RSS
RSS


 

Partagez | .
 

 Sélès Wilder ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Sélès Wilder ~   Sam 26 Oct - 18:34

Seles Wilder






► Avatar : Seles Wilder | Tales of Symphonia
Carte d'Identité


— NOM : Wilder
— PRÉNOM : Seles
— AGE : 15ans
— GENRE :
— TAILLE : 1m55
— POIDS : 42kg
— RACE : Demi-elfe
— CLASSE : Chevalier-mage
— ORIGINE : Tesseha'lla
— ORGANISATION : /
— ARME PRINCIPAL : Épée
— OCCUPATION : He bien ... tricoter ?
SIGNE(s) PARTICULIER(s)

Tout comme son frère, elle porte son exsphère sur le sternum.



Description physique

Jolie et adorable seraient les premiers mots qui nous viendraient spontanément à l'esprit pour la décrire. Une beauté ingénue et sans extravagance, simple et modeste. Vous serez aussitôt captivés par ses grands yeux de chaton à la subtilité unique, pouvant presque vous noyer dans leur profondeur océanique, d'un indigo sombre aux mille reflets miroitants. Deux joyaux dans un écrin de longs cils aubruns. Son petit nez pointu et son visage tout rond lui donnent une physionomie de véritable petite poupée de porcelaine aux cheveux flamboyants, coupés courts et coiffés en frange. Tout semble d'ailleurs menu chez elle, si ce ne sont ses yeux qui en paraissent d'autant plus grands. Une véritable physionomie de poupée enfantine, avec sa petite bouche aux lèvres lisses et pulpeuses, sa peau claire et pure, ses petits membres délicats ; autant de traits graciles qui trahissent sa jeunesse. Son sourire est des plus précieux et ravissants lorsqu'il illumine finalement son visage, lui rendant cet air doux et angélique qui la magnifie.

Son regard possède une pointe de vulnérabilité, lui donnant un air de chaton abandonné lorsque les nuages viennent ombrager le ciel. Sa voix sied à merveille avec ce visage de poupée et ces yeux de chat, douce et fine, elle peine à la durcir pour se rendre plus convaincante.

Toute en finesse et véritable poids plume, elle stagne malgré elle bien en dessous du mètre soixante lui donnant l'aspect frêle et chétif d'une jeune fille sans défense, ce qu'elle n'est pourtant pas totalement. Des épaules et des hanches étroites ainsi qu'une poitrine bien modeste – mais ça pousse dur, elle est en pleine croissance après tout – jouent un peu plus à trahir ses airs frêles. Elle favorise généralement les couleurs claires et chaudes, entre le blanc, le rouge et l'orange clair. Elle ne porte pratiquement que des jupes bouffantes, et un petit chemisier assorti à des manches bouffantes. Plutôt coquette, elle agrémente ses tenues d'un chapeau dodu et d'un sac à main assorti, dans lequel elle range toutes sortes de choses (armes, friandises, outils etc.)

La fluette petite poupée qu'elle est ne porte pas un gramme de gras superflu. Malgré tout ce qu'elle peut dévorer, son corps reste invariablement svelte et ferme en tout point, plus solide qu'il en a l'air grâce à son exsphère. Même si elle ne dispose pas d'une très grande force physique, elle en a toujours plus qu'il n'y paraît, mais ne vous fiez pas trop à son apparence : loin d'être une jolie petite barbie ou Charlotte aux fraises, elle renferme un caractère très fort.



