue d'un probable Périple de la Régénération. Probable, car cela faisait des siècles que le dernier Elu avait effectué son voyage et que le monde est prospère. Alors pourquoi l'embêter à réciter des prières devant une statue d'ange alors qu'on ne lui demandera sûrement pas de faire le plus intéressant : découvrir Tesséha'lla !

Le petit déjeuner du jeune noble venait d'arriver sur la table, apporté par son fidèle majordome Sébastien. L'assiette était composée d'oeufs brouillés et de deux tranches de bacon grillé, du jus d'orange frais était versé dans un verre à pied en cristal et une coupelle contenait son dessert favori : une salade de fruits avec beaucoup de melon !
Il commença par boire son jus d'orange, puis attaqua le bacon. En revanche, il prit tout son temps pour savourer sa salade de fruits. Il but même le jus sucré au fond de la coupelle ! Mais, au moment de piquer dans les oeufs brouillés, le domestique prit la parole :

- Je vous rappelle, Monsieur Zélos, que la cérémonie d'officialisation du garde de l'Elu débute à quatorze heures. Et avant cela, vous avez trois heures de mathématiques avec votre précepteur ce matin. Avez-vous bien fait vos devoirs ?

Zélos n'avait rien contre Sébastien. Aussi loin qu'il se souvienne, le majordome avait toujours été là pour lui. Même lors de la mort de son père. Même lors de la mort de sa mère.  C'était son plus fidèle ami et confident, et parfois il avait même l'impression d'être plus proche de lui qu'il ne l'a été avec ses propres parents.
Sébastien oeuvrait pour le bien de son jeune maître. Parfois il se montrait indulgent et attentionné -mais après tout, c'était là son travail, non ?-, mais il lui arrivait d'être stricte et sévère, notamment lorsque le jeune garçon "oubliait" de faire ses devoirs ou séchait les cours à l'Eglise de Martel. La dernière fois, il l'avait même consigné dans sa chambre. Vous vous rendez compte ? Un domestique qui donne un ordre à son maître ?! Mais cela ne dérangeait pas Zélos. Au moins, quelqu'un s'occupait de lui. Quelqu'un faisait attention à lui, et c'était tout ce qu'il avait souhaité depuis des années...

- Oui oui, je les ai fait. Mais... fit-il en étalant ses oeufs avec sa fourchette.
- Mais ?
- Je ne veux pas aller à la cérémonie. C'est ennuyeux ! Et puis, si ça se trouve, je ne ferais jamais le périple, donc à quoi ça sert ?! C'est nul d'être l'Elu !
- Monsieur, vous savez que cela fait des années que je suis au service de votre famille. Durant des années, j'ai observé votre père. Le titre d'Elu qu'il vous a transmit est très important. Avec de l'expérience et surtout du savoir, maître Zélos, je suis certain que vous pourrez changer beaucoup de choses en ce monde. Votre père, Alessandro, avait commencé certains projets. Peut-être que, d'ici trois ou quatre ans, vous serez en mesure de les poursuivre. Mais cela passe par l'apprentissage des rites de l'Elu et par l'obtention du diplôme de l'Académie de Sybak, que cela vous plaise ou non.

La mine boudeuse de s'être fait gentiment remonter les bretelles -et de n'avoir rien à rétorquer-, l'adolescent enfourna un bout d'oeuf dans sa bouche avant de se lever précipitamment et rejoindre sa chambre. Le précepteur, un vieux scientifique à la retraite de l'Académie de Recherche de Meltokio, arriva dix minutes plus tard.
Ce qu'il y avait de bien, c'est qu'au moins les maths, il comprenait facilement. Pas comme les prières enseignées par les prêtres, et encore moins lorsque le Pontife le réprimandait juste après. Et alors qu'il était en plein problème de géométrie, les paroles du domestiques résonnaient dans sa tête.

L'intense cours terminé, Zélos engloutit son repas préparé avec soin et partit directement vers l'église, accompagné de son majordome. A son arrivée, une pelleté de prêtres les attendaient déjà, en demi-cercle près de l'autel. Le Pontife était également présent.
Ils devaient être en retard de quoi ? Deux ou trois minutes seulement, mais le rouquin sentait qu'il allait passer un bon quart d'heure à se faire réprimander. Mais il n'en fut rien, même si le Pontife semblait tenté de lui lancer une remarque cinglante de son cru.
La cérémonie débuta. Zélos, malgré son non-enthousiasme, effectua les rites et récité les prières comme il fallait. Il participa même aux chants, sous le regard bienveillant de son domestique assis au premier rang. L'encens dégagé par les lampes, ballottées de gauche à droite, lui donnait envie d'éternuer, mais il fallait qu'il se retienne. A un moment, il entendit la porte s'ouvrir. Mais, malgré sa curiosité, il ne put se retourner pour voir qui était rentré dans l'église.

Il dut attendre la fin de la cérémonie. Là, un prêtre l'incita à aller à la rencontre des inconnus. Ils étaient deux : un homme et une jeune fille. Tous les deux étaient habillés étrangement. L'homme, qui était âgé, portait une sorte de combinaison bordeau, le col roulé et le bord des manches couleur moutarde, et le manche d'une épée était visible dans son dos. Quant à la jeune fille, elle portait une style de robe fleurie avec de larges manches. Sa taille était entourée d'une grande ceinture, terminée par un noeud dans son dos. Enfin, ses cheveux noirs en bataille étaient retenus en queue de cheval par un petit ruban rose.
Au fur et à mesure qu'il avançait vers elle, et qu'elle marchait vers lui, il se rendit compte qu'elle était très mignonne. Zélos ne sut s'il avait rougit beaucoup ou énormément à ce moment-là, mais ce qui était sûr, c'est qu'il fallait qu'il se reprenne en main immédiatement, car elle venait juste de s'arrêter à un mètre de lui.
Leurs regards se croisèrent l'espace d'une fraction de seconde, suite à quoi la jeune fille baissa la tête et s'inclina respectueusement.

- Elu, je suis Sheena Fujibayashi, je vous remet ce présent au nom de Mizuho, dit-elle sérieusement en lui tendant un objet couvert d'un tissu brodé.

Il resta comme bloqué un court instant, observant le présent qu'elle lui offrait. L'étoffe qui couvrait le cadeau était de la soie. Tout le contour était brodé de motifs en fil doré, sans doute une coutume de son village. Et sous le tissu était conservé une magnifique dague à la lame fine et effilée.

- Sheena Fujibayashi de Mizuho, je vous remercie grandement pour ce geste témoignant de l'amitié que votre village me porte, récita-t-il aussi mécaniquement que la petite Sheena, avant de s'incliner à son tour.

Les prêtres entamèrent un énième chant dans le dos de l'Elu. Sébastien vint poser sa main sur l'épaule du jeune maître, tandis que le vieil homme, qui semblait être de la famille de Sheena tant ils se ressemblaient, fit de même avec la petite. Ils firent alors demi-tour et repartirent aussi discrètement et rapidement qu'ils étaient venu à l'église, alors que Zélos devait rester encore un peu. Il se retourna, pour observer la jeune demoiselle une dernière fois avant qu'elle ne parte. Elle semblait si différente des autres filles qu'il avait croisé à Meltokio !

