RSS
RSS


 

Partagez | .
 

 Evasion de l'abbaye [PV Sélès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Dim 27 Oct - 11:15

La nuit était tombée depuis un moment. Aeron était là, devant la porte de l'abbaye, le casque de son armure dans sa main, rongeant son frein. Son collègue de la Garde Pontificale était déjà parti se couche il y a un moment, mais le jeune homme préférait attendre que toutes les personnes logeant à l'abbaye soient couchées. Si jamais quelqu'un devenait témoin de l'évasion, cette personne pourrait avoir des problèmes. Ils en avaient pour une journée entière de route et la Garde Pontificale arriverait probablement demain... Si seulement ils avaient eu les nouvelles plus tôt !

Un bruit interrompit le jeune homme dans ses réflexions, il se retourna et fit face au doyen de l'abbaye. L'homme d'église semblait fatigué. Il s'approcha du jeune homme, lui pris la main et y déposa une bourse. Au son de pièces s'entrechoquant que faisait la bourse, son contenu paraissait évident. Aeron qui avait baissé les yeux sur la bourse les releva et vit le sourire espiègle du vieil homme alors que celui-ci levait un doigt devant ses lèvres avant de retourner dans l'édifice.

Comment cet homme avait-il deviné qu'il partirait ? Aeron n'en avait aucune idée. Ce qu'il savait en revanche, c'est que son cœur se gonflait devant la gentillesse dont ces personnes qui n'osaient pas lui parler faisaient preuve ; car il était évident au contenu de la bourse qu'un vieil homme d'Eglise n'aurait jamais pu amasser tout cet argent seul. Ils s'étaient probablement tous cotisés pour donner cette somme... Mais l'heure n'était plus aux réflexions de ce genre. Il fallait maintenant agir vite et discrètement. Tout d'abord, se débarrasser de l'armure, elle risque d'encombrer. Avec des petits pas, prudemment, Aeron s'approcha du rivage, puis enleva chaque pièce d'armure. Une fois cela fait, il alla dans l'eau en les traînant et se mit à les enfouir sous le sable comme il le pouvait. Si ses poursuivants cherchent encore quelqu'un de la Garde Pontificale, ils seront déçus. Maintenant, il faut vite prendre les sacs, aller voir Sélès, puis partir.

Son sac était prêt. Il commençait déjà à sécher alors qu'il montait lentement les marches menant à la chambre de la captive. Aeron ne put s'empêcher de penser aux histoires princesses dans une tour sauvées par des chevaliers tous aussi irréprochables les uns que les autres. Sauf que cette fois, la princesse devenait la sœur d'un Elu déchu et le chevalier un déserteur de la Garde Pontificale... C'est tout de suite moins charismatique. Alors qu'il gravissait les dernière marches, le jeune homme fut pris d'une appréhension. Et si elle n'avait pas vu son mot ? Et si elle hurlait en pensant qu'il avait des pensées impures ?  Les doutes et peurs se bousculaient dans sa tête, mais il fallait avancer. Rester ici ne ferait que perdre du temps et ce temps deviendrait bientôt une denrée rare ! Après un temps d'hésitation, Aeron leva la main et poussa doucement la porte. Il eut une vue d'ensemble de la chambre. Rien ne semblait traîner au sol et Sélès était apparemment en train de dormir à points fermés. N'avait-elle pas vu le mot ? N'osant pas approcher du lit d'une fille pendant que celle-ci dormait, il murmura aussi bas qu'il le pouvait :

-Mademoiselle Wilder ? Sélès ?

Il ne savait pas comment l'appeler. En l'absence de réponse, il finit par se dire que le protocole importait peu. Comment allait-il expliquer son plan, d'ailleurs ? Se satisfera-t-elle d'un simple "J'ai un plan, mais nous devons faire vite, suivez-moi" ? Il faudra bien. Les explications pourront attendre, elle le comprendra si elle a un peu de jugeote, et de ce qu'Aeron avait pu voir jusqu'à maintenant, elle ne manquait pas d'intelligence.  Il couvrit la moitié de la distance entre la porte et le lit, c'est-à-dire à peine une jambée, puis appela à nouveau.

-Sélès, réveillez-vous, nous n'avons que peu de temps !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Dim 27 Oct - 13:16




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    D'épais nuages noirs avaient recouvert le ciel, et elle observait le spectacle depuis la fenêtre de sa chambre. Si bas dans le Sud, ce temps était plutôt rare, et si le hasard y était peut-être pour quelque chose, Sélès avait appris à s'en méfier, jusque-là, ça ne lui avait apporté que des mauvaises nouvelles. Et cette fois-ci ne fit pas exception à la règle, pour sa plus grande déception. C'est dans l'après-midi qu'elle entendit un petit son de froissement, et en détourna la tête, elle remarqua qu'on avait glissé une lettre ouverte sous sa porte. Elle s'en saisit aussitôt, se demandant pourquoi on avait pas frappé comme d'habitude pour lui apporter son courrier. Elle espéra un instant que ce fusse une lettre de son frère, voilà bien longtemps qu'il ne lui avait pas écrit, et elle n'avait de ses nouvelles que par des intermédiaires plus ou moins fiables – du moins, étant donné certaines nouvelles, elle avait fini par espérer pouvoir douter de leur fiabilité.

    Elle ouvrit donc la lettre pour y lire attentivement les nouvelles des plus alarmantes. La prise du pouvoir du Pontife était en soit une nouvelle déjà très inquiétante pour elle et tous autres demi-elfes vivant en Tesséha'lla, mais la suite la chamboula totalement. Elle le laissa retomber mollement sur le bord de son lit alors que ses membres commençaient doucement à trembler. Sa main vint aussitôt chercher le cristal de l'élu qu'elle avait toujours et qu'elle portait précieusement en collier sous son chemisier. Elle le serra fébrilement alors que ses yeux parcouraient toujours le parchemin. Zelos Wilder avait été accusé de haute trahison pour avoir aidé Sheena Fujibayashi, elle-même justement condamnée pour félonie. Pour ces motifs, on lui avait retiré son statu d’Élu, et comme il s'était échappé, était à présent durement recherché par la garde pontificale. Son frère … Recherché pour trahison envers le royaume et l'église ? Elle ne savait que trop bien ce que cela impliqué ! S'il n'était pas condamné à mort, alors son sort n'en serait pas plus enviable s'ils venaient à lui mettre la main dessus. Et elle savait également qu'à présent, elle allait être l'arme la plus redoutable sous la main du Pontife pour attirer son frère.

    Son cœur se souleva d'inquiétude et elle frôla un instant la panique. Comment allait-il ? Où était-il ? Que diable cette Fujibayashi lui avait-elle fait pour le pousser à cela !! Il lui en avait déjà parlée, une fois ou deux. Cette sorcière avait finalement poussé son frère au pire ! Quel idiot. Quelle diablesse ! L'inquiétude, la tristesse et la colère se succéda au fin fond du cœur de la petite demi-elfe si fragile qui cherchait désespérément un détail dans ces lignes qui pourrait la rassurer. Son frère était en cavale, alors il devait aller bien. Oui, Zelos était très fort et vaillant, il allait sûrement bien ! Il fallait qu'elle ait foi en lui. Bon sang … Et dire qu'il avait toujours rêvé cela. Ne plus être l'élu. Elle savait à quel point il haïssait cette position, et elle l'aurait bien prise à sa place si seulement c'était possible. Est-ce que cela allait vouloir dire qu'elle allait vraiment le devenir ? Elle en doutait, finalement. S'ils avaient pu le démettre de son statut comme ça, ce n'était pas pour le refiler à son impure de sœur demi-elfe. Elle ne pensait pas qu'ils puissent posséder de tels pouvoirs, mais une chose était sûre : ils allaient vouloir lui reprendre son cristal de l’Élu. Ce qu'elle ne céderait pas si facilement, son frère le lui avait confié en lui demandant d'en prendre soin, c'était très précieux pour elle, bien plus du fait que cela vienne de son frère plutôt que par sa valeur naturelle.

    Son regard glissa doucement vers la fenêtre avec détresse, et son souhait de revêtir des ailes pour s'enfuir revint, plus virulent que jamais. Si elle était un ange, elle pourrait fuir, aller où elle veut, retrouver son frère et faire ce qu'elle voudrait. Oui, elle ignorait tout de ce qu'impliquait le fait d'être un ange … Elle remit précieusement l'orbe à sa place, désespérant de ce qui adviendrait d'eux les prochains jours. Elle replia alors soigneusement la lettre, et se faisant, elle remarqua un petit manuscrit. Se pourrait-il que ce soit son frère ? Non, elle ne connaissait pas cette écriture … Qui alors ? Un piège peut-être ? C'était très intriguant. Les prêtres de l'abbaye tenteraient-ils de la faire sortir ? Mais où irait-elle toute seule ? Et elle ne voulait pas les mettre en danger … Elle fixa longuement ce mot énigmatique, comme si elle aurait pu y déceler un message codé, mais rien. Elle finit par le jeter dans la cheminée, afin d'être sûre d'effacer toute preuve s'il s'avérait qu'un héros vaillant viendrait la sauver. Elle était très dubitative, et fit comme si elle n'avait rien vu le reste de la journée, prépara discrètement son sac en vu d'un voyage. Elle n'avait jamais voyagé de sa vie, si ce n'est à ses quatre ans en quittant Meltokio pour venir ici. Elle n'avait presque plus aucun souvenir de la capitale, ni du voyage. Elle était tellement chamboulée ce jour-là, il faut dire … Le peu de souvenirs qu'il lui restait, elle les soupçonnait de n'être que des rêves. Elle n'avait plus jamais quitté cet endroit après cela … Bon sang. Elle allait vraiment partir cette nuit ? Non, c'était improbable … ça lui semblait improbable. Elle n'arrivait pas à se le figurer. Mais elle se tiendrait prête, le cœurs lourd d'espoir d'évasion et d'aventures extraordinaires. Elle … une aventurière ? Qui l'eut jamais cru !

    Le soir vint, et le ciel se dégagea pour dévoiler le soleil couchant puis une robe d'étoiles scintillantes. Comme si, une fois de plus, le ciel tentait de lui prédire les nouvelles à venir. Si elle resta perturbée jusqu'à la tombée de la nuit, elle fit de son mieux pour n'en rien paraître. Elle était à présent dans sa chambre, un livre en main. Ses yeux en parcouraient avidement les lignes sans qu'elle ne puisse en assimiler quelque information que ce soit. Elle ne pensait qu'à son frère, nouvellement ex-élu, ainsi qu'à ce mystérieux mot chargé d'espoir. Elle finit par abandonner sa lecture, n'arrivant décidément pas à se distraire. Au moindre bruit, et même sous l'effet du silence accablant de la demeure, son cœur s'emballait à toute vitesse. Sa vie allait-elle changer radicalement ce soir ? Juste comme ça, du jour au lendemain ? C'était comme un rêve.

    Elle s’empara de son petit sac à main très spécial. Un autre cadeau de son frère, il était doté de la même technologie permettant de transporter des véhicules dans une boite, si bien que toutes ses affaires de voyage mais aussi son épée – plutôt imposante – et son boulcier – qui l'était tout autant – étaient facilement rentrés dedans. Elle vérifia qu'elle n'avait rien oublié avant de le serrer contre elle et de se glisser dans ses draps toute habillée. Elle était aussi impatiente et excitée que le soir où elle s'était cachée dans la salle principale de l'abbaye pour attendre le père noël. En espérant qu'elle serait moins déçue que ce jour-là …

    Elle attendit longuement dans le noir en fixant la fenêtre depuis son lit, d'où elle pouvait voir les étoiles et la lune gibbeuse. Les fixant ainsi, elle ne vit pas le temps passer, et ses paupières se refermèrent doucement sans qu'elle ne pense pourtant à dormir. Elle se laissa aller à un sommeil léger sans le vouloir et rêva d'une évasion extraordinaire où elle pourrait retrouver son frère. Elle fut doucement extirpée de son sommeil par une voix qui l'appelait au loin, et elle se crispa soudainement en soulevant doucement le voile de ses paupières. Elle avait le cœur broyé dans un étau et tout son corps s'était rigidifié. Elle avait peur. Peur de s'enfuir, peur de l'extérieur, peur d'un piège. Elle resta un instant parfaitement immobile, jusqu'à ce qu'elle entende à nouveau la voix qui se rapprochait. Elle hésita alors encore un instant, comme si un monstre était prêt à la dévorer au moindre mouvement. Puis elle se ressaisit et se redressa doucement en tourna la tête vers son sauveur potentiel. Elle plissa les yeux pour tenter de discerner sa silhouette dans la pénombre et eut grand peine à le reconnaître ! Il était trop jeune pour être un des prêtres, mais sa voix lui était familière.

    -Qui … Commença-t-elle, avant d'avoir une illumination. Aeron … ?  C'est bien vous ?

    Il était particulièrement difficile à reconnaître dans le noir et surtout : sans son armure ! Aeron. C'était lui l'auteur du mot ? Il était pourtant à la solde du Pontife … Non, loin de là. Il était simplement prisonnier de son armure, tout comme elle l'était de ces murs.  Cependant, elle avait un peu de mal à croire qu'il venait l'aider comme ça, alors qu'il n'en retirerait certainement aucun bénéfice. Est-ce que son frère l'aurait envoyé pour la sortir de là ?

    -Est-ce que … c'est mon frère qui vous envoie ? Demanda-t-elle en se levant, les vêtements un peu froissés et son sac en main.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Dim 27 Oct - 19:23

Sélès semblait s'être préparée. Le départ pouvait donc se faire aussitôt, mais il fallait d'abord lui répondre au moins à cette question. Comment écourter la conversation ensuite ? Il ne pouvait pas expliquer tout son plan, ils n'en avaient pas le temps.

-Désolé de vous décevoir, Sélès, mais je n'ai jamais parlé à votre frère de ma vie. J'avais gardé sous le coude un moyen de m'enfuir, de déserter la Garde Pontificale, je le transforme en plan d'évasion pour vous. Le temps est un luxe que nous n'avons pas. Etes-vous prête à me faire confiance et me suivre ? Je suis persuadé que le Pontife ne va pas tarder à se servir de vous comme otage. Nous devons partir et chercher votre frère.

Techniquement, Aeron ne voyait pas ce que Zélos Wilder pourrait faire pour les aider, mais il fallait motiver Sélès... et puis après tout, pour pas Zélos ? S'il était en fuite, il saurait peut-être où aller  et ensemble, ils trouveraient peut-être une solution. Quoiqu'il en soit, le temps presse.

-Je pars devant pour finir les préparatifs et vous laisser finir les vôtres. Retrouvez-moi au ponton.