Profil psychologique

Cachée derrière un masque de porcelaine ébréché, l'enfant perdue cache les marques d'un lourd passé, chargé de haine et de mépris. Elle porte en elle les maux incombant chaque demi-elfe de ce bas-monde, mais aussi ceux de chaque orphelin, de chaque être brisé par la volonté d'une majorité condescendante. Mais si les brimades se succèdent avec acharnement, la jeune et délicate petite poupée n'en est devenue que plus forte. Loin de ce qu'elle peut paraître, de par son calme olympien, la fragilité de sa voix ainsi que de ses gestes, Seles est bien loin de la jouvencelle en détresse qui attend son brave chevalier servant au sommet de sa tour. Peut-être a-t-elle déjà rêvé d'être sauvée, mais la désillusion gagna bien vite le cœur de la jeune demoiselle. Elle renferme pourtant beaucoup d'imagination, et sait même se montrer très créative lorsqu'il s'agit de faire quelque chose avec ses mains. C'est comme ça qu'elle devint assez douée en couture, en tricot, mais aussi en jardinage et en bricolage. Autant de passe-temps manuels qui s'avèrent être ses seules chances de tuer l'ennui.

Peu de personnes peuvent se vanter de connaître réellement Seles Wilder, et cette dernière, en retour, ne peut pas vraiment non plus prétendre connaître grand monde. C'est une jeune fille très solitaire, et c'est loin d'être par choix. Isolée dans l'Abbaye du Sud-Est, cette forteresse imprenable, elle eut beaucoup d'amis d'imaginaires, autrefois, lorsque son imagination et sa naïveté le lui permettaient encore. Elle n'a aucun véritable ami pour ainsi dire, ou presque, ni aucune sorte d'attache, si ce n'est son frère qu'elle admire et chérit plus que tout, bien qu'elle n'ait d'autre choix que de le cacher aux yeux du monde. Cette distance imposée envers son propre frère est d'ailleurs le facteur d'une grande souffrance chez la jeune fille qui, depuis sa plus tendre enfance, entend dire qu'elle n'était qu'une erreur – si ce n'est sa mère qui proférait le contraire. Elle ne comprenait pas quel mal ils avaient pu commettre pour être séparés aussi farouchement l'un de l'autre. Elle s'en sentait coupable, car tout le monde le sous-entendait : c'était de sa faute à elle, la demi-Elfe ! C'est ce que l'on fait savoir à tous les enfants humains, elfes ou demi-elfes … être demi-elfe, c'est mal. Pour qui, pourquoi ? Allez savoir. Qui avait inventé cela ? Voilà une chose qu'elle aimerait bien savoir, elle aurait beaucoup de questions à lui poser. Si tout cela engendra un grand mal-être, il n'en résultat que plus d'admiration et d'amour encore pour son frère, qui ne semblait pas voir en elle ''une demi-elfe honteuse'' mais juste elle, Seles, sa petite sœur. Elle avait l'impression d'être presque normale lorsqu'elle était avec lui. A travers son regard, elle se voyait comme humaine, si bien que la présence de son frère devint très vite le joyaux le plus précieux à ses yeux.

Brisée et solide, froide et sensible, terrifiée et si envieuse d'aventure, vous l'aurez compris, Seles est ce genre de jeune fille qui se cherche encore. Elle ne sait pas qui elle est exactement, ni ce qu'elle désire réellement. Les persécutions et l'acharnement de chacun à la rejeter ne lui laissent pas la moindre chance de s'épanouir. Elle revêt parfois le rôle de ''la femme forte'', froide et sûre d'elle, ce qu'elle n'est absolument pas en dedans. Si elle est très mature pour son âge, elle garde tout de même une certaine naïveté pour se permettre de rêver d'un monde meilleur où elle pourrait passer plus de temps avec ce frère dont on l'a séparé. Si elle reste donc généralement douce et très passive, il lui arrive parfois de hausser le ton, et elle pourrait même se montrer chipie si on lui en laissait l'occasion. Elle paraît bien fade à première vue, et pourtant, elle est pleine de surprise. Elle ne renferme cependant pas une once de méchanceté ni même tant de mépris qu'on pourrait lui accorder. C'est une brave fille, gentille et généreuse, elle est même plutôt courageuse, plus que la plupart des soldats que l'on peut croiser au sein de la garde pontificale.