- On dirait que vous êtes amoureux, jeune maître, murmura Sébastien à son oreille.
- Quoi ?! Nan ! C'est faux ! C'est juste que... Cette fille... Mizuho...
- Cette fille, Sheena Fujibayashi, est la petite-fille du Chef du village de Mizuho, son héritière et est officiellement votre protectrice. Elle vous accompagnera et vous aidera si vous êtes amené à effectuer le Périple de la Régénération.
- Alors... Je vais la revoir ?
- Oh, oui, monsieur. Et ce pas plus tard que demain : vous devez débuter ensemble votre entraînement au combat, d'où ce présent.

Le petit noble serra la dague fort contre lui : il était impatient désormais !



© Kinotto de LG.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Mer 13 Jan - 17:32





Sheena Fujibayashi

Ninja from Mizuho






    La petite demoiselle daigna se redresser lorsque l'élu prit possession de son bien en la remerciant et elle reposa ses grand yeux curieux sur lui. Elle aurait eu envie de dire quelque chose et l'espace d'un instant, elle eut l'impression que lui aussi, mais ils se contentèrent de s'observer en un silence presque gênant. Cependant, quelque chose la perturbait. Elle faisait face à l'élu et à vrai dire, tout le monde en faisait tout un plat de cette histoire, alors elle s'était attendue à être bien plus impressionnée que ça. Cela n'avait rien de dégradant, mais en effet, elle ne le trouvait pas spécialement ''impressionnant'' lors-même qu'elle se sentait particulièrement embarrassée. Mais cela n'avait pas grand chose à voir avec son statut, en fait, il était le premier garçon de son âge qu'elle rencontrait en dehors de ceux de Mizuho et il était très différent avec ses yeux clairs et ses cheveux roux. Et puis … il avait l'air gentil, alors que les gens de son village n'avaient cessé de la mettre en garde contre les gens de la ville et de l'extérieur du village en générale. Il n'avait pas l'air d'être un démon débauché et perfide – enfin, c'est parce qu'il ne l'était pas encore.

Très vite, son grand-père revint près d'elle et elle ne le remarqua que parce qu'il venait de poser sa main sur son épaule. Un homme avec une fine moustache bien taillée fit de même avec le jeune Elu et la petite mizuhoïste dû déjà se résigner à quitter les lieux. Elle tourna les talons pour suivre le mouvement de son grand-père mais elle ne put s'empêcher de tourner la tête pour regarder derrière-elle, presque à s'en tordre le cou. Elle sourit alors à l'élu avant de devoir se résigner à regarder devant elle. C'était bien dommage, elle aurait aimé passer plus de temps avec lui aujourd'hui … mais elle se rattraperait demain.

— Que penses-tu de l'élu, Sheena ? Demanda alors le chef de Mizuho, une fois à l'extérieur.
— Il a l'air … gentil. Elle se garda bien de dire qu'elle le trouvait également très beau, ce serait hors de propos et bien inconvenant.
— Souviens-toi Sheena, même si ton devoir sera de l'accompagner si un périple de la régénération devient un jour nécessaire, ta loyauté sera toujours envers Mizuho.
— Oui, grand-père.
— Tu ne peux pas faire confiance aux gens de l'extérieur.
— Je ne peux pas avoir d'amis ici ?
— Tes véritables amis sont à Mizuho, mais rien ne t'empêche d'entretenir de bon rapport avec les gens de la ville. Seulement, souviens-toi que pour ton bien, tu ne dois pas les laisser se rapprocher trop de toi.
— Mais l'élu a l'air gentil …
— Il l'est sûrement, mais il est jeune. Cela ne veut pas dire que tu peux lui faire confiance. Et c'est mieux que tu ne sois pas trop proche de lui si un jour le périple de la régénération vient à avoir lieux.
— Pourquoi ?
— … Tu comprendras, plus tard.

La petite s'interrogea longuement sur la dernière déclaration de son grand-père. En générale, il prenait toujours le temps de lui expliquer les choses et les enfants de Mizuho étaient d'ailleurs matures très tôt, car ils étaient traités très tôt comme des adultes en apprenant les arts martiaux et en se voyant même assigner quelques missions et autres responsabilités. Le fait qu'il lui fasse comprendre qu'elle était trop jeune pour pouvoir détenir cette information était plutôt perturbante, mais comme son éducation était fondée sur une confiance aveugle envers ses aînées, Sheena ne posa pas plus de questions. Et il changea d'ailleurs rapidement de sujet en lui proposant de visiter un peu la ville. Il ne s'aventurèrent pas dans les rues commerciales ou autres coins un tant soit peu touristique, mais il se dirigèrent directement vers l'académie de recherche. On lui en avait déjà parlé, les gens d'ici travaillaient sur la magie technologie et étudiaient les esprits originels. C'est avec les chercheurs de cette académie que Mizuho travaillait pour mettre en commun leurs connaissances sur les esprits et Sheena devait prendre des enseignements dans cet établissement avant d'arriver à l'étape final de sa formation : former un pacte avec un esprit originel.

Ils passèrent la journée là-bas avant de se rendre à l'auberge pour la nuit. En l'espace d'un après-midi, Sheena avait appris beaucoup de chose sur les esprits originels et les études menées dessus, elle avait d'ailleurs eu bien du mal à tout retenir, mais ce n'était pas à ça qu'elle pensa avant de s'endormir. Son esprit n'était occupé que par Zelos Wilder, l'élu qu'elle allait revoir demain … elle avait hâte. Bien sûr, elle n'avait pas oublié les avertissements de son grand-père et elle ne les prenaient pas à la légère, comme tout ce qu'il pouvait lui dire … mais elle ne pouvait s'empêcher de se dire ''et si … et si il était quand même digne de confiance ?'' et c'était quelque chose d'assez exceptionnel qu'elle remette en cause la parole de son aînée … même un petit peu.

Sheena se leva au petit matin, et comme la journée s'annonçait sportive, elle revêtit sa tunique de combat, un ensemble qui ressemblait beaucoup à celui de son grand-père, à ceci près qu'il était violet foncé. L'ensemble rouge était réservé au chef et à son héritier, statut que Sheena n'atteindrait que le jour du pacte. Ils arrivèrent très tôt sur le terrain d’entraînement où ils firent quelques échauffements ainsi que leurs exercices quotidiens. La pratique des arts martiaux demandait un entraînement rigoureux chaque jour. Digne apprentie du chef du village de Mizuho, Sheena faisait partie des plus douées de son âge, il faut dire que c'était une question de fierté.

Après une matinée d'exercice et un déjeuner frugal, Sheena fut laissée seule au terrain d'entraînement, car son grand père avait affaire. La demoiselle exécuta donc quelques enchaînements pour tenter de tuer le temps en attendant l'arrivée de l'élu et c'est après une pirouette qu'il apparut dans son champ de vision, et bien qu'elle retomba sur ses deux pieds, la petite tomba sur le derrière en des circonstances bien mystérieuses après une étrange seconde de flottement. La petite était un peu troublée, elle ne comprenait pas comment elle avait faire son compte … et elle avait honte, aussi. Cela ne lui était pas arrivée depuis ses tous premiers essaies et il fallait que ça arrive devant l'élu … Elle avait juste envie de se faire un seppuku tant elle avait honte. Elle se releva très vite et s'épousseta, les joues empourprée, elle espérait vainement qu'il n'ait rien remarqué.