Il ne laissa pas le temps à Sélès de répondre. Il avait peur de paraître brusque mais ils auraient le temps de parler plus tard. Le plus urgent était de se dépêcher. Il devait être environs minuit, peut-être un peu plus tard. La relève de la garde, celle à laquelle Aeron est sensé se coucher et laisser la place à son collègue est vers 4 heures. Cela leur laisse un peu moins de quatre heures avant que la disparition soit notée. Si des troupes sont déjà en routes et que le message leur parvient en cours de route, dans 10 heures environs, les Gardes Pontificaux fouilleront toutes les routes aux alentours. Le leurre devrait fonctionner quelques temps, mais s'ils saisissent où il sont allés...

Une fois dehors, Aeron avança à grands pas vers le radeau qu'il avait préparé dans l'ombre des rochers. Il le sorti du recoin, le fit traîner sur le sable. "Flanoir est en direction du sud-sud-est. Le courant qui permet d'y aller est plus vers l'Est." Aeron traîna donc le radeau dans le sable pour le diriger vers la face sud de la petite plage. Il était juste à côté du ponton. "Il ne reste plus qu'à attendre Sélès. Nous allons mettre le radeau à l'eau. L'absence du courant aux abords directs de l'île permettra de remonter vers le nord jusqu'au continent et nous nous poserons là, sur la plage juste en face." Le jeune homme posait son sac et sa hallebarde sur les rondins de l'esquif quand il entendit les bruits de pas qui annonçait celle qu'il attendait.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Dim 27 Oct - 21:10




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Il n'avait donc pas plus de nouvelles de son frère que n'en disait la lettre, et ne travaillait pas pour lui. Dans ce cas, elle avait bien du mal à se figurer qu'il puisse prendre tant de risque pour l'aider ! Elle aurait voulu pouvoir lui faire aveuglément confiance, mais le monde dans lequel elle vivait n'était pas prompte à favoriser ce genre de naïveté. C'était une société perfide et riche en trahisons et en complots. Pourtant, Aeron lui avait toujours inspiré de la sympathie, elle voyait en lui un garçon vraiment bon. Et puis apparemment, il envisageait ce plan de fuite depuis un moment, et pour lui-même. Même si le doute persistait, cela ne l'étonnait pas de lui. Il n'avait pas ''l'étoffe'' – si on peut appeler cela ainsi – d'un chevalier pontifical. En aucun point. Tout ceux qu'elle avait pu voir jusque-là était mauvais, bêtes et méchants sur les bords. Aeron était bien différent, et elle était curieuse de savoir comment un garçon comme lui avait pu atterrir là-dedans. Mais là n'était pas la question pour le moment. Il était bel et bien temps de fuir. De prendre son envol, de quitter sa cage si douillette finalement.

    Sélès voulait lui faire confiance, elle voulait partir, mais elle avait aussi peur. Peur du monde qu'elle rêvait tant de voir, peur d'être trahie, peur que cet acte n’entraîne que pire châtiment pour son frère ou même les habitants de l'Abbaye. C'est avec tous ces sentiments paradoxaux qu'elle fixait Aeron de ses grands yeux azurs, aussi ronds que ceux d'une poupée. Elle entrouvrit doucement la bouche, ne sachant cependant que dire. Elle était juste étonnée de voir que de tels individus existaient encore pour remonter un peu sa foi en l'humanité, si vraiment il faisait cela dans son intérêt. Il semblait vouloir l'aider à retrouver son frère et oui, décidément elle avait envie de le croire. Il disparut plus vite qu'il était apparu, la laissant plantée au milieu de la pièce avec ses doutes et ses espoirs.

    Lorsque la porte se referma, la jeune fille eut presque l'impression de perdre le contrôle de son corps, se mettant tout à coup à sautiller sur place avec joie et soulagement. Elle se stoppa soudain et regarda partout autour d'elle, heureuse, ses bonds furent parfaitement silencieux. Mais que diable ! Elle allait sortir, elle allait voir le monde, elle allait voyager et sans doute combattre un tas de monstres avant de retrouver son frère ! Peut-être même qu'elle allait devenir une véritable petite héroïne dans son genre, ou au moins une aventurière. Jamais elle n'aurait envisagé cela, même après avoir obtenu son exsphère et que sa santé ne se soit améliorée grâce à elle. En parlant de ça, elle devait tout de même prévoir une petite réserve de médicaments, juste au cas où. Elle ignorait tout de leur destination exacte ou du temps que durerait leur escapade. Ah, elle n'arrivait pas à y croire, elle était folle de joie ! Non, une petite minute … C'était quand même dangereux dehors, elle ne connaissait rien de tout cela. Elle ne saurait pas comment s'orienter. Bon sang, elle était terrifiée.

    C'est ainsi, ballottée entre deux sentiments totalement opposés qu'elle resta statufiée dans sa chambre, ne se rendant même pas compte qu'il était temps de partir pour de bon. Était-ce bien vrai au moins ? Mieux valait en être sûr pour éviter tout faux espoir, vite : elle se pince ! Aïe. Mauvaise idée, elle allait avoir un bleu sur le bras à y être allée si fort. Bon et bien, c'était réel. C'était donc le moment d'agir. Elle esquissa un pas en avant avant de se stopper, la peur au ventre et l’impatience retournant son estomac. Elle secoua la tête pour tenter de se remettre les idées en place et enfila ses chaussures, puis se coiffant de son épais chapeau mou, raffermit son emprise sur son sac avant d’exécuter quelques nouveaux pas vers la porte.

    *Je m'en vais. Je vais voir le monde.*

    Elle ressassa ces mots dans son esprit pour se donner de l'élan, approchant doucement sa main de la poignée de la porte, craignant un instant que toutes l'armée du Pontife ne l'attende derrière, et que tout cela n'ai été qu'un de ses petits jeu sadique. Elle ouvrit doucement pour s'en assurer. Rien d'autre que les ténèbres silencieuses de la nuit. Elle poussa un léger soupir, un peu intimidée.

    *J'arrive grand-frère !*

    Elle s'aventura dans le couloir et descendit prudemment les escaliers, attentive aux moindres rumeurs de la vieille bâtisse. Son cœur battait de plus en plus fort à mesure qu'elle descendait, puis elle arriva bientôt devant la sortie. Là encore, elle dut gérer une petite crise de ''youpi-non-cool-peur'', avant d'enfin saisir la poignée de la liberté. Libre. Elle ne l'avait jamais été. Même avant d'arriver ici, elle était aux crochets de sa mère. Elle s'était toujours dit que, finalement, la liberté n'existait pas vraiment, que c'était un mythe, comme le père noël et la fée des dents. Et pourtant, elle était sur le point d'y goûter. Elle allait de nouveau croire au père noël.

    L'air frais de la nuit vint chatouiller ses narines et chatouiller ses poumons d'une agréable sensation. Était-ce le parfum de la délivrance ? Elle se sentit légère tout à coup, et bien que la peur lui chatouillait encore l'estomac, elle s'avança vers le lieu de rendez-vous, où elle surprit Aeron en train de mettre à l'eau une sorte de radeau. Un radeau ? Un vieux radeau ! C'est avec ça qu'elle était sensée revêtir ses ailes de liberté ? Ce n'était pas très fastueux, mais elle n'allait tout de même pas commencer à avoir des goûts de luxe, si ? Tout de même … un radeau …

    Elle s'approcha doucement du blondinet, observant avec attention cet embarcadère de fortune. Elle semblait clairement dubitative, se demandant bien où il comptait aller là-dessus.

    -C'est ça votre plan d'évasion ? Vous comptez vraiment prendre la mer avec ce truc ?

    Comme elle venait de capter son attention par sa remarque désobligeante, elle baissa un instant les yeux, presque gênée, avant de saisir machinalement son petit sac à main étoilé à deux mains devant elle. Sélès n'était pas une fille spécialement contrariante, mais il faut dire qu'on ne lui en avait pas vraiment laissé l'occasion jusque-là. Peut-être le deviendrait-elle, une fois libre.

    -Je ne voudrais pas remettre en cause vos projets, mais … êtes-vous certain que ce radeau résistera au moins à une vague ?

    Elle regardait l'engin avec suspicion et se sentait presque déjà avoir le mal de mer. Elle ne voulait pas faire la difficile, mais si la liberté impliquait de se noyer dans l'océan ou pire se faire dévorer par un ignoble monstre marin, peut-être allait-elle revoir ses priorités. Elle n'avait pas spécialement peur de l'eau ou de l'océan, mais là, il y avait des circonstances atténuantes !!



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Lun 28 Oct - 0:51

Devant les remarques désobligeantes de Sélès, Aeron la trouva d'abord gonflée de sortir ça et se retint de partir sans elle. De toute façon ce serait stupide et il n'aurait jamais le cœur à l'abandonner ici. Au fond de lui, il était quand même rassuré. Le fait qu'elle moque ainsi montrait qu'elle ne le voyait pas uniquement comme son geôlier. Elle n'aurait pas osé, sinon. C'était bon signe. Après avoir encaissé les remarques, Aeron se redressa et lui dit d'un air énigmatique :
-Oh, ça c'est si on voulait vraiment prendre la mer. Je ne suis pas suicidaire. Ne vous en faites pas, petite princesse, je tiens trop à la vie pour la gâcher. Mon plan est bien plus réalisable que ce que vous semblez croire. Une embarcation trop solide serait un soucis.
Aeron avait choisi les termes "petite princesse" volontairement pour piquer son interlocutrice à vif. C'était sarcastique. Il espérait juste ne pas y avoir été trop fort. Une dispute était la dernière chose dont il avait besoin à ce moment. Il mit un pied sur le bord du radeau et fit signe à la demoiselle de monter dessus.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Lun 28 Oct - 10:10




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Elle ne sembla pas moins dubitative devant la réponse servie par son brave chevalier servant, levant le nez pour scruter l'horizon à gauche et à droite, comme si elle cherchait un abri, une destination qui lui aurait échappée. Mais elle ne voyait que la mer, le grand large à perte de vue qui avait pris la couleur de l'encre à la faveur de la nuit. La mer était pourtant très calme, presque huileuse, si bien que par endroit, l'on pourrait croire un parfait miroir, reproduisant fidèlement les profondeurs sombres et pailleté d'étoiles du cosmos. C'était un cadre plutôt joli pour commencer ce voyage, à priori, mais l'embarcation de fortune dégoté par son nouveau compagnon de voyage ne lui inspirait toujours rien qui vaille. Elle reposa son regard sur lui lorsqu'il assura qu'une ''embarcation trop solide serait un soucis'' et elle en eut presque envie de rire. Parce que ça devait bien être une blague, pas vrai ? Quel autre utilité pourrait avoir un radeau aussi fragile que de les mener à la noyade ? Elle ne put s'empêcher de le faire remarquer.

    -Un soucis pour quoi ? Nous noyer ?

    Elle baissa aussitôt la tête devant le regard qu'elle sentit contrarié du jeune homme et marmonna un petit 'pardon'. Elle ne connaissait pas grand chose aux relations sociales qui étaient de coutume pour les gens de dehors, mais elle se souvenait qu'il était risqué de contredire un homme, surtout quand il s'agissait d'un itinéraire ! Une nonne lui avait beaucoup parlé de ses maris – ironique pour une femme de foi – et elle avait ainsi appris que les garçons ne demandaient jamais leur chemin, et qu'il ne fallait jamais leur faire sentir que celui qu'il avait choisi était mauvais. Bon, en l’occurrence, elle n'était pas bien placée pour savoir mieux que lui et elle avait conscience que s'il avait choisi la mer, c'était pour limiter les traces qu'ils pourraient laisser derrière eux. Mais pourquoi un radeau ? S'il voulait un navire discret, ils auraient  tout aussi bien fait de prendre une petite barque, c'était déjà plus stable et surtout, facilement manœuvrable. Bon, bon. Elle ne devait pas faire la difficile, pas vrai ?

    Elle semblait un peu embarrassée de l'avoir aussi ouvertement critiqué, si bien qu'elle n'osait plus le regarder dans les yeux. Ce n'était pas vraiment son intention de jouer les délicates, c'est juste qu'elle avait déjà peur de partir, alors là-dessus … Bon. C'était le moment, il semblait s'impatienter. Il lui fit signe de le rejoindre sur le radeau, et elle observa l'engin une dernière fois avec scepticisme avant de se tourner un instant vers cette abbaye dans laquelle elle avait grandi. Elle était arrivée si jeune ici, c'était comme si elle y avait toujours vécu. C'était sa maison, froide et silencieuse, dénuée d'enfant de son âge, mais sa maison quand même. Une demeure avec des barreaux et des chaînes invisibles et pourtant bien présente. Elle l'avait détestée et appréciée, mais elle avait toujours rêvé de ce moment où elle pourrait partir. C'était maintenant.

    Comme elle s'attardait dans la contemplation de sa cage, le blondinet l'interpella à nouveau. Elle sursauta et se retourna à nouveau vers lui avant de finalement s'approcher du radeau. Il l'aida à embarquer en lui prenant la main – plus galant finalement – et elle alla vite s'installer le plus loin des bords possible, se laissant presque tomber à genou, sa jupe bouffante recourant totalement ses jambes qu'elle avait repliées sous elle. Elle serrait son petit sac dans ses mains qu'elle avait posé juste devant elle pour tenter de s’agripper quelque part. Non, ce n'était vraiment pas rassurant de naviguer là-dessus, et cela se voyait, elle était toute crispée.

    Elle ne releva les yeux que lorsqu'ils commencèrent à s'éloigner, pour contempler l'abbaye se faire engloutir par les ténèbres de la nuit. Elle n'aurait alors été incapable de décrire ce qu'elle sentait à cette instant. Un mélange de gaieté pure, d'angoisse, d’appréhension et de terreur. Tant de sentiments qui l’assommèrent finalement, si bien qu'elle resta parfaitement statique. Après un instant, elle daigna se mettre un peu plus à l'aise en se laissant glisser pour poser son noble arrière-train sur le bois, gardant ses jambes replié près d'elle, toujours camouflées sous sa jupe. Elle déposa alors les yeux sur le blondinet, elle sembla un peu gênée et hésita un instant.

    -Aeron … Je … Je voulais vous remercier, pour ce que vous faites pour moi … Et aussi m'excuser. Je dois vous avouer que … j'ai douté de vos intentions.

    Elle ne pouvait pas encore être totalement convaincue de ses intentions, après tout, elle ignorait tout de leur destination. Mais elle lui devait bien une fière chandelle, et elle se sentait coupable d'avoir douté de lui, dans le cas où effectivement, il l'emmènerait dans un endroit sûr en la protégeant avec loyauté. Il faisait ça de son propre chef, gratuitement. Il aurait très bien pu partir seul s'il avait voulu déserter, mais il avait pensé à elle, à la sauver, à se charger d'un fardeau pour son voyage. Elle ignorait tout de lui, finalement, mais elle pouvait être au moins sûre qu'il était doté d'un grand cœur.  



