RSS
RSS


 

Partagez | .
 

 Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Lun 2 Sep - 20:28




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Un vif éclat éblouissant, le grincement atypique d'une puissante magie qui claque à vous en vriller les tympans, une grande douleur lui martelant les côtes. Tels étaient les derniers souvenirs de son passage à Sylvarant, la dernière sensation qu'elle éprouva aux côtés de la jeune élue de ce monde en déclin dont elle ignorait totalement le sort. Elle n'avait eut le temps de ne rien voir, de ne rien comprendre, si ce n'est peut-être la présence des renégats. Mais avait-elle rêvé cela ? Ou était-ce bien des souvenirs ? Avant cette lumière, qu'y a-t-il eu, déjà … ? L'ange Rémiel. Il est apparut et puis … Elle ne parvenait pas à se souvenir. Pourquoi n'avait-elle donc pas accès à cette partie de sa mémoire ? Elle ne parvint pas à voir quoi que ce soit dans ses songes. Mais la voix de Raine raisonnait en écho dans sa tête ''les Désians !!!'', puis celle de Lloyd criant le nom de la jeune Ninja qui disparaissait déjà. Que dire de ce qu'il se passa ensuite ? Tout d'abord : rien. Absolument rien. Il n'y eut que le vide sous elle, un vide qui l'engloutit toute entière dans le silence le plus total. Elle crut un long moment qu'elle était morte, et sa seule pensée fut pour Mizuho. Elle se dit que finalement, elle n'aura jamais pu se racheter, elle n'aura jamais pu les aider de quelque façon que ce soit … Elle se dit aussi que, quand même, c'était bête de mourir si tôt, comme ça, alors qu'elle n'avait encore rien vu de la vie ! Elle n'avait pas pris le temps de goûter au plaisir simple de son existence, et c'est seulement maintenant qu'elle s'en préoccupait. Elle se rendait compte qu'elle n'avait jamais été une fille très romantique, n'avait jamais pensé à l'amour, ni à se marier ou à avoir des enfants. Se marier … Oui, ça aurait été pas mal. Un beau mariage dans son village natal, avec son grand-père pour y assister. Oui, elle l'aurait sauvé, elle aurait rétablit son honneur ainsi que celui de son village et aurait enfin pu commencer une vie normale, en paix avec elle-même. Mais si elle partait là, comme ça, maintenant … Tout resterait inachevé ! Allait-elle devenir une âme errante à cause de tout cela ? Et Corrine … Qu'allait donc devenir Corrine ? Avait-elle subit cette attaque elle aussi ? Ou était-elle restée là-bas, toute seule ?

    C'est cette pensée pour l'esprit originel qui lui était si chère qui la fit réagir. Non. Elle ne pouvait pas mourir comme ça, pas maintenant, pas aujourd'hui. Elle n'avait pas survécu à Volt pour finir comme ça !! Elle devait prendre sa revanche, elle ne pouvait pas disparaître avant d'avoir enfin conclu le pacte pour lequel elle était destinée toutes ces années ! Elle devait se réveiller, elle devait agir, elle devait se battre. Mais pour commencer, elle devait ouvrir les yeux et c'est à peine si elle se souvenait comment procéder. Elle était plongée dans un coma si profond qu'elle ne trouva pas le mécanisme correspondant, par contre, elle commençait à sentir ce qui lui arrivait. Elle flottait bien en l'air, elle sentait le vent claquer violemment dans son dos pour agiter ses cheveux de jais ainsi que le long ruban rose qui enroulait sa taille. La douleur s'éveilla alors dans tout son corps, lui traversant le torse pour se propager dans son dos. Elle en eut la respiration coupée avec la désagréable impression d'avoir les côtes en miettes. Totalement paralysée par la douleur, elle ne put se résigner à esquisser le moindre mouvement supplémentaire, bien qu'elle sache qu'elle était toujours en train de chuter. Chuter où ? Ça semblait tellement long … Était-elle en train de tomber de la Tour du mana ? A cette pensée, elle ne fut plus capable que de se demander quand arriverait le sol. Elle se dit que ça allait sans doute faire mal, et à nouveau, elle se dit que c'était trop bête de mourir comme ça. Qu'écrira-t-on sur sa tombe ? ''Ci-gît : Fujibayashi Sheena, invocatrice et assassin déplorable, qui a raté tout ce qu'elle a osé entreprendre dans sa vie''. En plus, elle n'était même pas dans son monde natal. Elle avait beau se dire qu'elle devait bouger, elle ne parvenait pas à trouver la force de le faire. Elle s'était résignée, elle avait baissé les bras … Comme elle le faisait trop souvent.

    -Sheena !

    Cette voix … Elle connaissait cette voix. Elle lui rappelait tant de souvenirs, tant de bons souvenirs. La seule voix sans doute, capable de ne lui évoquer que du bon, capable de faire ressortir ce qu'il y avait de mieux en elle. Cette voix qui était capable de lui faire soulever des montagnes, cette voix qui était toujours là, prête à lui murmurer de bons conseils et à lui donner l'espoir dont elle manquait lorsqu'elle était seule. Cette voix … Qui lui donnait plus que tout envie de se battre !

    -Sheena !!!

    Elle voulait répondre à présent. Au diable la chute, au diable la douleur, elle devait ouvrir les yeux coûte que coûte ! Et elle lutta longuement, mais c'est ce qu'elle parvint à faire. Doucement, le voile de ses paupières se souleva, et après un instant à ne voir qu'une vague bouillie sombre, elle perçut le firmament étoilé. Elle écarquilla alors les yeux, surprise, avant que n'apparaisse sous ses yeux le petit esprit artificiel qui l’appelait désespérément. Elle tendit la main vers elle, chutant toujours au milieu de nulle part. Aucune tour à l'horizon. Où était-elle donc ? Elle serra les dents en se crispant, sentant encore cette douleur sourde venant de nulle part la tirailler. Elle prit cependant sur elle et glissa quelques cartes dans ses mains qu'elle manipula de son mieux. Une farandole de papier l'entoura alors à quelques petits mètres du sol pour la souffler vers le haut, amortissant ainsi la chute écrasante qui lui coupa le souffle un instant plus tard, alors qu'elle avait pris Corrine aux creux de ses bras pour la protéger. Elle roula et rebondit sur quelques mètres, sentant ses os craquer à plusieurs reprises, sans plus savoir à la fin lequel était brisé ou lequel était tout simplement en miette.

    Elle s’immobilisa enfin, face contre terre, inerte. Elle avait bougrement mal partout, elle avait certainement quelques côtes brisées, mais aussi un bras et une cheville cassées. Au moins ça. Malgré tout, oui, malgré la douleur déchirante que cela lui provoquait à chaque bouffée, elle respirait toujours, et c'était le principal. Elle ne put cependant pas bouger tout de suite, et lorsqu'elle eut enfin la force de se redresser à peine, c'est en serrant les dents qu'elle découvrit l'aube teinter le ciel d'orange et de rose pour chasser les ténèbres de la nuit. Elle poussa un gémissement de douleur rauque, se retenant de tousser de peur que la douleur n'en soit que plus intense. C'est alors qu'elle allait s'inquiéter pour l'état de Corrine que cette dernière prenait les devants en bondissant sur ses petites pattes pour examiner la pauvre ninja sous toutes les coutures.

    -Sheena, tu vas bien ?!
    -O... Oui, ça va … Corrine …
Articula-t-elle, exténuée.

    Elle n'alla pas bien loin en se redressant et s'assied aussitôt en s’appuyant sur une pierre contre laquelle elle s'était justement cognée en roulant jusque là. Elle se massa d'ailleurs le crâne pour découvrir un peu de sang, mais elle ne s'en préoccupa pas plus que ça, préférant regarder autour d'elle pour tenter de trouver les autres. Mais ils n'étaient pas là. Nulle part. La tour du mana non plus. Non, mais au loin, à des kilomètres de là, elle aperçu une grande ville qu'elle crut être un mirage. Devenait-elle folle ? Non … C'était bien Meltokio ! Comment cela pouvait donc être possible ? Comme avait-elle put passer comme ça d'un monde à l'autre ?

    Corrine reniflait ses plaies avec inquiétude, et Sheena dû la gratifier d'une petite caresse sur la tête pour tenter de la rassurer. Puis elle fronça les sourcils en reportant son attention sur la capitale qui siégeait au loin. Pourquoi et comment avait-elle atterri là ? Et qu'étaient donc devenus les autres ? Elle eut beau chercher, ils n'étaient nulle part. Après un instant à reprendre son souffle et à méditer sur la situation en regardant le soleil se lever doucement, elle prit appui sur son rocher pour se relever, pouvant largement compter tous les os qu'elle s'était brisés dans sa chute. Elle serra les dents et réprima un petit gémissement de douleur, alors qu'elle s'efforçait d'esquisser un pas en avant. Bien au-delà de la douleur, elle se sentit totalement vidée de ses forces. Comme si on lui avait volé la quasi-totalité de son mana. Elle souffrait effectivement d'un important manque, bien qu'elle ne sache pas trop à quel moment ou qui aurait pu l'en vider … C'était bien fait.

    -Sheena, tu devrais te reposer !
    -Je dois rejoindre Meltokio au plus vite …


    Elle était partie depuis si longtemps maintenant ! Et elle avait un terrible pressentiment. Ce qui lui était arrivé à la tour du mana était parfaitement anormal, et quelque chose lui disait que ce n'était pas la seule chose à craindre, que des choses anormales s'étaient produites partout. Corrine tenta bien de la convaincre de rester tranquille, mais Sheena était têtue et l'avis de son amie ne suffisait pas toujours à la raisonner. C'est ainsi que, avec une lenteur terrible, elle avança progressivement vers la capitale, sentant ses forces l'abandonner petit à petit. Si elle se sentait capable de supporter la douleur sur une distance aussi conséquente, jamais son manque cruel de mana ne lui permettrait d'atteindre la ville à temps.

    Au bout d'un kilomètre, ses sens commencèrent déjà à lui faire défaut et c'est à peine si elle voyait toujours son objectif. La moindre attaque d'un quelconque petit monstre pourrait lui être fatale dans son état, et Corrine veillait sur elle de son mieux. La petite esprit artificiel hésitait d'ailleurs à rester près de sa ninja, ou alors à courir chercher de l'aide. Mais elle craignait bien trop pour son sort si elle s'absentait, alors elle n'osait pas. Cependant, Sheena ne tarda pas à s'effondrer. Après que ça vue se soit brouillée de milliers de paillettes noires, elle sentit une bouffée de chaleur l'envahir alors que sa tête était comme gelée. Son corps s'engourdit alors totalement et elle perdit connaissance avant même de rencontrer le sol.

    -Sheena, Sheena !!!

    Corrine s'affola et vint aussitôt la renifler et la pousser de son museau pour s'assurer qu'elle était toujours en vie. Elle était extrêmement faible, mais elle respirait toujours. Ce dont elle avait le plus besoin pour le moment, c'était de mana. Malgré sa petite taille insignifiante, la petite compagne de voyage de Sheena ne se dégonfla pas et tenta de la traîner en saisissant son kimono dans sa gueule.





Spoiler:
 



Dernière édition par Sheena Fujibayashi le Jeu 24 Oct - 12:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Dim 8 Sep - 21:16




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    L'aube pointait le bout de son nez sur la petite abbaye  près de Meltokio. Le ciel s'irisait de couleur vives et pâles. Le rouge, le mauve, le bleu, le vert et l'or se mêlaient à l'apparition de l'astre solaire. Un vague faisceau traversa le volet fermé en bois verni d'une des petites chambres d'hôtes destinées à accueillir les pèlerins. Sous les draps blancs, une jeune sœur s'anima doucement, et se retourna vers un homme à la longue chevelure foncée. Elle passa un bras autour de la taille de son amant, qui bailla bruyamment.

- Vous avez bien dormi ? demanda-t-elle.
- Comme un petit ange ! fit-il en se redressant sur le lit et en s'étirant.

La demoiselle pressa les couvertures contre elle.

- Vous savez, ce qu'on a fait hier soir, et bien...
- Qu'y a-t-il ma belle ?
fit-il en passant sa main sur sa joue.
- C'était... C'était ma première fois vous voyez...
- Aah, ça.. T'inquiète pas va, tôt ou tard, une femme aussi séduisante que toi y serait passée. autant que ce soit avec moi, n'est-ce pas ?
- O-oui, je ne regrette pas. C'est juste que, en plus d'être ma première fois, j'ai peur que les autres sœurs et prêtres le sachent...


* Avec le boucan de cette nuit, je crois qu'ils sont déjà au courant...*

- Et s'ils le sachent, je serais sans doute expulsée de l'abbaye...
- Mais non voyons ! Je ferais tout pour que cela n'arrive pas, ok ?


La jeune femme acquiesça d'un signe de tête et tenta de se blottir contre le jeune homme, mais il se leva au même moment et se dirigea vers la fenêtre, dont il ouvrit les volets. La lumière pénétra vivement dans la petite pièce, révélant la chevelure de feu de l'amant.
Totalement dénudé, il se tourna vers sa dulcinée.

- Crois-moi, tu n'as pas à t'inquiéter, sinon je ne m'appellerais pas Zélos Wilder ! lança-t-il avec un sourire séducteur aux lèvres.

Soudain, quelqu'un tambourina bruyamment à la porte de la chambre. Le rouquin se jeta sur ses vêtements et les enfila à une vitesse incroyable, tandis que la bonne sœur, entourée de la couverture, s'approcha de la porte.

- Soeur Katy, ouvrez immédiatement ! Nous devons vous parler !

La demoiselle, affolée, se tourna vers son amant, qui s'était assis sur le bord de la fenêtre. il lui fit un petit signe de la main.

- On se tient au courant, ok ? Allez, bon courage ma belle !

Et il sauta. Retombant tranquillement sur ses deux jambes comme un chat sur ses pattes, il tailla un sprint pour laisser le plus de distance entre l'abbaye et lui. Arrivé sur la grande route menant à la Cité Impériale, Zélos fit une pause pour reprendre son souffle. Les longues boucles de sa tignasse rousse virevoltèrent au gré de la brise matinale. L'herbe, humide à cause de la rosée, brillait de mille feux. Au loin, le soleil pointait tranquillement le bout de son nez. L'Elu porta sa main droite en visière, l'autre sur sa hanche. il prit une bonne bouffée d'air frais et allait se remettre en route lorsqu'une masse s'anima à quelques mètres.
Il n'arrivait pas à distinguer de quoi il s'agissait, la faute au contre-jour. La masse sombre n'était pas grosse, mais elle était longue. Zélos se déplaça doucement, une main sur la garde de son épée qu'il ne quitte jamais. Au fur et à mesure qu'il approchait, la masse se fit un peu plus précise, et il finit par enfin apercevoir un corps traîné par un petit monstre, pas plus haut qu'un chat adulte. Il avança encore : c'était Sheena !

Courant vers elle, il fut stoppé dans sa course par le petit monstre.

- Il faut l'aider ! Vite ! fit-il de sa petite voix.
- On est plus très loin de Meltokio, je vais m'en occuper.

Le Don Juan prit la ninja dans ses bras. Elle portait nombre d'égratignures et du sang par endroit. En la prenant au niveau de la taille, il sentit l'une de ses côtes bouger dangereusement : elle avait sûrement dû se la fracturer.

*Il faut mieux que je l'apporte à la maison, elle sera plus en sécurité, et le médecin pourra facilement prendre soin d'elle,*

Suivi par le petit animal de compagnie de Sheena, Zélos traça vers son manoir familial.[/b][/color]



Dernière édition par Zelos Wilder le Sam 16 Nov - 14:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Lun 9 Sep - 10:37




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Elle était partie loin, très loin dans les limbes. Si loin qu'elle crut un long moment qu'elle était bien morte pour de bon. Mais cette fois, elle en vint presque à se dire ''ouf'' car au moins, elle ne souffrait plus d'aucune sorte, plus jamais. Ça en serait alors fini de son voyage et de ses tourments … A moins qu'elle ne devienne un esprit errant, dans ce cas-là, il faudrait qu'elle se trouve un médium au plus vite. Mais non, elle n'était pas morte. C'est ce que se chargea de lui rappeler la charmante douleur qui envahit à nouveau son corps tout à coup. Elle avait tellement mal qu'elle aurait été incapable de déterminer où et pourquoi. C'était juste une douleur sourde et brute, qui engourdissait tout son corps sans ménagement ni distinction. Elle doutait que les spectres puissent souffrir d'une telle façon, aussi ''humaine'' et corporelle. Non, c'était bien connu, les spectres n'étaient que des projections de l'au-delà, ils ne connaissaient pas la douleur somatique. Et là, bon sang ce que ça l'était !! Elle de cette douleur, elle sentit qu'on la transportait. Des mains la saisirent délicatement, et malgré leur délicatesse, la pression qui s'exerça alors sur l'une de ses côtes brisées l'en acheva presque. Mais qui était donc cette brute qui lui tripotait ses côtes cassées !!!! Hé mais cette voix … Tripoter …

    Corrine avait fait de son mieux pour traîner sa maîtresse, mais à raison de trente centimètres pas heure, elle n’irait pas bien loin et Sheena ne serait sans doute plus qu'un tas d'os avant qu'elles n'arrivent à Meltokio. C'est alors qu'elle aperçu une silhouette au loin, s'approchant dangereusement. Le petit animal eut tout d'abord un réflexe défensif hostile et poussa un petit grognement – peu convainquant – jusqu'à ce que la personne soit assez proche pour qu'elle le reconnaisse. C'était cet humain à la crinière de feu contre qui Sheena criait tout le temps. Elle n'hésita pas alors une seconde, l'appelant aussitôt à l'aide. C'était leur dernière chance d'arriver à temps.

    C'est alors que les pas de son transporteur l'ébranlaient tout doucement qu'elle ouvrit soudainement les yeux, transportée par un élan défensif nerveux. Du même élan, sa main fila à tout allure pour venir fouetter la joue de son brave sauveur aux cheveux de feu. Ne s'attendant certainement pas à un éveil aussi brusque et rapide, la surprise le fit lâcher et elle se retrouva les fesses par terre. Elle tenta bien de se relever, le souffle court, essayant de se tenir les côtes endolories d'un geste fébrile.

    -Bas les … pattes … Articula-t-elle difficilement.
    -Sheena !

    Corrine vint aussitôt devant elle pour tenter de voir dans quel état elle s'était mise, mais la jeune ninja sombra presque aussitôt, replongeant dans les limbes desquelles elle n'aurait jamais dû sortir. La petite esprit artificielle la poussa alors du museau avant de relever la tête vers le grand roux que Sheena semblait tellement mépriser. Corrine savait pourtant qu'elle n'avait rien de personnel contre lui, c'était presque devenu un jeu entre eux … Lui se montrait le plus insupportable possible, et Sheena répondait en le claquant le plus fort possible. C'était un jeu qui avait pourtant réellement le don de mettre la jeune invocatrice dans tout ses états, et pourtant, il y avait de rares moments où ils arrivaient à s'entendre sans hurler ces deux-là. Rares, je dis bien … très rares.