— Elu … bonjour. Dit-elle alors avec un petit air gêné. Elle resta d'ailleurs plantée là quelques secondes avant de se souvenir qu'elle devait s'incliner, ce qu'elle fit rapidement, se redressant presque aussitôt.  
 



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Jeu 14 Jan - 10:08


L'insoucience de la Jeunesse

Feat Sheena

 To be the Chosen One is my duty, not my choice...

Le jeune Elu avait eu quartier libre, après avoir signé quelques traités présentés par le Pontife et rédigé la traduction d'un chapitre du Recueil de Martel. Une fois qu'on lui avait dit, il avait filé comme un éclair écarlate hors de l'église. Libéré !

Mais depuis sa rencontre avec la jeune Sheena, il n'avait qu'une envie : la revoir, en savoir plus sur elle, son village. Dès qu'il l'avait vu, il l'avait senti qu'elle était une fille différente des autres. Après tout, ce n'était pas compliqué : toutes celles qu'il avait croisé dans les réceptions auxquelles il était convié était... superficielles ?  Sans grand intérêt ?
Elles ne parlaient que de bals, de robes, de fleurs, de poupées... Et de lui. Car c'était l'Elu, le beau, le grand, l'unique Elu de Tesséha'lla. Mais Zélos n'en avait cure des filles et de l'intérêt qu'elles lui portaient, du moins pour le moment. Il n'aimait pas les bals et les réceptions. A chaque fois il devait sourire, dire "merci", faire des révérences, flatter des dames sur leur beauté alors qu'elles pourraient être sa grand-mère...
Alors qu'est-ce qui pourrait différencier cette Mizuhoïste des autres jeunes filles de son âge ? Peut-être déjà le fait qu'elle a été désignée pour être sa future protectrice ? Cela signifiait donc qu'elle savait se battre. Et le jeune rouquin ne se débrouillait pas trop mal à la baston. Il avait beau être un enfant de très bonne famille, il n'en restait pas moins un enfant. Et les enfants, ça aime sauter dans les flaques d'eau à pieds joints, ça aime faire des batailles de gadoue, et ça aime se battre pour rien. Zélos ne faisait pas exception à la règle : il n'avait juste pas l'occasion de se laisser aller à ces gamineries, ni personne avec qui les faire.

Oh, il y aurait bien eu quelqu'un qui, sans doute, aurait été ravie de l'accompagner dans ces activités enfantines : c'était Sélès, sa demi-soeur. Mais, suite au décès de Mylène, la mère de Zélos, et à la condamnation à mort de la mère de Sélès, elle avait été envoyé au couvent, recluse comme une pestiférée. Il avait pourtant exigé qu'elle reste au Manoir avec lui, mais que vaut la parole d'un enfant, quand bien même il s'agissait de l'Elu, face à la volonté implacable d'adultes désireux de cacher la vérité ?
Cela faisait bientôt trois ans que sa demi-soeur avait été envoyée à l'Abbaye du Sud-Est, et cela faisait bientôt trois ans que Zélos lui envoyait régulièrement des lettres. Peut-être qu'il lui en écrirait une ce soir ou demain, après l'entraînement ?

Cet après-midi là était bien ensoleillée, et le jeune noble décida d'aller essayer son cadeau dans le jardin du domaine familial. Il ne fallait tout de même pas qu'il se ridiculise demain devant Sheena ! Vous imaginez : l'Elu de Tesséha'lla se faisant battre par sa protectrice, une fille ? Il avait quand même une certaine dignité à sauvegarder, même à son âge.
Le garçon demanda à l'un des domestiques de s'entraîner avec lui. Ce dernier avait prit une simple épée en bois, inoffensive. Il ne fallait pas blesser l'Elu ! Zélos sortit alors le stylet de son écrin de tissu. Il n'osa d'ailleurs pas jeter l'étoffe, elle était très belle et sentait le jasmin. Il le fourra dans sa poche.
L'arme était très légère et équilibrée. La garde était recouverte d'un velour bleu-mauve au bout de laquelle fermait un embout en orichalque doré. La lame était un peu longue pour le jeune homme, mais c'était un petit avantage avant qu'il ne grandisse. L'arme avait été conservée dans un fourreau d'un blanc immaculé. La matière devait être du Bois Sacré, issu de la Forêt de Gaoracchia. Il le reconnaissait car c'était le même bois que les prêtres utilisaient pour certains rituels à l'église.
L'héritier Wilder débuta son petit entraînement. Il commença par une série de coups horizontaux, puis des coups verticaux et finit par un coup d'estoc, sous l'oeil bienveillant de son fidèle majordome qui était rentré. La dague était très facile à manier, et le jeune noble sentit qu'il pouvait exécuter plus rapidement ses enchaînements. Ce qu'il fit toute l'après-midi.

Le soir venu, après le repas, Zélos s'installa à son bureau, sortit du papier et trempa sa plume dans son encrier.
" Chère Sélès,
Comment vas-tu ? Aujourd'hui, j'ai enfin rencontré mon protecteur, tu sais, au cas où je dois faire le Périple de la Régénération. Et bien figure-toi que c'est une fille ! Elle s'appelle Sheena et demain je dois commencer à m'entraîner avec elle. Sébastien dit que c'est pour qu'on apprenne à se battre avec un co-équipier, travailler la confiance etc. En plus elle m'a offert une dague très belle ! J'ai hâte de la revoir pour la remercier.
Sinon, si mes entraînements et mes études ne me prennent pas trop de temps, je pense pouvoir venir te voir bientôt. Je t'apporterai un joli cadeau ! J'espère que tu ne t'ennuie pas trop dans ce couvent. Déjà que je n'aime pas aller à l'église pour apprendre les prières, alors je n'ose même pas imaginer y dormir !

A bientôt, ton frère qui t'aime,

Zélos.
"
Il plia le billet et le fourra dans une enveloppe sur laquelle il inscrivit le nom du destinataire. Il l'enverra demain après l'entraînement.

Le lendemain matin, on le réveilla plus tôt que d'habitude. On l'habilla d'une tenue plus convenable à pratiquer du sport et on lui remit un petit élastique.

- C'est pour vous attacher les cheveux, fit le domestique, afin qu'ils ne vous tombent pas devant les yeux.
- Mais j'aime bien les laisser libre ! rétorqua le jeune garçon qui, au final, se laissa se les attacher en une petite queue de cheval à l'arrière. Mais ses cheveux étaient tellement rebelles que des mèches retrouvaient automatiquement leurs places attitrées.

On l'emmena donc sur le terrain d'entraînement, où se trouvait déjà Sheena. Elle faisait quelques enchaînements en l'attendant. Elle se débrouillait très bien, jusqu'à ce qu'elle le vit. La présence de l'Elu a sans doute dû la perturber un court instant, la déséquilibrant. La jeune fille se retrouva assise par terre. Elle se releva rapidement, s’épousseta et lui adressa un "bonjour" un peu gêné avant de s'incliner.
Face à ce spectacle, l'enfant n'avait eu qu'une seule envie : rire un bon coup ! Mais, par politesse, il n'en fit rien. Il s'approcha seulement d'elle avec un énorme sourire et lui dit bonjour à son tour.