La haine que l'on porte à une personne peut avoir différentes répercutions sur elle. Cela peut engendrer plus de haine encore, de la colère jusqu'à la démence même. Mais cela peut aussi susciter de la peur et de la méfiance. Dans le cas de Seles, c'était en effet plus de la crainte. Elle avait toujours été isolée, de sa naissance jusqu'à la mort de sa mère, elle vivait dans les bas-quartiers en banlieue de Meltokio, où sa mère ne la laissait que très peu sortir – ce qui l'avait poussée à plusieurs petites balades clandestines – mais toujours tenue à l'écart du monde et surtout de son véritable père. Ensuite, elle avait atterri dans cette abbaye, comme si elle devait encore purger les fautes de sa mère. C'était son seul héritage. Seles ignore tout du monde extérieur, et le peu qu'elle savait est depuis bien longtemps oublié. Elle vit avec l'impression d'être née dans cette cage en or, et de n'avoir jamais rien connu d'autre. Et si elle rêve de voir le monde, de voyages, d'enfin prendre son envol et d'être libre, cela la terrifie plus que tout. Elle avait peur du monde du dehors, peur de la liberté, et pourtant le petit rossignol qu'elle est rêve de s’acquitter de ses ailes et de briser ses chaînes.



Biographie

Aucun de nous n'avions demandé une telle existence, et pourtant, nous avons mutuellement causé les malheurs de l'autre, alors que notre amour fraternel était sans doute plus fort que tout au monde. Je regrettais de lui avoir enlevé son père et sa mère, tout comme il ne pouvait se pardonner d'en avoir fait de même pour moi. De toute ma vie, il a toujours été la personne la plus importante que je n'ai jamais eue. Il est même la seule chose qui me reste en ce bas monde, et même s'il ne vient plus me voir comme avant, même si l'on m'interdit de l'appeler ''grand frère'', je l'aime en tant que tel. Et ça, personne, non, personne ne pourra jamais me l'enlever.

Naître demi-elfe est une malédiction, chacun d'entre nous s'accordera pour le dire. Mais cette malédiction devient plus terrible encore lorsque votre existence est la manifestation même du plus grand des blasphèmes et des déshonneurs. Lorsque votre naissance devient la preuve vivante du plus grand des parjures que pourrait commettre l’Élu. En plus d'avoir commis l'adultère, il l'avait fait avec une demi-elfe, un de ces êtres jugés impurs. Si impurs que la plupart des gens semblaient penser que nous ne méritions pas d'exister. Je ne méritais pas d'exister … Je suis la preuve vivante des péchés de mon père, et l'épée de Damoclès de mon propre frère. Puis-je au moins me satisfaire d'être née d'un véritable amour sincère ? En effet, s'ils n'étaient pas mariés, mon père et ma mère s'aimaient sincèrement. Je n'ai jamais compris   comment tant de malheurs peut bien découler d'un tel amour, n'est-ce pas censé être positif, ça ? Pour moi, l'amour était devenu quelque chose de redoutable, finalement. Annonciateur de malheur … Je crains le jour où il s’abattra sur moi. Mais je n'en suis pas encore là.

J'ai passé les quatre premières années de ma vie dans les quartiers les plus modestes de Meltokio, avec ma mère. Même si je n'ai presque plus aucun souvenir d'elle aujourd'hui, je sais qu'elle prenait beaucoup soin de moi, elle me chérissait comme le joyaux le plus précieux de l'univers, et ce, malgré nos maigres revenus. Si les gens dans la rue nous regardaient de travers et nous dénigraient, les éloges qu'elle pouvait me porter compensaient bien tout cela. Elle me parlait beaucoup de mon père, à quel point elle l'aimait, à quel point il était beau et bon. Elle a toujours parlé de ''papa'' depuis ma naissance, si bien que ce fut mon premier mot. Mais ce ''père'', je ne l'ai jamais rencontré. Nous passions régulièrement près des quartiers résidentiels nobles, à chaque fois, elle me montrait la maison de papa, et me disait qu'il était parti en voyage à chaque fois que je le réclamais. Je savais que dans cette grande maison, il y avait mon papa et mon grand frère, que j'ai aperçu de loin quelques rares fois, sans que lui ne puisse nous voir. Maman m'avait expliqué qu'il était l’Élu de la Régénération, mais elle marmonnait souvent que c'était moi qui aurait dû l'être. Je ne comprenais pas vraiment ce qu'elle voulait dire ou pourquoi elle pensait cela, je ne réalisais pas ce que représentait ce titre.