    -Il faut faire vite, elle est presque vidée de son mana ! Elle ne se réveillera pas !

    Sheena n'entendait plus rien. Cette fois, le coma l'avait fermement emportée, ce qui ne manqua pas de la frustrer dans son sommeil, se sachant entre les mains de cet idiot d'élu lubrique, parfaitement invulnérable. Elle ne sentirait même pas cette fois, s'il la tripotait. Mais tant pis ! Elle le frapperait à son réveil, juste par principe et au cas où. Oui, bien sûr qu'elle le soupçonnait être du genre à profiter de la situation ! Il s'agissait de Zelos Wilder quand même. Allons, Sheena, ne soyons pas de si mauvaise foi, il lui reste tout de même un soupçon d'honneur à ce brave garçon. Jusque-là, il n'a forcé la main d'aucune fille … D'accord il lui arrivait d'avoir les mains baladeuses, mais avec le succès qu'il a, ça devait être plus pour embêter Sheena que pour le véritable plaisir de tripoter une femme. Peut-être que les filles aux atouts si avantageux qu'elle ne couraient pas les rues, mais il avait bien dû s'en trouver un tas. Non, en fait, on pourrait presque le soupçonner d'aimer ça : se faire frapper par une sulfureuse invocatrice. Si c'était bien pour ça qu'il se comportait ainsi avec elle, il n'avait aucun intérêt à la tripoter pendant son sommeil, puisqu'elle ne pourrait pas réagir. Après … Cette théorie n'était pas plus fondée que les autres. Il était peut-être juste totalement pervers et incapable de se contrôler.

    Elle ignorait totalement combien de temps il s'était déroulé pendant son sommeil. Mais ce dont elle était sûr, c'est que … Bon sang ! Ça lui avait fait un grand bien !! Elle crut d'ailleurs un long moment qu'elle ne se réveillerait jamais, tellement son sommeil fut profond. Elle avait d'ailleurs dû faire un petit coma, heureusement, ça n'avait pas duré. Elle se débattit un instant contre son propre sommeil afin de s'arracher des bras de Morphée, et plus elle émergeait petit à petit, plus elle se souvenait à quel point il était important qu'elle se réveille. Colette, Lloyd et tous les autres … Ils étaient en danger ! Elle devait absolument retourner les chercher, mais avant cela, elle devait parler au roi. Elle devait faire le compte rendu de sa mission, il était plus que temps … Depuis combien de temps était-elle partie dans le monde en déclin ? Assez longtemps pour laisser le temps à ce monde-ci d'être chamboulé. Elle ne se doutait pas le moins du monde de tout ce qu'il s'était produit, ni qu'on l'avait déjà considérée comme morte sans avoir accompli sa mission.

    Elle ouvrit doucement les yeux, la vue trouble, elle papillonna des paupières un instant pour rétablir sa vision. Elle distingua alors un plafond bariolé de rouge et d'or. Se demandant où elle pouvait bien être, elle tourna doucement la tête sur le côté. Il faisait jour et Corrine s'était assoupie juste à côté de sa tête, en boule. Cette vision suffit à la rassurer, et un doux sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle portait sa main dans la fourrure soyeuse de son amie qui émit une sortit de petit gémissement endormi. La jeune ninja toute cassée de partout entreprit alors de se redresser. Ce geste lui arracha aussitôt un léger gémissement de douleur, étouffé au fond de sa gorge. Elle serra les dents et se crispa en se laissant donc aussitôt retomber contre l'oreiller. Se résignant à resté allongée encore un petit instant, elle remarqua très vite qu'on l'avait débarrassée de ses vêtements pour les remplacer par des bandages.





Spoiler:
 



Dernière édition par Sheena Fujibayashi le Ven 25 Oct - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Mer 23 Oct - 12:36




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    Alors qu'il trottinait avec la ninja dans les bras, cette dernière lui retourna une gauche dans un état second. L'Elu en fut tellement surpris qu'il la laissa lourdement tomber au sol. Mettez-vous à sa place : vous portez une personne normalement gravement blessée et inconsciente et tout d'un coup, vous recevez une gifle monstrueuse. Pourquoi ? Qui ? Comment ?

C'était sur ces questions que Zélos se massait la joue, dont les cinq doigts de la main de Sheena étaient restés imprimés de rouge. La demoiselle tenta vainement de se relever, se tenant les côtes, mais elle s'effondra presque aussitôt. Elle eut néanmoins le temps d'articuler une mise en garde. Du Sheena tout craché tiens ! Pour une fois qu'il aide une jeune femme en détresse sans arrière pensée (du moins pour le moment), on l'agresse sans aucune raison ! ...Ou peut-être qu'elle connaît tellement bien le zigoto que même son inconscient la protège alors qu'elle est dans un sale état...

Le petit renardeau qui accompagnait la brune accourut près d'elle, tenta de la réveiller puis leva son museau vers le rouquin.

 -Il faut faire vite, elle est presque vidée de son mana ! Elle ne se réveillera pas !

Il acquiesça. Cette fois-ci le jeune homme fit bien attention à ne pas la porter au niveau des côtes et tenta de placer ses mains un peu plus bas. Oui, pour une fois, le grand, le beau, le pervers Zélos Wilder n'abusera pas de la situation pour la simple et bonne raison que profiter d'une femme dans une telle situation serait inhumain et dénué d'intérêt. Car draguer est un art, un jeu. S'il n'y a pas un minimum de réticence ou de résistance, ce n'est pas drôle. Et malheureusement pour lui, presque toutes les filles qu'il a "croisé" se font facilement avoir. Seule Sheena lui oppose une résistance admirable. Cette "drague" s'est petit à petit transformé en jeu de Chat et de la Souris, où à chaque fois les rôles sont inversés.

Mais aujourd'hui, l'heure n'était pas au jeu ou à la drague. C'était une question de temps, de vie et de mort. Il arriva en milieu de matinée avec la ninja dans les bras, suivi par Corinne. L'Elu ne prêta guère attention aux regards des passants, et traça jusqu'au manoir familial, dans les beaux quartiers de la grande cité Impériale, Meltokio. Sebastien, son majordome, n'eut pas le temps de lui souhaiter la bienvenue que le rouquin montait quatre à quatre le grand escalier. Ouvrant la porte d'un coup de pied, il posa délicatement la demoiselle sur le matelas moelleux et tourna les talons.

- Monsieur ! Cette jeune femme... Que s'est-il passé ?
- J'en sais rien Sebastien, mais trouve-moi le meilleur médecin de la ville le plus vite possible. Paie le prix qu'il demande. Elle a besoin de soins d'urgence !
- D'accord. Et vous, où allez-vous ?
- Voir le Roi.


Trottinant comme à l'aller, il entra dans le château comme s'il était chez lui et se dirigea directement vers la chambre royale. Personne n'osa lui opposer de résistance, que ce soit les gardes ou le personnel. Et pourtant, les soldats postés à l'entrée de la chambrée du monarque lui barrèrent le passage.

- Le Roi s'entretient avec le Pontife, personne ne doit les déranger.
- Pas même l'Elu ?
- Pas même l'Elu.
- Et bien, c'est que vous me connaissez mal...


Zélos tourna les talons, attendit que les gardes décroisent leurs lances, et lança un "Lame de Vent" très ciblée. La zone dégagée, il pénétra dans la pièce.

En effet, le Pontife, un homme gras au crâne dégarni (habilement camouflé sous son couvre-chef), discutait avec le Roi de Tesséha'lla. Ce dernier semblait très affaibli, le teint pâle et la voix grave, toussant longuement par moments. Il ne quittait plus son lit depuis plusieurs semaines.

-Tiens donc, l'Elu Zélos Wilder. J'avais pourtant demandé que l'on ne nous dérange pas ! fit sèchement le Pontife.
- Ravi de savoir que vous me portez encore dans votre coeur, Pontife. Je suis ici pour vous informer que Sheena Fujibayashi est de retour du monde en déclin.
- Bien, bien ! Mais pourquoi elle n'est pas venue se présenter, plutôt que vous ?
- Elle est gravement blessée. Elle reçoit actuellement des soins chez moi.
- Son sort ne vous concerne pas, Elu ! Sa mission est notre préoccupation, donc sa santé également. nous devons à tout prix obtenir les informations qu'elle a recueillies dans le monde en déclin !
- Mais elle ne peux pas se déplacer ! Elle...
- Silence !


Une longue toux suivit cet ordre.

- Le Pontife a raison, les informations dont dispose Sheena sont très importante pour le Royaume. Elle recevra les meilleurs soins au château.

Et l'Elu, malgré sa position, doit se contraindre aux décisions du Roi. Dans l'heure qui suivit, Sheena fut transférée dans une vaste chambre du château. Le jeune noble resta à l'écart de la pièce pendant plusieurs jours, le temps que la brune se réveille et reprenne des forces.

Néanmoins, Zélos prit le médecin à part.

- Elle va bien ?
- Oui oui, hors de danger.


L'homme de science s'éloigna. L'Elu sembla inquiet.

- Non, elle n'est pas hors de danger... Et Sheena ne sera pas la seule... nous sommes désormais dans le même bâteau. Notre situation dépend des informations qu'elle a...





Dernière édition par Zelos Wilder le Sam 16 Nov - 15:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Mer 23 Oct - 15:16




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Un chamallow. Un gros chamallow tout mou et rose. C'est ce à quoi elle était réduite ce matin-là ! Incapable de bouger pendant de longues minutes, elle avait l'impression que ses muscles n'étaient plus qu'une vague bouillie flasque sans consistance ni nerf. Une bouillie qui ne tarda pas à picoter, soudainement prise de fourmillements dû à un sommeil un peu trop long. Mais sa guimauve finit par s'animer et elle put se redresser doucement, non sans serrer les dents à cause de ses côtes encore douloureuses. Elle se cala contre son oreiller afin d'être sûre qu'elle ne chavirerait pas inopinément, avant de balayer un peu plus attentivement la pièce du regard. C'était une grande chambre, peut-être plus grande que la plupart des maisonnettes de Mizuho ou que des dortoirs dans lesquelles elle avait pu passer la nuit. Très luxueuse, la moquette rouge et moelleuse était décorée de motifs dorés très élégants, des fleurs de lys et autres arabesques. Son lit était encadré d'une case de bois finement sculpté, laissant des rideaux d'or et voilages pourpres retomber en cascade et rattachés aux petits piliers pour leur donner la forme d'une vague. Les meubles massifs étaient sans nul doute construits d'un bois solide et très précieux, travaillé minutieusement à la main.

    C'est après l'observation détaillée de son environnement, que l'esprit de Sheena fut envahit par la première question logique incombant un tel réveil : Mais où diable pouvait-elle bien être ? Un manoir ou au moins cela. Un château ? Que ferait-elle dans un château ? Bon sang elle n'avait même pas bu de saké hier pourtant ! Hier … Qu'avait-elle fait hier ? Mais oui, comment était-elle arrivée là ? Elle avait l'impression d'avoir dormi pendant une éternité. Elle se massa douloureusement les tempes en soupirant, tentant de faire le tri dans son esprit. Étrangement, la première chose qui lui revint fut le visage de Zelos. Pourquoi ce souvenait-elle de cet abruti ? Non, ça, ça devait être un rêve. Ou un cauchemar oui ! Bref, souvenir suivant ! Une lumière vive …

    Elle sursauta tout à coup en regardant plus vivement à droite et à gauche, cherchant désespérément ses compagnons de Sylvarant. Non, ils n'étaient pas là … Elle se souvenait … Cette lumière, et ensuite, cette chute sans fin ! Bon sang elle était tombée du ciel ! Comment était-ce possible ? Et comment avait-elle pu se retrouver ainsi à Tesseha'lla ? Le roi, elle devait parler au roi ! Tout devenait clair oui. Mais en fait … parler au roi ? Et qu'allait-elle bien pouvoir dire ?! Que l'élue du monde en déclin avait disparu et qu'il fallait la sauver ? Ah, la bonne blague. Elle ne pouvait pas mentir de toute façon, elle ne savait pas mentir. Vraiment pas … Peut-être que si elle expliquait tout au roi, il l'aiderait. Ce n'était pas un mauvais bougre, si le Pontife ne venait pas fouiner dans leurs affaires, elle devait pouvoir gagner sa confiance. Allons bon, elle ? Une tueuse à gage rejetée de son propre village natal, gagner la confiance du roi ? Mizuho … Elle s'inquiétait pour eux. Elle se demandait si tout s'était bien passé là-bas en son absence, et ce qu'il se passerait aussi, à l'avenir …

    Sa tête allait exploser, son cerveau était en surchauffe. Elle pensait à trop de choses en même temps, et alors qu'elle sentait la veine de sa tempe sur le point d'éclater, un petit coup de langue lapa sa main, attirant aussitôt son attention. Corrine s'était réveillée et approchait d'elle avec un petit air inquiet. La jeune ninja tenta alors de la rassurer au mieux avec un léger sourire un peu crispé à cause de la douleur encore présente dans tout son corps.

    -Sheena … Comment tu te sens ?
    -ça va Corrine.
Elle lui flatta le haut du crâne et derrière les oreilles. Où sommes-nous, j'ai dormi longtemps ?
    -Le garçon débile aux poils rouges t'a amenée jusqu'à Meltokio.
    -Zelos ?
Elle était surprise … Ce n'était pas un rêve !
    -Il t'a trouvé un médecin et des soldats son venus te déplacer jusqu'au château. Il est passé tous les jours pour demander aux docteurs comment tu allais. J'étais très inquiète.
    -Le roi va vouloir que je fasse mon rapport …


    Elle passa volontiers les détails sur Zelos et sa prétendue attention envers sa santé, et se glissa jusqu'au bord du lit pour se lever. Ce fut un peu laborieux et la tête lui tournait, mais elle se tint à la barre du lit pour reprendre pied.

    -Sheena tu devrais te ménager, tu n'es pas encore totalement remise.
    -Combien de temps j'ai passé à dormir ?
    -Trois jours, mais …
    -C'est déjà trop.
Coupa-t-elle en se dirigeant vers une petite bassine d'eau claire.

    Elle prit le temps de faire une bonne toilette avant de s'habiller, presque en toute hâte. Bouger semblait l'aider à reprendre ses forces, et elle avala une pomme qui décorait une corbeille avant de rattacher ses cheveux et d'enfiler ses chaussures. Elle se précipita vers la porte alors que Corrine bondissait sur son épaule.

    -Il est sûrement arrivé quelque chose à Lloyd et les autres, on doit les retrouver au plus vite. Mais pour ça, je dois retourner à Sylvarant.

    Des chevaliers pontificaux gardaient l'entrée de la chambre et semblèrent surpris de la voir débouler tout à coup comme ça. Il la regardèrent un instant du sommet de leur taille imposante, avant que l'un d'eux ne consente à réagir.

    -Sheena Fujibayashi, le roi--
    -Il doit attendre mon rapport, je suis prête.
    -Le roi est malade, vous ne pouvez pas le rencontrer comme ça. Attendez un instant je vous prie.

    Les chevaliers s'éclipsèrent dans un son rauque d'armure – pas très discret tout ça – laissant Sheena plantée dans le couloir avec ses interrogations. Le roi était donc malade ? Vu le ton qu'ils avaient employé, ça avait l'air grave. Tout ça n’annonçait rien de très bon. Pendant l'absence des gardes, le médecin de la cour royale passa par là et en profita pour l'examiner une dernière fois, bien qu'elle assure se porter parfaitement bien. On revint la chercher après de longues minutes et prit le chemin de la chambre du roi, qu'il ne pouvait plus quitter en raison de sa santé.



HS : J'étais un peu perdue du coup je savais plus trop jusqu'où aller. Alors je m'arrête là pour le moment, redis moi par mp si tu veux que je continue jusqu'à l'entretient avec le roi, ou si tu voulais faire intervenir Zelos avant ou plus tôt dans le rp, je modifierai en conséquence ;3





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Jeu 14 Nov - 16:28




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    Il était tard lorsqu'un Chevalier Pontifical vint frapper à la porte du manoir de la maison Wilder. Après plusieurs jours sans aucune nouvelle, il informa l'Elu que la ninja venait de se réveiller et qu'il était convoqué par le Pontife.

Le rouquin, dans une lenteur extrême, parvint à enfiler son pantalon -dans le bon sens- mit sa veste sur le dos et suivi le chevalier sans dire un seul mot de tout le trajet qui le séparait du Château. Comme il en convenait ces derniers temps, depuis que le Roi était attaqué par une mystérieuse maladie que le forçait à ne pas quitter le lit, toutes les grandes réunions importantes et autres entretiens délicats se déroulaient dans la chambre royale.
Le jeune noble ne put s'empêcher de bâiller bruyamment dans le couloir qui le menait à la réunion. Les mures étaient tellement hauts de plafond qu'il en perçut son écho, laissant penser à quiconque qu'un ours se cachait dans les parages. Les bruits de leurs pas étaient absorbés par l'épais tapis d'un rouge aussi écarlate que les braises des multiples âtres chauffant le bâtiment. Après avoir monté une longue série de marches, tantôt en colimaçon, tantôt pas, son guide s'arrêta devant les immenses portes en bois sacré entièrement sculptées à la main menant à la réunion.

Zélos poussa un soupir et poussa les deux battants. A l'intérieur se trouvaient immanquablement Sa Majesté, ainsi que le Pontife à son chevet. La Princesse Hilda devait dormir -et puis, ce dont ils allaient parler ne la concernait pas.

- Vous arrivez pile au bon moment, Elu, fit l'homme "saint". J'espère que je ne vous ai pas réveillé, à cette heure si tardive ?
- C'est sûr que j'aurais préféré un autre réveil, mais peu importe. Que se passe-t-il ?
- Voila trois jours que la ninja de Mizuho est de retour à Tesséha'lla et qu'elle occupe une chambre du château. Elle a passé son temps à dormir et...
- Je dirais que c'est normal venant d'une personne gravement blessée, non ? coupa Zélos.
- Oui, oui... Je disais donc que, durant son sommeil, alors que le médecin lui administrait ses soins, elle a débité des mots n'ayant aucun sens.
- Quels étaient-ils ?


Le Pontife frappa des mains deux fois, et ledit médecin apparut, comme sorti de la pénombre. Depuis combien de temps il était là ? Il n'en savait rien, mais au vu de sa triste mine et des poches sous ses yeux, cela devait bien faire depuis plusieurs heures.

- Voila, alors que j'étais en train de lui changer délicatement les bandages couvrant sa blessure aux côtes, la patiente s'est mise à s'agiter. Bien évidemment, elle était encore dans un semi-coma dû aux calmants que je lui ai administré peu de temps auparavant, mais elle a commencer à parler, dire des noms, comme si elle rêvait...