- Je voulais vous remercier pour le cadeau d'hier, il est vraiment génial ! fit-il.

Sheena, sans vouloir le vexer, lui rappela qu'il l'avait déjà remercié la veille pour le présent.

- Oui, mais c'était trop pompeux, à cause des prêtres, de l'étiquette et tout le tralala. Donc on va recommencer depuis le début ! Salut, je m'appelle Zélos Wilder, et toi ? dit-il en tendant la main à la jeune fille.

Au début elle semblait un peu prise au dépourvu, mais elle finit par lui faire un petit sourire et se présenta à son tour en lui serrant la main.

- Ravi de faire ta connaissance ! Je sens qu'on va bien s'amuser tous les deux !

Et sur ces mots, leur précepteur, qui n'était autre que le chef de la Garde Pontifical, vint à leur rencontre et commença par leur faire faire des étirements. La journée s'annonçait rude pour les deux jeunes adolescents !




© Kinotto de LG.




PS : Je te laisse rédiger l'entraînement, des deux zigotos, sauf si tu veux que je développe un peu le début ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Ven 15 Jan - 21:46





Sheena Fujibayashi

Ninja from Mizuho






    L'élu s'approcha et lui épargna la moindre remarque sur sa maladresse pour se contenter de la saluer. Comme il avait un sourire radieux, elle sourit à son tour, bien que plus timide. C'est alors que le rouquin la remercia à nouveau pour le présent de la veille, ce qui la rendit légèrement sceptique. Elle le regarda un instant comme une bête curieuse, car il avait déjà exprimé la gratitude la veille. Est-ce qu'il avait oublié ? Peut-être que l'élu était un peu idiot … ? C'est avec beaucoup de précaution, mais aussi une grande spontanéité qui en disait long sur son naturelle qu'elle rétorqua.

— Vous l'avez déjà fait hier …

Sa voix resta comme en suspens, presque comme si elle doutait, non pas de la véracité de ses propos, mais des raisons qui avaient fait que l'Elu avait oublié ce détail. Le rouquin resta très spontané lui aussi et expliqua qu'il tenait à le faire sans manière pompeuse et sans avoir à se conformer à l'étiquette. C'était un peu déstabilisant pour une misuhoiste d'avoir affaire à quelqu'un qui se moquait tant des convenances, mais elle devait avouer qu'elle trouvait ça plutôt positif. Elle resta tout de même intriguée lorsqu'il se présenta, et il s'en fallut de peu pour qu'elle lui lance un de ces regards que l'on accorde aux demeurés en lui faisant remarquer qu'elle savait qui il était. Mais elle compris finalement qu'il faisait cela pour être sympathique et bien qu'elle douta à nouveau lorsqu'il lui demanda son nom – et elle le soupçonnait de l'avoir réellement oublié, ou de ne pas y avoir fait attention la veille – c'est finalement un sourire sincère qui habilla ses lèvres et illumina sa frimousse.

— Sheena Fujibayashi. Déclara-t-elle finalement.

Puis, elle jeta un œil sur la main tendu … même sans étiquette ou quoique ce soit, il n'était pas dans sa culture de serrer la main à quelqu'un pour saluer. Cependant, elle en avait entendu parler et elle comprit vite, alors elle l'attrapa doucement et se contenta de suivre le geste bref de son vis-à-vis. En observant le jeune Élu, Sheena se demanda un instant si tous les garçons ''de l'extérieur'' était comme lui, car il avait un comportement plutôt déstabilisant. Encore une fois, les sermons de ses aînés lui revinrent à l'esprit, mais elle avait beau chercher, elle ne voyait pas en quoi elle devrait se méfier de Zelos Wilder.

Et comme la petite était définitivement plus timide et plus réservée que son interlocuteur, elle se contenta de sourire pour acquiescer sa dernière déclaration. En fait, elle avait plutôt hâte de l'affronter pour voir ce dont était vraiment capable l'élu ! C'était également pour elle une occasion de mesurer l'héritage de Mizuho à celui des gens de l'extérieur, et ce n'est pas sans fierté qu'elle donnerait le meilleur d'elle-même. Après tout, elle devait préserver la réputation de son village don les ressortissants étaient considérés comme de redoutables combattants, des plus agiles et des plus discrets. Ces particularités étaient la cause de la méfiance de nombreuses personnes à leur égard, car ils étaient des maîtres de l'espionnage, leurs réseaux d'informations étant les plus efficaces qui soit.

Un homme arriva pour encadrer leur entraînement et comme Sheena avait déjà passé la matinée à faire des exercices, les étirements proposés par le soldat ne furent que de piètres banalités pour elle. Puis vint enfin l'entraînement en lui même. Si Sheena était plus à l'aise dans le combat rapproché à mains nu et dans le maniement des cartes magiques, elle était également suffisamment douée en maniement des armes blanches et de jet pour rivaliser avec n'importe lequel de ses camarades. Elle fut donc équipée d'un Wakizashi en bois pour commencer quelques échanges musclés avec l'élu. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il était bien plus rapide et agile qu'elle ne l'aurait jamais pensé. Il se mouvait de tel façon que ses attaques ressemblait à une danse aussi élégante que déstabilisante. Sheena avait l'habitude de se battre contre des gens qui avaient reçu la même formation qu'elle ou contre des monstres et c'était la première fois qu'elle affrontait une personne extérieur. Le style était très différent, mais elle ne se laissa pas longtemps déstabilisée et donna le meilleur d'elle-même. Et si elle se défendait bien, c'est bel et bien lui qui garda l’avantage pour cette manche.

Comme il venait de plaquer sa lame de bois contre son épaule, marquant la dernière défaite de la demoiselle, cette dernière lui accorda un sourire malicieux.

— Vous vous débrouillez bien en escrime, Élu … Mais montrez-moi ce que vous savez faire sans arme !

A peine eut-elle terminée sa phrase que son pied frappait déjà la main de l'élu pour le désarmer – chose qui ne sera sans doute plus aussi facile dans quelques années – et elle l'assaillit de quelques coups à la force très modérée, mettant plutôt l’accent sur quelques acrobaties agiles qui eurent finalement pour effet de faire tomber le rouquin sur son noble fessier. Elle posa alors ses petits points sur ses hanches en le regardant avec un petit air fier et revanchard.

— Les gens de la ville sont tous aussi mollasson, ou c'est juste vous ? Se moqua-t-elle alors gentiment.  
 



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Lun 18 Jan - 19:59


L'insoucience de la Jeunesse

Feat Sheena

 To be the Chosen One is my duty, not my choice...

L'entraînement n'était pas des plus aisés ! Zélos avait encore les muscles froids, et bien que les étirements qu'ils firent étaient destinés à ce qu'ils ne se fassent pas mal pour la suite, c'était très désagréable.
Pour commencer, c'était un simple exercice : jambes un peu écartées et les bras qui tiraient d'un côté puis de l'autre. Puis les choses se corsaient au fur et à mesure. Ils enchaînèrent avec quelques pompes, des séries d'abdominaux, du stretching, travail du dos, des poignets, des hanches... Tout cela dura au moins une bonne demi-heure, et Sheena avait l'air des plus à l'aise. Elle avait fait preuve d'une grande souplesse, signe d'un entraînement régulier et intensif. A côté, le rouquin avait l'air aussi raide qu'une planche.