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Lun 28 Oct - 12:17

A la réaction de Sélès, les premiers mots qui vinrent à l'esprit d'Aeron furent "petite peste !", mais il comprenait malgré tout les doutes de la jeune fille. Le radeau n'était pas fringant. Ça avait beau être voulu par son constructeur, il ne devait pas inspirer confiance. Il vit la rouquine observer l'horizon et il sourit intérieurement. L'îlot se trouvait très proche du continent, mais à cette heure, avec la lune qui éclairait si peu, on pouvait à peine le remarquer. Elle devait vraiment croire qu'ils prendraient la pleine mer. Elle est si naïve, c'en est adorable. Alors que la jeune fille s'excusait timidement de sa remarque désobligeante, Aeron l'observa. On aurait vraiment dit une petite poupée avec ses grands yeux, son côté fragile mais élégant et sa manière de se tenir.

Sélès se posa sur le radeau et à ce moment, les appréhensions d'Aeron refirent surface. Arriveront-ils à semer leurs poursuivants ? Son leurre marchera-t-il ? Sélès lui fera-t-elle confiance ? Zélos Wilder se souciera-t-il vraiment de sa sœur ou la laissera-t-elle se débrouiller avec un inconnu ? Tellement de questions sans réponses... l'aventure est faite de ça. Il faut se lancer, c'est tout. Poussant le radeau avec son pied pour le mettre à l'eau, Aeron saisit la rame subtilisée à une embarcation de visiteurs la veille et commença à ramer. La première chose à faire était de dévier leur course. Ils n'allaient pas vers Flanoir, non. Un radeau comme le leur ne pourrait jamais manœuvrer entre les récifs du fjord. Bandant ses muscles, le jeune homme réussit à les faire aller vers le continent à force d'acharnement. Une fois lancés, il suffisait de quelques coups de rame sans grande force pour maintenir le cap. Le calme de la mer les aidait. Une fois partis, ils pourraient presque glisser sans toucher à rien que ça pourrait marcher.

Sélès semblait rester immobile au centre de l'embarcation. Était-elle fâchée ? Avait-elle peur ? Aeron ne savait pas quoi lui dire pour lui remonter le moral. Il avait peur de gaffer et briser le peu de confiance qu'elle avait en lui. Après tout, il n'était qu'un déserteur... C'est alors que le silence fut timidement rompu par Sélès. Les mots de remerciements qu'elle prononça alors rassurèrent Aeron. Les doutes de la jeune fille étaient justifiés. Il était presque un inconnu pour elle.
-Ne vous en faites pas. Il est normal de douter. L'important et que nous nous en sortions. Je ne vous laisserai pas tomber.
Les mots sonnaient peut-être un peu trop clichés de contes de fée, mais il les pensait réellement. Il vit Sélès se tourner vers lui mais il était concentré à regarder où ils en étaient. L'îlot était très proche du continent et ils allaient donc bientôt arriver, mais à quel moments toucheront-ils la terre ? Probablement dans les minutes à venir...



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Lun 28 Oct - 13:11




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Comment croire à une telle évasion romanesque lorsque vous avez été prisonnier et plus ou moins méprisé toute votre vie ? Sélès n'avait eu la preuve que de la cupidité humaine, et si les prêtres et religieuses qui l'avaient accompagnée tout au long de sa vie se montraient pour certains assez gentils – une fois franchi la barrière du racisme – personne n'avait jamais fait pour elle un tel acte de franche générosité et non intéressé. Elle avait toujours vu de la gentillesse dans son regard, elle avait entendu dire qu'il avait été assigné à ce poste après avoir désobéi à des ordres importants. Elle ignorait les détails et la nature de ses ordres, mais cela prouvait que le jeune homme était tout de même doté d'un caractère plutôt fort ainsi que d'un instinct rebelle. Et c'est bien connu, les jeunes filles de quinze ans adorent les rebelles juste un peu plus âgés. En plus il fallait l'avouer, sans son armure, il était plutôt joli garçon. Ah ! Mais que diable était-elle en train de penser ? Bon il était bien gentil et quoi ? Calmez vos ardeurs mademoiselle Wilder - et ça rime.

    Un léger sourire décora finalement ses lèvres, bravant la rigidité de ses joues jusque-là crispées. C'était une jolie promesse qu'il venait de faire, mais elle avait encore un peu de mal à y croire. Elle avait beau aimer son frère plus que tout, son absence ces dernières années lui avait fait un peu perdre la confiance qu'elle avait en lui. Elle savait qu'il viendrait pour la protéger en cas de gros problème, mais il était si loin qu'elle ne pouvait pas non plus vraiment compter sur lui, et encore moins maintenant qu'ils étaient tous les deux en cavale chacun de leur côté. Aujourd'hui, elle venait de gagner un sauveur, un chevalier servant et peut-être bien un ami sur qui elle pouvait compter. Un ami … Elle se demandait bien à partir de quel moment on pouvait considérer quelqu'un comme un ami. Elle n'en avait jamais eu, alors elle avait tout à découvrir. Elle baissa timidement la tête, comme gênée d'avoir souri ainsi sans réelle raison apparente. De quelque geste délicat, elle défroissa ses vêtements, plus pour s'occuper les mains que par coquetterie. Elle réajusta de même son chapeau et jeta un œil vers l'horizon. Une question lui brûlait les lèvres. Plusieurs, en fait, si bien qu'elle ne savait pas trop pas quoi commencer.

    -Pourquoi prenez-vous tant de risque pour moi ? Demanda-t-elle finalement, d'une voix douce.

    C'était une sacré colle, et elle en avait bien conscience! Elle avait d'ailleurs braqué ses grands yeux de poupée sur lui, afin de scruter la moindre de ses réactions. C'était le meilleur moyen de s'assurer de ses véritables intentions, même s'il ne savait pas répondre, l'expression de son visage ou même l'éclat de son regard aurait été déterminant. Sélès était une jeune fille naïve et peu sûre d'elle, bien qu'elle montre parfois le contraire, dans l'unique but de se mentir à elle-même. C'est qu'elle voulait être prise au sérieux, et Zelos lui avait dit une fois que tant qu'elle ne croirait pas tout simplement en elle, personne ne pourra la juger à sa juste valeur. Mais quelle était sa valeur ? Voilà quelque chose qu'il lui fallait découvrir. Ce voyage le permettrait sûrement. Mais malgré ses doutes et son ignorance quasi totale sur ses limites, elle ne manquait pas de discernement.

    Elle se tourna à nouveau vers leur destination, alors qu'un îlot apparaissait déjà non loin de là. La mer d'huile les y conduisait à lui tout en douceur, jusqu'à ce qu'un discret à-coup ne les immobilise sur la berge. Sélès n'osa pas bouger aussitôt et observa attentivement les alentours, sans pouvoir distinguer grand chose  malgré les étoiles et la lune éclairant de leur mieux les lieux. C'était juste la deuxième question qui lui brûlait les lèvres, non moins pertinente que la première.

    -Où sommes nous ?

    Tout ce qu'elle connaissait du monde, c'était les cartes qu'on lui faisait étudier, mais elle ne voyait pas vraiment où Aeron voulait la cacher dans le coin. Il était peut-être temps qu'il lui dévoile ses plans, parce que jusque-là, ce n'était pas très rassurant. Il avait plutôt l'air d'un odieu kidnappeur proxénète à rester aussi muet. Heureusement qu'il avait une bouille – quoi que, c'était justement encore plus vicieux !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Lun 28 Oct - 14:22

La première question de Sélès désarçonna Aeron. Que répondre à cela ? C'était la bonne chose à faire ? Il ne se voyait pas la laisser ici toute seule pendant que les Gardes Pontificaux rappliquaient ? Qui irait croire des intentions si pures ? Il fallait qu'il trouve une raison plus crédible... pourquoi n'était-il pas un peu plus égoïste ? Les vraies raisons sonnent fausses... Le jeune homme décida de continuer à réfléchir sans répondre. Il devait de toute manière se concentrer pour atteindre la berge sans être trop violent. Un coup de rame à contre-sens à gauche, puis à droite. Le radeau ralentit légèrement, puis atteint enfin la berge sans encombre et sans choc violent.

C'est ce moment que Sélès choisit pour poser une autre question qui, elle, était moins problématique. Aeron avait bien étudié les cartes, et la topologie alentour correspondait. Il choisit malgré tout de répondre aux questions dans l'ordre.
-Mon intérêt dans votre sauvetage est que votre frère pourra peut-être m'aider à trouver une porte de sortie. Après tout, il est en fuite également. Et puis... je ne me voyais pas partir en solitaire pour toute une cavale. Votre frère est aidé d'une ninja, non ?
L'explication ne sonnait pas si convaincante que ça à ses propres oreilles, mais Aeron se dit que ce serait mieux que ses réelles motivations qui sont juste de la gentillesse et... peut-être une forme d'affection. Il était content de l'avoir avec lui. Au final les raisons énoncées ne sont pas des mensonges... juste des raisons secondaires. Avant qu'elle ait trop le temps de réfléchir à ses motivations, il enchaîna tout en posant le pied et terre et plantant sa hallebarde dans le sable.
-Quant à savoir où nous sommes, c'est simple. Le ciel serait moins couvert, vous pourriez apercevoir l'abbaye vers l'est. Nous sommes juste sur le continent à côté. Nous allons aller vers le nord-ouest vers la Mine de Toïze où nous ferons une pause. Mais avant, une chose à faire...
Fouillant son petit sac, Aeron en sortit une petite boîte. C'était une boîte de barge. Il l'ouvrit et un gros cylindre de la taille de Sélès en sortit. Le jeune homme souleva le cylindre et se dirigea vers le radeau.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Lun 28 Oct - 20:32




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Aider la petite sœur d'un riche, voilà ce qui pouvait effectivement apporter grand intérêt à quiconque. Mais la sœur d'un ex-élu riche et fugitif, c'était moins sûr ! Qui sait s'il aurait encore sa maison et sa fortune après ça ? Que le Pontife s'octroie toutes les richesses de la famille Wilder ne l'étonnerait pas. Il ne serait jamais trop tard pour les récupérer de juste droit, son frère était fort, il n'aurait aucun mal à reprendre ses biens, elle en était convaincue. Mais ce que Sélès retint le plus dans les pseudo-explications de son guide, c'était surtout qu'il ne voulait pas être tout seul pour le voyage. C'était libre à bon nombres d'interprétations, ça ! Est-ce qu'il voulait juste quelqu'un pour lui faire la conversation – quoi qu'il n'avait pas spécialement l'air causant – ou bien d'une gentille femme pour lui faire à manger et lui tricoter une écharpe ? Il n'avait pas l'air spécialement macho non plus. Non. Il était juste modeste, Sélès l'avait bien compris dans l'intonation de sa voix, et puis, il était assez malin pour savoir que Zelos, étant donné sa position, ne pourrait pas faire beaucoup plus qu'eux. Mais par contre, l'union fait la force ! Ça, elle voulait bien lui accorder. Sa réponse avait quelque chose de touchant en tout cas, si bien qu'elle en eut un nouveau sourire, assez léger. Sourire qui disparut aussitôt à l'évocation de cette maudite ninja, cette sorcière qui avait attiré tant de problèmes à son frère ! Tu parles d'une aide. Elle avait entendu dire qu'elle avait été bannie de son propre village natal, ça ne devait pas être pour rien. Pourquoi son frère s'était-il entiché d'une fille pareille ? Tout ça parce qu'elle a de gros seins, à tous les coups !! Alors oui, Zelos était accompagné d'une ''ninja'' et alors ? Lui aussi il voulait l'accompagner en enfer tout ça pour sa paire de melons ? Qu'est-ce que ça pouvait bien faire que cette ninja soit là ! Elle ne sert à rien de toute façon, à part attirer les ennuis ! Qu'elle s'en attire toute seule et qu'elle laisse son frère tranquille un peu !

    Bon. Du calme Sélès. Ne nous emballons pas. Bon, trop tard, voilà qu'elle boudait toute seule. Jalouse ? Non, certainement pas de cette fille ! Jalouse de quoi, pour qui, pourquoi ? Elle était juste en colère que son grand-frère ait tant de problèmes à cause d'elle. Cet idiot n'avait rien dans la cervelle ! Bon, zen on a dit, hein. Respire miss Wilder. Pas de ninja dans les environs pour le moment – une chose était certaine, si son frère était toujours accompagné de cette fille quand elle le retrouverait, elle allait sentir la rancœur d'une poupée enragée. Elle est peut-être adorable comme ça, mais donnez-lui une poêle pour voir, et vous ferez tout de suite moins les malins.

    Elle paraissait nettement contrariée à l'évocation de Sheena Fujibayashi, et répondit même par un seul petit marmonnement semblable à ''hmhm....'' et voulant tout simplement dire ''on s'en fiche de cette garce, elle va nous attirer que des problèmes, je la déteste, elle n'a pas le droit de toucher à MON frère'', en résumé ! Le pauvre garçon, il ne devait rien comprendre, alors que l'instant juste avant, elle semblait si touchée par ses raisons de s'embarquer avec lui, allez savoir s'il allait comprendre les raisons de la nouvelle humeur orageuse de la rouquine. En fait, c'est cette question précise qui poussa Sélès à donner un peu plus de détail à sa réponse.

    -Hm … Il paraît, oui … Son ton laissé clairement transparaître sa pensée sur la question. C'est à cause d'elle qu'il a des problèmes. Trancha-t-elle.

    Comme Sélès était resté sur le radeau, elle eut un petit mouvement de recul en glissant sur son derrière, quand le blondinet s'approcha avec son énorme engin. Le cylindre entendons-nous bien. Celui qu'il venait de sortir de la boîte de barge. En métal. Hm. En l'examinant d'un peu plus près, Sélès se demanda un instant ce que cela pouvait bien être, avant de se dire que cela devait être une sorte de moteur. Ça irait effectivement plus vite comme ça, mais elle comprenait bien qu'il ait voulu l'éloigner de la civilisation avec le sortir, c'est que c'est bruyant ce genre de gros calibre quand ça balance la sauce ! Enfin, le moteur, quand il tourne à plein régime … Toujours est-il qu'une barque aurait été tout aussi adaptée à la situation, et bien plus confortable et stable ! Ça, elle n'en démordrait pas de sitôt. Après, peut-être qu'il n'en avait tout simplement pas trouvé, ça, elle voulait bien lui pardonner.

    Elle avait écouté attentivement les projets de son chevalier, se défroissant un peu en tentant d'oublier l'évocation désagréable de cette ninja. Cette fois, elle ne vit rien à redire sur ses plans, étant donné qu'elle ne visualisait pas vraiment la destination, elle n'aurait su dire tout de suite si c'était une bonne idée ou non. Ça en avait l'air à première vue. Mais elle appréhendait toujours ce voyage à long terme. Ils devraient sans doute beaucoup voyager, ne pas passer deux jours au même endroit, ça du pays, elle allait en voir ! Elle allait passer de petit oiseau prisonnier à globe trotteur !