*Pourquoi je ne peux pas m'empêcher de penser que ce vieux croûton en a profité pour la peloter ?! Non mais regardez-le, c'est une relique ! même les Ecrits de la Guerre de Kharlan ne sont pas aussi défraîchis que lui ! Et dire que j'ai laissé ma petite ninja préférée dans ses pattes sèches... Mais mine de rien, si j'avais poussé mes études jusqu'au bout, j'aurais pu être médecin, et à moi les jolies patientes ET jolies infirmières ! Hum, c'est une idée à mettre de côté, pour un de ces jours, quand ce sera Sélès l'Elue... *

- Quels noms ? Que disait-elle ? lança sèchement le religieux.
- Euh... Si je me souvient bien... Elle appelait une certaine Colette, ainsi qu'un Lloyd, Génious ou quelque chose du même genre... Elle parlait de la Pluie aussi, et d'un Kratos. Oh, et elle vous a cité aussi, Elu.

Cette dernière information surprit le jeune homme au plus haut point, mais ne fit rien paraître.

*Sheena m'a appelé ? Elle a pensé, rêvé de moi ? Hum, c'est très flatteur, ça... Aurais-je ma chance avec Miss Roploplo ?*

Et alors que le Pontife débattait avec lui-même pour savoir si de tels individus figurait au registre de la populace de Tesséha'lla, la porte s'ouvrit à nouveau : la brune Sheena apparut dans l'embouchure de l'entrée.





Dernière édition par Zelos Wilder le Sam 16 Nov - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Jeu 14 Nov - 17:27




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Sur le chemin, elle eut mille fois le temps de ressasser ses pensées de fond en comble. Que dire et comment ? Pouvait-on considérer que sa mission était accomplie, ou était-ce un échec royal ? Encore un échec, à croire qu'elle n'était bonne qu'à cela. Elle n'avait aucune assurance que Colette soit morte, et d'ailleurs, elle espérait de toute son cœur que ça ne soit pas le cas ! Elle ne comptait rien cacher au roi ou au Pontife – qu'elle devinait toujours à son chevet, tel un mollusque toujours tenace à son rocher – de toute façon elle ne savait pas mentir, ce n'était pas quelque chose de naturel chez elle, en fait, ça ne lui avait pas vraiment traversé l'esprit. Elle ne manquerait pas d'informer le roi sur ses découvertes, avec un peu de chance, il comprendrait et il lui donnerait les moyens de retrouver ses nouveaux camarades, afin qu'ils trouvent une solution à tout cela ensemble. Trouver un moyen de stopper cette course de fluctuation de mana ? Ça, ça n'allait pas être de la tarte, mais il lui semblait clair à présent que c'est tout ce qu'il restait à faire. Beaucoup trop de gens souffraient à cause de cette course folle, les élus les premiers, et encore, elle n'imaginait pas à quel point.

    La mine des plus sérieuses, les sourcils légèrement froncés, elle arrivait bientôt devant les portes des appartements privés de sa seigneurie – plus si privés dernièrement. Elle n'adressa ni un regard, ni un mot aux gars, restant bien droite et digne malgré la fatigue qui lui pesait encore. Elle était concentrée et un peu stressée à vrai dire, elle avait un mauvais pré-sentiment. Elle ne revenait pas vraiment avec de bonnes nouvelles, alors il était évident que ça ne se passerait pas au mieux. Mais Sheena était une ninja forte, une dure à cuir ! Non, elle n'avait pas envie de partir en courant pour aller se cacher dans un buisson, pas du tout. En fait si, terriblement, mais ça ne se voyait pas le moins du monde sur son faciès. Elle restait parfaitement impassible et sérieuse, telle la guerrière sanguinaire – et surtout maladroite et poisseuse – qu'elle était.

    Ayant rassemblé tout le courage qu'elle put puiser au fin fond de ses tripes, elle plaqua ses paumes contres les lourdes portes de bois sacrées finement sculpté pour les pousser et entrer dans la pièce d'un pas franc, comme si elle était parfaitement sûre d'elle. Elle avança pour se rapprocher du lit où reposer le roi. A sa gauche, le médecin royal et le Pontife l'observaient d'un air sévère. Elle n'aimait pas ce vieux moustachu, de toute façon, par principe, elle estimait que tous les hommes portant la moustache étaient louche, car ça signifiait forcément qu'ils avaient quelque chose à cacher. Elle ne le remarqua pas tout de suite, mais il y avait un autre invité surprise, un peu plus loin à droite. Sa tignasse flamboyante attirant tout de même son regard, le reconnaissant tout de suite. Elle était un peu surprise de le voir là, surtout à cette heure alors qu'il devrait être dans son lit avec une de ses nombreuses conquêtes. Et comme l'élu était l'une des rares personnes capable de briser le masque d'argile de la ninja, sa surprise se lut clairement sur son visage et au fond de ses yeux. Elle sembla un peu contrariée, voir exaspérée, mais non pas du fait de sa présence en elle-même, mais plutôt parce que ça la rassurait, de le voir. Cela faisait au moins une tête familière, ce n'était pas du tout qu'elle était contente de le voir lui personnellement.

    Elle détourna aussitôt les yeux après l'avoir remarqué, posa respectueusement un genou à terre et gardant le visage bas. Elle remettait une dernière fois ses idées en place dans sa caboche, afin de pouvoir parler distinctement sans s'embrouiller toute seule. Elle devait être claire et concise, afin que les mots aient et les informations qu'elle détenait ait l'impact souhaité.

    -Mon Seigneur, je reviens du monde en déclin Sylvarant, où vous m'aviez confié la mission d'y anéantir l'élue. Sachez que les informations et les moyens que vous avez mis à ma disposition se sont avérés très utiles, et que j'ai facilement pu la trouver.
    -Venez-en au fait, le roi ne saurait se fatiguer pour des balivernes. Avez vous bien accompli votre mission ? Coupa le Pontife d'un ton cinglant.
    -Mon Seigneur, je dois d'abord vous informer de quelque chose d'important. Sylvarant n'est pas une sorte d'enfer, il n'est pas plus peuplé de monstres que Tesséha'lla. Nos deux mondes sont très similaires, sauf que là-bas, les gens sont plus pauvres en raison d'une technologie bien moins avancée.
    -Nous n'avons que faire des détails, répondez.
    -C'est important. Elle se leva pour donner plus d’impact à ses mots. J'ai trouvé l'élue, et j'ai visité le monde en déclin. Mon Seigneur, il y a là-bas un peuple qui mérite tout autant de subsister que nos citoyens. Des femmes, des enfants, des familles. Ne pensez-vous pas que nos deux peuples méritent de vivre dans le confort ? J'ai fait la connaissance de l'Elue de Sylvarant, et elle s'est montrée dévouée et clémente. Et je-
    -C'est un comble ! Nous ne vous avons pas envoyée pour faire la connaissance de l'élue, vous deviez la tuer !
    -Je suis désolée, mais je n'ai pas pu. Nous voulions trouver un moyen pour que nos deux mondes subsistent, sans que l'un ne nuise à l'autre et je pense que -
-Nous ne vous demandons pas de penser !

    Il y eut un silence pesant, et à cet instant, Sheena sut qu'elle était fichue, jamais il ne la laisserait s'expliquer, et le roi était bien trop faible pour penser par lui-même. Le médecin prit alors la parole, se montrant tout aussi hautain que le pontife. Tout était mis en œuvre pour qu'elle ne se sente pas à sa place ici, pour qu'elle soit mal à l'aise, mais elle ne se laissait pas décontenancer, elle le regardant droit dans les yeux, sérieuse.

    -Vous avez cité plusieurs noms durant votre sommeil.

    Outch. Elle parlait dans son sommeil ?! Pas possible ! Ah non, ça, c'était vraiment gênant ! Bon sang, qu'est-ce qu'elle avait bien pu dire ?! Voilà qu'elle perdait un peu de son assurance, mais elle ne se laissait pas aller à la panique pour autant.

    -Les noms de Colette et … Lloyd on été prononcés.
    -Colette est l'élue de Sylvarant, Lloyd est … Elle eut une courte hésitation, comme elle se perdait à penser à lui. Elle était inquiète et un peu gênée. Il fait partie du groupe qui l'accompagnait. Elle reporta son regard sur le roi, pour tenter de l'atteindre personnellement par ses mots. Sire, j'implore votre compréhension. Par un fait mystérieux, j'ai été séparée de l'élue et de ses camarades et je -
    -Comment-ça, vous avez été séparée ? Vous les accompagniez dans leur quête ?
    -Je … Oui, mais …

    Là, c'était peut-être le mot de trop. Elle venait d'avouer sans le vouloir qu'elle avait participé personnellement à la quête de régénération de Sylvarant, trahissant ainsi son monde.





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Jeu 14 Nov - 23:10




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    La belle de Mizuho avança à pas décidé vers le Roi et se planta à son autre chevet, le premier occupé par le Pontife et le médecin royal. Elle jeta un coup d'oeil vers Zélos et parut surprise, comme si elle venait à peine de s'apercevoir de sa présence. Ce moment dura à peine plus d'une demi-seconde, puis elle mit genou à terre respectueusement. La tête inclinée, Sheena exposa sa mission de manière claire et concise. Malgré cette position auprès de son Roi, le rouquin vit parfaitement que toutes ses blessures n'étaient pas complètement guéries et qu'elle appuyait légèrement sa main sur ses côtes.

Le noble ne prêta guère attention à ce que la ninja racontait, puisque constamment coupée par le Pontife. Néanmoins il entendit que la demoiselle n'a pas pu tuer l'Elue, la dénommée Colette, qu'elle s'y était liée d'amitié et qu'ils cherchaient, en compagnie de son groupe, un moyen pour unifier les deux mondes, Tesséha'lla et "Sylvarant". a ce moment, le "Saint" Homme l'interrompit nette, jetant un sacré froid à la conversation. Tiens, la ninja s'était levée entre temps remarqua-t-il alors que le silence régnait toujours.

Zélos décida alors d'intervenir.

- Sheena Fujibayashi a eu tout à fait raison d'aider l'Elue dans sa quête d'unification des mondes. Même si elle s'est prise d'affection pour sa cible, au moins avait-elle sa confiance, et donc pouvait-elle trouver le moment opportun de mener à bien sa mission. Je vois clair dans votre jeu, mon cher Pontife : vous souhaitez incriminer le peuple de Mizuho, fidèle à Sa Majesté, et assigner un de vos sbires pour mieux vous faire valoir auprès de notre bon Roi. Tss... Vous me décevez énormément.

Le visage du Pontife est subitement passé d'un blanc de neige à rouge tomate en quelques secondes. il tenta de balbutier quelques explications -ou insultes- mais le Roi fit halte de ces élucubrations. Sa fatigue et sa toux étaient telles que la présence à ses chevet du médecin royal ne prit qu'une seconde à peine. Il congédia tout le monde, à l'exception du Pontife. Les portes massives en bois sacré claquées derrière eux, Sheena et Zélos se retrouvèrent seuls -si on ne prête pas attention à la présence des gardes.

- Alors comment tu te sens ?

La brune répondit vaguement. Le rouquin se douta de sa gêne et de la fierté à ne pas le remercier. Il en avait pris l'habitude avec elle, comme avec tout le monde d'ailleurs. il faut aussi signaler que c'était rare qu'il vienne en aide à quelqu'un aussi...

- Sache quand même que je suis de ton côté, et que je pensais sincèrement ce que j'ai dit au Pontife. Il manigance quelque chose, mais je ne sais pas encore exactement de quoi il s'agit... Fais attention quand même, il se peut qu'il s'en prenne à toi prochainement.

Devant la mine soupçonneuse de la belle à la forte poitrine, il soupira.

- Je te dis ça pour la simple raison que le Pontife n'aime pas avoir de témoin. tu détiens des informations compromettantes, et mon soutien à ton égard vaut aussi pour moi le fait que ma vie est en jeu. Je n'accepterais pas que tu meures d'une manière totalement débile et que j'endosse toute la responsabilité. Tu le sais bien, c'est pas mon truc, les responsabilités...

Et sur ces mots, il prit la direction de son manoir afin de terminer sa bonne nuit de sommeil. Sans compagnie, c'est certes quelque peu difficile, mais toute cette histoire lui avait donné mal au crâne. Cela faisait un bon bout de temps que le gros homme de religion entretenait des relations avec des mercenaires peu recommandables, "menaçait" certains nobles afin de financer ses "activités" -dont il se doute qu'elles soient très légales- et qu'il passait le plus clair de son temps au chevet de Sa Majesté. D'ailleurs, c'est depuis qu'il vient lui rendre visite régulièrement que la santé du Roi s'est aggravée...

On dit généralement que le lendemain est un jour nouveau, mais Zélos était loin de se douter que tout allait changer... Vraiment tout.

Le matin même, à peine quelques heures passées après la réunion nocturne, Sébastien fit irruption dans la chambre de son jeune maître. Un bruit sourd résonnait plus bas.

- Monsieur ! Il s'est passé quelque chose d'effroyable !

Le visage enfariné, le noble se redressa tant bien que mal, bailla un coup et tourna la tête à la manière d'un zombi vers son domestique pour lui signaler qu'il était tout ouïe.

- Le Roi est mort.

Ces quatre mots ont détruit à jamais l'ancienne vie de Zélos Wilder, Elu de Tesséha'lla, héritier de la noble famille Wilder, la deuxième plus puissante de la Cité Impériale après la Monarchie.
Les rideaux de la chambre s'ouvrirent en trombe, le rouquin s'habilla en vitesse et descendit la volée de marche où, enfin, il découvrit l'origine du bruit assourdissant.
Une centaine de personne, si ce n'est plus, s'était rassemblée devant les grilles du manoir, lançant des fruits et légumes pourris vers la bâtisse et criant diverses paroles incompréhensibles.

- Mais qu'est-ce qui se passe à la fin ?! Comment le Roi est-il mort ? Quand ? Et pourquoi tous ces gens tente de défoncer la grille du manoir ?
- Monsieur... Comment vous dire... Une missive est arrivé il y a peu de temps... Le Pontife-
- Qu'est-ce que le Pontife a encore à voir dans cette histoire ?!
- Monsieur... C'est lui qui gouverne dorénavent.
- Quoi ?! Montre-moi cette missive.


La lettre portait le sceau royal.

"Chers Tesséha'lliens,

Par cette missive, c'est avec tristesse que nous vous informons que le Roi de Tesséha'lla est mort cette nuit. Cela faisait quelques temps que Sa Majesté était sujette à un mal indicible, mais le coup de grâce fut odieusement porté par l'Elu lui-même, Zélos Wilder. Nous avons retrouvé ce matin son épée personnelle à côté du corps sanguinolent de notre très cher monarque. Il n'a cependant pas agit seul, car tout laisse penser qu'une Mizuhoïste du nom de Sheena Fujibayashi est également impliqué dans cet odieux assassinat.

C'est pourquoi, avec l'accord divin des Anges du Cruxis et du Pontife, la Déesse Martel défait de tous ses droits angélique le présent Elu de Tesséha'lla et nomme à sa place la jeune Daphné Lotis pour guider le peuple à son Salut.
Cependant, étant donné le jeune âge de la Princesse Hilda, il a été unanimement choisi que le Pontife assurerait la régence jusqu'à ce que l'héritière atteigne l'âge de 26 ans.

Veillant à la sécurité du peuple, le Pontife a fait immédiatement arrêter la Mizuhoïste, qui répondra de ses actes avant sa mise à mort publique au Colisée demain matin. En ce qui concerne Zélos Wilder, le Pontife, dans son éternelle clémence, lui autorise à garder ses titres de noblesse ainsi que ses biens familiaux. En contrepartie, il devra avouer son crime et sera condamné à la prison à perpétuité. Enfin, sur le sort de Sélès Wilder, retenue à l'Abbaye du Sud-Est, elle est délivrée de tout lien avec la noble famille Wilder.


Que la Déesse Martel vous soutienne en ces temps difficile.

Le Pontife"



Zélos resta figé sur place, la lettre en main.

- Ils vont tuer Sheena...




Dernière édition par Zelos Wilder le Sam 16 Nov - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Ven 15 Nov - 11:00




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Les derniers mots qu'elle prononça résonnèrent dans sa tête comme un écho des plus fatals. Elle voyait au visage du Pontife, ainsi qu'à son arrogante moustache qu'il ne lui réservait rien de bon. Elle avait déjà eut des hésitations à Sylvarant lorsqu'elle avait décidé d'aider Colette dans sa quête, le deal étant d'achever la régénération de Sylvarant avant tout. Sur le coup, elle avait estimée que c'était la bonne décision, mais maintenant qu'elle se retrouvait là, en face des grands dirigeants de son monde, elle se rendait compte que c'était réellement de la haute trahison. Ce n'était bien sûr pas son intention, mais en plus d'avoir volontairement boycotté sa mission, elle était prête à priver Tesséha'lla de son mana si vital. C'était autant une félonie vis-à-vis de son monde, que vis-à-vis de l'élu, Zelos, qui, suite à cela, se serait vu contraint d'entamer sa quête, et elle savait quels dégâts pouvait faire ces sceaux ! Elle n'avait pas tout vu, mais Raine lui avait parlé de la « toxicose des anges ». Colette restait forte, mais elle souffrait pour le bien de tous. Elle doutait que Zelos soit capable de tant de bravoure, lui qui était si égoïste, mais quand bien même, même lui ne méritait pas ça, elle savait à quel point il haïssait sa condition d'élu, et c'était d'ailleurs sans doute pour ça qu'il en profitait tant.

    Mauvaise langue qu'elle était, Zelos prit tout à coup la parole pour la soutenir. Elle eut un haussement de sourcils incontrôlé sous le coup de la surprise, braquant son regard sur le rouquin qui semblait bien déterminé à faire ravaler sa fierté au Pontife. Il était en train de la soutenir, alors qu'elle venait d'avouer sa trahison, autant envers le monde, le peuple que lui personnellement en tant qu'élu ? Elle avait bien faillit lui mettre sur le dos tout ce qu'il avait toujours voulu éviter, mais lui, il l'aidait ? Ho, elle s'était vraiment trompée sur son compte, il n'était pas si égoïste que ça. Dans le fond, elle savait bien que c'était quelqu'un de bien de toute façon. Agaçant et odieusement pervers, mais elle ne le pensait pas foncièrement mauvais, il venait de le prouver.

    Les remarques de l'élu firent mouche, et le Pontife ferma son clapet un instant, juste avant que le roi ne manifeste une quinte de toux inquiétante. Quel idée de le déranger en pleine nuit pour cela, lui qui était si faible. Sheena aurait aimé pouvoir l’apaiser avec de bonnes nouvelles toutes simples, mais ces bonnes nouvelles n'auraient pas été justes. Ils furent tous très vite congédiés, si ce n'est bien sûr le Pontife et le médecin de la Cour. Sheena était inquiète pour le roi, autant que pour son sort ou celui de ses camarades disparus. Elle se retrouva seule avec Zelos, mais elle ne savait pas bien quoi lui dire, alors elle resta muette. Il l'avait plutôt impressionnée, bien qu'au final, c'était plutôt bien son genre de manifester une telle insolence envers le Pontife, qu'il se faisait toujours une joie de remettre à sa place : plus bas que terre.