Ceci fait, les choses sérieuses allaient débuter. Le professeur leur demanda de s'armer et de combattre. Bien sûr, sans s'entre-tuer, c'est pourquoi la protectrice fut équipée d'une épée en bois. L'Elu ne doit pas être blessé, c'était la règle, et encore moins par la personne qui allait assurer sa sécurité lors de son Périple.
Pour l'héritier Wilder, il devait forcément se faire la main avec sa dague. Le maître d'arme est donc surtout là pour s'assurer qu'il maîtrise son arme -et que les prêtres n'aient pas à lui choisir un autre protecteur...
Zélos n'avait jamais affronté une fille à l'épée. On lui avait toujours présenté des garçons qui, il s'en doute un peu, se laissaient se faire battre. C'était très insultant pour lui, mais pour les autres c'était une question de respect. Laisser gagner l'Elu pour le satisfaire était la "norme". Personne ne devrait être meilleur que l'Elu, même si cela ne plaît pas au principal intéressé.
Le fait de se confronter à la jeune fille offrait enfin la possibilité au jeune garçon d'évaluer son niveau de maîtrise à la dague. Il n'avait pas passé ses nombreuses heures dans la salle d'arme du manoir à perfectionner son style pour rien !

Le combat débuta. La demoiselle se débrouillait très bien avec son épée en bois, et cela se voyait qu'elle ne se retenait ses coups. Elle était agile et la souplesse démontrée lors de l'entraînement n'était pas de la poudre aux yeux. Zélos essayait de la piéger mais elle avait esquivé ses coups avec une facilité déconcertante. Il n'en démordait pourtant pas et ne lui laissait aucun répit. Il avait, depuis deux ans, travaillé une nouvelle technique, ou plutôt une nouvelle manière de porter ses coups.
Comme tout jeune héritier de grande famille, il a apprit à danser pour inviter les demoiselles lors des galas et autres bals de la haute société. Et, contre toute attente, il aimait bien danser. La danse, c'est élégant, c'est gracieux, c'est beaucoup de travail. Le jeune noble avait, un jour, décidé d'intégrer quelques mouvements de danse de salon dans ses enchaînements d'escrime, et le résultat lui plut. Bien sûr, son précepteur le lui avait déconseillé : on ne mélangeait pas deux styles aussi différents ! Mais Zélos avait sorti sa carte maîtresse : "Je suis l'Elu, et ça me plaît". Parfois, c'était très utile d'être l'Elu ! Il ne fallait pas qu'il en prennes goût...
Revenons à nos moutons. Après plusieurs minutes à l'évaluer, l'Elu finit par assainir un coup vertical, qu'elle bloqua avec son épée en bois. Il força alors sur ses petits bras pour ramener l'arme d'entraînement vers elle, et ainsi mettre fin au combat. Elle lui accorda un sourire malicieux.

- Vous vous débrouillez bien en escrime, Élu, le complimenta-t-elle. Mais montrez-moi ce que vous savez faire sans arme !

Et sur ces mots, la Mizuhoïste ne lui lassa pas le temps de réagir et envoya valdinguer la dague d'un coup de pied. Ni une ni deux, la rapidité de la demoiselle l'obligea à se défendre. Elle ne portait pas de coups puissants, mais mêlés à ses acrobaties aussi variées qu'époustouflantes, elle le déstabilisait. A plusieurs reprises, le rouquin faillit tomber, mais il résista quelques minutes avant que ce drame n'arriva. Après une énième attaque, il bascula en arrière et attérissa sur son postérieur. L'apprenti ninja se posta alors devant lui, les mains sur les hanches, un air fier trônait sur son visage enfantin.

- Les gens de la ville sont tous aussi mollasson, ou c'est juste vous ? Se moqua-t-elle gentiment.
- Tu vas voir si je suis mollasson ! Rétorqua-t-il après s'être relevé et s'être massé son fessier un peu endoloris.

Et ils n'en démordait pas jusqu'à la fin de l'après-midi.
Fatigués, et sans doute Zélos plus que Sheena, ils restèrent un petit moment assis à reprendre leur souffle, l'un à côté de l'autre. Le jeune garçon avait l'habitude des entraînements courts, mais aujourd'hui il était long et intensif. Et cela allait sûrement être le rythme des prochains avec la protectrice.
Ils étaient silencieux. Est-ce parce qu'ils ne savaient pas quoi se dire ? Oh non, ce n'était pas l'envie qui manquait au noble pour questionner l'adolescente sur Mizuho, sur qui elle était et tellement d'autres choses -si elle préférait les chiens ou les chats, sa couleur favorite, lesl ivres qu'elle appréciait etc... Mais la seule phrase qui sortit de sa bouche fut :

- Tu te bats bien, pour une fille.

C'était très macho, mais Zélos pensait seulement que c'était le plus plat des compliments. Il n'avait pas encore un esprit tordu, même si, à son âge, certains phénomènes naturels n'allaient pas tarder à faire leurs effets.
Sheena lui lançait un regard noir et ne tarda pas à répliquer quelque chose comme quoi, pour un garçon, il était vraiment nul au combat. Il allait lui répondre lorsque Sébastien vint à sa rencontre pour le ramener au manoir, accompagné du vieil homme de Mizuho.

- Il y a une réception ce soir, et vous devez impérativement être présent, lui intima le majordome.

Et, contre toute attente, le grand-père de Sheena donna les mêmes instructions à la jeune fille.





© Kinotto de LG.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Mar 19 Jan - 14:26





Sheena Fujibayashi

Ninja from Mizuho






    Ces moments faisaient partie des préférés de la jeune mizuhoïste : lorsque tous ses muscles étaient engourdis par l'effort et que cela lui donnait l'impression de voir chacun de ses sens décuplé. Assise aux côtés du jeune élu, elle observait l'environnement qui les entourait, et même si elle était ravie de découvrir tout ça, elle devait avouer qu'elle préférait le paysage de Mizuho qui était bien plus boisé et embaumé d'un doux parfum de jasmin qu'elle portait toujours sur elle. Ici, les odeurs étaient étranges et il y avait tellement de gris partout … même les quelques fleurs en pot semblaient prisonnières de la pierre.

L'envie ne manquait pas de porter son attention sur l'élu, mais elle n'osait pas. Elle aurait d'ailleurs bien eu envie de lancer la conversation pour lui donner une raison de le regarder plus en détail, mais elle ne savait pas quoi dire … Sheena n'avait jamais été une grande bavarde, en général, c'était ses camarades qui trouvaient les sujets de conversation et cela tournait généralement autour de leurs techniques de combat. C'est alors que le rouquin lui lança une remarque bien étrange. Elle ne sût pas si c'était un compliment ou une boutade, car à Muzuho, s'il y avait bien des différences homme-femme pour certaines choses, ils étaient tous traités de la même façon en ce qui concerne l’entraînement. Tous les habitants devaient savoir se battre à la perfection, car si c'était souvent des hommes qui partaient en mission à l’extérieur, tous ceux qui restaient au village devait être capable de le défendre. Elle ne comprit donc pas pourquoi il semblait accorder de l'importance au fait qu'elle soit une fille.