    -J'espère que mon … que l'élu … que … Elle ne savait plus comment l’appeler du coup. Que Zelos va bien …

    Avoua-t-elle finalement, quelques minutes après avoir acquiescé le plan du blondinet. Elle allait se laisser balader un petit peu, elle n'avait pas vraiment d'autre option de toute façon. Se laisser balader et faire connaissance, tant qu'à faire !

    -Et vous … Aeron … Vous avez de la famille à rejoindre ? Ils ne vont pas être inquiets pour vous ?



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Lun 28 Oct - 22:56

Apparemment, cette ninja n'est pas toute rose... Aeron se dit qu'il demanderait des détails plus tard quand il n'y aura plus de questions plus urgentes. Après tout, qu'importe si c'est de la faute de la ninja ou non. S'il est avec elle, c'est qu'ils sont alliés, ils devraient s'aider. De toute manière ils sont tous les deux en fuite... enfin tous les quatre depuis une petite heure, bientôt. Aeron avait cru discerner un sourire sur les lèvres de Sélès après sa réponse, mais vu la réaction à la mention de la ninja, il se dit qu'il avait du se tromper. Elle ne serait pas de si mauvaise humeur si elle se sentait assez bien pour sourire... enfin à priori. C'est une fille, donc assez difficile à comprendre.

Bandant ses muscles, le jeune homme porta le moteur de barge qu'il avait sorti et se dirigea vers le radeau. Sélès sembla surprise et retomba. Elle mit un moment à observer ce qu'Aeron transportait, puis descendit du radeau. Le blondin poussa le radeau dans l'eau et se mit à côté. Il entendit les inquiétudes de Sélès à propos de son frère.

-Je pense que tu devrais être la seule à décider de comment tu devrais l'appeler, surtout maintenant qu'il n'a plus son titre d’Élu. Ensuite, sois logique. S'il a réussi à partir du palais où il devait être lorsqu'il a été déclaré comme traître, il doit être assez dégourdi pour s'en sortir sans trop de casse.

Il posa le moteur sur le sable sous l'eau, fit glisser le radeau dessus, monta sur l'esquif et attacha les cordes qui était reliées au cylindre précautionneusement en s'assurant que le moteur ne bougeait pas par rapport aux rondins. Tout en attachant cela, il continua à répondre à sa compagne de voyage.

-Ma famille ? Inquiets ? Oh je sais qu'ils le seront mais pas pour moi, non. Il le seront pour leur image. Un membre de la grande famille Valérius qui déserte. Haha j'imagine d'ici leur tête. Ma sœur ira pleurer que par ma faute, aucun homme ne veut d'elle. Au fond, je lui rend service. Elle aura plus de chances de trouver un homme qu'elle aime, maintenant qu'elle a politiquement moins de valeur pour un mariage arrangé. Dans les jours qui viennent, ils me renieront mais le mal sera déjà fait. Ils ont voulu m'éloigner pour éviter cela et cela n'aura pas marché.

Aeron se voulait réjoui, joyeux, mais au fond, il avait peur de faire du mal à sa famille. Il avait beau ne jamais les avoir appréciés, ils restaient les membres de sa famille. Ils ont la même chair, le même sang, alors pourquoi avait-il ce sentiment de tristesse, cette peur de leur nuire, cette culpabilité ? Malgré tout, il savait qu'il prenait la bonne décision. La noblesse et les titres ne sont rien comparé à la vie d'une jeune fleur comme Sélès Wilder. Il y a une chose qu'il n'avouerait jamais à Sélès... c'est le sort qui l'aurait l'attendue si elle était restée. Probablement pensait-elle devenir une monnaie d'échange, une prisonnière comme elle l'a toujours étée, mais avec quelques gardes de plus, mais c'était bien pire que cela. Avec la lettre était arrivée une missive avec des ordres officiels. Ces ordres étaient clairs : il fallait garder Sélès Wilder captive et vivante, mais en dehors de cela ils pouvait "disposer d'elle" à leur guise. Le jeune homme avait déjà vu cette expression plus d'une fois et il savait ce que cela donnait à l'arrivée. Tortures physiques et psychologiques, viols, et plein d'autres choses. C'était une manière cachée de dire que Sélès Wilder n'était plus qu'un objet, dont la bonne santé et le bonheur importait moins que celui d'un animal.

Toutes ces pensées le rembrunirent d'autant plus. Il ne voulait pas que Sélès remarque cette expression, mais il n'allait pas insulter l'intelligence de Sélès en supposant qu'elle n'avait rien remarqué. Il préféra se taire un instant en espérant qu'elle ne dirait rien, qu'elle ferait semblant de ne pas avoir remarqué. Une fois le moteur bien attaché, le jeune homme appuya sur deux boutons du moteur et poussa le radeau vers les eaux sombres et calmes de la mer. Il le regarda s'éloigner quelques secondes, profitant d'une courte pause qu'il s'autorisait.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Mar 29 Oct - 10:48




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Il avait raison. D'autant plus qu'elle était libre maintenant, ils étaient libres tous les deux, libérés de leurs obligations et du fardeau de l’Élu. Finalement, ils avaient tous les deux attendu ce moment depuis toujours, sans vraiment songer un instant que cela pourrait être possible. En tout cas, Sélès ne pensait pas cela possible. Hélas, ce jour vint et ne fut pas aussi heureux et idyllique qu'escompté. Mais la situation de fugitifs était-elle préférable à celle d'élu et de sœur bannie et reniée de l'élu ? Ça restait à prouver, car si cela ne lui permettait pas de revoir son frère plus souvent, ou pire, si cela entraînait son malheur ou entachait son intégrité physique, alors ce n'était que vain espoir. Ce que Sélès ignorait, c'était le sort que l'on réservait aux élus. On ne parlait plus jamais d'eux, une fois qu'ils avaient achevé leur périple, et pourquoi ? Tout simplement parce qu'ils cessaient d'exister. Et ça, oui, Sélès l'ignorait. Si elle le savait, le choix aurait été vite fait : mieux vaut être fugitifs ! Toujours est-il que maintenant, elle ne pouvait plus revenir de toute façon, et elle n'en avait pas envie. Tout en ignorant complètement quel sort infâme on lui aurait réservé si elle était restée, elle s'imaginait déjà servir d'otage et de vulgaire appât pour son frère, et ça, c'était déjà trop. Pauvre enfant, si elle savait.

    Aeron s'était montré un peu sanglant, cela dit, en tentant maladroitement de la réconforter. Les garçons ne sont décidément pas doués pour ça, surtout les guerriers. Il n'y avait que son frère qui savait comment s'y prendre avec elle, mais son frère, c'était un être exceptionnel, alors ce n'était pas comparable – s'il voyait ça, monsieur n'en pourrait plus de se vanter ! Non mais, comment ça ''sois logique'' insinuerait-il qu'elle en était dépourvu ? Qu'elle était attardée et complètement stupide ? Non mais vraiment ! C'est quoi ces façon d'insulter les petites dames ! Il voulait une baffe ou quoi ? Non, Sélès ne l'avait pas si mal pris. Enfin si, quand même, un peu. D'autant plus que, Zelos avait peut-être été assez malin pour se carapater, mais les routes étaient dangereuses et le mot ne disait peut-être pas tout. Il pouvait lui arriver n'importe quoi dans ce monde de fou, et ces derniers temps, les monstres semblaient surexcités – d'après ce qu'elle avait entendu dire. Bon, elle n'insista pas – si c'était pour encore se faire insulter d'attardée …

    Comme la manœuvre d'Aeron semblait assez complexe, elle descendit enfin du radeau – auquel elle avait presque semblé s'attacher entre temps – pour observer la suite de la manœuvre. Elle ne comprenait pas vraiment ce qu'il était en train de faire … Il voulait renvoyer le radeau à la mer ? Pour faire quoi ? Mais croire à un naufrage peut-être ? Il voulait les faire passer pour mort ? Est-ce que ça marcherait au moins ? Le pontife ne se satisferait sans doute pas avant d'avoir vu sa dépouille dans ce cas. Et si son frère la croyait morte ? Qu'allait-il faire ? Qu'allait-il devenir ? Oui, elle était persuadée qu'après sa fuite, Zelos serait venu la chercher le plus vite possible mais … Aurait-elle du l'attendre ? Serait-il seulement arrivé à temps ? Ça n'aurait été qu'un piège justement … Mais s'il venait la chercher et qu'elle n'était pas là et qu'il se faisait quand même attraper ? Rah, trop de questions, trop de mots dans sa tête. Elle tenta de chasser ces vilaines pensées qui lui donnaient presque mal au crane pour se concentrer sur la réponse d'Aeron, qui parlait tout en exécutant son plan étrange. Ça ne semblait pas bien glorieux du côté de sa famille non plus. Pour le coup, Sélès se sentit presque chanceuse. Certes, son père s'était suicidé, peut-être bien à cause de sa mère ou de celle de Zelos ou alors à cause de sa naissance. Certes, sa mère avait tué celle de Zelos. Certes, elle étaient haïe pour être venue au monde. Mais au moins, elle avait toujours été aimée de sa mère ainsi que de son frère. Il y avait tout de même des liens, même pour cette étrange famille que tout semblait vouloir disloquer. Leur famille aurait-elle fini comme celle d'Aeron s'ils avaient eu la même mère ? C'était une question assez effrayante, autant ne pas y réfléchir.

    -Je suis désolée. Fit-elle avec sincérité.

    C'était presque comme des condoléances. Il était seul, vraiment seul ? Même Sélès ne l'était pas tant que ça, elle avait son frère, aussi loin soit-il, même si cela faisait presque trois ans qu'elle ne l'avait pas vu, elle savait qu'il était là et elle n'avait que de bons souvenirs – ou presque – de lui. Finalement, même entre eux, les humains pouvaient se montrer cruels et discriminants. Elle se sentait un peu plus proche d'Aeron, un peu plus en confiance aussi, peut-être. Elle était d'autant plus désolée que le sujet, après le ton ironique sur lequel il l'avait traité, semblait l'atteindre bien plus qu'il ne l'aurait voulu. Il semblait soudainement bougon, tout comme elle tout à l'heure en parlant de cette maudite ninja. A son tour, elle ne savait pas bien comment le consoler, mais creuser un peu plus le sujet aurait sans doute été indiscret, ils se connaissaient encore si peu, elle ne se le permettrait pas.

    Au lieu de cela, elle prit son petit sac de ses deux mains, avec toute l'élégance de la petite poupée délicate qu'elle est, observant le radeau s’éloigner avec le moteur. Elle ne pu s'empêcher de se dire que c'était du gâchis d'abandonner un tel engin à la mer.

    -Que faites-vous avec le radeau ?

    Cette question lui semblait bien plus pertinente que ''vas-y crache le morceau pourquoi tu fais la gueule là ?''. De plus, ce n'était pas du tout sa façon de parler, elle avait reçu une certaine éducation, tout comme son frère.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Mar 29 Oct - 22:21

Les mots atteignirent Aeron avec plus de force que prévu. Ces mots simples prononcés par Seles que n'importe qui aurait pu dire par réflexe, par courtoisie, et qui pourtant, venant d'elle, semblaient tellement vrais. Sa jeune compagne de voyage semblait tellement sincère que son cœur fit un bond en lui. Il se sentait déjà mieux, grâce à elle. C'était étrange, il se sentait avec Seles bien mieux qu'avec la plupart des gens. D'où viennent les préjugés sur les demi-elfes ? Au final, les humains semblaient bien plus néfastes qu'eux. Aeron se sentait presque honteux de faire partie de la race qui maltraitait celle de la personne face à lui. Il savait qu'il n'avait jamais rien fait contre les demi-elfes mais malgré tout, le mot restait en lui chargé d'une connotation péjorative et il s'en voulait pour ça. Seles était une personne avant tout, chargée de sentiments. Il devait penser d'elle comme telle et non avec une histoire de race. Cela lui faisait penser à Elena, la seule qui ait réellement veillé sur lui. Elle était demi-elfe aussi. Il restait à espérer qu'il pourrait encore compter sur elle pour la suite...

Il se rappelait encore les parties de cache-cache, ces moments où Elena lui avait appris toutes ces choses, que ce soit pour ses leçon ou simplement le respect de l'autre, la valeur de la vie. Tout cela. Si seulement tout le monde pouvait recevoir ce genre d'enseignement, le monde serait moins triste. Demi-elfe, humain, quelle importance. On verse tous les même larmes après tout. Le frère de Seles était bien humain pure souche, non ? Pourtant Seles s'inquiétait de lui... mais est-ce que l’Élu déchu s'inquiétait de sa soeur ? Cela restait à prouver. Que pense un humain d'une sœur demi-elfe ? Le peu qu'il avait entendu semblait positif, mais dans les difficultés qu'il traversait maintenant, penserait-il à sa sœur ou pas ? Il y avait peu de chances. La nature humaine n'allait pas dans ce sens, le blondin l'avait appris à ses dépends. Qui sait ? Peut-être ce fameux frère idéal que Seles semblait aduler était-il dans un bordel à profiter des filles de joie sans se soucier un seul instant du sort des membres de sa famille. Il restait à espérer que ce Zelos ne soit pas de ce genre et qu'il ne déçoive pas les attentes de celle qui en attendait tant de lui.

La question de la jeune fille par rapport au radeau ramena Aeron au moment présent. Il se retourna et songea au fait que même s'il ne connaissait pas beaucoup Seles, elle restait une fille bien et méritait qu'on s'occupe d'elle. Il ramassa son sac et sa hallebarde, fit signe à la rouquine de le suivre et partit vers le nord-ouest en marchant doucement, veillant à ne pas faire de trop grandes enjambées. Après tout, elle n'avait pas la même carrure que lui. Ce temps lui permit de trouver les mots pour expliquer sa démarche et il parla :

-Mon plan pour partir, je l'ai préparé il y a longtemps. Je ne pensais pas vous emmener avec moi à la base, même si je suis content que vous soyez là plutôt qu'à l'abbaye à attendre que... quelque chose vous arrive. J'avais étudié les courants marins. L'un d'eux, vers lequel j'ai envoyé le radeau, se dirige vers Flanoir et le fjord qui l'entoure. Le moteur que j'ai fixé dessous est prévu pour fonctionner à l'air libre et non sous l'eau. Cela engendre deux désagréments pour lui . Tout d'abord, il mettra du temps à démarrer, car il doit se purger de l'eau qui continue à arriver car il est immergé. Cela peut prendre plusieurs minutes, voir peut-être une heure. Ensuite, le fonctionnement de ce moteur est qu'il aspire le mana en l'air pour le recracher avec force, ce qui propulse le tout. Dans l'eau, le mana expulsé ne se diffuse pas comme dans l'air et il laissera une trace colorée stagnante pendant quelques heures, une journée tout au plus. Je vois à votre regard que vous avez saisi : le radeau va arriver au courant, se faire emporter, puis accélérer avec le moteur. Le résultat différera selon les courants en détail. Notre leurre pourra très bien errer sur l'eau jusqu'à ce que le moteur s'arrête et que la Garde Pontificale tombe dessus en le trouvant vide, soit il s'écrasera contre les rochers du fjord et le moteur explosera probablement. Les hommes du Pontife, en voyant la trace de mana, penseront à un système de secours, il ne comprendront pas tout de suite que c'est un leurre. Après tout, vous n'êtes qu'une captive et moi un déserteur avec aucun lien vers l'extérieur, n'est-ce pas ? Comment aurions-nous pu espérer avoir un navire digne de ce nom ? Ils ne penseront pas au leurre. Si nous devons nous échapper, nous n'aurions pas de ressources à dépenser dans un leurre, normalement. Votre curiosité est-elle satisfaite ?