    Si elle espérait échapper à une conversation gênante, c'était sans compter sur le jeune noble qui avait toujours de quoi entamer la conversation. Elle se demanda s'il s'inquiétait vraiment pour sa santé ou si c'était juste une formule de politesse. Allait-elle recevoir une remarque lubrique ou une vanne quelconque après avoir répondu ? Oui, elle se méfiait toujours de Zelos Wilder, plus que les autres, allez savoir pourquoi … Elle ne voudrait pas tomber entre ses griffes baladeuses par mégarde. Elle ronchonna donc quelque chose voulant vaguement dire qu'elle allait bien, assez pour tenir debout en tout cas. Il entama alors un drôle de discours très amical, bien que prononcé d'une voix sérieuse et posée, assurant qu'il était de son côté et qu'il était sincère. Sincère ? Oui, il en avait l'air, c'était surprenant d'ailleurs, lui qui avait toujours l'air de mentir et l'art de balancer des âneries sur un ton joviale et plaisantin. Elle ne l'avait que très rarement vu sérieux, et jamais à ce point. Il avait même l'air soucieux, et pas que pour la ninja.

    Elle lui adressa tout de même un regard méfiant, étincelant d'une pointe de suspicion. En fait, elle ne savait pas quoi répondre. Elle savait que c'était lui qui l'avait sauvée lors de son atterrissage en catastrophe, et qu'il l'avait même portée jusqu'à Meltokio. Rien que pour ça, elle lui devait une fière chandelle. Bien trop fière pour un merci, elle se sentait surtout parfaitement mal à l'aise de lui devoir quelque chose d'aussi important à lui. En plus, il allait réussir à la faire culpabiliser, lui qui lui avait sauvé la vie et qui l'avait si bien défendue face au Pontife, et pour qui il s'était ainsi mis en danger. Oui ça, elle savait qu'il n'était pas doué avec les responsabilités, ça ne lui ferait d'ailleurs pas de mal d'en endosser un peu de temps en temps, d'assumer quelque chose, au moins une fois de sa vie.

    Une fois qu'il eut déballé ses belles paroles, il s'en alla de son pas nonchalant, rentrant tranquillement de son côté en la plantant là, toute seule. Elle eut presque envie de le retenir, car elle ne voulait pas rester seule ici, avec cette bombe sur le point de lui exploser au visage. Mais elle n'en fit rien, s’efforçant de rester silencieuse. Elle fronça les sourcils en pensant qu'elle aurait tout de même dû le remercier, ça faisait beaucoup en peu de temps, là … Mais non, jamais elle ne se rabaisserait à cela, pas devant lui. C'était une question de principes, entre eux, les petites phrases racoleuses et les vannes étaient devenus un dialecte courant, où irait le monde s'ils communiquaient autrement ?

    Après de longues minutes, Sheena entreprit de s'enfoncer un peu plus dans le couloir, elle imaginait qu'elle n'avait plus qu'à rejoindre la chambre qui lui avait été confiée. Cependant, à peine effectua-t-elle quelques pas que le pontife sortit de la chambre royale, ordonna son arrestation immédiate pour félonie. Qui que quoi comment ? En fait, elle était étonnée que ça ne soit pas arrivé plus tôt, à croire que Zelos lui faisait vraiment peur ! La jeune ninja, bien que prise par surprise, eut le premier réflexe de tenter de fuir en courant. Cependant, des gardes Pontificaux sortirent de toute part, la privant de toute espoir de sortie. Elle fut saisie sans ménagement, et comme elle était encore faible, elle sentit la douleur de ses côtes se raviver de plus belle. Elle tenta bien de se débattre, mais un des colosses ne se priva pas de la rappeler à l'ordre par un bon coup dans les côtes qui lui coupa le souffle, et lui ruina sans doute le peu qui avait été soigné.

On l'emporta aux geôles du Colisée sans aucune forme de procès, la jeta en cellule comme un vieux déchet. Déséquilibrée et décidément encore trop faible, elle trébucha et bomba misérablement à genou dans sa cellule. En se retournant, elle se tenait douloureusement les côtes et le Pontife était là, il lui annonça qu'elle serait condamnée à mort pour sa trahison, et que cela se ferait publiquement dans le Colisée même, dès le lendemain. Elle n'avait qu'une journée complète pour se préparer.

    Elle resta parfaitement statique, n'ayant même pas le courage de se relever, elle rampa simplement jusqu'à sa couchette une fois seule. Les geôles semblaient vides, et pourtant à deux cellules d'elle, en face, un occupant avait été dérangé par tout ce boucan.  Sheena ne remarqua sa silhouette que de longues minutes plus tard, sans pouvoir voir son visage, elle devina de longs cheveux bleus, ainsi qu'une carrure très impressionnante. Comme elle avait tenté pendant de longues minutes de déterminer si c'était bien un être vivant – et un un quelconque relief trompe-l’œil – elle se dit que comme c'était effectivement une vraie personne, elle ferait mieux d'arrêter de le fixer tout de suite, histoire de ne pas finir en pièce avant même son exécution.

    Son exécution. Bon sang. En s'allongeant dans sa couchette, elle se recroquevilla sur elle même, le cœur lourds et serré dans un étau. Allait-elle vraiment mourir dans un peu plus de vingt-quatre heure ? Disons trente-cinq, peut-être, à tout casser ? Une exécution publique … Elle ferma les yeux, et son imagination fit le reste. Elle entendait déjà dans sa tête les cris de la foule, elle, menottée, posant sa tête sur le billot alors que le bourreau levait son imposante hache. Et stack. Sa tête tomberait brusquement dans un panier d'osier. Cette pensée lui fit terriblement froid dans le dos, ravivant la douleur de l'inquiétude qui malmenait son cœur palpitant. Sa respiration s'emballa sous l'effet du stress, et elle pria alors pour qu'il lâche maintenant, afin d'éviter le pire.

    Sentant sa détresse, Corrine apparut dans une gerbe de fumée blanche. Elle comprit tout de suite ce qu'il se passait, étant toujours plus ou moins omniprésente. Elle vint alors se blottir contre Sheena qui la serra contre elle, légèrement tremblante. Elle avait peur, terriblement peur, et elle était bien contente que la pénombre la cache du seul témoin potentiel de sa détresse.

    -Sheena, je vais trouver une solution …

    La petite esprit originel artificiel lui donna un petit coup de langue réconfortant, mais Sheena n'avait plus d'espoir. Elle baissait bien souvent les bras trop vite, c'était son plus gros défaut. Corrine resta auprès d'elle pour tenter de la rassurer et l'aida à trouver le sommeil, puis une fois que la ninja céda finalement à la fatigue, la brave créature disparut, partant en ville das l'espoir de trouver une solution, de l'aide.

    Sheena fut réveillée par les premiers rayons du soleil. Il y avait déjà du bruit dans l’arène et elle s’ébouriffa les cheveux pour se recoiffer alors qu'elle se redressait. Comme si cela avait une quelconque importance … Elle n'avait plus qu'à attendre là que le temps passe, attendre que sa dernière journée de vie s'écoule, à s'imaginer toutes les façons possibles dont pourrait se dérouler son exécution. Elle avait tellement peur, et avait tant de choses inachevées. Elle ne savait pas ce qu'était devenus ses compagnons, elle n'avait pas payé sa dette envers son village, elle n'avait jamais rien fait de sa vie. Ah, c'était pas la deuxième ou la troisième fois qu'elle faisait le bilan de sa vie en si peu de jours ? Enfin, là, tout de même, ça l'étonnerait qu'il se passe quelque chose de miraculeux pour la sauver.

    Dans la matinée, l'homme qui était en cellule un peu plus loin fut emmené pendant environ une heure avant de revenir. Elle n'était toujours pas parvenue à voir son visage, mais elle ne cherchait pas plus que ça, il n'avait pas l'air très commode. Ce n'était pas la joie de son côté, assise sur sa couchette et la tête penchée en arrière, elle comptait désespérément les trous au plafond quand un bruit lourd retentit : c'était la porte des geôles. Des bruits de pas approchèrent, une peut-être plusieurs personnes, peu importe. Ce ne devait être que le gardien qui faisait sa ronde ou apportaient un autre prisonnier. C'est qu'il y en avait des allez-retours ici, c'était le seul moyen de rythmer un peu le temps devenu si maussade. Elle rapporta ses jambes contre elle, terrée au fond de sa cellule, elle regardait fixement le vide de son destin. Elle ignorait encore toute l'étendue qu'avait pris le complot du Pontife. Corrine n'était toujours pas revenue, pourvu qu'elle aille bien.





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Ven 15 Nov - 16:02




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    L'Elu n'était plus qu'un simple noble. Perdus ses droits divins, perdu son titre, perdu son autorité... Celui qui avait été élevé au rang de Choisi, d'Unique espoir pour le Salut du monde se retrouva être un simple homme désormais.
Celle qui avait été assignée pour éliminer l'Elue de l'autre monde et ainsi préserver Tesséha'lla avait œuvré en compagnie de son ennemie pour unir les deux mondes. Trahison. La ninja était actuellement détenue, attendant sa mort.
Et la jeune Sélès, qui n'a aucun lien avec tout ce complot immonde, se retrouve malgré elle "exclue" de son lien de parenté avec l'ex-Elu et en grand danger car, dorénavant, elle n'est considérée aux yeux de la populace que comme une simple Demi-Elfe, faible et à la merci de tout.

Tel était l'état de la situation que Zélos a pu ordonner dans sa tête. Il n'était plus rien. il était vide. Il était... Normal. Juste un noble parmi tant d'autres. un noble ayant entâché le nom de sa famille pendant des générations. Le plus pitoyable des Wilder qu'il soit...
Puis il relut la lettre qu'il tenait toujours. "Avec l'accord du Cruxis"... Il remonta les marches quatre à quatre, en priant son majordome de surveiller la foule en colère et de le prévenir si elle force les grilles. Seul dans sa chambre, il ferma à clé et se mit à appeler : "Pronyma !". Pas de réponse. "Pronyma !" cria-t-il.

Et la silhouette d'une femme apparut dans la pénombre. Elle était grande, arborant une longue chevelure ondulée couleur émeraude. Quelques mèches lui tombaient devant ses yeux parfaitement maquillés, ses lèvres pulpeuses n'esquissèrent pas le moindre sourire. Elle était entourée par des plaques en lévitation, destinées à la protéger sûrement. Les bras croisés, elle lui lança sèchement:

- Que veux-tu Zélos Wilder ?
- Qu'est-ce que c'est que toute cette histoire ?! Je suis déchu de mes fonctions d'Elu du jour au lendemain ?
- N'est-ce pas ce que tu souhaitais du plus profond de ton âme ? Être débarrassé de ta condition d'Elu ?
- Si, mais pas de cette manière là ! C'était Sélès qui devait reprendre le titre d'Elue, pas je ne sais quelle autre fille ! En plus, elle "n'est plus liée à la famille Wilder" ? Je veux des explications !


Pronyma poussa un soupir et fit quelques pas vers le rouquin.

- Tu voulais que le titre d'Elu te soit retiré, c'est fait. La manière ou les quelconques conséquences ne nous concernent pas. Nous avons trouvé un collaborateur bien plus... "actif" et intéressant que toi. Nous n'avons plus besoin de tes piètres services, Zélos Wilder.

Le noble resta sur sa fin. Lui qui avait tant rêvé de ne plus être l'Elu, et maintenant que c'était le cas, cela ne lui convenait pas. Il esquissa un sourire peiné.

- Je présume que le fameux "collaborateur", c'est le Pontife ?

La sbire du Cruxis ne répondit pas, posant seulement son regard glacial sur l'Elu déchu.

*Je me suis bien fait rouler, tiens... Espion du Cruxis, c'est ça... *

Lorsqu'il leva les yeux, après ce court instant de réflexion, Pronyma avait disparut comme elle était apparut. Il s'assit lourdement sur son lit, la lettre toujours dans sa main. Il posa les yeux dessus pendant quelques instants.

*Il ne faut pas que je baisse les bras, pas maintenant ! Sheena va se faire tuer demain et Sélès est probablement en danger, elle aussi. J'espère juste que ce chevalier la protège bien. Comment s'appelle-t-il déjà ? Aegon ? Mason ?... Je ne sais plus, cela fait trop longtemps que je ne suis pas allée lui rendre visite...*

Il se leva et commença à faire les cents pas dans sa chambre. Comment allait-il faire sortir Sheena de prison avant demain matin ? Bon, il fallait obligatoirement qu'il s'infiltre dans le pénitentiaire mais il était bien plus facile d'y entrer que d'y sortir, avec tous ces couloirs identiques, et d'une longueur... Les seules personnes qui pouvaient aller et venir à leur guise étaient les chevaliers, mais lesquels ? Telle était la douloureuse question, car les chevaliers ne sont pas de simples gardes, oh non, ils portent une très bonne armure en métal, ils disposent de tout un arsenal d'arme, de heaumes solides et sont des guerriers chevronnés...
Mais leurs armures sont très lourdes, ils ne peuvent brandir une hallebarde et une épée en même temps, leur champ de vision est extrêmement réduit et les sangles de l'armure entravent leurs mouvements. Si le jeune noble parvenait à "emprunter" une de ces armures, il pourrait aisément aller libérer la ninja de son trou !

Seulement, il était lui aussi très recherché par la population de Meltokio -et sans doute par celle de tout Tesséha'lla, si la missive a été diffusée partout dans le monde-, il fallait donc qu'il se montre très discret... Et pour cela, il avait la tenue parfaite.
Zélos régla les derniers détails de son plan d'évasion durant une bonne heure car, s'il devait agir, l'idéal serait durant la nuit, pour ne pas être embêté avec les habitants de la Cité Impériale. Dans le pire des cas, il avait toujours un "passage secret" en guise de plan B.
Et apparemment, il devra utiliser le plan B car, à peine eut-il terminé un léger sac de voyage que Sebastien se mit à crier : "Ils sont entrés !". Ni une, ni deux, l'ex-Elu enfila son déguisement, ouvrit la fenêtre et sauta sur la branche de l'arbre le plus proche. Il descendit le plus rapidement possible et avança, bien camouflés dans les fourrés, pour mettre le plus de distance entre ceux qui voulaient lui faire la peau pour un meurtre qu'il n'avait visiblement pas commis, et lui. Il jeta néanmoins un dernier regard sur la maison de son enfance.
Il en avait vécu des choses entre ces murs, de bons comme de mauvais moments, mais seuls les plus désagréables lui revinrent en mémoire. Après tout, ce n'était peut-être pas une mauvaise idée de partir d'ici, au moins pour un bout de temps... Peut-être qu'il arriverait enfin à trouver un sommeil paisible ?

Une fois le grillage d'un recoin du jardin atteint, le noble l'escalada en faisant attention de ne pas déchirer sa tenue. Son "habile déguisement" consistait en un simple chapeau large -il faut bien cacher sa magnifique chevelure rouge si reconnaissable-, un masque finement ouvragé lui couvrant la quasi-totalité de son visage, une longe cape de voyage bleu foncé et des gants gris, pour rappeler son masque. Son sac sur l'épaule, il déambula dans la ville. Plusieurs fois il crut que des passants l'avaient reconnu, mais cela devait seulement être dû à son "déguisement" pas si discret. Il réussit à réserver une chambre dans une petite auberge près des bas quartiers. Dans sa petite chambre, il réfléchis une nouvelle fois à son plan. il lui était désormais impossible d'agir en pleine nuit, maintenant qu'il y repensais : le nombre de garde a sûrement du augmenter pour sécuriser tout le Colisée. Le seul moment où il pourrait voler l'armure d'un des chevaliers sera lorsque le public entrera. il pourra se mêler efficacement dans la foule.

Zélos ne put fermer l'oeil de la nuit. Des souvenirs n'arrêtait pas de lui revenir en mémoire. Des souvenirs de son père absent, de sa mère en pleurs, des souvenirs des domestiques qui jouent avec lui, de Sebastien qui le soigne alors qu'il avait la fièvre. Le souvenir de sa première rencontre avec Sélès, de la joie qu'il se faisait d'avoir une Demi-soeur, d'enfin pouvoir former une vrai famille. Le souvenir de ce douloureux jour d'hiver, où la neige couvrait le jardin comme une couverture duveteuse. Le souvenir de tout ce sang étalé dans la blanche poudreuse. Le souvenir de ses derniers mots, à elle... "Tu n'aurais jamais dû venir au monde..."

Le lendemain, l'Elu déchu se mit en route vers le Colisée alors même que les rayons du soleil venait de percer la brume matinale. Pour ce genre "d'événements", il y avait toujours quelques combats destinés à mettre l'eau à la bouche aux spectateurs quant à l'attraction principale. Beaucoup de gens avaient fait pareil que lui et menaient par la main leurs bambins assister à la sanglante scène.
L'immense Colisée avait été construit sous le règne d'un des anciens Roi de Tesséha'lla : Rouge le Sanglant. Il faut croire que, malgré sa réputation, on garde encore quelques unes de ses pratiques à l'actualité... L'entrée était composée de trois réceptions. Ici elles servaient à guider les spectateurs. Tous allaient chercher leurs places vers la porte de gauche, mais Zélos savait que l'entrée des cachots donnait dans la salle de droite.
Plusieurs gardes faisaient des rondes dans la pièce qui servait à accueillir et préparer les combattants de l'Arène. Aujourd'hui, elle semblait plus servir de salle de repos aux chevaliers qu'autre chose. Il y en avait un qui dormait dans un des lits de l'infirmerie, deux jouaient aux cartes dans un coin, deux autres montaient la garde devant la porte menant à la scène du Colisée, deux encore prenaient position près de la porte de la prison, et trois déambulaient. Ils étaient dix, et lorsque le rouquin pénétra dans la petite pièce, tous se tournèrent vers lui.

- Que faites-vous ici ?
- Je... Je cherchais les toilettes. C'est pas ici ?
- On a une tête de cuvette de chiottes ?
- Chai pas, à vérifier en retirant votre abattant de la tête, peut-être...
- Sale chien !