— Qu'est-ce que ça veut dire ''pour une fille''. Rétorqua-t-elle alors avec un petit air contrarié.

Elle posa alors sur lui un regard à la fois farouche et intrigué. Elle avait envie de comprendre pourquoi il disait cela, mais en même temps, cela avait valeur d'avertissement. Elle n'hésiterait pas à lui en coller une s'il le méritait, peu importe qu'il soit l'élu – et plus tard, cela deviendra d'ailleurs presque un leitmotiv. Mais les légendaires chamailleries de Sheena Fujibayasji et Zelos Wilder ne commenceraient pas aujourd'hui, et pas si tôt qu'on pourrait le croire d'ailleurs. L'élégant moustachu de la veille arrivait justement en compagnie du chef de Mizuho et Sheena se leva en l'apercevant. Cela mettait un terme à leur entrevu et ils n'avaient hélas pas encore eu le temps de vraiment se parler, mais rien de tel qu'un combat pour apprendre à se connaître. Le moustachu annonça à son jeune maître qu'il devait se préparer pour une réception et quelle ne fut pas la surprise de Sheena lorsque son grand-père annonça qu'elle devait en faire de même. C'était une surprise, mais une agréable surprise ! Sheena ne savait pas à quoi ça pouvait bien ressembler et c'est justement pour ça qu'elle avait hâte de le découvrir !

— C'est vrai, on y va aussi ? Super ! Elle sautilla sur place et se tourna vers le rouquin, le sourire aux lèvres. A tout à l'heure alors … Élu mollasson ! Lança-t-elle amicalement avec un petit air taquin.
— Sheena. La réprimanda aussitôt son grand-père.
— Pardon … Fit-elle avec une petite mine déçue. Puis elle tourna les talons pour suivre le vétéran, mais elle ne manqua pas de tourner une fois encore la tête vers Zelos pour lui lancer un sourire complice. Le respect était une valeur très importante dans la culture Mizuhoïste et il y avait un tas de petites règles qui faisaient qu'on avait vite fait de bafouer quelqu'un et tout autant de petites règles à respecter pour se faire pardonner. Cependant, ses boutades n'avaient pas du tout valeur de manque de respect, elle avait bien cerné le rouquin et elle devinait que c'était un plaisantin, c'est pourquoi elle se permettait de le taquiner. Cependant, ce genre de familiarité, qu'elle soit faite par manque de respect ou justement par sympathie ne risquait pas de plaire à son grand-père qui tenait justement à ce que les deux jeune gens gardent une relation des plus formelles.

Ils rentèrent à l'auberge où la petite procéda à un décrassage dans les règles et comme les Mizuhoïstes mettaient un point d'honneur à toujours rester proche de leur culture, il ne fallait pas compter sur eux pour se déguiser en dinde noble de Meltokio. Sheena revêtit donc un charmant kimono mauve pâle décoré de papillons violets ou blancs sur les manches. Sa taille était enveloppée d'un obi violet décoré de fleurs roses et d'une ceinture de perle blanche. Elle avait également mis beaucoup d’effort à dompter ses mèches rebelles à renfort de barrettes pour l'avant et elle avait noué l'arrière en chignon grâce à ces traditionnelles aiguilles joliment décorées. Elle embaumait une délicieuse odeur de jasmin, ainsi affublée d'une nouvelle mais classique tenue de fête. Son grand-père portait lui aussi un kimono très élégant, mais beaucoup plus sobre.

Avec le temps de toutes ces préparations, il était déjà temps pour eux de se rendre à la réception. Sheena trépignait intérieurement, elle avait hâte de découvrir ce qui créait tant d’engouement parmi la population urbaine. Le soleil était en  train décliner doucement derrière les grandes bâtisses de pierre et ce sont donc les superbes lumières artificielles qui les attirèrent vers le lieux de fête. C'était grand et il y avait des chandelles partout. Au plafond, d’immenses lustres en cristal qui brillaient comme des diamants sous la lumière d'Ashka. La petite regardait partout autour d'elle, ses jolis yeux noisettes pétillaient d'admiration. C'était magnifique. Elle était tellement adsorbée par l'admiration de cette demeure insolite qu'elle aurait put rentrer dans plus d'un mur si son grand-père ne la guidait pas en la tenant pas la main. En progressant, elle aperçu finalement une table garnie d'un tas de petites choses qui avaient l'air aussi étranges que délicieuses pour la petite mizuhoïste et après avoir regardé cette nourriture avec attention, elle fini par attraper un petit four pour goûter. C'était un petit gâteau recouvert d'une crème blanche comme la neige et surmonté d'une fraise … Bon sang, que c'était bon ! C'était la fête dans sa bouche et toutes ses papilles étaient invitées !

C'est alors qu'elle mâchait avec délice, les joues gonflées, qu'elle remarqua enfin les regards qui étaient posés sur elle ainsi que sur son grand père. C'était des regards curieux et plutôt méprisants, car cette manie qu'avaient les gens de son village de toujours rester fidèle à leur racine, quitte à dénoter, leur attirait autant de mépris que cela ne les rendait fières. N'étant pas encore habituée à cela, la petite se sentit plutôt gênée et avala d'un coup tout le contenu de sa bouche. Quand elle recula pour chercher son grand-père du regard, elle sentit quelque chose sous son talon, nulle doute que c'était les orteils de quelqu'un.

— Oups, pardon ! Fit-elle en se retournant vers sa victime.   
 



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Sam 23 Jan - 19:01


L'insoucience de la Jeunesse

Feat Sheena

 To be the Chosen One is my duty, not my choice...

La jeune ninja semblait très enthousiaste d'assister au bal du soir. Après tout, c'était inconnu pour elle. Meltokio devait ressembler à un rêve pour cette fille venue de la cambrousse, mais si elle savait !

Les soirées et autres réceptions pompeuses n'étaient pas la tasse de thé de Zélos. Oh certes, il jouait le jeu, souriait, flattait, remerciait, mais tout cela n'était qu'un masque. La Capitale n'était qu'un vaste nid de vipère, et sa mère, Mylène, ne l'a que trop préparé à cela de son vivant. Il aurait aimé avertir Sheena de ce qui allait sûrement l'attendre le soir, mais il n'en eu aucunement l'occasion. Elle lui avait sorti une boutade avant de se faire réprimander par son grand-père et de partir, lui adressant un sourire complice.
La regardant s'éloigner vers le centre ville, il s'adressa à son majordome :

- Dis, tu crois que ça va bien se passer ce soir ?
- Monsieur, cela ne tient qu'à vous. Après tout, cette soirée est donnée en votre honneur.