Il affichait un sourire bienveillant, mais après toute cette tirade, Aeron eut peur de paraître trop sûr de lui, peut-être même hautain. Oui, il était content d'avoir concocté un plan comme celui-là, mais il ne voulait pas donner l'impression d'en être fier et d'être le meilleur. S'il était tellement le meilleur, il aurait déjà un plan pour trouver Zelos Wilder. Son seul plan pour le moment consistait à s'enfuir et aller dans le seul endroit sûr qu'il avait pu trouver. L'analogie de tout à l'heure du chevalier allant sauver la princesse lui sembla encore plus ridicule. Il n'avait rien d'un héros. Il n'était qu'un homme qui tentait de sauver sa peau et qui a été pris par... quoi ? Un élan de justice ? D'affection ? Était-ce le fait qu'il appréciait la compagnie de Seles ou sa conscience qui l'avaient motivé ? Peut-être un peu des deux. En tous les cas, ils n'étaient pas encore sorti de l'auberge. Il y avait encore beaucoup de route à faire !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Mer 30 Oct - 14:39




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Attendre quoi, attendre qui, où, quand, comment ? Les propos du jeune homme étaient chargés de sens, et pourtant, l’innocence de la jeune fille l'empêcha d'en saisir toute la teneur. Qu'est-ce qui pourrait lui arriver de si important là-bas ? Certes, il était évident qu'elle aurait servit d'otage et d'appât pour son frère, mais elle ne voyait pas ce qui pouvait justifier un ton aussi alarmant. Quelque part, il était mieux qu'elle l'ignore. Elle le savait pourtant à quel point les gens de son espèce pouvaient souffrir de discrimination, mais elle ne se figurait pas à quel point ils pouvaient vivre nombre de situations dégradantes, plus avilissantes qu'elle ne pourrait le concevoir. Son esprit était encore jeune et elle était toujours restée à l’abri de ce genre de faits. Elle n'avait jusque-là subi que le mépris et la rancœur absurdes des humains ; petite, il lui était bien arrivée d'être violentée, mais jamais de façon bien obscène ou meurtrière. Elle était cependant consciente qu'elle aurait été bien moins cajolée après cela, car si on ne lui faisait pas de mal c'était bien parce que son frère était l'élu et qu'il avait une grande influence sur tout ça. Aujourd'hui, tout ce qui pouvait la protéger s'était transformé en d'autant plus de raisons de la détruire. De plus, elle représentait un certain fardeau pour un guerrier comme Aeron, alors elle lui en était d'autant plus reconnaissante de s'être chargé d'elle pour sa fuite. Comment pourrait-elle jamais le remercier pour cela ?

    Elle écouta attentivement les explications qu'elle avait tant désiré recevoir, craignant de perdre un peu le fil sur les questions techniques. Elle vit cependant très vite où il venait en venir, et il en suscita beaucoup d'admiration, car ce plan  était le résultat de beaucoup de recherches et d'élaboration minutieuse. Oui, il fallait le lui accorder, il était plutôt ingénieux. Cela reposait encore sur un bon pourcentage de hasard, mais Sélès priait pour que la chance soit avec eux. Elle savait également que le Pontife ne se contenterait pas de quelques débris, il n'aurait de repos qu'après avoir pu cracher en personne sur sa débouille, ou au moins se contenterait-il d'un petit bout. Alors peut-être que la supercheries serait éphémère, mais les recherches allaient leur donner le temps nécessaire pour se cacher, un petit répit non négligeable. Mais une fois encore, il fallait espérer que le hasard leur donnerait satisfaction de tant de spéculations. Il avait pourtant un avantage certain : le complexe de supériorité du Pontife, qui avait ainsi le don de sous-estimer quiconque l'entourait, amis comme ennemis. Elle pensait aussi qu'ils ne penseraient pas tout de suite à un leurre, quoi que le doute sera sans doute très présent étant donné aussi, la paranoïa dont souffrait tout homme de pouvoir avide tel que lui.

    La petite rouquine s'était perdue à fixer le jeune homme durant ses explications, détaillant sans vraiment s'en rendre compte ses jolis yeux d'ambres que les quelques lueurs des astres lointains parvenaient à mettre en valeur. Ceux de Sélès, si clairs au soleil, semblaient presque bleu marine dans la pénombre, mais ses cheveux vifs tranchaient net avec tout ce pêle-mêle de gris nocturne. Les deux perles précieuses du blondinet ne laissaient transparaître que peu de chose, presque comme s'ils étaient vides, tout au contraire de notre élégante petite poupée dont le visage figé traduisait chacun de ses sentiments par le regard, avec une certaine virulence parfois. Il avait cependant esquissé un léger sourire qu'elle n'aurait su interpréter. Essayait-il de la rassurer ou bien de l’impressionner ? Elle n'aimait pas trop les prétentieux, mais il n'avait pas vraiment le profil du petit garnement imbu de lui-même. Même si elle fréquentait régulièrement des humains plutôt agréables et tolérants à l'abbaye, la gentillesse et la bravoure d'Aeron lui donnaient un petit quelque chose en plus. Il n'était pas vraiment comme les autres, bien qu'elle ait beaucoup de mal à le cerner. Faisait-il vraiment cela par générosité ou par intérêt ? Se donnait-il un genre ou interprétait-elle juste mal ses attitudes ? Était-il moqueur ou juste maladroit ? Peu importe, puisqu'il souriait, autant lui sourire en retour, ce qu'elle fit.

    -Pour l'instant. Répondit-elle. J'espère que ça marchera … C'était plutôt bien calculé.

    Elle se voyait mal remettre son plan en question, aussi hasardeux soit-il, car elle aurait était bien incapable de faire mieux. Ils prirent la marche vers les terres, sans que Sélès ne sache vraiment vers où ils se dirigeaient exactement, elle suivait simplement le mouvement en faisant de son mieux pour aller au rythme du soldat. Elle gesticulait ses petites gambettes pour marcher aussi vite que cela lui était possible, ne voulant en aucun cas être un fardeau plus lourd qu'elle ne l'était déjà par sa simple existence. Et puis elle avait également une certaine fierté, elle ne voulait pas paraître faible. Certes, il l'avait sauvée d'un sort qu'elle ne concevait même pas, mais ce n'était pas une raison pour se reposer entièrement sur lui, et faire la jouvencelle délicate et incapable de faire autre chose que de broder les aventures de son chevalier servant sur une nappe. Oui la broderie c'était bien sympa mais il ne fallait pas abuser, elle ne dirait pas non à un peu de baston, derrière le masque de la poupée de porcelaine se cachait finalement une petite frappe, ainsi qu'un grand désir de faire ses preuves. Elle voulait montrer  à son frère, à Aeron et au monde entier qu'elle aussi était capable de se battre, de se défendre, mais aussi de protéger. Évidemment, elle ne serait rien sans son exsphère, mais cela était valable pour bon nombre d'aventurier.

    -Vous avez dit que nous allons faire une pause à la Mine de Toïze c'est bien ça ? Et ensuite ? Nous irons chercher mon frère ?

    Cette question l'obsédait : son frère, encore et toujours. Elle s'inquiétait, et elle ne voulait pas qu'il s'inquiète. S'il la croyait morte que se passerait-il ? Non, elle osait imaginer que, même si toutes les preuves allaient dans ce sens, il sentirait qu'elle était toujours en vie. Tout comme elle sentirait le jour où il aurait de gros problèmes. Elle espérait que leurs liens du sang, même s'ils n'étaient que de moitié, suffiraient à ce qu'ils bénéficient d'une telle connexion. Ce n'était qu'un mythe, des croyances absurdes tout comme la fée des dents, et pourtant … Elle y croyait, dur comme fer.  



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Mer 30 Oct - 20:11

Quand Seles sourit en retour, Aeron se sentit heureux. Il avait réussi à la rassurer un peu, apparemment. Sa curiosité était satisfaite pour le moment et elle semblait être plutôt contente du plan, ce qui redonnait au jeune homme confiance en lui-même. Rien ne pouvait entacher ce moment. Ils marchaient tous les deux calmement, tout allait bien se passer, ils allaient réussir à échapper à leurs poursuivants et...

    -Vous avez dit que nous allons faire une pause à la Mine de Toïze c'est bien ça ? Et ensuite ? Nous irons chercher mon frère ?

La question brisa toute l'euphorie du jeune homme. Son plan présentait cette faille majeure. Ils se mettaient à l'abri, et ensuite ? Comment allaient-ils retrouver Zelos ? Ils pourraient se passer de lui, après tout, il n'en avait peut-être rien à faire de Seles. Elle est restée loin de lui longtemps et ne plus le voir lui éviterait peut-être une grosse déception. C'était probablement pour le mieux, oui... mais qui était-il pour décider cela ? Seles était probablement assez grande pour décider par elle-même, il n'avait pas à le faire à sa place. Elle avait une confiance aveugle en son frère et il n'avait pas le droit de douter de ce qu'elle croyait. Il avait décidé de la protéger, de l'aider, il devait la traiter comme elle le méritait et la laisser décider de cela. De toute manière, il fallait d'abord se sortir de là avant de chercher Zelos.

-Je vais être franc avec vous, Seles. Trouver Zelos n'était pas dans mon plan d'origine, vous comprenez, et je ne vois pas comment le chercher pour le moment. Comprenez bien : les gardes pontificaux vont fouiller les alentours de l'abbaye, et nous n'aurons donc pas l'occasion de chercher votre frère. De plus, s'il est assez malin pour les éviter, nous n'avons aucune chance de le trouver mieux que toute une organisation.

"Je ne peux pas la laisser sur ça. Elle va déprimer... Il faut que je trouve quelque chose à dire pour la réconforter. Il faut qu'on trouve son frère... Je le trouverai ! C'est ça !

-Seles,  je vous fais la promesse solennelle de tout faire pour contacter votre frère et vous réunir tous les deux. Je propose qu'on continue à suivre le plan que j'avais mis au point et qu'on cherche pendant le trajet un moyen de contacter votre frère. Une fois arrivés dans un endroit sûr, si nous n'avons pas réussi, nous pourrons encore réfléchir à un moyen de mettre la main dessus. Est-ce que cela vous va ? Si non, je suis prêt à suivre votre avis si vous pensez savoir comment le trouver.

Tout en disant ces mots qui étaient à la base pour rassurer Seles, Aeron se rendit compte qu'il pensait parfaitement ce qu'il disait. Il était prêt à beaucoup pour aider Seles. Elle était vraiment une fille bien, gentille, attachante, et pour cela il mettait sa vie en jeu. Il n'en revenait pas lui-même. Était-ce une forme de morale ? Le jeune homme avait maintenant renoncé à comprendre ses propres motivations.

-Notre destination pour le moment est la mine de Toïze pour laisser passer les gardes pontificaux et nous accorder quelques heures de sommeil. Ensuite nous irons à la maison du salut plus au nord-ouest. Nous aurons plusieurs heures de marche, mais là-bas, je devrais pouvoir récupérer du matériel et avoir la confirmation que mon plan est mené à bien. Si c'est le cas, nous pourrons repartir ensuite.

Son plan paraissait simple et sans faille... mais Aeron savait que des failles, il y en avait beaucoup... et la première, c'était la vie en milieu hostile. D'une main impérieuse sur l'épaule, il arrêta Seles. Immobile, il parla doucement, calmement, mais malgré tout d'une manière autoritaire.

-Seles. Sortez votre épée. Je vous ai vue vous entraîner avec, vous avez plutôt une bonne position et pour cette raison, je veux vous faire confiance. Devant nous, vous voyez ces trois paires d'yeux ? Ce sont des loups, et pas des petits. Ces bestioles s'attaquent aux voyageurs isolés, parfois. Ils ne sont probablement pas que trois alors je compte sur vous pour couvrir mes arrières. Mettez-vous derrière moi, dos à moi et soyez aux aguets.

Aeron espérait que la rouquine garderait son sang-froid. C'était une chose de s'entraîner dans le vide ou contre un mannequin, mais ici, avec un éclairage qui laissait à désirer, la peur de mourir dévoré et tout ça pendant qu'elle a peur de ne pas revoir son frère... Le jeune homme aurait pu s'en charger seul et lui demander de se coucher dans un creux non-loin et de se couvrir avec  son bouclier, mais aurait-elle obéi ? Il préférait lui faire confiance. Il sentait qu'il fallait lui faire confiance jusqu'au bout.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Jeu 31 Oct - 12:51




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Le monde était si vaste et plein de danger, comment pourrait-elle un jour le trouver alors que chacun d'eux allait désormais jouer à cache cache dans les coins les plus reculés de Tesséha'lla ? Elle savait qu'il allait la chercher, et elle aussi le chercherait, ça ne faisait aucun doute. Même s'il n'était pas venu la voir depuis des années, elle avait toujours foi en lui, elle lui faisait confiance. Mais comment récolter la moindre information sur quelqu'un qui allait mettre tout en œuvre pour se cacher ? Une seule personne au monde pourrait encore avoir une idée sur les agissement de Zelos, c'était une personne de confiance, mais parfaitement inaccessible puisqu'elle devait toujours se trouver à Meltokio. Pourraient-il s'y risquer ? Avec un bon déguisement, peut-être … Aeron n'accepterait certainement pas. Il était trop tôt pour agir, et en même temps, s'ils attendaient trop, les informations que pourrait détenir cette personne de confiance pourraient bien devenir obsolètes. Aeron semblait sous estimer l'amour fraternel face à la pseudo puissance du Pontife et de son armée de gaillards à la tête creuse. Elle était peut-être naïve de croire que leur lien du sang les aiderait, mais elle préférait s'accrocher à un espoir vain plutôt que d'abandonner si tôt.

    Malgré le caractère inquiétant de leur situation, Aeron se voulut rassurant et même très confiant finalement. Il semblait prêt à tout pour satisfaire le désir de la jeune fille de retrouver son grand-frère, et Sélès se demandait à quel point ces paroles était sincères. Elle se demandait jusqu'où il serait prêt à aller pour ça. Après tout, Aeron avait préparé tout cela pour sa propre fuite et sa propre liberté, il avait déjà été assez gentil de l'aider à se sortir de là, pouvait-elle bien se permettre de lui demander de prendre plus de risques pour elle ? Ce n'était pas très correct, peut-être ferait-elle mieux de continuer seule, une fois que l'affaire serait tassée, si elle se tassait un jour. Elle lui adressa un sourire satisfait, malgré ses doutes, un sourire empli de gratitude.