Et deux chevaliers l'empoignèrent ses avants-bras pour l'emmener dans les bas-fonds de la prison. En soi, cela aurait été un plan très judicieux, mais c'était Zélos Wilder. Les plans ne sont pas son fort, ainsi avait-il prévu de casser la gueule aux dix chevaliers.
Il exécuta un salto arrière, en ne manquant pas de donner un coup de pied dans les deux heaumes. Les gardes le lâchèrent, sonnés, tandis qu'un troisième fonçait droit vers lui, la pointe de son hallebarde en avant. Le noble recula contre une poutre en bois qui maintenait une partie du plafond, et sauta au dernier moment pour laisser la lance se planter profondément. Atterrissant sur le manche de l'arme, grâce à son habileté légendaire -ou plutôt grâce à une chance incroyable- il asséna un violent coup de pied au niveau du coup de son adversaire, le mettant hors d'état de nuire immédiatement.
Descendant, il réussit à chopper une autre lance dans la petite armurerie près d'un mur et s'en servit pour faire tomber les gardes sonnés à l'aide un large coup horizontal au niveau des chevilles. Zélos se redressa et para juste à temps deux autres coups de hallebarde. Il maintient comme il put sa garde, afin de lui donner du temps pour charger une attaque Lame de Tonerre, qui mit K,O ses deux assaillant, ainsi que les deux gardes qui étaient postés près de la porte du Colisée. il ne restait plus que les deux qui jouaient aux cartes -et qui cherchaient leurs équipements- et celui qui, malgré le boucan, continuait de roupiller. S'emparant de deux épées de chevaliers, il les pointa vers les deux survivants.

- On se rend ! On se rend ! piaulaient-ils
- Gentils toutous du Pontife, couchés.

Et alors que Zélos avait menotté et bâillonné les deux gardes, il revêtit l'une des armures. Il cacha les corps -également attachés et bâillonnés- des autres dans un coin sombre de la pièce. Et il en restait toujours un, sur le lit de la petite infirmerie, qui pionçait et ronflait à s'en tuer les tympans. Mais lorsqu'il s'approcha, le jeune homme comprit pourquoi il était dans un tel état.

*Ah, les fameuses Potions de Flanoir ! *

Il ne doit pas s'attarder : le bruit du combat a dû s'entendre un peu, malgré les cris de joie et les applaudissements de l'autre côté des murs. Et lorsque la porte s'entrouvrit derrière lui et le surprit, il ne s'agissait que du petit animal de compagnie de Sheena, Corinne.

- Je t'ai cherché partout, mais je ne m'attendais vraiment pas à te voir ici, fit-elle de sa petite voix.
- Serait-ce un compliment ?
- Un miracle plutôt. Dépêche-toi, je vais te conduire à Sheena.


Affublé du heaume et de toute la ferraille, l'ancien Elu faisait un boucan d'enfer. il fit coulisser les lourdes portes en fer des geôles qui grinça sur ses gonds. Le petit renard s'empressa de courir vers une cellule, d'où il perçut une voix faiblarde, comme ayant perdu tout espoir.

- Corinne !
- Je t'ai ramené de l'aide.


Et pile au bon moment, le rouquin retira le heaume et laissa cascader sa longue chevelure flamboyante.

- Ravie de me revoir, ma belle ?

La ninja écarquilla les yeux. La surprise était totalement au rendez-vous.

- Je vais te sortir de là.

Il prit les clés des cellules accrochées sur un mur, fit tourner la petite clé dans la serrure deux fois et ouvrit la porte.

- Dépêchons-nous, d'autres gardes ne vont pas tarder à nous rechercher.

Et pour sortir du Colisée sans passer par la grande porte, il fallait emprunter le passage menant à l'église...



Dernière édition par Zelos Wilder le Sam 16 Nov - 15:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Ven 15 Nov - 19:01




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Les rayons du soleil filtraient tristement à travers l'ouverture qui lui servait de fenêtre, barrée de solides barres de fer qui se projetaient en ombre sur le sol devant elle. C'est parfaitement le genre de journée interminable ! Cinq mètres carrés pour se dégourdir les jambes, pas un livre pour penser à autre chose qu'à la mort qui se rapprochait à grand pas, pas une âme conciliante pour vous rassurer sur le monde meilleur qu'il y aura de l'autre côté. Un monde meilleur ? Finalement, ce n'était pas si difficile à faire, mais elle doutait franchement d'y avoir accès. Elle avait trahi son village, son peuple, son monde … Et dans tout ça, elle n'avait pas été capable d'aider qui que ce soit, bien sûr. Elle n'était qu'une incapable après tout, que pouvait-on espérer mieux d'elle ? Sans doute allait-elle rester dans le grand livre des records après ça, en tête de liste dans la catégorie ''boulet'' et assignée au titre de celle qui aurait le plus gâché sa vie. Tout rater, ne rien achever, tel était son destin, semblerait-il.

    Elle n'avait jamais broyé autant de noir de toute sa vie, même après l'accident avec Volt. C'était plus simple à l'époque, car elle connaissait bien sa faute, et tout le monde la blâmait pour les même raisons. Quoi qu'il n'y avait rien de vraiment compliqué à simplement attendre son exécution. Elle ne pensa même pas à un moyen de s'échapper, elle qui était si défaitiste. Pourtant, elle n'arrivait pas à se figurer que sa vie allait s'arrêter tout simplement demain, au petit matin. Le soleil se lèverait, comme tous les jours, les oiseaux chanteraient, comme d'habitude et sa tête tomberait. Et à qui manquerait-elle alors ? Corrine, sans doute … Oui, Corrine, qu'allait-elle devenir sans elle ? Il était certain qu'elle n'approcherait plus jamais un humain de sa vie ! Elle se retirerait peut-être en forêt ou dans les montagnes afin de vivre en Hermite, ou peut-être tenterait-elle de s'en prendre à ses bourreaux ? Telle que Sheena la connaissait, c'est sans doute ce qui allait le passer. Il valait mieux qu'elle ne revienne pas alors, elle ne voulait pas qu'il lui arrive malheur à cause d'elle.

    Dans la journée, deux gardes passèrent par là pour lui balancer un plateau garni de haricots blancs et d'une tranche de pain sec. A quoi bon manger ? Elle n'avait aucun appétit, et même si c'était le cas, la vision de son repas suffirait à lui couper toute envie. Elle bouda donc le plateau en détourna la tête vers le mur, n’esquissant pas le moindre geste, gardant un visage parfaitement fermé. Cependant, les gardes n'étaient pas partis aussitôt. Ils restèrent devant sa cellule à discuter, jusqu'à ce qu'ils ne l'interpellent. Elle les ignora dans un premier temps, n'ayant aucune envie de parler à ces grosses brutes, même si cela pouvait faire passer le temps.

    -Ho, on te parle, tueuse.

    Pas de réponse. L'un d'eux donna alors un grand coup de hallebarde dans les barreaux pour faire un chahut à vous en vriller les tympans, et la jolie ninja ne leur adressa d'un bref regard réprobateur, ce qui sembla les faire rire. La seule chose qu'elle désirait, c'était qu'ils partent, ou bien qu'ils rentrent dans la cellule pour qu'elle leur règle leur compter, histoire de se défouler. Mais ni l'un ni l'autre ne se produisit, et l'un d'eux commença à parler comme si elle était disposée à l'écouter.

    -Tu vas pas être la seule à couler ma jolie. Tu sais ce qu'il se passe dehors en ce moment ? Le roi est mort, assassiné par Zelos Wilder qui s'est empressé de s'enfuir bien comme il faut. Il a été déchu de son rang d'élu, et ça va être sa fête si on lui tombe dessus.

    Cette fois, ils parvinrent à piquer son attention au vif. Zelos n'était plus élu ? Comment était-elle censé l’appeler maintenant alors ? ''Idiot d'ex-élu'' ? Ça ne sonnait pas très bien. Bah, de toute façon, elle n'aurait certainement plus l'occasion de l’appeler d'une quelque manière que ce soit. Cependant, la nouvelle la choquant profondément. Après tout, on l'avait envoyée là-dedans sans beaucoup d'explication, et elle n'imaginait pas le Pontife capable d'une telle chose, il avait vraiment autant de pouvoir que ça ? La missive qu'on lui jeta au visage lui confirma que oui, et là encore, ce fut pour son plus grand étonnement. Comment le peuple pouvait-il croire un tel ramassis d’absurdités ? Les gardes la laissèrent avec son désarroi décuplé ainsi qu'avec la vive impression que tout lui échappait, que le monde courait droit à sa perte et qu'elle ne serait pas là pour le voir ou tenter de l’empêcher. Était-ce bien un mal, finalement ? Elle partait juste au bon moment, alors que tout commençait à aller de mal en pis.

    Et la nuit vint, et avec elle, la lueur pâle de la lune gibbeuse qui filtra à son tour à travers les barreaux d'ombre de sa cellule. Le désespoir envahit son cœur, elle qui avait toujours souhaité se débrouiller seule, être forte et restait coûte sa propre héroïne, elle qui refusait qu'on lui apporte l'aide dont elle avait besoin …. Elle se surprit à souhaiter la venue d'un héros chevaleresque masqué, qui viendrait la sortir de ce mauvais pas à la faveur de la nuit. Mais la nuit passa, et aucun héros ne vint à son secours, pas même dans ses rêves, car elle ne ferma pas l’œil de la nuit, rendant l'attente plus insoutenable et douloureuse encore.

    Puis le soleil revint, et une préoccupation bien plus envahissante que sa mort prochaine avait envahi son esprit depuis quelques longues heures. Quelque chose qui l’obsédait à l'en rendre folle. Elle avait une monstrueuse envie d'uriner. Mais, monstrueuse d'un point que vous n'imaginez même pas ! Figurez-vous que cela faisait environs vingt-quatre heures qu'elle n'avait pas pu se soulager. Alors oui, il y avait bien des toilettes dans sa cellule, mais pas le moindre petit portillon pour cacher un brun de son intimité, et elle avait un colocataire juste en face, sans parler des passages des gardes !! Et puis c'était sale, pouha, ça empestait d'ailleurs. Horrible. A coup sûr, elle était déjà morte et elle était déjà en enfer, en fait. Ouais, ça ne pouvait être que ça. L'enfer, c'est pas de toilette. Elle en venait presque à souhaiter que l'heure de sa mort arrive vite, histoire quelle ne ressente plus cette pression insoutenable dans sa pauvre vessie !

    Elle était en train de se mâchouiller nerveusement la lèvre sous l'effet de la torture qu'elle subissait intérieurement, recroquevillée sur elle même, comme si cela allait l'aider – elle en avait l'impression en tout cas. Dehors, elle entendait les échos de la foule en liesse, ils semblaient tous très impatients de la voir mourir. Comme ça faisait chaud au cœur ! HmHM. Enfin, elle s'en moquait, là, elle ne pensait plus à rien d'autre que.

    *Pipiiiiiiiiiiiiiiiiiii bordeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeel !!!!*

    Alors, un bruit plus fort que le raffut extérieur – ou en tout cas plus proche – se fit entendre. C'était un immonde chahut, des bruits de tôle, comme si les cuisiniers étaient en train de se battre à coup de casseroles sauvage. Puis tout s'arrêta d'un coup, et elle n'eut plus que le silence pour repenser à son envie pressante, jusqu'à ce qu'elle entende approcher. Cette fois elle était sûre que c'était l'heure, pour de bon. Bon sang elle avait peur ! Elle avait peur de se faire dessus avant qu'on lui sépare la tête du corps !! En plus sous l'effet de la peur, elle risquait de tout lâcher. Calme, zen, inspirer, expirer. Elle devait être calme et sereine, n'être que vent et rivière. Non pas la rivière, rha ! Si elle continuer de se mastiquer les lèvres comme ça, elle n'allait plus en avoir. Et puis mince, rien à battre, elle allait crever de toute façon, pas vrai ? Mais un petit tintement de clochette se fit entendre. Quoi ? Elle avait bien entendue ?

    -Corrine !!

    Était-ce du soulagement dans sa voix ? Ou plus d’inquiétude encore ? Sa brave amie lui annonça qu'elle avait trouvé des secours. Quoi, elle avait réussi, vraiment réussi ? Comment avait-elle fait cela? C'est alors que son brave chevalier servant arrivant, ôtant son heaume pour relâcher ses longs cheveux flamboyants d'un geste digne des meilleurs pubs L'Oréal. Bah, n'importe quelle raison était bonne à prendre pour qu'il se la raconte, celui-là ! Mais elle était clairement choquée de le voir là, elle le croyait déjà loin ! Il lui avait pourtant bien dit qu'il était de son côté, mais de là à prendre tant de risques pour elle … Elle l'avait décidément mal jugé. Elle se leva d'un bon et s'approcha de la porte de sa cellule, sans pouvoir lâcher un seul mot pour le moment, alors que Corrine grimpait jusqu'à son épaule.

    -Tu …

    Il ouvrit rapidement la porte, et elle le regarda faire, médusée. Elle n'en revenait pas qu'il soit là, vraiment là, pour l'aider … C'était une blague ? Non, ce n'était pas vraiment le moment de blaguer, ni ne le suspecter. De toute façon, elle ne pouvait pas risquer plus à le suivre qu'à rester ici. Et bon sang, elle avait toujours envie de faire pipi !!

    -Se dépêcher pour aller où ? Il y a des gardes partout !

    Elle marqua une pause en le fixant, son air choqué le transforma alors en une petite moue douteuse, puis presque coupable. Oui, elle avait honte de l'avoir aussi mal jugé avec tout ce qu'il faisait pour elle.

    -Je pensais que tu étais déjà loin. Avoua-t-elle.





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Sam 16 Nov - 14:56




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    - Je pensais que tu étais déjà loin, avoua la ninja.

Cet aveu le fit sourire car cela confirmait ses récentes pensées comme quoi Sheena en pinçait pour lui, mais à cause de sa fierté Mizuhoïste elle ne le révélait pas bla bla bla...

- Et non, j'avais encore à faire ici. Bon, on va passer par l'église. Il y a un passage menant aux dortoirs des prêtres et des bonnes soeurs. Tu devrais pouvoir trouver de quoi de changer. Suis-moi, et reste bien derrière.

Zélos n'attendit pas de réponse et avança, lassant là la porte de la cellule grande ouverte, les clés toujours dans le verrou. Il monta des petites marches menant à un couloir sur la gauche, restant aux aguêts du moindre bruit indiquant la présence d'autres gardes pontificaux. Entre temps il avait remis son casque, camouflant ses cheveux d'un rouge pétant. Le noble poussa la porte qui, comme il l'affirmait, donna dans une vaste pièce où étaient entreposés des lits de camp, des tuniques de religieuses, des coffres à vêtements et autres effets personnels. Il y régnait néanmoins comme une odeur de moisissure et de renfermé. Ils fouillèrent un peu tout ce ramassis de fringues pour en trouver à la taille de la demoiselle -mettez-vous à sa place : une telle poitrine est difficile à faire passer en habits de nonne !
La brune finit cependant à trouver une tunique correspondant à ses mensurations et commença à chercher un endroit "clos" pour se changer. il n'y avait que trois portes dans la pièce : la première donnait sur les cachots du Colisée, la seconde permettait de sortir des dortoirs et accédait au coeur de l'église. Enfin la troisième était effectivement une petite pièce close, mais n'était occupée que par... Un cabinet de toilette.

Pour une obscure raison, lorsque Sheena s’aperçut de l'existence de cette pièce, elle s'y précipita avec une telle rapidité qu'on aurait presque cru qu'une tornade venait de s'infiltrer dans l'église. Il ne restait plus qu'au jeune homme à attendre qu'elle ait terminé son affaire. Heureusement pour lui, elle avait également pris la tenue de bonne soeur.
Afin de "préserver" un peu d'intimité à sa comparse, l'ex-Elu fit le guet au niveau de la porte d'entrée du débarras, tentant de se rappeler le chemin des égouts. Peu de gens se doutaient de l'existence d'un tel endroit sous leurs pieds, et même Zélos fut surprit la première fois qu'il le découvrit. Il s'en souvient encore parfaitement : il avait été à la fête étudiante à Sybak, il y a quelques années de cela. La boisson coulait à flot, malgré les interdictions des professeurs. Et Zélos, en ce temps, voulait vérifier la rumeur comme quoi les étudiantes ivres de Sybak sont les plus farouches et extravagantes de toutes. Et bien, croyez-moi, il n'a pas été déçu de son voyage !

Mais malheureusement pour lui, il avait une réunion importante au Château le lendemain tôt dans la matinée, et les portes de la ville étaient fermées, comme chaque nuit, afin de préserver la sécurité de la populace des monstres et autres bandits. Pendant un moment il avait pensé à escalader le mur d'enceinte avec une petite cuillère et une fourchette -souvenirs qu'il avait rapporté de son excursion nocturne- mais son état d'ébriété ne le permettait pas. Ensuite il a cru pouvoir creuser un trou sous le mur pour ressortir de l'autre côté, toujours à l'aide de la cuillère et de la fourchette, mais il ne finit qu'à se faire attaquer par une famille de Lapins.
il finit tout de même par avoir l'intelligence de faire le tour des murs, afin de trouver une quelconque faille -ne sait-on jamais- et tomba par hasard sur un ruisseau sortant de la ville. L'entrée y était fermée par de lourdes barres de fer, mais l'humidité et le temps ayant fait leur oeuvre, une bonne partie des barreaux étaient rongés par la rouille à leur base. il lui suffit de donner un grand coup de pied pour ouvrir le passage.
Il mit néanmoins deux bonnes heures avant de sortir à l'air libre dans le quartier commerçant. Mais les détails de son trajet sont une autre histoire, dont le seul souvenir qui persistant dans sa mémoire était un plongeon dans des eaux insalubres après s'être parié à lui-même de marcher sur les mains le long d'un rebord -ne pas oublier que son ivresse était loin d'être dissipée à cet instant.

Après de longues minutes d'attente -si ce n'est pas une bonne demi-heure-, Sheena finit par sortir des cabinets, et vêtue de sa belle robe de religieuse. Il s'agissait d'une tunique simple d'un blanc éclatant couvrant tout le corps des épaules jusqu'au chevilles. Les longues manches s'élargissaient au niveau des poignets. L'ensemble de la tenue portait de nombreux motifs bleu marine, et la ceinture n'était qu'un large ruban de soie couleur océan. Même les petites chaussures plates étaient bleues. enfin, pour éviter que la Mizuhoïste ne se fasse remarquer, elle avait revêtu un capuchon immaculé pour se couvrir les cheveux. Elle portait à la main sa tenue de ninja.

- Tu devrais la cacher sous ta robe, au niveau de ta poitrine. Une épaisseur de plus ou de moins ne changera rien, bien au contraire...

Pour seule réponse, Sheena fit fermer son clapet avec une carte. Zélos camoufla à nouveau ses longs cheveux de feu sous le heaume, laissant la carte collée sur sa bouche. Au moins, il ne risquerait pas de se faire repérer grâce à sa voix dans la rue...
Ils sortirent discrètement du débarras, puis de l'église. Les rues étaient presque désertes : quasiment tout le monde devait être en train d'attendre dans le Colisée. Seuls quelques pauvres des bas quartiers, ainsi que des commerçants et les auberges subsistaient. Oh, des gardes aussi, cela allait de soi depuis la "disparition" de l'Elu déchu. Ils se déplaçaient par groupe de deux, et les deux fugitifs en croisèrent un bon paquet. Cependant, la plupart -si ce n'est la majorité- qui portaient les yeux sur eux ne se contentaient que de fixer l'opulente poitrine de Sheena la nonne.