Je suis née avec une santé très fragile, je tombais facilement malade et me fatiguais aussi très vite. Cela ne m'empêchait pas de prendre la vie avec bonne humeur, mais je souffrais un peu d'être constamment enfermée à la maison. Poussée par le désir de voir mon père et mon frère, je décidai un jour de m'enfuir de chez moi. Je passai par la fenêtre de ma chambre en me laissant glisser le long de la gouttière et pris quelques raccourcis pour remontrer discrètement la ville jusqu'aux beaux quartiers. Là, je retrouvai facilement la maison que m'avait montrée maman : c'était la plus grande ! Je m'infiltrai discrètement dans le jardin pour l'explorer avant d'aller me cacher dans un buisson comme un bruit venait de retentir non loin. Je restai là un bon moment à attendre, terrifiée à l'idée que l'on me trouve et que l'on me gronde, alors que je sentais soudainement ma poitrine s'enflammer. Je n'avais pas pris mon traitement avant de partir, et cette virée en ville ne m'avait pas arrangée. Une voix retentit derrière moi et je me retournai, le souffle coupé, découvrant un garçon aux cheveux roux et aux yeux bleus, tout comme moi. Je le fixai, un peu impressionnée et tentai de dire quelque chose, mais une quinte de toux me surprit, juste avant que le tournis ne trouble ma vision et que je ne défaille. Quand je repris connaissance, le garçon aux cheveux roux était là, et je n'avais plus froid. J'étais dans un lit très moelleux et douillet, je n'avais jamais essayé quelque chose d'aussi confortable.

J'avais tout de suite reconnu mon grand frère, et j'étais très contente de le rencontrer. Il semblait un peu surpris, mais je me sentais déjà très à l'aise avec lui à ce moment, sans doute la naïveté de mon âge y était-elle pour quelque chose. Je lui avouai avec beaucoup enthousiasme que j'étais venue pour les voir, lui et papa, et c'est alors qu'il m'avoua qu'il était parti en voyage ce jour-là, comme me l'avait souvent dit maman. J'étais un peu déçue, mais il me rassura très vite en disant que je pourrais même revenir les voir un autre jour et autant de fois que je le voudrais ! Cette proposition me ravit au plus haut point, car je savais alors que mon grand frère m'aimait, même si nous n'avions pas grandi ensemble et que nous n'avions pas la même maman. J'étais tellement heureuse d'enfin pouvoir lui parler et de l’appeler grand frère !

Mais le plaisir fut d'assez courte durée, puisque maman arriva très vite pour revenir me chercher. J'avais dû l'inquiéter, mais elle me gronda surtout pour avoir osé appeler l'élu ''grand frère''. Je ne comprenais pas où était le mal là-dedans pourtant, mais on m'apprit très vite que ça l'était. Il était pourtant bien mon grand frère … Mais il était aussi l'élu, c'était le plus important apparemment.

Je pus revoir Zelos assez régulièrement suite à cela. Mais maman devenait de plus en plus bizarre. Elle disait qu'il était mauvais et que sa mère aussi l'était plus que tout. J'avais très peur de madame Wilder, mais ce que maman disait au sujet de mon frère était faux … Il était toujours si gentil avec moi ! Personne d'autre que lui ne l'était autant, à part maman.