    -Merci pour tout, Aeron. Dit-elle enfin. J'ai peut-être une idée … Quelqu'un de confiance qui pourrait connaître les plans de mon frère. Mais Je ne peux pas vous demander de prendre tant de risque pour moi, d'autant plus que je ne sais pas si Zelos a pu le contacter depuis sa fuite.

    Ils continuaient de marcher au rythme de croisière, alors que le blondinet dévoilait une nouvelle partie de ses projets, toujours au goutte à goutte. Dormir ? Ho, oui, dormir ! Voilà quelque chose qui lui était totalement sorti de la tête. Elle avait pourtant cédé au sommeil dans son lit, un peu plus tôt. Mais allez savoir si c'était l'air frais et vivifiant de la nuit ou l’excitation d'une telle évasion, elle n'avait plus du tout sommeil, et ne ressentait pas un soupçon de fatigue. Mais elle se connaissait bien, qu'elle ait le malheur de s'asseoir et elle s'endormirait comme une masse. Elle se demanda cependant si c'était une bonne idée de se rendre à une quelconque maison spirituelle, c'était là où ils avaient le plus de chances de rencontrer des sbires du Pontife, sauf si Aeron y avait des contacts ? Sélès allait d'ailleurs lui confier ses doutes, sans intention de le froisser ou de paraître difficile comme tout à l'heure, mais c'est à ce moment qu'elle sentit Aeron poser sa main sur son épaule. Elle se stoppa et portant ses grands yeux azurs chargés de questions sur lui.

    En balayant les alentours du regard, elle aperçu effectivement quelques paires d'yeux rouges vifs, ce qui eut le don de l'effrayer un instant. Elle se concentra sur la voix rassurante de son chevalier, ce qui fut très efficace pour lui éviter la crise de panique. Le plus motivant fut l'air confiant du guerrier, qui, bien loin de l'envoyer à l'écart comme l'enfant effrayée qu'elle était au fond d'elle à l'instant, l'incita à faire ressortir la guerrière qui bouillonnait aux tréfonds de ses tripes. Il lui faisait confiance, et pas dans n'importe quelle situation. Il lui faisait confiance ici et maintenant, pour le couvrir. Il y eut là de quoi flatter l’ego de la petite Wilder !

    Elle acquiesça d'un signe de tête déterminé et se posta promptement dans le dos de son camarade, tout en sortant de son sac à main si minuscule, l'imposante épée que lui avait offert son frère il y a quelques temps. Elle la saisit à d'une main, ne peinant pas à la porter grâce aux pouvoirs de son exsphère, puis sortit ensuite son bouclier, qui était presque aussi grand qu'elle. Elle fléchit légèrement les jambes pour se mettre en position de combat, elle était légèrement crispée, mais prête à se défendre, elle et son camarade. Son regard balayait l'environnement de façon circulaire, leurs yeux étaient peut-être effrayant ainsi, mais cela avait l'avantage de leur donner un repaire dans la pénombre. Mais quelque chose perturbait la rouquine, les loups semblaient vraiment, vraiment, mais vraiment très gros, étant donné la hauteur de leurs yeux. Elle perçu un étrange sifflement strident, et eut juste le réflexe de se protéger derrière son bouclier avant que quelque chose de vienne violemment le heurter. Elle se redressant pour voir la créature, elle tomba nez à nez avec un reptile bipède, bien plus gros et redoutable qu'un loup. En voyant cela, elle le repoussa violemment en arrière en un sursaut de surprise.

    -Ce ne sont pas des loups !! S'exclama-t-elle.

    Et comme la créature chargé à nouveau sur elle, elle dévia le dard paralysant de sa queue pour lui donner un coup d'épée latéral, qui lui arracha un hurlement strident. Elle ne se sentait pas très à l'aise, c'est la première fois qu'elle combattait un vrai monstre, et elle sentait tous ses muscles se raidir, gênant fatalement la fluidité de ses mouvements. De puis, si elle ne parvenait pas à se décrisper, elle allait finir par avoir une crampe.  



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Jeu 31 Oct - 14:12

Ces créatures sont de sacrées saletés. Le conseil que l'on donne aux voyageurs dans ce cas précis est de s'enfuir, de courir à toutes jambes, mais dans le noir, c'était chose impossible. Il y avait trop de risques de trébucher, de se faire intercepter par une de ces créatures ou de se blesser dans la végétation. Ils n'avaient donc d'autre choix que de combattre. Les créatures gardaient encore leurs distances, jaugeant probablement leurs proies. Un bruit sourd derrière lui lui prouva que Seles pouvait se débrouiller. Le bouclier qu'elle avait semblait de bonne facture et elle savait s'en servir.

Une créature surgit sur la droite d'Aeron, au bord de son champ de vision ; il ne la regarda même pas et la trancha en deux d'un grand mouvement de la hallebarde. Ces créatures-là n'ont jamais combattu quelqu'un d'expérimenté en combat, et de ce fait, elle étaient relativement prévisibles. Il fallait absolument éviter toute blessure, sinon ils seraient paralysés assez longtemps pour se faire lentement dévorer vivants. Un autre reptile s'approcha lentement, puis se replia sur lui-même, près à sauter. Il n'en eu pas le loisir, car Aeron fit un pas en avant et lui abattit la hallebarde verticalement sur la tête. La dernière créature face à lui hésita un instant avant de sauter à son tour. Elle n'eut pas plus de chance que les précédentes. La hallebarde assurait un avantage considérable par son allonge contre ce genre de créatures.

En s'avançant de deux pas, Aeron avait cependant commis une erreur. Seles avait beau être entraînée, elle n'était pas habituée à devoir surveiller tous les côtés en même temps. Alors qu'elle s'occupait d'un ennemi sur sa gauche, un reptile arrivait sur sa droite et allait l'atteindre avant d'entrer dans le champ de vision de sa cible. Le sang d'Aeron ne fit qu'un tour. Il n'allait pas laisser Seles se faire blesser comme cela. Prenant sa hallebarde au-dessus de l'épaule comme une lance, il l'envoya dans la flan de la créature alors qu'elle sautait. Le reptile poussa un râle de douleur et s'effondra pour ne plus bouger. Le soulagement emplit Aeron de joie jusqu'à ce qu'il entende un bruit derrière lui. Une autre reptile était là et sautait sur lui. Le jeune homme esquiva le dard, puis attrapa la queue d'une main, la gorge de l'autre, mais il se trouvait maintenant sous la créature et sans arme. Cette créature n'était pas habituée à se servir de ses griffes et celles-ci ne pouvaient pas causer de blessure grave, trop petites, mais malgré tout, son bras était douloureux alors que dans la panique, le reptile le lacérait comme il le pouvait. Si le blondin lâchait prise, il était comme mort. Il ne pouvait plus compter que sur Seles pour le sortir de là.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Jeu 31 Oct - 15:04




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Elle était parfaitement concentrée sur son combat, peut-être se voulait-elle même trop concentrée. Focalisée sur son adversaire aux dents longues, elle ne voyait malheureusement plus que lui et rien d'autre. Et encore, parfois elle se trouvait tellement crispée qu'elle ne voyait que la gueule du Basilisk, ce qui était d'autant plus maladroit étant donné que le point fulminant de cette créature était son dard paralysant. Elle savait bien ce qu'il lui en coûterait de se faire ne serait-ce qu'écorcher, et il fallait l'éviter à tout prix, hélas, cet enjeu ne la rendait que plus distraite, tant elle en était obsédée. Elle s'était surprise à couper complètement sa respiration au bout d'un moment, si bien qu'elle se cacha un instant derrière son bouclier, le temps de reprendre contenance. Il fallait qu'elle soit forte, et surtout, qu'elle se détende. Ce geste était tellement sec qu'elle ressemblait presque à un robot. Elle inspira profondément en pensant à son frère qu'elle avait déjà vu combattre. Il était tellement agile et avait tellement de grâce et de légèreté, on avait l'impression qu'il glissait en une sorte de danse et que chacune de ses bottes étaient autant de pas précis et élégants. Elle devait prendre exemple sur lui et s'assouplir.

    Une fois qu'elle put réguler convenablement sa respiration, elle donna un coup de bouclier à la créature qui s'acharnait sur elle, avant de l’enchaîner de quelques coups d'épées. Mais elle restait toujours très distraite et même aveugle à ce qui pouvait se dérouler autour d'elle, si bien qu'elle ne remarqua pas le basilic fondant sur sa droite, et ne remarqua son erreur que lorsque la hallebarde d'Aeron fendit l'air pour lui sauver la mise. Elle acheva la créature qui lui faisait face depuis un moment avant de se tourner vers celle qui agonisait avec l'arme du chevalier planté dans le flan. Le reptile gesticulait en hurlant furieusement, fouettant l'air de son dard empoisonné comme s'il allait pouvoir s'envoler ainsi. Sélès le contourna prudemment, levant les yeux vers son compagnon qui semblait en difficulté. Il était à quelques mètres d'elle et parcourir cette distance aussi vite qu'elle le pourrait lui semblait insuffisant pour le sauver. Elle planta alors son épée à terre pour concentré du mana. Elle connaissait quelques rares petits sorts qui lui avait appris son frère et qu'elle s'était donnée beaucoup de mal à maîtriser. Elle ne devait pas faire de faux pas et doser convenablement la puissance pour éradiquer la créature sans toucher Aeron. Elle pouvait le faire.

    -Freeze Lancer !!

    D'un geste, une nuée de piques de glace fendirent l'air pour venir pulvériser le basilic qui s'était acharné sur Aeron. La rouquine attrapa aussitôt son épée sans lâcher le blond des yeux, afin de s'assurer qu'il allait bien. Il semblerait qu'elle ait vraiment bien visé, puisqu'Aeron était indemne – si l'on oubliait les mutilations commises par le reptile – et la créature, elle, gisait au sol, parfaitement inerte et criblée de piques glacés. Elle esquissa un léger sourire à la fois fière et rassurée en faisant signe à son camarade.

    -Aeron, tout va--

    Elle fut coupé dans son élan alors que la créature qui gisait à ses côtés avait soudainement décidé de se jeter sur elle. La jeune fille effectua un bon de côté pour esquiver, mais ce fut bien trop tard, hélas, et le dard lui écorcha la jambe sur trente bons centimètres. Elle poussa un petit cri de panique, plus que de douleur, et retomba mollement à terre, ses jambes cédant aussitôt sous son poids. Si elle était crispée par le stress tout à l'heure, elle sentait maintenant son corps se raidir plus encore. Sa main serrait fermement le manche de son épée et la poignée de son bouclier, sans qu'elle ne soit capable d'effectuer le moindre mouvement. Elle sentit sa mâchoire se resserrer fermement et ses muscles devinrent terriblement douloureux pendant de longs instants, alors que la bête responsable de ses maux s’approchait d'elle en sifflant de sa langue fourchue. Elle voulu se défendre, mais elle était déjà incapable de bouger. Prise au dépourvu, elle ferma les yeux pour ne pas voir ce qui allait lui arriver, alors que de tétanie totale, ses muscles se relâchèrent d'un coup devenir aussi mous et faibles que de la guimauve. Au moins, elle n'avait plus mal et ne sentait même plus rien du tout. Elle était toujours consciente, mais c'est comme si sont corps n'était plus le sien, étant donné qu'elle ne le ressentait plus, et que la seule chose sur laquelle elle pouvait encore agir était peut-être ses paupières.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Jeu 31 Oct - 16:14

La créature reçut le premier pic de glace dans la queue, le deuxième dans le dos. Quelques secondes plus tard, elle agonisait et vivait ses derniers moments. Aeron roula sur lui-même avant de se relever et vit Seles lui faire signe. il voulut la prévenir que la créature blessée bougeait encore mais trop tard. Il vit au ralenti le dard toucher la jambe sur une bonne longueur, le filet de sang qui en sortit aussitôt, et la jeune fille qui, dans son dernier sursaut avant d'être paralysée, s'était éloignée.

Ignorant ses blessures légères, le blondinet sautant en avant et chargea la créature qui avait encore la hallebarde fichée dans le flanc. D'un grand coup de pied, il l'empêcha d'atteindre la paralysée, puis, en saisissant la hampe de l'arme, la retira, la leva haut au-dessus de sa tête, et décapita la créature d'un coup sec. Comme pris de frénésie, il donna deux autres coups dans le corps inerte avant de réaliser ce qu'il faisait. Voir Seles se faire blesser par cette saleté l'avait mis hors de lui. Regardant autour de lui, hagard, il se rappela la blessure sur la jambe de la rouquine et se précipita sur elle. Après un regard à la ronde, il lâcha la hallebarde et se pencha sur la traînée de sang.

-La bessure est longue mais superficielle. Vous resterez paralysée toute une journée si on laisse ça en état.

Après une inspiration il se pencha en avant, les lèvres sur une partie de la plaie, et aspira ce qu'il put, prenant une partie du venin, puis cracha dans l'herbe. La rouquine essayait de dire quelque chose, apparemment, mais il n'en avait cure. Dans la situation où elle était, il prendrait soin d'elle, qu'elle le veuille ou non. Les règles de bienséance qui interdiraient de toucher de cette manière la cuisse d'une dame n'étaient pas en rigueur. Il fallait faire ce qu'il fallait. Prenant une nouvelle inspiration, il recommença.

-Je ne peux pas manipuler la magie pour vous soigner. Désolé si je vous fais mal. Je ne pense pas qu'il y ait assez de poison pour paralyser votre coeur mais je ne veux p'endre auc' ri'que. Bwah ce t'uc a un 'oût a"oce !

Voilà qu'il n'arrivaient plus à bien parler.  Bien que le poison ne puisse trouver de chemin jusqu'à son sang, il commençait à paralyser sa langue. Mais il fallait continuer. Le blondin espérait que celle qu'il voulait protéger ne serait pas paniquée en l'entendant avoir du mal à parler. Il aspira encore cinq fois un mélange de venin et de sang avant de sortir de l'eau de son sac. Il arrosa un peu la jambe, puis sortit un tissu de son sac. Il observa les alentours encore une fois avant de déchirer un de ses gilets pour en faire des bandes avec lesquelles il couvrit aussi bien qu'il le put la blessure de Seles. Satisfait de son travail, il essauya rapidement le sang de ses bras avec ce qu'il restait de tissu mouillé avant de réfléchir à comment continuer. Ils ne pouvaient pas camper ici, il fallait bouger. Ils en auraient eu pour encore quinze ou vingt minutes de marche pour atteindre la mine. Seles n'était pas en état de bouger. Tout en réfléchissant, il prit l'épée et le bouclier de la demoiselle et les remirent dans le sac. Il fut étonné du poids que cet attirail pesait. Il ne put s'empêcher de se faire la réflexion qu'il n'était pas certain de gagner un bras de fer avec une jeune fille de quinze ans et affaiblie par une santé fragile. C'était assez ironique.