* Je mettrais ma main à couper qu'ils aimeraient confesser leurs péchés en privé avec cette religieuse-là*

Restant silencieux et marchant à une allure très correcte, ils tournèrent au coin d'une rue, vers le quartier marchant. L'allée était déserte. Ils accélérèrent un peu l'allure et, tout en vérifiant qu'ils n'étaient pas suivis ou observés, Zélos s'approcha d'une plaque au sol et la souleva.

- Princesse, voici notre ticket de sortie.



Dernière édition par Zelos Wilder le Dim 17 Nov - 21:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Sam 16 Nov - 19:50




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Hm, qu'est-ce qu'il avait à sourire encore, celui-là ? Voilà qu'il lui resservait ce regard pétillant de malice, qui semblait toujours lubrique chez lui. Le genre de petit air qui lui donnait envie de lui remettre son heaume sur la tête pour qu'il arrête de faire son intéressant. Le plus gênant pour elle était sans doute le fait qu'au fond, ce sourire, il était bien irrésistible. Une telle pensée ne pouvait pas lui traverser l'esprit, impossible, elle s'efforçait encore bien trop de le trouver insupportable pour ça. Et pourtant, il pouvait vraiment être fier de lui, pour le coup, il l'avait réellement impressionnée et avait fait un grand bond dans son estime, même si elle n'allait pas l'avouer si facilement. Tout de même, cela méritait bien un petit merci, ou juste un mot gentil, une marque de reconnaissance ? Bon, d'accord, on y songera plus tard, pour le moment, elle avait bien trop envie d'uriner pour être reconnaissante à qui que ce soit de quoi que ce soit. Elle ne chercherait pas à savoir comment il connaissait si bien le passage par l'église, elle risquerait de le regretter, et il pourrait faire une nouvelle chute dans son estime si fragile qu'elle avait de lui.

    Elle tiqua un instant lorsqu'il lui parla de se changer, comprenant rapidement où il voulait en venir cependant. Oui, elle allait bien devoir se cacher si elle espérait pouvoir sortir dehors et fuir. C'est dans les échos tonitruant de la foule dans l'arène qu'ils s’éclipsèrent au plus vite vers une porte dérobée, la jeune ninja lançant cependant un dernier regard derrière elle, pour apercevoir l'homme qui occupait la cellule un peu plus loin. Ils ne s'étaient pas parlé du tout durant son séjour, mais elle eut quelques remords à le laisser comme ça, alors qu'elle, elle avait la chance de s'enfuir. Enfin, s'il était là, c'est qu'il devait l'avoir mérité, non ? Ce n'était tout de même pas si courant que l'on enferme des innocents, bien qu'elle soit la preuve vivante que ce soit possible … Ah, ça ne devait pas être si rare. Mais lui, il n'était pas condamné à mort à ce qu'elle sache ! Alors tant pis. De toute façon, ils n'avaient pas le temps de penser aux autres. Ils s’éclipsèrent sans demander leur reste.

    Ils débouchèrent bientôt dans une pièce déserte et perdue dans les bas-fonds de l'église, l'odeur qui y régnait était caractéristique de ce genre d'endroit. Ça sentait le vieux bois et l'humidité, étrangement, ce genre d'odeur inspirait à Sheena une atmosphère de paix et de recueillement, mais ce n'était pas pour autant rassurant, pas autant que l'odeur du jasmin qui régnait dans les temples de Mizuho. Ah Mizuho … Son village lui manquait tellement, et maintenant elle était certaine ne pas le revoir de sitôt, après sa trahison, le village allait sans doute subir de graves répercussions, ce qui était un affront de plus contre ces villageois qu'elle avait déjà tant fait souffrir. Elle n'oserait sans doute plus jamais se présenter à qui que ce soit de là-bas, pas avant qu'elle n'ait réparé toutes ses erreurs, et elle ne savait pas encore comment. De toute façon, ce n'était pas encore le moment d'y penser.

    Ils se mirent aussitôt à fouiller dans les réserves de vêtements, fouillant dans les vêtements de nonne. Sheena eut bien du mal à trouver sa taille, un haut qu'elle ne risquerait pas de craquer de par son exceptionnel tour de poitrine. Ce fut un moment particulièrement difficile, car en plus de donner une raison valable au rouquin de loucher sur sa poitrine pour l'évaluer bien plus longtemps qu'il n'en avait besoin, elle avait toujours cette envie plus que pressante qui la taraudait, et elle avait bien du mal à ne pas se dandiner pour se retenir. Heureusement, elle trouva finalement une tunique qui devait être à sa taille, enfin ! Elle se releva donc avec la marchandise, cherchant un petit coin tranquille pour se changer vite fait, bien fait, bien loin du regard lubrique du rouquin qui l'accompagnait. Pas question qu'elle se change devant lui ! Et elle ne lui ferait jamais confiance, même s'il promettait de garder les yeux fermés en lui tournant le dos. Et là, béni soit le destin, le saint sanctuaire s'ouvrit généreusement à elle, l'appelant de sa voix généreuse et enchanteresse, lui offrant la divine félicité. Elle venait de les voir, plus salvatrices que jamais : les toilettes !! Voyant cela, elle ouvrit grand les paupières et s'y précipita à toute vitesse sans rien dire, laissant la pauvre Corrine derrière elle, ainsi qu'un petit nuage de poussière dessinant sa silhouette (ou presque).

    Son premier réflexe fut d'accrocher la tunique au porte manteau avant de se soulager. Ah, voilà un poids en moins ! Elle avait même de quoi se laver les mains, là-dedans, après avoir traîné dans cette cellule sordide et insalubre. Elle se décida ensuite à se déshabiller afin de pouvoir revêtir son déguisement, don elle eut bien du mal à trouver le sens. Le plus difficile et par conséquent le plus long, fut de mettre en place la collerette ainsi que la coiffe. Elle galéra pendant de longues minutes avant de sortir enfin, méconnaissable. Son brave sauveur la détailla de la tête au pied, ce qui avait toujours le don de l'agacer. Ça va, ce n'était qu'une tunique de nonne et elle cachait la plupart de ses jolies formes, si ce n'est la poitrine, forcément, ça, c'était incamouflable, et ça risquait bien de la perdre un jour. Cela avait bien failli déjà, remarque, lors de plusieurs missions. Attendez de vous retrouver coincée entre deux murs, comme ça, juste à cause de deux proéminences pareilles ! En plus d'être gênant, ça faisait terriblement mal ! Mais vraiment. Ah, rien que d'y repenser, elle en retrouvait presque la douleur de ce jour-là. Maudite mère nature, quelle idée de gratifier une ninja d'un tel don.

    Son camarade lui conseilla alors de cacher sa tunique en l'enroulant autour de la poitrine, affirmant que cela ne ferait pas la différence étant donné la taille que cela avait déjà atteint. Elle répondit à cette vanne trop facile en lui envoyant simplement une carte qui vint se coller sur sa bouche, chose à laquelle il ne rechigna pas avant de remettre son heaume comme si rien n'était. Franchement, et il trouvait ça drôle lui ? Les vannes et les allusions sur sa poitrine devenaient aussi lourdes que sa poitrine elle-même à ce stade ! Elle ronchonna donc en s'emparant d'un sac en tissu en bandoulière où elle mit sa tunique et en profita pour emporter quelques vivres non périssable qui traînaient ici, se disant que ça pourrait toujours dépanner. Il y avait quelques gelées, du pain et même un sachet de viande séchée. Au poil.

    Elle talonna ensuite le rouquin, gardant le visage bas afin de mieux cacher son visage, et puis, cela collait mieux à son rôle de bonne sœur. Décidément, elle en aura eu des déguisement ! Et maintenant qu'elle y pensait, elle se disait que c'était une bonne chose que Zelos n'ait pas été là lorsqu'elle avait revêti ce costume de desianne, ça aurait pu lui donner des idées … Quoique, pas plus qu'il ne devait déjà s'en faire à cet instant ! Ho, quand même, était-il si pervers au point de s'imaginer des choses avec l'incarnation de la pureté et de l'esprit pieux ? Oui, elle avait encore assez d'estime pour se poser la question, elle ignorait bien entendu tout de l'aventure du jeune homme quelques jours plus tôt, justement avec une nonne … Si elle savait … Hm. En y repensant, pourquoi se mettait-t-elle toujours dans un état tel de colère lorsqu'il se vantait de ses aventures et de ses conquêtes ? Était-ce de la jalousie ? Non, certainement que non ! Jalouse de quoi ! Non, c'était juste que … Et bien … C'était juste agaçant. Ça l'énervait, voilà. C'est tout. Le premier qui dit qu'elle est jalouse, elle lui fait la tête au carré, c'est clair ? Ah, pourquoi elle pensait à ça maintenant ? Parce qu'elle n'avait plus envie d'aller au petit coin, alors ses autres préoccupations revenaient, forcément. Par Shadow, c'était un idiot un peu plus généreux qu'elle ne l'aurait cru … Mais un idiot pervers tout de même.

    Ils parcoururent la ville dans la plus grande discrétion possible. Heureusement, on ne devait pas encore avoir remarqué sa disparition et la ville était déserte. La plupart des habitants s'étaient réunis à l'arène, pour célébrer la mort de la parjure  qu'elle était. C'était assez dur de se dire que tout un peuple voulait sa mort, et que dans tout ça, ils avaient raison finalement, parce qu'elle les avait bien trahis. Mais sa situation n'était sans doute pas pire que celle de Zelos, et elle ne put s'empêcher de culpabiliser pour ce qui lui était arrivé. Elle savait bien que sa condition d'élu ne lui plaisait pas, mais il en profitait bien et ça lui donnait beaucoup d'avantages, et il n'avait pas seulement été déchu de son titre d'élu, aujourd'hui, même s'il restait noble, toute la ville voulait autant sa mort que celle de Sheena, même si ce n'était pas officiellement programmé. Et elle ne pouvait pas s'empêcher de penser que c'était de sa faute, étant donné qu'il avait pris sa défense.

    Sheena n'avait pas fait attention aux regards qu'on pouvait lui lancer, elle n'y prenait jamais garde d'ailleurs – sauf lorsqu'il s'agissait de Zelos bien entendu, il fallait toujours se méfier de lui. Il arrivèrent à destination lorsque Zelos ouvrit une bouche d'égout. Sheena lui adressa un nouveau regard un peu étonné avant de regarder autour d'elle avec précaution. Personne. Elle s'approcha alors du trou, l'odeur qui s'en dégageait était pestilentielle, mais ils n'avaient pas d'autre choix, ce n'était pas le moment de faire les difficiles.

    -Je ne veux pas savoir comment tu as découvert ce passage … Souffla-t-elle, exaspérée.

    Elle ne se fit pas prier pour descendre en première – pas question de lui laisser une occasion de regarder sous sa toge – et se laissa tomber de l'échelle une fois à peu près en bas. Elle atterrit avec agilité sur ses jambes, mais le choc de l'atterrissage éveilla en elle la douleur de ses côtes, que ces gros bras de garde Pontificaux s'étaient amusés à lui amocher de nouveau en la jetant en cellule. Elle plaqua donc sa main sous sa poitrine en grimaçant légèrement et leva la tête pour apercevoir Zelos là-haut.

    -Tu vas devoir enlever l'armure si tu veux passer !

    Elle dégagea ensuite la place pour lui laisser la place de le rejoindre, observant le périmètre avec attention. Ça sentait vraiment très fort, et l'eau qui circulait était glauque et verte. Elle s'avança jusqu'au bord de la plate-forme pour jeter un œil de plus près quand un immonde rat noir énorme arriva juste sur son pied. Elle poussa un petit cri de surprise et lui donna un grand coup de pied pour l'envoyer dans l'eau. Loin de se laisser couler, l'affreuse créature aux incisives proéminentes se mit à nager et s’enfuit ainsi. La demoiselle eut une grimace de dégoût.

    -Sale rat … Pesta-t-elle, alors que Zelos arrivait juste à ce moment.

    Elle planta alors son regard sur lui, elle semblait réprobatrice. Peut-être l'avait-il entendu crier, mais elle ne tolérerait aucun commentaire, ou alors, il avait pris l'insulte pour lui, ce qui était fort probable également. Ce n'était pas très gentil après tout ce qu'il avait fait pour elle, mais elle ne prit pas la peine d'expliquer ses propos et haussa simplement les épaules en reprenant la route, tendant de ménager ses côtes lors de ses escalades. Elle gardait la tête froide, mais elle culpabilisait toujours pour la condition de Zelos.





Spoiler:
 



Dernière édition par Sheena Fujibayashi le Dim 17 Nov - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Dim 17 Nov - 21:28




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    La ninja descendit en première, en faisant la réflexion de ne pas vouloir savoir la manière dont il avait découvert ce passage. Zélos haussa les épaules : comme si c'était son genre de raconter une anecdote totalement débile et sans intérêt ! Il lui laissa le temps d'arriver en bas et de lui laisser la place quand il se rendit compte que, muni de l'armure pontificale, il ne pouvait pas passer par le trou de la bouche d'égout. seuls ses pieds se balançaient dans le vide. en dessous lui, il entendit Sheena lui crier de la retirer.
Ce qu'il fit au pied de la lettre. Alors qu'il se débarrassait des pièces protégeant ses bras, sa tête, il ne lui restait plus qu'à délasser les lanières retenant la lourde plate de fer verte. L'ancien Elu ne se rendit compte que plus tard de son erreur, à savoir lorsqu'il se vautra quelques mètres plus bas. en même temps, c'était à prévoir, vu qu'il était bien plus mince que l'armure qui le retenait dans la bouche d'égout... Le rouquin ne fit pas attention à Sheena et se redressa, ni vu ni connu, l'armure obstruant toujours l'entrée du haut.

- C'est par ici, indiqua-t-il.

L'endroit était sombre, malgré les quelques lampes allumées par-ci par-là sur les murs suintant une mousse verdâtre et putride. Plusieurs gouttes de l'eau saumâtre ruisselaient de larges tuyaux fixés au mur. Là où ils se trouvaient leur offraient une vue plongeante vers un bassin où l'on n'aurait aucunement envie d'y piquer une tête. Une légère pente à plusieurs paliers permettant une descente douce.
Pour avoir arpenté ce chemin une bonne centaines de fois, voire plus, le noble avança rapidement jusqu'à une cascade. Devant la mine dégoûtée de sa comparse, il soupira et lui expliqua que le chemin continuait derrière le filet d'eau usée. Elle passa devant lui, remontant le bas de sa robe de nonne pour ne pas la mouiller et marcha avec précaution sur l'étroit passage humide et glissant.
Cela faisait un moment que le comportement de la brune l'exaspérait, à toujours se méfier de lui à tout bout de champ ! Bon ok, il a une réputation -et à juste titre- de coureur de jupon, mais ce n'est pas comme s'il était un vrai pervers, prêt à sauter sur tout ce qui a des nichons ! ...Bon ok, peut-être un peu, mais cil n'était pas un prédateur à ce point. Lui aimait draguer les minettes pour passer le temps, obtenir quelques faveurs, et si elles étaient consentantes, alors ils passaient la nuit ensemble. Mais en rien il ne forçait les demoiselles à l'embrasser et plus si affinités !

D'ailleurs, maintenant qu'il était recherché, il allait avoir beaucoup de mal à passer du bon temps avec les donzelles... Argh ! le fourbe de Pontife ! Il avait bien calculé son coup, lui et le Cruxis ! Il se débarrasse de la seul personne qui s'opposait à lui comme d'un vulgaire mouchoir en papier. Mais l'Elu déchu n'allait pas en rester là, ça non ! Il reviendrait un jour à Meltokio, quand il sera sûr que Sélès est en sécurité. Oui, Sélès... Il fallait se dépêcher. Avec la missive du Pontife arrivé on ne sait quand, elle doit sûrement être en grave danger. Une Demi-Elfe sous la protection de la famille Wilder, et de l'Elu, on n'y touche pas. Mais maintenant qu'il n'était plus l'Elu... Il n'osa même pas imaginer les atrocités qui pourraient lui arriver.
Mais pourquoi il n'a pas été à son secours en premier, plutôt que de se casser les méninges à aller secourir Sheena ? Le pauvre Zélos n'en avait aucune idée. Lorsqu'il avait lu qu'elle serait exécutée, cela lui avait fait un tel choc, comme si plus rien d'autre n'avait existé autour de lui. Etrange sensation que de sentir son coeur battre à toute allure dans sa poitrine sans pouvoir le calmer autrement que par des actions débiles telles que de se déguiser en homme masqué pour délivrer une ninja maladroite dont le droit d'uriner avait été supprimée jusqu'à sa mise à mort.

Au même moment, alors qu'ils avaient franchi la cascade depuis un bon moment -mais il ne s'en était pas rendu compte et avait machinalement continué de marcher vers la sortie- la Mizuhoïste ne put retenir un petit cri d'angoisse quand un rat d'une taille impressionnante sortit de son trou récupérer le trognon de pomme qui traînait en plein milieu du passage. De retour à la réalité, il ne put que la fixer sans sourciller pendant un bon moment, jusqu'à ce qu'il se décide enfin de parler.

- Sheena, il faut que je te dise...

Le regard méfiant de cette dernière fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase.

- Voila, ça ! Ca m'énerve que tu te méfie autant de moi. Tu ne peux pas me faire confiance un peu ? As-tu au moins déjà fait confiance à quelqu'un ? Sais-tu ce que c'est ?! Je ne pense pas non. C'est pour ça que tu étais toute seule dans ta pauvre cellule, et que moi, celui que tu déteste le plus au monde, te sauve. J'aurais pu faire tellement de choses que de venir te délivrer !

Dans un excès de rage, il cogna violemment le mur le plus proche de lui. Il ne ressentit aucune douleur.

- J'aurais pu partir loin, très loin d'ici. J'aurais pu retrouver ma soeur depuis longtemps. En ce moment elle est peut-être morte, ou pire encore ! Mais je traine ici avec toi, qui me méprise, qui me déteste, qui me juge à chacun de tes regards. Ah, oui, c'est hilarant hein, un Elu déchu ! Allez moque-toi de moi, si c'est ce que tu attends !

Sheena resta immobile, le visage impassible. Quant au jeune homme, il alla marteler une seconde fois le pauvre mur ruisselant de mousse. Cette fois-ci, la douleur se propagea dans tout son bras. Lorsqu'il se calma un peu, du sang dégoulinait de ses articulations meurtris. Se rendant compte de la gêne -et sans doute de la culpabilité- dont il avait affligé la jeune femme, il se trouva mal à l'aise.