Le jeune garçon baissa la tête, et se résigna à retourner au manoir se préparer.
C'est vrai, il avait presque réussi à oublier que cette "fête" était destinée à célébrer l'officialisation de son titre d'Elu du Mana, ainsi que la nomination de Sheena. Bien que cela ait déjà été fait à la régulière par les prêtres la veille, la haute société avait décidé de préparer LEUR cérémonie. Cela allait être un véritable festin, autant pour les yeux que pour l'estomac. Les chandelles éclaireraient sans doute la salle de réception, des buffets seraient garnis de long en large de canapés et autres petits fours chauds et froids, les longs rideaux en velours rouges pareront les hautes baies vitrées de la salle et, au milieu de tout cela, les vipères cracheraient leurs venins sur tout ce qui sortiraient de la norme.

De retour dans sa chambre, Zélos récupéra la lettre pour Sélès et alla l'apporter à Sébastien. Sur son lit étaient posés ses vêtements du soir. Il s'agissait d'un simple costume noir, affublé d'une chemise blanche et d'un noeud à nouer d'un rouge sombre. Une servante était là pour l'aider à s'habiller, et notamment pour faire le noeud. Elle lui attacha aussi ses cheveux mi-long en lui faisant une petite tresse, et la rabattit sur son épaule gauche. ainsi vêtu, il ne lui restait qu'à mettre ses chaussures noires vernies et descendre dans le vestibule retrouver son fidèle domestique.

- Rappelez-vous jeune maître : en aucun cas vous ne devez être discourtois avec mademoiselle Sheena. Essayez de lui faire passer une bonne soirée.
- Ouais, ça ne sera pas de la tarte, bouda-t-il.

Et ils montèrent dans la voiture d'apparat pour se rendre au lieu de la réception.
Ils étaient parmi les premiers à arriver, et Zélos se devait d'être présent : vu que la cérémonie lui était consacré, il devait accueillir les invités. Ils ne tardèrent d'ailleurs pas à pointer le bout de leurs nez. Dans la haute société de Meltokio, l'apparence était tout. Il fallait être bien habillé, venir dans de belles voitures ou carrosses -mais surtout pas à pied !-, employer le langage approprié pour converser avec les autres riches, se tenir bien droit, ne pas se jeter sur le buffet et encore tellement d'autres règles à respecter... Zélos, étant de surcroît l'Elu du Mana, se devait non seulement de suivre ces directives de savoir-vivre, mais en être l'exemple parfait. Et ça l'énervait tellement qu'on lui dise ce qu'il devait dire ou faire ! Mais il était jeune encore, il se devait d'écouter ce que les adultes lui disaient.
Alors que la salle se remplissait petit à petit, le jeune noble commença à aller au devant des prestigieux pique-assiettes. L'un des attroupements était composé de "nouveaux" nobles, d'anciens commerçants qui ont fondés de véritables empires financiers et qui se sont fait grâcement titrés. L'un d'eux était un jeune homme dans la fleur de l'âge, aux cheveux à peine plus longs que les siens, d'une couleur bleu océan. Il avait été nommé Duc par le Roi il y a quelques mois de cela, et il assurait ses fonctions avec une main de maître. Il était entouré d'autres nouveaux nobles mais, comparé au président de la société Lézaréno, ils n'étaient rien. Le rouquin discuta rapidement avec ce groupe, puis alla voir un autre rassemblement.
Il s'agissait des membres d'une illustre famille noble de Meltokio : les Valérious. Zélos n'aimait pas trop cette famille-là. Leur fils aîné était méchant. Oh, tous les enfants le sont à cet âge, me diriez-vous, mais lui était vraiment malsain, voire sadique. Une fois, il l'avait surpris à frapper la fille d'une servante pour la simple et bonne raison qu'elle l'avait "mal regardé". La pauvre fillette s'en est sortie avec le visage couvert de sang... Il y avait aussi le deuxième fils. il ne le connaissait pas puisqu'il venait que très rarement aux soirées mondaines. Sa présence ce soir devait juste servir à faire bonne figure pour la famille. Et enfin, il y avait la petite soeur, la dernière de la fratrie. C'était une gamine de quelques années de moins que Zélos, mais elle avait été pourrie gâtée, à un point qu'elle était détestable. Quant aux parents, ils discutaient avec d'autres parents.

Par politesse, il alla saluer les héritiers Valérious. L'aîné et la cadette firent trois tonnes de manières et de révérences, pour bien se faire voir de l'Elu comprenez-vous. Mais le benjamin se courba, le salua poliment et resta muet comme une carpe. L'aîné discuta un peu avec le noble Wilder, tandis que la fille tentait de mettre ses piètres atouts en valeurs. Zélos avait l'habitude que les jeunes filles lui tournent autour : il était l'héritier d'une famille très renommée, riche et le nouvel Elu de Tesséha'lla. Quel meilleur parti pourriez-vous trouver pour caser votre fille et ne manquer de rien jusqu'à la fin de vos jours ?
Généralement, il se contentait de repousser gentiment les avances qui lui étaient faites. Là, la fille était d'une part beaucoup trop jeune pour être attrayante, à son goût ; et d'autre part, connaissant déjà un peu le phénomène, il était hors de question de passer plus de temps en sa "compagnie". Le rouquin décida délibérément de ne pas y faire attention, comme si elle n'existait pas. Pas un regard, pas une parole, rien du tout. Cette tactique fonctionna plutôt bien car, à la première occasion, l'Elu prit congé de la fratrie Valérious et se dirigea vers Sebastien, qui avait prit place près du buffet.

- Je confirme que je déteste vraiment ce genre de soirées ! assura-t-il discrètement à son majordome.
- Malheureusement monsieur, votre statut d'Elu, ainsi que votre position dans la noblesse de la capitale, vous obligent à y assister.
- S'il n'y avait pas autant de monde, ça irait. Mais tous ces gens... Ils ne sont là que pour une seule et même chose...
- Ceci monsieur, fit le domestique en s'agenouillant devant lui, vous devez le garder pour vous. Essayez d'en faire abstraction, ou bien cachez-le aux autres convives. Et puis, tous ne sont pas comme vous le pensez. Il y a peut-être des personnes dans cette salle qui pourraient être vos amis, ou bien l'une de ces jeunes filles pourraient bien être votre future ép...

A cet instant, un riche commerçant, présent pour attirer de nouveaux clients parmi la haute société, pestait comme jamais. Il était difficile d'entendre ce qu'il disait tellement il parlait vite et fort, mais il attirait toute l'attention. Zélos ne voyait pas vraiment contre quoi ou après qui il hurlait. Il s'approcha de la foule qui s'était créé, se faufilant à gauche à droite, et c'est là qu'il la reconnu.

C'était Sheena.
Elle était encore plus mignonne que la première fois qu'il l'avait vue, à l'église. Son grand-père était près d'elle et il s'excusait à la place de la jeune fille, qui avait la tête baissée. Elle ne disait mot mais cela se voyait qu'elle se retenait de pleurer. Après tout, lorsqu'on se fait insulter d'incapable, de moins que rien, de "sale étrangère" qui n'a aucune place ici -et bien d'autres encore-, il y avait de quoi verser sa petite larme.
Zélos ne réfléchissa pas. Il marcha rapidement vers la mizuhoïste, lui prit la main et passa à travers la foule. La jeune fille se laissa emmener sans dire un mot. Connaissant les lieux, puisque ce n'était pas la première fois qu'il venait ici pour une soirée, le rouquin la mena à l'entrée. Ils gravirent le grand escalier tapissé de velours rouge, main dans la main. Ils finirent par s'arrêter dans un couloir, un peu plus loin, et s'assirent sur une des multitudes banquettes moelleuses.