Si seulement il avait eu son exsphère, tout aurait été réglé en quelques secondes et Seles n'aurait pas été blessée... mais tant qu'il ne l'avait pas, il fallut bien se résoudre à faire autrement. Le jeune homme poussa les cadavres des créatures dans les broussailles, puis sortit une corde. Il aurait bien essayé d'expliquer ce qu'il comptait faire à Seles mais il ne sentait plus rien dans sa bouche. Il était inutile d'essayer de communiquer comme ça et il n'avait pas le temps de jouer à la devinette avec des signes. Il attacha les poignets de Seles ensemble, rangea la hallebarde dans le sac à main de Seles, puis attacha ce sac ainsi que le sien à sa ceinture.Hissant Seles sur son dos, il parvint à lui faire passer ses bras autour de son cou, puis, croisant les mains derrière lui sous le postérieur de la noble demoiselle, il la soutint et se mit à marcher avec elle sur le dos. D'abord à pas lent, le temps de s'habituer, de trouver l'équilibre, puis il pressa le pas avant de trottiner... tout du moins il donnait l'impression de trottiner même s'il mettait assez de force pour galoper normalement. Même si Seles était légère comparée à lui, l'ajout de ce poids le ralentissait. Il fallait cependant arriver à la mine le plus vite possible. Le sang des reptiles risquait d'attirer d'autres créatures.



Spoiler:
 


Dernière édition par Aeron Valerius le Lun 4 Nov - 13:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Jeu 31 Oct - 17:44




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Elle ne tenait assise que part le biais d'un bien aimable rocher dans son dos, contre lequel elle était parvenue à se caler en chutant, avant d'être réduite à l'état de grosse guimauve humaine. Elle n'avait finalement eu que peu de temps pour supposer sa perte, puisqu'Aeron arriva bien vite à son secours en retour de l'aide qu'elle lui avait porté un peu plus tôt. C'était tout de même bête cette histoire, si elle avait été un peu plus attentive et moins tête en l'air, ce ne serait pas arrivé. Elle qui était déjà embêtée de représenter un fardeau pour son sauveur, elle en était d'autant plus gênée maintenant qu'elle était réduite à l'état de gros pantin de chair bien encombrant. La voilà parfaitement encrée dans son rôle de petite poupée délicate en tout cas, maintenant il faudrait la porter et la bichonner. Mais interdiction de faire n'importe quoi avec ses cheveux ou de la déshabiller !

    Lorsqu'elle eut le courage d'ouvrir à nouveau les yeux, Aeron se précipitait justement vers elle. Elle aurait voulu le rassurer, mais se sentit incapable de parler, bouger simplement les yeux et maintenir le voile de ses paupières ouvert étant déjà un effort bien conséquent. C'était très désagréable de ne plus se sentir maître de son corps surtout quand un garçon se penche soudainement vers votre jupe. Attendez, quoi ? Qu'est-ce qu'il était en train de faire là ? Pourquoi il lui prenait la jambe ? Qu'est-ce qu'il comptait faire avec sa bouche ? He, qu'est-ce qu'il était en train de fabriquer là, il s'était soudainement transformé en vampire ou quoi ? Et elle, qui ne pouvait pas broncher, ni esquisser le moindre mouvement ! Condamnée à se laisser faire des trucs bizarres, là ! Ah mais attends, il recrachait maintenant. Bravo, c'était très gracieux ça ! Quoi, le sang de mademoiselle n'était pas au goût de mônsieur le vampire du dimanche, peut-être ? Je sais pas ce qu'il te faut, c'est un grand cru notre petite Sélès pourtant ! Groupe sanguin rare, pure, innocente, vierge et tout le tralala.

    Mais non, Aeron n'était pas un détraqué, même si son geste avait légèrement fait paniquer Sélès – qui pouvait tout juste le manifester par un regard exorbité – il se justifia bien vite sur ce procédé un peu radical. Il ne semblait pas avoir conscience que sucer le mollet d'une demoiselle ne faisait pas vraiment partie des convenances incombant à leur position respective, mais après tout, si cela pouvait lui éviter une paralysie de presque vingt-quatre heure, au diable l'étiquette ! Bon, Sélès n'en restait pas vraiment ravie, et même plutôt réticente. Elle aurait bien dégagé sa jambe si elle le pouvait, mais elle ne la sentait plus du tout. C'était un point plutôt positif du coup, car elle ne sentait ni la douleur, ni le contact des lèvres du chevalier contre sa peau, ce qui aurait put être d'autant plus gênant pour elle. Elle ne lui accorda cependant pleinement confiance que lorsqu'il évoqua la possibilité que ce poison n'atteigne son cœur. Elle eut d'ailleurs un peu de mal à comprendre la fin des explications et s'en inquiéta un instant. Mais lorsqu'il manifesta son dégoût avec plus de difficulté encore, elle eut surtout envie de rire. Un rire qui resta profondément bloqué au fond de son estomac, sans qu'elle ne puisse l'exprimer à cause de cette fichue paralysie.

    Elle observa son chevalier procéder, non sans ressentir un grand embarras. Elle n'osait pas vraiment croiser son regard à vrai dire, même si son regard était irrémédiablement attiré par les actions du blondinet. Ce dernier, après avoir généreusement vidé la jambe de la jeune fille de son venin, nettoya la plaie avant de la couvrir d'un bandage improvisé. La suite immédiate des événements parue un peu plus étrange aux yeux de la demoiselle, qui ne comprit pas du tout pourquoi son chevalier servant venait soudainement lui lier les poignets. Elle paniqua même un instant, en se disant que finalement, il n'était qu'un traître et que tout cela avait été calculé pour planifier sa capture ! Mais non. Il voulait juste assurer sa bonne prise afin de la monter sur son dos avec l'assurance qu'elle ne ferait aucune chute inopinée dans un fossé. Elle aurait pu lui proposer son exsphère, mais elle en était tout d'abord incapable, ensuite, il aurait du ouvrir son chemisier pour la prendre lui même, ce qui aurait sans doute était le geste de trop et pour finir, sans son exsphère, Sélès succomberait sans doute plus vite au paralysant qu'Aeron n'aurait eut le temps de la soigner avec. Finalement, c'était mieux comme ça. Elle qui commençait justement à avoir mal aux pieds, ça tombait même très bien ! Que demande le peuple ? Elle n'avait plus mal nulle part et se faisait tranquillement balader, même si c'était un peu embarrassant d'être un tel fardeaux, ça donnait plutôt envie de faire semblant de rester comme ça, juste pour le plaisir de se faire transporter. Ho, mais quelle bonne idée fourbe … Mais non, elle n'oserait pas.

    Elle était doucement ballottée sur le dos de sa monture qui s'agitait dans une course contre le temps et la nature elle-même. Quelle heure était-il dans tout ça ? Sans doute l'Aube ne tarderait-elle pas à pointer à l'est. Mais ils avaient sans doute encore une ou deux heures avant cela. Malgré l’agitation de son porteur, elle put se mettre à l'aise en reposant sa tête contre son épaule, alors que les mines étaient déjà en vue. Ils avaient bien mérité un peu de repos, et si elle n'avait pas encore repris le contrôle de son corps, Sélès se sentait à nouveau capable d'aligner quelques mots.

    -Merci Aeron … Souffla-t-elle doucement. Je suis désolée, j'aurais dû être plus attentive.

    Sa voix était douce et plutôt faible, et chacun de ses mots était prononcé avec une certaine lenteur, dû à son état physique, mais également à une certaine honte. Elle tenait juste à dire cela, avant de sentir sa fatigue devenir trop virulente. Car en effet, ainsi reposé contre son sauveur, le sommeil eut bientôt raison d'elle. Ses paupières se refermèrent doucement, et elle se laissa doucement bercer dans les bras de Morphée.  



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Jeu 31 Oct - 18:39

Alors qu'il arrivait enfin en vue de la mine, Aeron entendit la voix de Seles. Entendre qu'elle commençait à se remettre produit en lui un grand soulagement. Quant aux excuses, il voulu lui dire que ce n'était rien mais il n'était pas en état de parler. Il ne fit que pense : "Idiote. Tu m'as sauvé de ma propre erreur, tu t'es sentie utile. Je vois bien que tu penses être un fardeau. Ça se voit dans ton regard, mais tu ne te rends pas compte que mon aide physique n'est rien comparée au soutien moral que tu me procures. Sans toi, quel but aurais-je dans ma vie ? Bah, je ne saurai jamais trouver le courage de dire ça."

Enfin arrivé à la mine, le jeune homme entra avec précautions. Arrivés aux outils abandonnés, il posa Seles avec toute la délicatesse dont il pouvait faire preuve. Elle ne se réveilla même pas, malgré ce mouvement et l'éclairage. Le blondinet se saisit d'une pelle et creusa un trou dans un coin du grand espace menant à la mine en elle-même. Il mit une petite heure à en faire un d'une taille suffisante. Il y posa Seles, puis traîna un wagon sur le trou. Ainsi, il recouvrait la partie inférieure de Seles jusqu'au ventre. Il s'arrêta un instant et observer la jeune fille. Elle donnait l'impression d'être si paisible. Elle était sacrément jolie, tout de même, avec son air de poupée, sa peau lisse, même si là  elle n'était pas des plus propres après les aventures de la nuit. Les yeux d'Aeron s'arrêtèrent sur la poitrine de la jeune fille qui, même si elle n'était pas voluptueuse, était assez formée pour qu'il fasse aussitôt demi-tour, le visage rouge comme une tomate. "Qu'est-ce que je suis en train de faire ? Je pense à quoi, là, à la détailler ? Je dois la protéger, ce n'est pas pour la regarder ensuite. Elle est trop adorable pour mériter que je la détaille comme cela. Elle mériterait un héros plus vertueux et plus fort que moi."

Sur cette note pessimiste, le jeune homme amena l'autre wagon et le mis à moitié par-dessus Seles. Il s'allongea près d'elle et banda les muscles pour finir de mettre le wagon par-dessus leurs têtes. Ainsi, il n'y avait que des rais de lumière et un œil pas très attentif ne se douterait pas qu'il y a quelqu'un dessous.  Le blondinet doutait que quelqu'un fouille la mine mais on n'est jamais trop prudent. Exténué il sombra très rapidement dans des cauchemars où Seles lui reprochait de l'avoir regardée, d'avoir touché son corps sans son accord et d'être quelqu'un de tordu.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Jeu 31 Oct - 19:34




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Son sommeil fut agité d'un véritable pêle-mêle de rêve, tous plus abstraient les uns que l'autre, si bien qu'elle aurait était bien incapable de les raconter ou même de s'en souvenir. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'elle avait un peu froid au début, puis l'air frais presque mordant s'adoucit pour la bercer plus en douceur. Elle eut même l'impression d'être déposer dans un nuage de coton moelleux. Sélès n'avait pas vraiment des goûts de luxe en terme de literie, c'est que son matelas était très inconfortable à l'abbaye, tellement fin qu'elle sentait tous le ressort de son sommier. Alors reposer dans un lit de terre, c'était un peu comme installer le panier d'un chien devant la cheminer. Elle était bien, et Morphée ne semblait pas décider à la laisser s'évader de si tôt.

    C'était un sommeil de plomb qui l'avait emporté. Après tant d'émotions, d'actions et ajoutons à cela le venin pour couronner le tout, et c'était presque un comma centenaire qui s'était abattu sur la jeune fille. Mais elle n'irait pas dormir autant de temps ! Même sans son sommeil, aussi nébuleux soit-il, elle était hanté par l'idée de retrouver son frère sain et sauf. Elle rêvé de ce jour où ils se rejoindront enfin, et où elle pourrait l'éloigner de cette sale sorcière qui lui avait attiré tant de soucis ! Ah, il semblerait qu'elle s'en soit débattu dans son sommeil, elle risquait d'avoir un joli bleu sur le genou à son réveille. Tant pis, ce doux rêve en valait le coup ! Oui, mange ça, sale ninja ! Et étouffe avoir avec tes satanés obus qui tombent !

    Elle fut perturbée par une première sensation peu agréable et même franchement dérangeante, qu'est celle d'un vessie pleine. Elle tenta de lutter contre le désagrément, tellement désireuse de poursuivre sa nuit tranquillement, mais évidemment, ce n'était pas le genre de sensation qui disparaissait toute seule, et elle était encore bien trop jeune et consciente pour se laisser aller à ce point. Tant pis, elle allait se retenir. Mais pas moyen de se reposer avec ça en fait. Rien de plus agaçant. Elle n'avait aucune envie de se lever, et pourtant, c'était plus agaçant que quelqu'un qui tapote son stylo pendant quatre heures d'examen ! Ah et voilà que ses cheveux s'y mettait eux aussi, venant lui chatouiller le visage. Elle poussa un petit gémissement agacée et endormit en se passant mollement la main sur la figure afin de chasser le motif de ces chatouillis furtif, avant de rechercher le sommeil, malgré son envie de plus en plus pressante et … rha, voilà que ça lui chatouillait encore le visage ! Elle eut beau passer et repasser sa main pour se défaire de ces satanés cheveux, rien n'y fit, ça la chatouillait encore et encore, jusqu'à ce qu'elle ne se claque carrément avant d'ouvrir les yeux un peu furieusement. En relevant doucement la main, elle sentit le chatouillement se déplacer sur ses doigts, avant qu'une petite choses ne vienne danser juste sous son nez. Elle poussa un hurlement suraigu en se redressant d'un coup, venant ce cogner à quelque chose juste au dessus d'elle. Après un petit ''outch'', et malgré le fait qu'elle s'était presque assommée, elle poussa un nouveau cris en secouant la main, alors qu'une horrible bestiole noire pleines de patte s'y agitait. Elle rampa un instant, toute paniqué qu'elle était de se faire grimper dessus par un arachnide de si bon matin en ayant l'impression d'avoir été enterrer six pieds sous terre.  

    Elle parvint tout de même à s’extirper de son trou et se mit à sautiller sur place en se secouant et en frappant énergiquement ses vêtements pour tenter de tuer tout insectes potentiel invisible, ne sachant d'ailleurs pas où était passé la saloperie qu'elle avait vu en premier. Puis elle s'ébouriffa les cheveux en se débarrassant de son chapeau, devenait aussi hystérique que paranoïaque. Elle détestait ça, elle détestait les insectes rampants et surtout ces horribles machins à huit pattes ! Ho, par Martel où est-ce qu'elle était ? Après avoir ébouriffer ses cheveux à presque les arracher, elle se frappa la poitrine, ayant presque l'impression qu'elle grouillait de minuscule monstre de ce genre, mais en réalité, il n'y avait eut que cette araignée et elle l'avait déjà éjecté. Puis, juste devant elle, elle vit la chose passer devant elle, comme si elle la narguait. Elle tenta de la piétiner furieusement, mais raté ! Et là, croyez-le pas, cette sale bête chargea vers Sélès qui s'enfuit en courant.