- Désolé, je ne pensais pas ce que j'ai dit. Je suis... Sur les nerfs, en ce moment...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Dim 17 Nov - 23:58




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Zelos était étonnamment sérieux, depuis qu'ils étaient entrés dans ces souterrains douteux. Elle ne l'avait jamais vu comme ça, elle qui était habituée à toujours le voir sourire pour faire le fanfaron ou draguer les filles, voilà qu'il arborait une mine qu'elle ne lui connaissait pas. Il y avait un éclat différent dans ses yeux, éclat, qui finalement, lui semblait avoir toujours été là, il était juste plus choquant en l'absence de ce sourire si chaleureux qui le caractérisait. C'était une mine tellement inquiétante qu'elle regrettait presque qu'il ne fasse pas le pitre, même si ça l'énervait, au moins ça lui permettrait de l'aborder d'un ton acerbe sans culpabiliser. Mais cette petite étincelle au fond de son regard azur était celle d'un homme brisé, au fond du trou, bien loin d'être aussi heureux qu'il le laissait entendre. Il avait le regard d'un guerrier prêt à tout pour arriver à ses fins, d'un guerrier accablé par la méprise et le regard des autres. Plus elle le regardait, plus elle repensait à ce qu'il avait fait pour elle, et plus elle s'inquiétait. Elle ne cessait de penser ''allez, souris, fais le pitre, que tout soit comme avant'' mais son visage restait fermé, et même sa voix était dépourvue de cette chaleur d'apparence si naturelle qui le caractérisait. Il n'était plus le Zelos Wilder qu'elle connaissait, il n'était plus son ''idiot d'élu'' … il n'était plus l'élu tout simplement.

    Elle continua de progresser en silence, ne préférant pas l'aborder, étant donné l'amabilité dont il faisait preuve, elle n'avait pas tellement envie d'en voir plus. Elle s'attendait à tout moment à le voir craquer pour lui lancer une bonne vanne de son cru sur ses seins ou n'importe quoi d'autre, mais rien ne vint. Non, désespérément rien. Et elle ne pouvait même pas se dire qu'elle avait envie de le frapper pour lui remettre les neurones en place étant donné qu'elle culpabilisait déjà trop. Elle était sûre qu'il le faisait exprès … ou en tout cas, elle aurait aimé pouvoir le croire un instant, juste un petit instant … Mais c'était tellement clair que non !

    C'est donc plus par intrigue et inquiétude que par suspicion qu'elle le surveilla régulièrement pendant leur progression, s'attendant à une petite moquerie lorsqu'elle répugnât à passer par le chemin indiqué par le rouquin qui s'était arrêté devant cette fontaine glauque et pestilentielle. Mais pas de moquerie, pas de ''miss roploplo'', ni de petit rire moqueur. Juste un soupir, las … Agacé. Bon, si elle l'embêtait, il n'avait qu'à le dire tout de suite, elle se débrouillerait bien toute seule, non mais ho ! Où alors il n'avait qu'un mot à dire et elle retournait à l'arène, c'était bien la peine d'être venu la sauver pour ça, tiens. Bon, elle ne l'avait même pas remercié d'ailleurs, ni même montré une quelconque petite marque de gratitude. C'est qu'elle se méfiait encore et toujours de lui, un merci ou un mot gentil de trop et il allait en faire tout un fromage et en parler pendant des jours, à se faire des films et tout ça … Non, elle préférait rester froide et catégorique, au moins il n'y avait pas d’ambiguïté, autant qu'il la déteste. La détestait-il, d'ailleurs ? C'était plutôt peu probable, étant donné le danger qu'il avait pris pour la sauver. C'est alors qu'elle pensait au pourquoi des raisons qui l'avait poussé à un tel acte héroïque, qu'une énorme boule de poils noirs hérissés et dépouillés surgit juste devant elle pour chiper un trognons de pomme avant de s'enfuir. Prise au dépourvu, elle fit un petit bond en arrière, agrémenté d'un léger hoquet de surprise. Non. Non. Non. Que ce soit bien clair : elle n'était pas de ces cruches qui avaient peur des rats. Mais il y avait rat, et RAT, il ne fallait pas abuser non plus ! Ces machins-là, à tous les coups, sont du genre à transporter la peste, à se déplacer en meute bien cachés et à vous sauter dessus pour vous grignoter lentement jusqu'à ce que mort s'en suive. Ah, voilà, elle avait l'image en tête, elle était répugnée et terrorisée. Méfiante, elle regarda autour d'elle en serrant ses poings contre sa poitrine, craignant que son cauchemar ne se réalise.

    C'est à ce moment que son compagnon l'interpella, ouvrant enfin la bouche. Elle posa aussitôt les yeux sur lui, sans le vouloir, elle dut avoir l'air peu aimable, sans doute à cause de sa méfiance envers les rats, ou peut-être par habitude … Sans doute les deux. Enfin, pour le coup, ce n'était rien de personnel contre lui, et pour une fois qu'elle ne comptait pas l'envoyer bouler, c'est maintenant qu'il se décidait à vider son sac. Et la pauvre fille, elle ne comprit pas ce qui était en train de lui arriver, qu'elle se mangeait une flambée de reproche. Elle n'esquissa pas le moindre mouvement, de peur que Zelos ne se soit transformé en une sorte de sanglier sauvage : de ceux qui charge sur tout ce qui bouge. Alors elle restait parfaitement statique, le regardant droit dans les yeux, écarquillant les paupières de surprise l'espace d'un instant, puis reprenant une mine sérieuse.

    Il n'y avait pas de mépris ou de rancœur dans son regard, pas cette fois. En fait, les reproches que lui fit Zelos, sur ce ton, alors qu'elle le voyait pour la première fois s'énerver et hausser la voix, lui firent un drôle d'effet qu'elle n'aurait pas bien su décrire. Mais lorsqu'il cracha ainsi sa haine, criant presque tant la tension le faisait parler fort, une étrange alchimie se produisit dans son corps. Son cœur bondit dans sa cage, tambourinant excessivement dans sa poitrine et son sang ne fit qu'un tour lorsqu'il abattit son poing contre le mur, y laissant clairement une trace. Elle eut d'ailleurs un léger geste de recul, sentant tout son corps s'ébranler pendant de courtes secondes. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'un élu – ou ex élu – en colère, ça faisait de l'effet. Elle ne s'était jamais demandée ce que ça donnerait, et elle avait quand même la réponse. Elle n'était pas déçue du voyage, elle en était toute chose. Mais qu'est-ce que c'était ? De la peur, de la culpabilité ? Il y avait autre chose, mais elle ne chercha pas à le traduire, se contentant de mettre ça sur le compte de la surprise. Elle s'estima heureuse également, qu'aussi en colère soit-il, le Don Juan gardait le sens de la galanterie et des bonne manières, et qu'il n'ait pas enfoncé son poing dans le visage de la demoiselle.

    Mais au-delà de la violence du coup et du ton employé, c'est la teneur de ses paroles qui la chamboulèrent tout autant, car il avait raison, et elle eut du mal à savoir si cela devait la révolter ou l’apitoyer. Car, non, elle n'avait jamais fait confiance à qui que ce soit, si ce n'est Corrine. Elle ne faisait pas plus confiance que cela aux camarades qu'elle avait rencontrés à Sylvarant, car elle ne les connaissait pas assez, même s'ils lui avaient sauvé la mise plus d'une fois malgré le fait qu'elle soit venue pour leur nuire. Oui, elle était seule, mais en quoi ça le regardait ? Oui, il aurait pu faire tellement de choses au lieu de venir la délivrer, alors pourquoi ne les avait-il pas faites ses choses ?

    Et lorsqu'il parla de sa sœur, Sheena culpabilisa bien plus qu'elle n'était révoltée. La seule question qui subsistait devant tous ces reproches était : pourquoi ? Pourquoi était-il venu la chercher, alors que, comme il le disait si bien, il savait qu'elle le méprisait ? Allons, elle n'allait pas jusqu'à le détester, mais elle ne s'adressait à lui qu'avec mépris, elle ne se souvenait pas avoir eu un mot gentil pour lui une seule fois, si ce n'est au tout début peut-être, quand elle ne savait encore rien de ses pratiques de coureur de jupon pervers. Et de ses interrogations, il n'en résultat que plus de culpabilité et remords. Plus, et plus encore. Elle s'en voulait d'avoir toujours été si cinglante avec lui, alors qu'elle savait très bien qu'il n'était pas mauvais bougre, elle s'en voulait de lui avoir attiré tant d’ennuis, et de ne pas lui avoir été un seul instant reconnaissante, elle s'en voulait de l'avoir si mal jugé, elle s'en voulait même d'avoir aidé Colette dans sa quête de la régénération de Sylvarant, car elle l'avait ainsi trahi, et elle s'en voulait aussi et surtout, de ne l'avoir jamais considéré comme un être pourvu de sentiments. Car il en avait, il le montrait à l'instant même, et il se révélait même être très émotif, mais elle, elle lui avait toujours parlé comme un chien, pensant que ça lui été égal, comme c'était leur façon de communiquer, tout simplement. Elle n'avait jamais vraiment eu l'intention de le blesser, et comme elle n'était pas douée avec les mots, elle se sentait bien grillée pour trouver les mots justes afin de s'excuser. Elle n'avait pas du tout envie de rire, malgré ce qu'il prétendait. Elle détourna la tête en serrant les dents lorsqu'il frappa le mur à nouveau, serrant les poings sans oser bouger, jusqu'à ce qu'il s'excuse.

    Alors, sans rien dire, elle lui passa devant et reprit le chemin d'un pas tendu sur quelques mètres, puis elle se stoppa net au milieu du chemin, forçant Zelos à s'arrêter derrière. Les poings toujours serrés, elle tremblait légèrement sous le poids de toute cette culpabilité qu'elle portait sur les épaules. Elle ignorait combien de temps elle allait tenir avec tant de remords, avec tout ce malheur qu'elle avait répandu autour d'elle, et qui mettait à mal sa conscience déjà sensible. Sheena portait déjà le point de la déchéance de son village, maintenant, celle de Zelos et peut-être bientôt les malheurs de sa sœur mais aussi du peuple de Tesséha'lla tout entier. Elle ne se sentait plus de continuer ainsi. Cependant, elle ne voulait pas craquer, pas tout de suite, pas devant lui. Non pas par peur qu'il ne se moque ou ne l’accable, mais simplement parce que c'était à elle seule d'assumer ses fautes, et que Zelos ne méritait pas ça.

    -Pourquoi … ? Demandant-t-elle, d'une voix à peine audible.

    Elle se fit violence pour réprimer ses tremblements, et se retourna vers le rouquin d'un geste sec. Elle avait l'air en colère, mais ses jolis yeux noisettes et ambrés luisaient de toute sa culpabilité, et des maux qui en résultaient. Elle planta ce regard dans celui de Zelos.

    -Oui, vas-y, dis-moi pourquoi tu es venu me chercher ? Je ne suis rien, et contrairement à toi, ne n'ai pas été condamnée à tort. J'ai trahi Tesséha'lla, j'ai trahi mon village et je t'ai trahi toi tout particulièrement. Si j'étais allée jusqu'au bout à Sylvarant, Tesséha'lla serait devenu le monde en déclin et si nous n'avions ensuite pas réussi à trouver un moyen de sauver les deux mondes pour stopper ces cycles, tu aurais dû entamer ta quête d’Élu, et en rencontrant celle de Sylvarant, j'ai très bien vu toutes les souffrances que cela impliquait. Je suppose que tu sais mieux que quiconque ce qu'il implique d'entamer le périple de la régénération, non ? Un élu doit bien savoir ça. Moi je l'ai vu. Colette avait petit à petit perdu tout ce qui faisait d'elle une humaine, elle ne pouvait rien avaler, elle ne ressentait plus rien, ni chaud, ni froid, ni douleur, mais pas non plus les choses agréables. Chaque sceau l'affaiblissait, elle était en train de devenir un ange, et je ne sais pas jusqu'au cela serait allé. C'est ça, que j'ai failli t’infliger, en plus de mon mépris, comme tu le fais si bien remarquer. Alors pourquoi, pourquoi tu es venu me sauver ?

    Elle avait un peu haussé le ton elle aussi, mais c'était clairement plus de la frustration que de la colère, si ce n'est contre elle-même.

    -Et je ne me réjouis pas de ta condition, pas du tout. C'est de ma faute, si tu n'avais pas pris ma défense, le Pontife ne serait jamais allé jusque-là contre toi. Et je, je …

    Elle semblait si tendue qu'elle en perdait ses mots. Comme ce qu'elle tentait de dire semblait rester bloqué au fond de sa gorge, elle détourna les yeux d'un air bougon en lui prenant sa main blessée autour de laquelle elle serra un bandage qu'elle venait de sortir de son sac, et marmonna – de façon juste assez audible, cela dit, pour qu'il comprenne.

    -Je ne te déteste pas, idiot. Puis se rendant compte de ce qu'elle venait de dire, elle braqua aussitôt un regard sévère sur lui. Mais ne va pas t'imaginer des choses ! Je t'ai mal jugé, je le reconnais, mais je ne t'ai jamais cru fondamentalement mauvais non plus.

    Bah, la ferme ! Tu es en train d'en dire trop là, ma vieille. Et comme elle regrettait de s'être ainsi emportée en insistant sur tant de ''pourquoi'' dont elle ne voulait pas vraiment connaître les raisons, elle lui tourna le dos, sans bouger dans un premier temps.

    -Peu importe. Dépêchons-nous de sortir de là pour retrouver de l'air frais … Et … On doit aller aider ta sœur, je te dois bien ça.

    Oui, ça voulait dire merci. Mais comme elle ne voulait pas en faire tout un curry, elle reprit aussitôt la marche droit devant. A s'énerver comme ça, et avec ses côtes encore douloureuse, elle s'était presque essoufflée. Et elle n'avait pas encore récupéré assez de mana pour se permettre d'utiliser un sceau de soin sur elle-même.  





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Lun 18 Nov - 15:54




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    Après avoir déballé tout ce qu'il avait sur le coeur et qu'il maintenait prisonnier depuis de longues heures et s'être excusé, les lieux redevinrent silencieux. Sheena passa sans un mot à côté de l'ancien Elu et fit quelques pas avant de se stopper.

- Pourquoi ? fit-elle d'une voix à peine audible, mais dont l'écho se répéta contre les murs.

Le sang continuait de suinter de sa plaie aux phalanges, mais il ne put répondre à sa question autrement que par un mutisme le plus total. Elle se retourna et ce fut alors à son tour de lui reprocher tout un tas de choses, et à juste titre. Elle lui parla -ou plutôt cria- ce qu'elle avait observé de la condition d'Elu dans le monde en déclin, la souffrance à endurer. Ce qu'il aurait aimé lui dire, c'est que tout cela il le savait pertinemment. Tel était le destin des Elus : souffrir et périr au nom de la Déesse Martel, pour le bien du monde. Ce fardeau, s'il était arrivé le moment de le porter, Zélos l'aurait fait. Il avait beau ne pas aimer les responsabilité, la hiérarchie, aller batifoler à gauche à droite, se faire passer pour un clown, un rigolo, un gigolo et j'en passe... Mais ce n'était pas pour autant qu'il en aurait oublié son devoir. Car tous, en ce bas monde, a un devoir à accomplir. Et malheureusement, celle des Elus se terminait avec leur sacrifice... Pour calmer le jeu, le rouquin aurait même fait sortir ses ailes, mais cela aurait été très mal venu, au bout du compte.

Puis elle termina son discours avec la même question par laquelle elle avait commencé : pourquoi était-il venu la sauver ? Question très pertinente, mais le noble lui-même en ignorait la réponse... Ou presque. Il y a des fois, quand ils se voyaient lors de réunions organisées par Feu le Roi de Tesséha'lla, où il se plaisait à observer la jeune ninja. Il aimait comme, par moment, le soleil reflétait d'or ses cheveux d'onyx, comment il faisait miroiter ses prunelles noisettes. Il adorait la taquiner car elle faisait toujours une petite moue adorable, avec cette fausse colère exaspérée devant son comportement enfantin. Il admirait son maintien parfaitement droit, et malgré ses maladresses, la souplesse et l'ingéniosité dont elle faisait preuve pour se sortir de toutes les situations.
Une part de lui restait encore dans l'obscurité quant à la relation qu'il entretenait avec Sheena. Etait-ce une amitié ? Ou bien une simple envie passagère car elle était la seule à lui résister à ce jour ? Mais l'autre partie de son âme et son coeur en avait toutes les réponses...

Elle s'excusa -ou plutôt tourna ses paroles afin de faire comprendre qu'elle s'excusait- et pansa sa main blessée.

    - Je ne te déteste pas, idiot, lui fit Sheena d'un ton un peu plus doux. Puis, elle braqua aussitôt un regard sévère sur lui. Mais ne va pas t'imaginer des choses ! Je t'ai mal jugé, je le reconnais, mais je ne t'ai jamais cru fondamentalement mauvais non plus. 

Cela le rassurait un peu. après tout ce qu'il lui avait dit, elle ne lui en voulait pas. Peut-être qu'après tout, cela leur avait fait du bien de vider leur sac ainsi...
La ninja lui tourna le dos et reprit l'excursion des égouts. Ses blessures devaient la lanciner, cela se voyait à trois kilomètres. elle a beau jouer la dure, elle n'en est pas moins humaine et fragile.

- Attends.

Zélos ne mit pas longtemps pour préparer son sort et lui asséna les Premiers soins. Cela n'allait certes pas la guérir complètement, mais au moins s'il fallait courir ou se battre elle pourrait le suivre sans encombres. Pour vérifier si tout était en état, il avait passé sa main sur ses cotes, en faisant bien attention de se trouver à distance des deux énormes flotteurs de la Mizuhoïste. Pendant un instant, un court instant, il eut envie de faire une chose totalement folle...

Mais il ne fit rien et se contenta d'un simple "Remettons-nous en route, nous ne sommes plus très loin de la sortie". En effet, après seulement quelques minutes de marche sur les dalles crasseuses, une lueur agrémenté d'un air frais se percevais à quelques mètres...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Lun 18 Nov - 17:39




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Lorsqu'il l'interpella, elle s'arrêta, hésitant à se retourner de peur de l’encourager à parler, à dire le mot de trop. Elle avait tellement insisté pour savoir, après tout, il aurait été légitime qu'il lui réponde. Mais répondre quoi ? Non, en fait, elle ne voulait pas savoir. Que ce soit une vanne ou la vérité, et quelle que soit cette vérité, elle ne voulait pas savoir. Pas tout de suite. Peut-être jamais. Heureux sont les ignorants comme qui dirait ! N'est-ce pas ? Elle daigna tout de même jeter un œil par-dessus son épaule, et le voyant se concentrer, elle se tourna complètement vers lui, intrigué mais sans méfiance. Elle reçut alors le sort de soin, pour son plus grand bien. Elle se sentit tout de suite bien mieux, et ses côtes ne la gênaient plus pour respirer. Ce n'était rien, mais ce nouveau geste de franche camaraderie l'étonna un peu. Oui, juste un peu. Enfin, elle était peut-être aussi un peu surprise de renouer avec le sentiment d'un certain bien-être, elle avait oublié qu'il était possible de respirer tranquillement, sans avoir l'impression de remuer une bouillie lancinante jusqu'au cœur de ses os.