Un jour qu'il neigeait beaucoup, j'étais clouée au lit à cause de la grippe. Je regardais les gros flocons tomber et recouvrir la ville avec l'envie irrésistible d'aller jouer dehors, mais maman me l'avait interdit et j'étais bien trop faible pour désobéir, même lorsqu'elle sortit en promettant de revenir très vite avec une belle surprise. Je me suis endormie à cause de la fièvre, et à mon réveil, de longues heures plus tard, maman n'était toujours pas rentrée. Je commençai à m'inquiéter, alors je me levai pour la chercher dans la maison, mais alors que j'arrivais dans l'entrée, la porte s'ouvrit dans un grand fracas. C'était des chevaliers en armure, je ne comprenais pas ce qu'ils faisaient là, alors je m'enfuis en courant pour aller m'enfermer dans ma chambre et me cacher. Mais ils me débusquèrent et m'emmenèrent avec eux sans que je ne comprenne quoi que ce soit. J'étais terrifiée.

Suite à cela, j’appris que mon papa était en fait mort depuis longtemps. Peu après ma naissance en réalité. Il s'était lui-même donné la mort … Je ne pus alors m'empêcher de penser … Que c'était à cause de moi. Tout ça. Tout était de ma faute ? J'étais complètement effondrée. On pourrait croire que 4 ans c'était trop jeune pour comprendre tout ça, mais lorsque je vis ma mère pour la dernière fois, dans les geôles du palais, j'avais bien compris ce qui allait se passer. Je me souviens m'être agrippée aux barreaux en pleurant et en hurlant, deux chevaliers avaient dû s'y mettre de conserve pour me faire lâcher prise et m'emporter loin de là. Je ne voulais pas laisser ma maman, je voulais rester avec elle. Je ne voulais pas qu'on lui fasse du mal, je ne voulais pas qu'on nous sépare … Elle était tout ce que j'avais …

On me conduit pourtant loin d'elle à tout jamais. Loin de Meltokio, dans une abbaye au sud-est du continent. Je pleurais tout le temps suite à cela, et je me souviens que Zelos m'avait rendue visite et avait tenter de me réconforter et de me faire sortir d'ici. Mais j'étais bien trop triste d'avoir perdu ma mère et en colère qu'il m'ait menti sur notre père. Oui, j'étais en colère, parce que je lui faisais confiance... Je ne mesurais alors pas à quel point ma réaction ce jour-là avait pu lui faire de la peine. Mais Zelos savait toujours dire les bons mots pour me consoler en toute circonstance. Il s'approcha doucement de moi, avec ce sourire doux et rassurant qui avait le don de me rassurer. Il me tendit alors une perle pourpre en me disant que c'était son porte bonheur, et qu'il souhaitait que je le garde pour en prendre soin à sa place. En l'examinant de plus près, je réalisai alors qu'il ne s'agissait ni plus ni moins que de son cristal de l'élu ! Je n'osai accepter dans un premier temps, mais comme il insistait, je l'en remerciai du fond du cœur. J'avais envie de faire bien plus. Un ''merci grand frère'' me brûlait les lèvres, mais je devais me contenter de l'appeler ''élu''.

Je gardai précieusement l'orbe qu'il me confia, et il me rendit régulièrement visite les années qui suivirent, mais ce fut de plus en plus rare. Il me procura également très tôt une exsphère, grâce à laquelle mon état de santé si fragile s'améliora considérablement. Je n'avais presque plus besoin de prendre mon traitement, je ne tombais plus aussi souvent  malade et je ressentais bien moins la fatigue. Pendant ce temps, je devais grandir dans ce havre silencieux et morne. Sans autre enfant, et donc aucun ami. Je m'inventais alors beaucoup d'amis imaginaires, pendant un temps. Il y avait monsieur Rompompom, Madame Tartarintin et aussi Rumpelstilskin le magicien et Crocomo le croco. J'avais quelques tuteurs très gentils, d'autres plus froids et moins agréables. Je me suis très vite investie dans toute sorte de tâches, que ce soit le ménage ou le bricolage, le tricot, la couture ou le canevas. Mais aussi le jardinage et même la mécanique. Je faisais de tout. Il fallait bien que je m'occupe là-bas, dans cette endroit isolé de tout. Et comme Zelos me fit cadeau qu'une superbe épée pour mon dixième anniversaire, je me mis très vite à l’entraînement ! Il m'enseigna quelques bottes, mais ses visites se faisant de plus en plus rare, je dus apprendre beaucoup par moi-même. J'ai même réussi à faire plus ou moins connaissance avec un des gardes du Pontife chargé de ma surveillance. Il est beaucoup plus jeune que tous les autres, et aussi beaucoup plus gentil. Il me donne quelques conseils parfois, quand il me surprend en train de m’entraîner.