    -Aeron !!!! Appela-t-elle comme si ça vie en dépendait.

    Et comme elle avait son sac, elle s'arrêta un peu plus loin et jeta son bouclier sur la bête qui esquiva. Puis elle jeta son épée, esquivée aussi, puis une bouteille de shampoing, un peigne, une tasse, une poêle, un paquet de riz blanc, une boite de nouilles instantanées et autant d'autres objets que Sélès renfermait dans son si petit sac très spéciale, et que la petit créature à huit pattes esquivait en se dirigeant toujours vers la rouquine paniquée. Elle lança finalement son sac, mais comme elle avait peur que cette saleté rentre dedans, elle se jeta aussitôt dessus pour le piétiner, avant de fuir de nouveau en la voyant surgir juste à côté de son pied. C'était une mauvaise journée.   



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Jeu 31 Oct - 21:48

Aeron rêvait. Il rêvait de sa famille, sa sœur qui le méprisait, son frère qui le jalousait. Il les voyait, les uns après les autres le rabaisser et le traiter de parasite qui utilisait son nom à ses avantages. Après tout, il n'aurait pas eu la clémence qu'on lui a témoignée en l'envoyant à l'abbaye s'il ne s'était pas appelé Valerius. Il revoyait Elena. Celle-ci était pourchassée par la famille Valerius au complet et elle courrait. Elle leur échappait et c'est alors que des cris retentissaient derrière elle. Et voilà que Seles arrivait et voulait la tuer pour se venger d'Aeron qui avait osé poser la main sur elle.

-Elena !, cria-t-il dans son sommeil

Les cris de Seles s'intensifiaient et il l'entendit clairement l'appeler. Mais ce cri était plus un cri de détresse qu'un cri de colère. En réalisant cela, il se réveilla. Le jeune homme se redressa et manqua de s'assommer contre le wagon qu'il avait lui-même placé. La jeune fille l'avait appelé par son prénom, il ne devait pas s'arrêter sur la douleur. Il mit toutes ses forces pour pousser le wagon sur la côté, l'adrénaline affluant dans son sang, et courra vers la provenance de la voix. En fait Seles était juste à côté de lui, à peine à quelques mètres de là. De multiples objets étaient au sol, signe d'une grande bataille, mais pourtant, aucun ennemi n'était visible. Seles, elle, était ébouriffée, dans un piteux état comparé au moment où ils avaient quitté l'abbaye.

Aeron s'avança vers Seles, un air d'incompréhension sur son visage. La rouquine semblait paniquée et n'osait apparemment pas approcher. Peut-être l'ennemi était-il caché ? Et dire qu'il avait laissé sa hallebarde dans le sac de sa compagne de voyage. Il restait l'épée qui était au sol.

Seles, que se passe-t-il ? Il y a un soucis ? Que se passe-t-il ?

Quel ennemi pouvait ne laisser aucune trace et disparaître comme cela ? Il se passait quelque chose de totalement anormal, ici !



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Poupée Brisée
Classe: Chevalier-mage
Infos +:
avatar

Sélès Wilder
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Ven 1 Nov - 13:22




Sélès Wilder
© Never-Utopia

    Et soudain surgit face au vent, le vrai blondi de tous les temps ! Un blondi mal réveillé et des plus hébétés de part cette cacophonie matinale, cherchant avec inquiétude les raisons de la détresse de la demoiselle. N'était-ce pas évident ? Ne voyait-il pas ce monstre de plus de cinq centimètres de circonférence – peut-être même plus avec les pattes – elle était pourtant juste devant lui ! Ho mon dieu il venait de lui passer devant sans l'écraser, faisant reculer un peu plus la rouquine qui ne lâchait pas ce démon des yeux. Elle tenta bien de parler, de désigner cette chose du doigt, mais la panique lui faisait perdre ses moyens. C'est fou, elle était encore plus terrorisée que la veille, face aux Basilics ! C'était dénué de logique, elle-même ne savait pas pourquoi une petite créature suscitait tant de peur chez elle. Sans doute était-ce le fait que les gros monstres tels que les reptiles bipèdes était plus facilement atteignables qu'une petite bestiole pareille. Oui, plus c'est gros, plus c'est facile à trancher et à attaquer. Pas forcément plus simple à tuer pourtant, mais au moins, les grosses bêtes on sait toujours où elle sont, que les petites ont plus vite fait de se dérober à votre regard pour vous poignarder sournoisement dans le dos !!

    La frayeur de la demoiselle semblait vraiment inquiéter le chevalier, qui s'approcha un peu plus d'elle, alors qu'elle reculait à petits pas méfiants. Elle perdit d'ailleurs sa cible de vue un instant, quelques secondes pendant lesquelles elle crut suffoquer, jusqu'à ce qu'enfin, elle la voit. Juste là. Immobile. Enfin ! Elle s'était immobilisée sur le pied d'Aeron qui était maintenant à deux pas d'elle. Déterminée, elle céda à une monté d'adrénaline pour passer à l'assaut.

    -Prends ça espèce de sale vermine vicieuse !!!

    Et elle écrasa son talon sur le pied du pauvre Aeron, en y mettant toute la sauce, et comme elle voyait bien une patte dépasser de son talon, elle eut confirmation que cette fois, elle l'avait eue. Alors, plutôt que de relâcher tout de suite la pression, elle appuya plus encore, en oscillant de gauche à droite pour s'assurer que le monstre était bien réduit à l'état de bouillie – sans se rendre compte que le pauvre petit peton de son camarade allait sans doute finir en soupe de chaussette lui aussi. Après avoir bien insisté sur ce massacre plantaire, elle souleva enfin sa chaussure pour reculer d'un pas, et se satisfit dans l'observation de la petite bouillie noirâtre qu'il restait de l’arachnide. Elle se frotta les mains, bien fière d'elle.

    -Ça t'apprendra à me galoper dessus avec tes sales pattes !

    Ce n'est qu'après cela, qu'elle releva doucement les yeux vers le visage du pauvre garçon qu'elle venait sans doute de rendre boiteux. Elle le fixa un instant droit dans les yeux, avant de les écarquiller de surprise et de confusion. Elle baissa alors le nez vers le pied écrabouillé du garçon, puis reportant à nouveau son attention sur son visage crispé de douleur avant de plaquer ses mains contre sa bouche, confuse. Elle se demanda un instant s'il allait se mettre à pleurer ou s'il allait plutôt décider de la trucider. Il y avait juste un trou à côté, tout prêt à accueillir son cadavre. Elle était terriblement  honteuse, après tout ce qu'il avait fait pour elle, c'était une bien piètre façon de le remercier ! Comme elle s'inquiétait maintenant de la santé de son pied et surtout de l'humeur dans laquelle elle avait du le mettre, elle s'approcha promptement de lui et lui toucha doucement le bras.

    -Aeron, je suis … Je suis terriblement désolée, je … Vous allez bien ?

    Le pauvre ne devait rien y comprendre ! Voilà qu'elle l'attaquait sauvagement de bon matin en proférant des insultes plutôt ambigues, qui, à bien y réfléchir, il aurait pu prendre pour lui, s'il n'avait pas vu l'araignée – ce qui semblait bien être le cas. C'était bien joué ça, ça allait être pratique de se balader avec un chevalier déserteur boiteux ! Allons, elle n'avait pas écrasé si fort, si ? Un peu quand même. En tout cas elle n'avait rien senti craquer, c'était déjà ça. Il allait bien se remettre ! Peut-être en héritant d'un petit bleu, mais il était jeune et fringuant, ça n'allait pas le tuer. Sauf si la bouillie  araignée s'avérait être toxique et qu'elle avait traversé les fibres de ses bottes pour contaminer son épiderme. Non, ça n'existait pas ça, c'était juste une bestiole tout ce qu'il y avait de plus inoffensif. Et oui. Parfaitement inoffensif. Vous êtes en droit de vous dire : Mais quelle cruche !!! Pour avoir réagi de la sorte face à ça. Mais que voulez-vous, on n'arrête pas une fille apeurée, surtout quand l'objet de ses craintes lui galope dessus pour la réveiller.

    Une fois la pression et la terreur absurde redescendue, elle se mit à culpabiliser fortement. Elle espérait qu'il ne lui en voudrait pas trop, ce n'était pas contre lui de toute façon, vraiment, ce n'était pas prémédité. Tout ça à cause de cette vermine ! À tous les coups, c'était une conspiration ! Oui, ce n'était qu'un terrible complot de la part de ces êtres fourbes et vicieux à l'encontre de sa précieuse personne. Mais elle n'allait pas se laisser faire ! Gare aux prochaines créatures de leur espèce, si elles croisaient son chemin, elle ne donnait pas cher de leur peau d’invertébré !   



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Carnet de voyage
Titre: Déserteur
Classe: Combattant
Infos +:
avatar

Aeron Valerius
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   Ven 1 Nov - 20:59

La rouquine planta son talon dans le pied d'Aeron avec force. Le blondinet ne comprit pas, sur le coup et les insultes lancées à priori à son encontre lui brisèrent le cœur. Lui qui commençait à apprécier la compagnie de Seles et à trouver qu'elle commençait à lui faire confiance, il tombait de haut. Était-ce à cause du fait qu'il l'ai touchée pour la soigner ? Le cauchemar continuait, d'une certaine manière. Qu'allait-elle faire ensuite ? Attaquer Elena ? Qu'il était bête ! Elena n'était pas là, et Seles ne la connait même pas. Il fallait se réveiller, mais la douleur aidait à cela. Il sentit le talon appuyer encore plus pendant que Seles continuait ses répliques pleines de rage. Le jeune homme se retenait de la pousser, il avait peur d'y aller trop fort et lui faire mal. Une fois le pied retiré, le jeune homme se contint.

La jeune rouquine ne semblait pas trouver le courage de bouger. Aussi Aeron plongea-t-il la main dans le sac de celle-ci et en tira sa hallebarde. C'est à ce moment qu'au milieu de cette grotte, le silence fut à nouveau rompu :
    -Aeron, je suis … Je suis terriblement désolée, je … Vous allez bien ?
Se moquait-elle de lui ? Essayait-elle de le manipuler d'une manière ou d'une autre ? Le jeune homme ne savait que penser. Il se tourna vers elle et vit son air contrit. Il ne savait pas quoi dire à cela. Il lui adressa un sourire qui se voulait rassurant. Apparemment, la jeune fille ne réalisait pas qu'elle avait frappé avec une force améliorée par l'exsphère et que même si son pied n'était pas en bouillie, il y avait peut-être une fracture, vu la douleur à chaque mouvement. Malgré tout, la culpabilité qu'Aeron lisait sur le visage de Seles lui rappelait Elena.

Il se souvint du jour où Elena dut partir. Elle avait évité son regard et quand enfin il avait réussi à ce qu'elle le regarde, il y avait lu cette culpabilité. Elle avait apparemment discuté de leur relation amicale et cela était arrivé aux oreilles de la famille Valerius. Voilà ce qui avait causé tout cela. Juste le fait qu'une demi-elfe ne puisse pas parler sans que cela lui retombe. La haine, le mépris, pourquoi était-ce apparemment l’apanage des humains ? Pourquoi les demi-elfes devaient-ils être des victimes ? Il en était de même avec Seles. Si elle avait fait cela à un autre humain, elle aurait probablement fini fouettée, puis tuée... et peut-être après avoir subi d'autres sévices. Cette pensée le révulsa. Le blondinet ne put s'empêcher de murmurer :

-Pourquoi deviez-vous être demi-elfes ?

Il ne s'adressait pas à Seles et il espérait qu'elle ne l'avait pas entendu. Il aimerait tellement pouvoir vivre une vie tranquille, avoir des amis humains et demi-elfes sans que cela ne change quoi que ce soit. Mais ce n'était pas comme cela. Ces pensées le torturaient malgré tout. Dans sa tête, demi-elfe gardait encore sa connotation négative alors qu'il avait mieux apprécié des demi-elfes que les humains. Essayant de ne plus penser à tout cela, il se secoua et voulut agir avant que la jeune fille ne parle à nouveau, car il savait qu'il aurait du mal à calmer toute la culpabilité que celle-ci semblait éprouver.

-Je pars devant vous laisse du temps pour faire ce que vous devez. J'ai pour ma part des... besoins naturels, excusez-moi. Je vous attendrai à l'entrée de la mine dans 2 minutes. Oh, et si ça peut vous rassurer, nous ferons une pause à mi-chemin à une rivière. Vous pourrez vous y laver si vous le désirez.

Sur ces mots, il marcha de la démarche la plus régulière qu'il put adopter. Son pied n'était pas si douloureux que ça. Une fois dehors, il alla vider sa vessie dans la végétation, puis enleva sa botte pour voir son pied. Il le tâta précautionneusement, mais la douleur fut relativement violente malgré tout. Il n'aurait pas du laisser Seles appuyer si fort et si longtemps. Il y avait peut-être une légère fracture, juste une fissure. Ce n'était pas un soucis en tant de calme, mais là il faudra marcher. Déchirant ce qu'il restait de son vêtement qu'il avait déjà déchiré la veille, il parvint à serrer son pied dans des bandes afin que tout soit calé et que le pied bouge le moins possible. Ainsi, sa fracture légère ne s'aggraverait peut-être pas. En se remettant debout, Aeron trouva la douleur au pied supportable et quelques pas  lui confirmèrent que son rafistolage lui permettait de ne pas trop souffrir et d'avoir une démarche assez fluide. Revenant vers l'entrée de la mine, il put constater que Seles brillait encore par son absence. Il faut dire qu'elle avait beaucoup de choses à ranger dans son sac.

Le jeune homme avait mis du temps à trouver ce que Seles avait pu vouloir faire en sortant toutes ces choses, mais un examen minutieux de l'endroit où Seles l'avait frappé lui avait révélé qu'une araignée l'avait effrayée. Seles qui était si courageuse face aux reptiles la veille avait donc peur d'une si petite créature ? Cela avait un côté amusant mais le blondin se promit de ne jamais la taquiner sur ce point. Tout le monde a ses points faibles et personne n'aime qu'on le lui rappelle.



Spoiler:
 


Dernière édition par Aeron Valerius le Lun 4 Nov - 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Evasion de l'abbaye [PV Sélès]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Evasion de l'abbaye [PV Sélès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Evasion (par la fenêtre ouverte)
» defense ou evasion en pve???
» le titan EVASION...
» Bien choisir son armure evasion
» ABBAYE SAINT REMY

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tales of Symphonia - Another Fate - :: Tesseha'lla :: Dans le monde :: Abbaye :: Archives - Abbaye-