    Le plus surprenant fut toujours lorsque le rouquin s'approcha d'elle suite à cela et que, d'un calme olympien, il déposa doucement sa main contre ses côtes, sans remarque ni geste obscène. Elle sentit la légèrement pression de sa main sous sa poitrine, tâtant ses côtes en douceur, et bien qu'elle en fut étonnée, elle n'eut aucun geste défensif cette fois. Elle lui donnait sa chance de faire un nouveau bond dans son estime, et il la saisit. Elle ne put s'empêcher de le fixer franchement, droit dans les yeux, presque avec intensité, lorsqu'il releva finalement le visage vers elle. Elle comprenait bien que son comportement lubrique n'avait lieu d'être que pour la taquiner, parce que c'était leur façon de communiquer habituellement. Mais avec toute les femmes qu'il pouvait avoir, qu'il avait eues et qu'il aurait sans doute encore, il n'avait pas besoin de perversion à son égard pour assouvir ses instincts primaires. C'était simplement un jeu auquel elle répondait trop souvent, et c'est ça qui l'encourageait sans doute à continuer.

    Mais là, aucun d'eux ne jouait, aucun d'eux n'en avait envie. Le moment ne s'y prêtait pas vraiment, Zelos était un fanfaron de première catégorie, mais même lui avait ses limites. D'ailleurs, c'était finalement plutôt inquiétant, et oui, elle se faisait vraiment du souci pour lui à cause de ça. Elle n'allait pas non plus demander à ce qu'il reparte dans ses petits jeux lubriques, mais tout de même, cela aurait prouvé qu'il n'allait pas si mal que ça. Là, il devait vraiment être au fond du trou, pire qu'elle ne pouvait l'imaginer, sans doute. Ho à ce point ? Il devait avoir besoin d'un gros câlin alors … Mais voyons, elle ne s'en voulait pas encore à ce point ! Enfin, il était difficile qu'elle s'en veuille plus que ça, déjà, mais tout de même, ce n'était pas le genre de la maison. Une grande claque dans le dos, une petite vanne bien placée, pas trop vexante, juste assez dosée pour les faire rire et roulez jeunesse !! Enfin, même une gentille plaisanterie, elle ne se sentait pas d'en sortir une tout de suite. Et puis, la bonne blague ! Elle, Sheena Fujibayashi, la tueuse au cœur de glace – pas tant que ça hm, mais chut – ou plus connue sous le nom de ''Madame Pas D'humour'', elle, faire une blague ? Pas étonnant que tout parte en vrille.

    Et les yeux dans les yeux, et la main … Non. Ils se fixèrent juste un instant, assez longtemps pour que Sheena commence à se demander s'il allait retirer sa main de là un jour. Non pas qu'elle la dérangeait – de quoi ?! - bon d'accord ça la dérangeait un peu – mais en vrai non pas tant que ça, elle y prenait presque goût, ah, mais, ce n'était qu'une main sur ses côtes après tout ! Oui mais, mais c'est tout chaud, et puis c'était tellement cool de ne pas avoir mal … Enfin bref. Elle crut voir une lueur d'intention dans le regard du bellâtre – oui, OUI c'est un bellâtre, Sheena, que tu l'admettes ou non ! - mais en fait non, rien.

    Remettons-nous en route, nous ne sommes plus très loin de la sortie

    Puis monsieur s'esquiva sans demander son reste, ce qui ne fut pas pour la déranger. Elle ne s'attendait pas vraiment à quelque chose en fait, enfin, à rien de bien agréable, enfin, à rien d'agréable qu'elle n'aurait su tolérer de part sa saleté de fierté. Voilà, c'était dit, pas de déception. Elle le suivit en silence, bien plus à l'aise dans ses mouvements. Ô joie, ô paillette, bénis soient les sorts de soin ! Et Zelos aussi, un peu non ? Si quand même un petit peu. Un petit merci ? Ah, ah … Ah?! Oui, oui ! Elle l'a dit là, juste là, un petit ''merci'' tout petit, presque bougon, mais sincère. Très sincère même, si, si, je vous assure.

    Si ce n'est donc ce petit 'merci' adorable, elle resta muette sur la fin du trajet. L'humeur de Zelos était toujours quelque chose d'impressionnant pour elle. Il devait penser plus de mal d'elle qu'elle-même ne pensait de mal de lui, sauf que, lui, c'était bien plus justifié, à son humble avis. Après tout, ce n'était pas un mal, ni une insulte que ''coureur de jupon'' c'était juste un fait. Bon, 'pervers' c'était un peu plus radical, mais on ne pouvait pas non plus dire que c'était totalement faux. Ce n'était pas cette perversion de détraqué glauque, en fait, c'était juste qu'il avait une libido très active. Peut-être qu'elle était tout simplement jalouse de ne pas en avoir du tout, elle. Ou justement, d'en avoir mais d'être constamment frustrée et bloquée par les règles et les traditions de son village qui faisaient sa fierté.

    Comme le silence s'était de nouveau installé, et que finalement, elle avait décidait qu'elle préférait lorsqu'il était bavard – retenez bien cela, car elle pensera de nouveau le contraire lorsqu'il sera de nouveau dans son état normal – elle décida de briser ce mutisme un peu pesant. Ce n'était pas encore pour une blague qui viserait à détendre l'ambiance, mais plutôt la manifestation plus claire de son inquiétude à l'égard de son compagnon.

    – Alors … Qu'est-ce que ça te fait … De ne plus être l'élu ?

    Il n'y avait aucune prétention dans sa voix, elle était plutôt neutre mais son inquiétude la trahissait.

    – Ça aurait pu être une bonne nouvelle, mais dans de telles circonstances, j'imagine que ça doit presque te donner le goût des responsabilités.





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Carnet de voyage
Titre: Elu Déchu
Classe: Chevalier-Mage
Infos +:
avatar
Admin
Zelos Wilder
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Mer 20 Nov - 13:00




Zelos Wilder
© Never-Utopia

    Ils approchaient de la sortie des égouts putrides, une vive lumière se percevait au loin. C'est à ce moment que Sheena décida de lui poser la fâcheuse question.

– Alors … Qu'est-ce que ça te fait … De ne plus être l'élu ?

En aucun cas il ne lui aurait voulu pour cette interrogation. Il se doutait qu'elle ne serait pas la dernière à le lui demander, et pas d'une façon aussi délicate.

Ça aurait pu être une bonne nouvelle, mais dans de telles circonstances, j'imagine que ça doit presque te donner le goût des responsabilités. 
- Contrairement à ce que tu peux croire, j'ai toujours eu des responsabilités. Il y en a juste que j'ai décidé d'ignorer.

Zélos se mit indéniablement à penser à Sélès, au large sourire qu'elle affichait à chaque fois qu'elle le voyait, les bras chargés de cadeaux pour son anniversaire... Nom de Martel ! Son anniversaire ! quand il la reverra, il faudra soit qu'il trouve une bonne excuse, soit une énorme peluche qui parle. Tant est si bien qu'il la retrouve vivante... Qu'est-ce qu'il donnerait pour pouvoir la serrer dans ses bras à nouveau ?
Il émit un petit rire, croisant ses bras derrière sa tête et, se tournant vers la ninja :

- J'en connais une qui me tuera si je ne lui ramène pas quelque chose. On pourra faire un petit détour à Altamira après l'abbaye ?

Cette question sembla perturber un tantinet la demoiselle, qui ne trouva à répondre que par un bafouillement, suivi de ce qui ressemblait à une réponse positive. Ils reprirent alors leurs marche silencieuse.

- Sinon, je dois avouer que ça va me faire tout drôle de ne plus pouvoir me présenter comme "l'Elu de Tesséha'lla" auprès des jolies filles. Il faut dire que ces trois petits mots avaient le don pour toutes les faire fondre... Ah la la, j'espère que mon suivant va bien s'en servir aussi...

La lueur du jour était aveuglante. Il ne devrait pas être loin de midi lorsqu'ils purent enfin mettre un pied hors du dédale souterrain. Sur leur gauche, à plusieurs mètres, se trouvaient closes les grandes portes de la Cité Impériale. La sirène qui hurlait leur donna raison quant à leurs suspicions : on avait remarqué la fuite de Sheena, et les chevaliers tentaient sûrement de la rechercher dans la ville.

- Mieux ne vaux pas traîner dans les parages plus longtemps.

Sprintant dans la brousse, bien à l'abri de l'ombre des pins, le rouquin jeta un dernier regard en arrière. Cette ville était celle qui l'avait vu naître. Il y avait grandi et vécu pendant des années... Désormais, il laissait tout derrière lui : son ancienne vie, son ancien titre, son manoir... Tout ce qu'il lui importait se trouvait devant lui, voire juste sous son nez...

La Mizuhoïste, qui avait pris un peu d'avance, le pressa. Il trottina à sa hauteur, lui fit un grand sourire et sortit :

- Bah quoi, j'ai pas le droit d'entendre les cris éplorés des jeunes vierges qui ne me "connaîtront" jamais ?

S'ensuivit une floppée de cartes. Et leur petit jeu reprit son cours, dans un environnement bien plus dangereux où leurs identités devront être cachés avant de pénétrer dans un lieu publique, où le prix de leur liberté était trahison, culpabilité et mort. Et où ils seraient rien que tous les deux pendant de longues journées...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Parjure
Classe: Invocatrice
Infos +:
avatar
Admin
Sheena Fujibayashi
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    Mer 20 Nov - 16:19




Sheena Fujibayashi
© Never-Utopia

    Ce petit ton condescendant ne lui allait pas du tout, et c'était assez ironique de la part d'un noble que de mal porter ce genre d'air. Mais c'était comme ça, Zelos, c'était la jovialité, la convivialité, la dérision, aussi loin qu'elle s'en souvienne, elle ne l'avait jamais vu prendre quelqu'un de haut, si ce n'est le Pontife et ses gentils toutous. Il ne se servait de son statut d’Élu que pour jouer les jolis cœurs, elle n'avait jamais eu l'impression qu'il prenait tout cela au sérieux. Enfin, si sa voix manquait un peu de chaleur, il n'était pas non plus à la prendre de haut – pourquoi de haut de toute façon ? Elle se doutait bien qu'il avait toujours eut beaucoup de responsabilités, c'était le lot des nobles et plus encore des élus, aussi irresponsables soient-ils. C'est justement à cause de toutes ses responsabilités qu'elle avait remarqué qu'il n'aimait pas ça, enfin, il en aurait toujours, et peut-être serait-il à présent plus apte que jamais à assumer ses devoirs, d'autant plus que ces derniers ne concernaient désormais que sa petite sœur … Alors elle ne doutait pas qu'il assurerait mieux que jamais. Elle ne l'avait jamais vue, et elle ne connaissait son existence que par un pur hasard, ayant surpris une conversation entre Zelos et le Pontife à son sujet, une fois. Elle se souvint avoir été très surprise, justement du fait que Zelos ne soit jamais avec, puis ensuite, elle avait appris toute l'histoire, cette histoire que l'église s'était donnée beaucoup de mal à étouffer. Peu de personnes connaissait l’existence de Sélès Wilder, et pour cause, une demi-elfe, sœur de l'élu …

    S'il y avait bien quelqu'un pour qui elle croyait Zelos capable de tout, c'était pour elle. Même s'il n'en parlait jamais, la moindre allusion irradiait son regard d'un éclat de détermination. Une certaine colère mêlée à de la passion, ce genre d'éclat d'un homme fort prêt à tout. Rien que pour ça, Sheena le considérait comme un homme bien, et puis, même, on ne pouvait vraiment pas se plaindre du comportement de l'ex-élu. Irresponsable peut-être, fanfaron très certainement … Mais méchant ? Non, pas pour un sou ! Il avait bien du briser quelques cœurs – beaucoup de cœurs – mais, allons bon, ne lui en voulons pas pour ça.

    La lumière au bout du tunnel. Ce n'était pas la mort qu'elle annonçait, mais bien au contraire, elle était leur salut. Le salut de leurs narines  !! Et oui, on pourrait croire qu'au bout de quelques heures d'errance dans une atmosphère pestilentielle , l'on pourrait s'accommoder de l'odeur, mais non. Sheena s'était coltinée une nausée monstrueuse jusqu'à enfin sentir un léger filet d'air pur. Ô joie, ô paillettes mentholées et arbres fruitiers ! Bénissez-nous de votre parfum enchanteur ! Sheena accéléra légèrement le pas sans s'en rendre compte, ayant soudainement l'impression d'étouffer, comme elle se rendait compte que l'air, en vrai, ça ne puait pas.

    Alors qu'ils se dirigeait vers la sortit, Zelos eut tout à coup une question étrange. Il voulait passer par Altamira ? Que diantre lui prenait-il donc ? Il voulait prendre des vacances tout de suite, là, maintenant, alors qu'ils étaient recherchés et que leur tête serait bien mise à prix dans le monde entier ? Mais elle comprit bien qu'il parlait de sa sœur, ce qui ne l'empêcha pas d'écarquiller les yeux sous l'effet de la surprise. Après Zelos ''l'idiot d'élu fanfaron'' et ''Zelos la fureur divine'' elle découvrait ''Zely-chou le grand frère gâteau''. C'était trop mignon, même Sheena devait se l'avouer, très touchant même, mais ce n'est pas comme si elle avait du temps à perdre avec ça, en plus, c'était vraiment dangereux, y avait-il songé une seconde ? Mais non, elle ne pouvait pas se résoudre à l'envoyer bouler, pas quand ses yeux pétillaient comme ça ! Ah, pourquoi fallait-il qu'elle soit si faible face à la détresse de cet idiot de grand-frère poule ?! Elle balbutia quelque chose d'incompréhensible dans un premier temps, tentant de forcer ses lèvres et sa langue à prononcer simplement le mot 'non'. Ce n'était pas si compliqué pourtant ! Mais rien à faire, ça ne voulait pas sortir.

    -D ? C- c'est que et bien je … b... D'.... D'accord si tu veux … Dit-elle, presque surprise de prononcer ces mots.

    Bonjour l'autorité. Il allait falloir être plus que prudent et trouver de bons costumes. Heureusement, elle avait toujours son costume de désianne dans un petit coffre de vol, ici, il n'y avait pas de désians, mais avec ça elle passerait pour une mercenaire ou une chasseuse de tête. Pour Zelos ? Et bien, ils aviseraient. Il faudrait lui trouver un masque ou quelque chose comme ça … ou alors … Alors qu'elle était passée devant elle, elle se surprit à le détailler un peu plus en détails, analysant avec attention sa silhouette et surtout ses longues cheveux flamboyant, bouclé aux pointes. Puis, elle examina rapidement la robe de none qu'elle portait, et se dit qu'avec quelque retouche, ça pouvait avoir l'air d'une robe normale. Ouais … Elle allait garder cette idée dans un coin de son petit esprit fourbe. Elle eut même un petit sourire suspect, alors que Zelos parlait dans le vide. Elle l'avait entendu, mais elle dut se concentrer un peu pour reconstituer ses paroles et les assimiler. Alors elle affirma son sourire, un peu plus taquin, pour rebondir sur les lamentations du pauvre Casanova.

    -Oui, tu seras bien grillé sans ça pour les attirer, tu vas devoir te faire à l’abstinence.

    Et bien oui, il lui tendait la perche aussi, comme si elle n'allait pas la saisir ! La jeune ninja montrait beaucoup d'acharnement à démolir les dons de séducteur de son camarade, refusant d'admettre qu'il avait un charme naturel, sans avoir besoin de son nom de noble ou d'élu. Cependant, avouons-le, ces détails lui auront tout de même facilité la vie en de nombreuses circonstances lorsqu'il tentait de séduire des demoiselles. Sheena était de mauvaise foi, cela dit … était-ce de la jalousie ? De la jalousie qu'il ait autant de succès et qu'elle, elle soit toujours pucelle, ou bien, jalouse du fait qu'il en profitait avec d'autres ? Ben voyons !! Non, n'allez pas croire des choses, c'est juste que ce comportement l'agaçait – parce que elle, elle devait attendre le mariage ! Pas le choix. Quoi de plus frustrant alors que de se coltiner un petit minet qui, lui profitait de ça quand il voulait ? Il allait comprendre sa douleur ! Non, sérieusement, c'est juste que ça l'énervait, les raisons elle ne les connaissait pas elle-même – bien qu'au fond, ce devait être un peu de tout ça.

    Enfin sorti ! L'air frais de la nature fut autant appréciable que la lumière aveuglante. Sheena était vraiment soulagée d'en être sortie, et le tout, sans se faire dévorer par une horde de rats. Cependant, leur labeur était loin d'être terminé. Que dis-je ? Ça n'avait même pas commencé ! Une alarme criait dans tout Meltokio, et ce devait être le chaos dans la ville, les gardes Pontificaux devaient être en train de fouiller partout, que ce soit les lieux publiques ou privés. Sheena lança un regard sérieux vers les remparts, espérant ne pas avoir créé trop de grabuge, elle qui avait déjà nui à tant de personnes … Mais de toute façon, elle n'y pouvait plus rien, il était temps pour eux de disparaître.

    Suivant les conseils de Zelos, ils coururent tous les deux pour se mettre à l’abri des regards des possibles veilleurs aux remparts. Heureusement, ils ne devaient pas s'imaginer qu'ils étaient déjà dehors, mais mieux valait-il ne pas traîner pour mettre le plus de distance possible entre eux et leur poursuivants. Sheena continua de marcher un peu plus loin, assez vite, quand elle se rendit compte qu'elle était seule. Elle s'arrêta net et se tourna vers Zelos qui était planté un peu plus loin, les yeux rivés vers son ancienne cité. Elle comprenait ce qu'il vivait, elle-même avait eu beaucoup de mal à quitter son village autrefois, mais le temps était un luxe qu'ils n'avaient pas.

    -Allez, bouge toi un peu, on a de la route à faire.

    Le rouquin sembla se réveiller et trottina jusqu'à elle alors qu'elle reprenait déjà la marche. Il avait retrouvé son sourire et son air naturel, ce qui rassura grandement la jeune fugitive, bien qu'elle ne l’avouerait pas. Il se permit même de lancer une de ses blagues vantardes, comme avant, et d'un réflexe ''chaleureux'' Sheena lui envoya quelques cartes lui clouer le bec.

    -Te fais pas d'idées, ce sont des cris de joie. Rétorqua-t-elle sans s'arrêter.

    C'était bon, de retrouver ce bon vieux Zelos en duo avec une Sheena qui semblait avoir retrouvé la forme. Mais la route risquait d'être longue …





Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tos-anotherfate.forumactif.org/t48-for-the-sake-of-everyone-that-risked-their-lives-to-protect-me#57 http://dark6nika.deviantart.com/

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]    

Revenir en haut Aller en bas
 

Retour fracassant d'une tueuse en échec [PV Zelos]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un retour fracassant avec un nouveau personnage! La mascotte débarque! [finit]
» Le retour fracassant de la garce de service ! [Salma Mezquita]
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Symphonia - Another Fate - :: Tesseha'lla :: Les Villes :: Meltokio :: Archives - Meltokio-