- Est-ce que ça va ? la rassura-t-il en lui présentant un mouchoir. Je suis désolé que ce genre de chose te sois arrivé aujourd'hui. Je n'ai pas eu le temps de te prévenir après l'entraînement. Mais dis-toi que tu as eu de la chance, ça aurait pu être pire. La prochaine fois, essaie de faire plus attention : ces endroits, ils ne sont pas faits pour nous...

Il avait prononcé ces derniers mots d'une voix triste et avait tourné le dos à la ninja pendant qu'il parlait. Laissant un blanc, il se retourna alors :

- Du coup, pour te changer les idées, ça te dit d'aller manger un morceau directement dans les cuisines ? dit-il avec un sourire narquois.





© Kinotto de LG.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    Dim 24 Jan - 17:29





Sheena Fujibayashi

Ninja from Mizuho






    De toutes les personnes dont elle aurait pu écraser les orteils, la petite Sheena n'était pas tombée sur la plus indulgente. Pourtant, avec son petit gabarie, l'homme avait dû à peine le sentir, mais c'était sans doute une occasion trop belle pour lui de se faire remarquer en pestant contre une gamine de Mizuho, ces gens que la noblesse méprisait tellement. La petite ne s'attendait absolument pas à se faire incendier de la sorte, car c'était quelque chose de particulièrement indécent dans sa culture que de laisser ses émotions éclater de façon aussi manifeste et bruyant. Elle recula bien vite, les yeux écarquillés de peur, car cet homme faisait peur. Heureusement, son grand-père ne tarda pas à intervenir et elle s'agrippa à sa jambe en se cachant légèrement derrière lui, ses yeux luisants de larmes. Bon sang, qu'est-ce qu'elle avait fait ? Ils allaient aller en prison à cause d'elle ? Qu'est-ce qui allait se passer ?

Fidèle à lui-même, son grand-père était resté particulièrement calme et il s'inclinait respectueusement pour présenter ses excuses à l'homme courroucé. Au fond, Sheena avait justement envie de mettre la pâté à ce sale type pour se venger, car elle ne méritait pas tant de haine. Ce qu'elle ne savait pas, c'est que cet homme était un Baron qui résidait à Flanoir, et qu'il figurerait sur sa liste des têtes à faire sauter dans quelques années … Comme quoi, le destin et parfois bien fait, car ce n'était plus qu'une question de temps avant qu'elle ne prenne sa revanche, même si lui ne se souviendrait certainement pas d'elle et que ça ne serait pas sa principale raison de le tuer … ce serait juste un petit plus, joindre l'utile à l'agréable.

Mais pour le moment, la petite était tétanisée. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait, elle ne comprenait pas ce qu'elle avait fait de si mal et elle pouvait maintenant voir tous ces regards méprisants posés sur elle. Elle comprenait maintenant pourquoi son grand-père lui avait dis de ne pas faire confiance à ces gens … Et c'est à cette pensée que surgit  une petite flèche flamboyant, lui attrapant la main pour l'emmener à travers la foule. Sheena reconnue très vite Zelos et se laissa faire, encore sous le choc. Ils s'éloignèrent finalement de la foule d'invités pédants, se retrouvant seuls dans un couloir calme où ils purent se poser, et la demoiselle tenta de reprendre ses esprits. Sans un mot, elle accepta le mouchoir que lui tendait le jeune élu, et si elle avait le regard fuyant au début, elle ne tarda pas à le fixer avec insistance lorsqu'il s'excusa. Elle sécha ses larmes mais était encore trop secouée pour parler, bien que la déclaration de Zelos aurait mérité une réaction. ''Pas faits pour nous'' avait-il dis … pourtant, lui, il avait grandis dans ce milieu, ne se plaisait-il donc pas chez lui ? Cela dit, même en grandissant ici, Sheena pouvait très bien comprendre qu'il n'aime pas tout ça, c'était parfaitement détestable !

Puis, pour la réconforter, il lui proposa d'aller fureter dans les cuisines pour y manger directement à l'abri des risques de faute diplomatique. La petite sembla hésiter et jeta un œil vers la salle qu'ils venaient de quitter. Elle s'inquiétait pour son grand-père, mais tout semblait s'être calmer là-bas. Une fois confortée dans l'idée que tout irait bien, elle accepta de suivre le jeune et aimable Elu. Sur le trajet, elle l'observa à nouveau. Il n'était pas comme tous les autres, que ce soit ceux de la ville ou ceux de Mizuho. Zelos Wilder n'était comme personne et c'était assez intriguant. Elle ne devait pas lui faire confiance … pourtant, il avait l'air d'en être digne.

— Merci. Lâcha-t-elle finalement d'une petite voix, une fois que sa gorge fut moins nouée. J'avais hâte de découvrir tout ça, mais maintenant que c'est fait … je suis pressée de rentrer chez moi.

Rien de tel qu'un bon choc des cultures pour vous donner le mal du pays. Hélas, Sheena allait devoir rester un moment ici avant de pouvoir rentrer et elle devrait par la suite revenir régulièrement. Pour le moment, elle voyait en cela encore une seule et unique chose positive : elle pourrait revoir Zelos. Lui aussi était un mystère qu'elle avait hâte de percer à jour, et elle devait bien l'avouer, sa compagnie lui était agréable.

Lorsqu'ils arrivèrent aux cuisines, Sheena se sentait déjà mieux. Les gens qui travaillaient ici lui semblait bien plus aimable que ceux qui glandaient dans la salle de réception. Même si ce fut une expérience particulièrement désagréable, Sheena ne s'en plaindrait pas. Au moins, elle n'avait pas eu le temps de se faire de fausses idées sur ce monde étrange et idéalisé et elle pouvait dès maintenant s'entraîner à faire face à tout cela, car si jeune, elle n'était pas encore prête à affronter cet univers hostile, même si elle s'efforçait de faire bonne figure. Bientôt, tout ce mépris la laisserait particulièrement indifférente et elle développerait elle aussi cette fierté de se démarquer le plus possible de ces gens, pour le moment, elle en était encore à se demander ce qu'elle avait fait de si mal pour être aussi détestée …

— Élu … dit-elle alors qu'ils venaient de se dégoter un plateau de petits amuse-bouche. Si vous saviez que c'était si désagréable, pourquoi êtes-vous venu ? Demanda-t-elle naïvement.

Il était l'élu et en plus noble et riche … n'était-il pas libre de faire ce qu'il voulait ? La petite apprendrait bientôt que c'était justement pour toutes ces raisons qu'il devait être l'être le moins libre au monde.    
 



©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia édit' by Nika



Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: {Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]    

Revenir en haut Aller en bas
 

{Flashback} L’insouciance de la jeunesse [PV Zelos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Michaëlle Jean et le rêve de la jeunesse haitienne
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» Le Ministère haïtien à la jeunesse et aux sports condamne l'affront des autorité
» A la jeunesse de mon pays

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Symphonia - Another Fate - :: Tesseha'lla :: Les Villes :: Meltokio-