Voilà bien un ou deux ans, peut-être plus, que je n'ai pas vu l'élu. Zelos. Mon grand frère … Et pourtant, il n'y a pas un jour sans que je me poste devant la fenêtre, à fixer l'horizon dans l'espoir de le voir arriver. Tout ce que j'avais de lui à présent, c'était les rumeurs houleuses sur sa façon de courir les filles et de dépenser son argent. J'étais déçue qu'il passe plus de temps à ça plutôt qu'à venir me voir. Je savais aussi, qu'il n'aimait pas sa condition d'élu. Je me disais alors … Que peut-être … Si c'était possible, je pourrais le décharger de ce poids ? Je voulais qu'il soit heureux, même s'il semblait m'avoir oublié.

Puis vint ce jour. Cela aurait put être une bonne nouvelle, au moins pour lui, si le reste n'était pas aussi grave. Zelos venait d'être déchu de son rang d'élu, et il était même recherché par la garde pontificale pour haute trahison. Me concernant, tout comme l'on m'avait puni pour les fautes de ma mère, il était prévu que l'on en fasse de même pour celles de mon frère. Ils souhaitaient sans doute récupérer l'orbe de l'élu également. Je ne savais pas quoi faire, j'avais peur … C'est alors qu'un ange gardien bienveillant vint à mon secours …





Mais qui se cache derrière l'écran ?




Pseudo : Nika, Ookami, Louve, Dark6Nika,
Age 20 étés ~
Autre personnage ici ? Sheena Fujibayashi
Comment as-tu trouvé le forum ? Je faisais ma balade matinale habituelle en roulant tranquillement dans un champ quand je suis soudainement tombée dans une mare à canards. Il m'ont sauvée de la noyade mais là un poulpe d'eau douce a soudainement surgit du ciel pour me faire une prise de AKA mais heureusement, ma légion de canards en ont fait des sushis °^°
Qu'en penses-tu donc, de notre petit fofo ? ♪♫
Depuis combien de temps fais-tu du RP? 7ans environs
Pourquoi CE personnage ? J'ai un faible pour les personnages secondaires voir très secondaires en général, et Seles a justement le type d'histoire et de profil que j'affectionne. C'est surtout sa relation avec Zelos que j'apprécie le plus, ainsi que son histoire en général. Je les trouves très touchants tous les deux, si proches malgré tout ce qu'il s'est passé, la mère de l'un qui tue celle de l'autre ... C'est quand même pas partir sur de bonne base ! Voilà, et comme on ne la connait pas beaucoup, ça me permet une certaine liberté ;3
Quel est votre niveau de connaissance de Tales of Symphonia ? cf Sheena
Autre chose à déclarer ? Fougère.
Code du règlement:
 

© Never-Utopia © code réalisée par Koalz, retouché par Nika





Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Sélès Wilder ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonjour !!! de paris
» Sharron Wilder
» Des nouveaux amis pour aider...ou pas [Pv: Allen K.Wilder et Mitsuki Hojitake]
» La Wherloisie / Le Wherlois [En Construction]
» Télès Anthèlme ▬ Reine du pays de l'eau & Seigneur d'Ysyra. [Terminé. ~]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Symphonia - Another Fate - :: Généralités :: Registre des personnages :: Fiches validées-